La une

Reflets de la semaine (3)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 12 novembre 2010. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (3)

 

Au secours ! Après le Lutétia, le George V, le Ritz, le Meurice, le Plaza-Athénée, le Bristol, c'est au tour du Crillon d'être cédé à des capitaux étrangers, saoudiens, dans le cas qui nous (pré)occupe ... La capitale est à la peine ! Paris, prends garde, tes palaces se font la malle ! C'est dommage, car, avec eux, c'est tout un art de vivre à la française qui disparaît. Néanmoins, sur les Champs, le Fouquet's fait de la résistance ! Lorsqu'on sait que le président de la République y a ses habitudes, on comprend mieux que l'établissement soit demeuré sous pavillon tricolore ... Fermez le ban !

" Il pleure dans mon coeur / Comme il pleut sur la ville / Quelle est cette langueur / Qui pénètre mon coeur ? " ... Cette langueur, évoquée par Verlaine, pourrait s'appliquer à l'automne, saison des prix, qui se résume souvent à une " déprime littéraire ", car le talent n'est pas toujours au rendez-vous ! Il est rare, en effet, de ramasser les bonnes feuilles à la pelle, et le " vrai " lecteur ne se fiera que très peu aux bandeaux qui enserrent les livres comme une camisole.

"Sur le chemin de la vie"

Ecrit par Luc Sénécal le 12 novembre 2010. dans Ecrits, La une

 

 

 

 

 

Dans le soleil couchant alors que l'aube fraîchit
Assis sur mon passé, rêveur, je réfléchis.

A l'aube, alors que je rampais dans les jeunes pousses,
les yeux au ras du sol, je sentais les odeurs rousses
des chemins de poussière et des petits ruisseaux
dont je cherchais à capturer le filet dans un seau.

A propos de la guerre de Fronts

Ecrit par Jean-François Vincent le 10 novembre 2010. dans La une, Histoire

A propos de la guerre de Fronts

"Reflet du jour". Jean-François VINCENT

Anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918

De 1914 au 11 septembre 2001 : apparition et disparition de la guerre de fronts

 

Une des nouveautés, souvent passée inaperçue de la guerre 14-18, fut l’apparition de la guerre de fronts continus. Fin 1914, deux immenses fronts de plusieurs centaines de kilomètres, s’étendent, à l’ouest de la mer du Nord à la Suisse, et à l’est de la Baltique aux Carpates. Chose inouïe jusqu’alors ! Les armées dans les guerres du XIXème  siècle et des siècles précédents se courent après, se cherchent, parfois se ratent dans une extraordinaire partie de cache-cache. Un exemple emblématique de ce manège est fourni par la bataille d’Austerlitz ; les austro-russes et les français se guettent sans savoir au juste où se trouve l’adversaire ni quelle est l’importance  des forces en présence.

Monsieur 33 (première page)

le 10 novembre 2010. dans Ecrits, La une

Monsieur 33 (première page)

« Reflets du Temps » a le plaisir d’annoncer à ses lecteurs la prochaine parution (janvier 2011) du livre de Gilles JOSSE « Monsieur 33 » aux éditions Romy LOPSS

http://www.editions-romy-lopss.com/index.php

Gilles Josse nous offre une première « fenêtre » sur son roman !

 

I - le réveil

 

C’est drôle, j’ai l’impression d’avoir une grosse escalope sur chaque œil. Je n’ai pourtant pas le souvenir de m’être battu. D’ailleurs, ce sont mes paupières elles-mêmes qui sont aussi lourdes et molles que des escalopes.

Chant de la Terre

Ecrit par Daniel Leduc le 10 novembre 2010. dans Ecrits, La une

Chant de la Terre

 

 

 

Dans la transparence du regard le ciel s’accouple avec la terre ;

les nuages sont des sources, les feuillages, des étoiles.

Depuis longtemps l’Homme s’interroge sur le fluide et sur l’opaque ;

sur ce qui coule, ce qui voile ; ce qui prodigue ; ce qui recèle.

Le sang provient-il des océans ; et la peau, de la glaise ?

Le Chat Persan (6)

Ecrit par Gilberte Benayoun le 10 novembre 2010. dans Ecrits, La une

Le Chat Persan (6)

6

Comme un moulin à paroles je vous ai raconté l’histoire de mon chat persan, ou plutôt le début de cette histoire, je ne savais pas où me mènerait ce récit, si j’allais trouver la force de continuer. Je montais péniblement les côtes de cette montagne, j’allais bien finir par trouver l’autre versant, la pente descendante, moins douloureuse, plus légère. Comment raconter une passion dévorante, quels mots pour écrire l’indicible ?…

Pendant exactement un mois et dix-huit jours je n’ai plus respiré, je n’aspirais qu’à redescendre sur terre, quitter cette planète inconnue, jamais je n’avais aimé un homme avec cette force-là, cette passion dévorante, moi la passionnée d’amour…

Le Goncourt dans un bocal

Ecrit par Léon-Marc Levy le 08 novembre 2010. dans La une, Littérature

Le Goncourt dans un bocal

"Reflet du Jour"

Le prix Goncourt a été attribué à Michel Houellebecq pour "La Carte et le Territoire".

