La une

A Miami (6)

Ecrit par Jean-François Chénin le 08 août 2010. dans Ecrits, La une

A Miami (6)

“Chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte…” (Albert Cohen)

A Miami Beach, les piliers de bar ne sont pas ceux que l’on croit.

A Miami Beach, les hommes sont à bras le corps dans leurs visions et leurs pupilles éclatées par les flashs luminescents les rivent à terre, décrochés du présent, saccagés par un DJ besogneux, inertes et béats, instantanément kodak, bras raides et la tête haute, un verre vide à la main.

Poé Zie

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 07 août 2010. dans La une, Ecrits, Littérature

Poé Zie

Ce texte est un manifeste d’écriture, un “trousseau de clés” des poèmes d’Elisabeth. Je me permets de le publier, dans “Des textes à la loupe” bien sûr !

LM Levy

 


Donc, il se pourrait que je me sente dans une période d’audace.

Que je doive aller et venir pour m’approprier mon dû.

Alors allons-y.

The Palestinians, alone

Ecrit par Efraim Karsh le 07 août 2010. dans Monde, La une

The Palestinians, alone

It has long been conventional wisdom that the resolution of the Palestinian-Israeli conflict is a prerequisite to peace and stability in the Middle East. Since Arabs and Muslims are so passionate about the Palestine problem, this argument runs, the Israeli-Palestinian stalemate feeds regional anger and despair, gives a larger rationale to terrorist groups like Al Qaeda and to the insurgency in Iraq and obstructs the formation of a regional coalition that will help block Iran’s quest for nuclear weapons.

What, then, are we to make of a recent survey for the Al Arabiya television network finding that a staggering 71 percent of the Arabic respondents have no interest in the Palestinian-Israeli peace talks? “This is an alarming indicator,” lamented Saleh Qallab, a columnist for the pan-Arab newspaper Al Sharq al Awsat. “The Arabs, people and regimes alike, have always been as interested in the peace process, its developments and particulars, as they were committed to the Palestinian cause itself.”

La substance du temps

Ecrit par Jean Le Mosellan le 07 août 2010. dans La une, Religions, Histoire

La substance du temps

L’affirmation des temps nouveaux a toujours été une passion pour ceux qui font l’histoire.  On sait que les temps ont redémarré dans la longue histoire de l’Egypte ancienne avec l’avènement de chaque pharaon. Il en est de même dans la Chine ancienne à l’occasion de chaque couronnement. Mis bout à bout, ces temps constituent l’histoire.

Mais il n’est pas nécessaire de présenter un calendrier pour bousculer l’histoire. C’est ainsi qu’ont fait Alexandre le Grand, César ou Gengis khan. César était un cas limite, n’ayant pas tout à fait régné. Son calendrier n’était en fait qu’une prise de guerre de Rome sur l’Egypte. Et Rome n’avait que lui pour penser à confisquer le temps aux vaincus . Manœuvre décisive pour installer l’Empire dans la durée.

Les révolutions changent par définition les temps. Et les révolutionnaires ont eu leur chronologie, français comme bolcheviks. Les Français ont aboli le calendrier grégorien, à cause du pape, qui réglait depuis le XVIe siècle le cours du temps. Les Bolcheviks ont fait de même avec le leur, plus ancien, le calendrier julien, sans doute à cause de César, antithèse de la dictature du prolétariat.

 

Foot : province française et désert parisien ?

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 07 août 2010. dans La une, Histoire, Sports

Foot : province française et désert parisien ?

Petite note introductive : mon titre – « Province française… » – est évidemment une allusion indirecte au célèbre livre du géographe français Jean-François Gravier, paru en 1947, et réédité de nombreuses fois : « Paris et le désert français ». Cet ouvrage montrait le gigantisme de la capitale à la tête de l’espace hexagonal, à la grande différence de la plupart des autres grands pays européens.

Tout(e) amateur(trice) de football, même le(la) moins éclairé(e), sait que le Paris-Saint-Germain (créé en août 1970) représente un cas assez unique par rapport aux grandes capitales « footeuses » européennes et aussi par rapport au comportement de l’essentiel de la Province française à son égard.

Un cas unique parce que, depuis le passage dans l’ombre du Racing Club de France et du Red Star, il n’y a plus qu’un seul grand club de football parisien. Et encore… ! Il ne porte même pas, symbole parmi les symboles, la seule mention de la ville capitale dans son nom ! Est-il vraiment considéré par tous comme l’équipe de Paris ?

La Capitaine met les pieds dans le plat

le 04 août 2010. dans France, La une

La Capitaine met les pieds dans le plat

Avec une vigueur et une énergie particulières, (Eric W.) a nié avoir reçu un quelconque financement politique qui eût été contraire à la Loi", a déclaré récemment Maître Leborgne. Prompt à dénoncer des "fantasmes", l'avocat a encouragé la presse à mettre un terme à ces illusions, ces allégations, ces mensonges qui ont nourri une chronique pendant trop longtemps."

Voilà qui est dit, et bien dit, avec ce mélange de dignité, d'éloquence et d'outrage contenu qui distingue le bon avocat parisien du ténor de province. C'est aussi avec un réel plaisir que nous avons retrouvé dans le timbre et phrasé de Maître Leborgne la noblesse, la gravité, l'impeccable élégance que nous aimions tant chez les tragédiens du Français dans les années cinquante.

Pourtant, il s'en est fallu de peu que la longue "audition" du Ministre ne tournât à la catastrophe. RDT a pu se procurer, à grands frais, un compte rendu verbatim qui fait froid dans le dos. Nous en livrons ci-dessous la substance.

Le Roman de l'Histoire

Ecrit par Pierre Pachet le 02 août 2010. dans La une, Histoire, Littérature

L’écrivain peut faire résonner ces voix qu’on n’a pas entendues, mais il est comptable de l’usage qu’il fait du passé

Si quelque chose me dispose à réfléchir à partir de la polémique suscitée par le roman de Yannick Haenel, Jan Karski (Gallimard, 2009), c’est que lorsque j’ai éprouvé le désir urgent d’écrire sur quelqu’un que j’avais de si près tenu, et dont je m’étais senti proche, mon père décédé, je n’ai pu le faire qu’en recourant à des moyens caractéristiques de la fiction : supposer qu’il parlait de sa vie et que je l’enregistrais, qu’il me dictait un récit, que sa parole se poursuivait alors même qu’il sentait ses moyens intellectuels lui échapper.

Les Plages et les Dunes

Ecrit par Jean Le Mosellan le 02 août 2010. dans La une, Religions, Histoire

Les Plages et les Dunes

Que vous soyez allongé, marchant ou courant sur le sable des plages, à cause du rythme des vagues, ou dans le désert plus ou moins émerveillé par l’alternance primordiale du jour et de la nuit, vous pensez inévitablement à l’écoulement du temps. Vous faites de la métaphysique comme Mr Jourdain de la prose sans le savoir.

Peut-être que vous n’irez pas aussi loin que nos premiers arpenteurs du temps. Ceux qui ont fait les calendriers assyro-babylonien, égyptien, juif ou chinois. A l’origine