On en a plein la corbeille DU Houellebecq. Ca fait deux mois que ça a commencé et maintenant avec le Goncourt, ça va durer. Inutile de vous dire mon irritation récurrente devant le déferlement médiatique à chaque parution du bonhomme.

Je m’en pourléchais les babines d’avance. Je suis allé, en grande surface, à Géant Casino (j’y tenais beaucoup à ce que ce ne soit pas en librairie), acheter LE Houellebecq de la rentrée, « La Carte et le Territoire ». Ce n’était pas la perspective de la lecture qui me faisait saliver mais le plaisir que j’allais avoir sans aucun doute à dire tout le contraire de ce que disait la critique dominante : « magnifique » « magistral » « chef-d’œuvre »… En tout cas pour les premières salves de billets publiés, ça s’est gâté après. J’allais "me le faire" le Houellebecq et pas qu’un peu !

Loin de Paris (5). Mitry-Clayes

Ecrit par Pierre Pachet le 08 novembre 2010. dans Ecrits, La une

Loin de Paris (5). Mitry-Clayes

 

Au bout de la ligne B du RER, la gare de Mitry-Clayes. Un dimanche à la campagne. Nous allons vers une maison où a habité Brice Parain, un auteur naguère important et notoire : Essai sur la misère humaine, Essai sur le logos platonicien et Recherches sur la nature et les fonctions  du  langage  (ce  sont  deux  thèses  de  philosophie), De fil en aiguille, Petite métaphysique de la parole. Il mourut en 1971, et c'est comme si le milieu qui avait apprécié ses livres et sa personne avait disparu aussi, à quelques exceptions. Lors d'un séjour à Moscou dans les années 20, Brice Parain avait épousé la cause de la révolution bolchévique, dont il se détacha dans les années 30, et rencontré une artiste russe, peintre et illustratrice, Natalia, qui devint sa femme et scella son lien avec les choses russes. Leur fille Tatiana, qui nous reçoit, a hérité les pommettes de là-bas, les cheveux blonds nattés, le goût des chaleureuses discussions au  fond  des  cuisines. Plusieurs des personnes présentes disent fréquenter des offices orthodoxes, sans être pour autant "messeuses", pour citer un mot utilisé ou inventé par Parain.

Massage à la tronçonneuse

Ecrit par Eric Eymard le 08 novembre 2010. dans La une, Humour, Voyages

Massage à la tronçonneuse

« Masser : pétrir différentes parties du corps ».

Il y a quelques mois, une dame pétrit les différentes parties de mon corps, avec l’application d’un boulanger qui prépare son pain.

Je fus massé au SPA de l’hôtel Hilton-Nordica de Reykjavik. C’était le cadeau d’anniversaire d’Olivier et Thorunn.

En arrivant, un peignoir et une serviette me furent remis. Je devais prendre une douche et me savonner avant d’être relaxé. N’ayant aucune expérience significative des us et coutumes du massage islandais, ni d’ailleurs du massage en général, je me douchai avec mon maillot de bain. Si bien qu’en arrivant dans la petite pièce où se trouvait la table de torture, dissimulée sous l’apparence d’un lit confortable avec draps et couverture, j’étais encore fortement humide. Un détail.

J’avais souhaité être manipulé par une femme.

Reflets de la semaine (2)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 08 novembre 2010. dans La une, Actualité

Reflets de la semaine (2)

Cavalier émérite, Silvio B. aime changer de monture, jeune, de préférence ... En sa qualité de président du Conseil, il se croit invincible. L'épreuve où il excelle est le saut d'obstacles, qu'il se permet de contourner, le plus souvent ! Droit dans ses bottes, il mène une politique " à la hussarde ", au grand dam de ses concitoyens.

Ses nombreuses frasques pourraient constituer une fresque que la morale réprouverait, sans aucun doute ... Sur France Inter, également, les bouffons ont mauvaise presse : après Guillon et Porte, c'est au tour de Gérald Dahan d'en faire les frais. Des avertissements qui " valent " sanctions ! Sur Radio France, en effet, le cahier des charges pèse très lourd, beaucoup plus lourd qu'ailleurs ... La preuve ! Mais, comme disait Coluche : " L'humour a toujours été contre le pouvoir, quel que soit le régime. "

Un autre " humoriste ", Raymond D., réclame aux prud'hommes une somme qui dépasse l'entendement ... Remercié par la FFF, il n'a pas vraiment digéré ce qu'il considère comme une sanction. Un peu de pudeur, que diable ! Est-ce trop demander à celui qui a profité à fond - il n'est pas le seul - d'un sport gangrené par le fric, comme tant d'autres ? Même le successeur de Paul le poulpe, Paul le poulpe 2, aurait été à mille lieues - ou vingt mille, si vous préférez - de pronostiquer une telle volte-face !

<<  342 343 344 345 346 [347348 349 350 351  >>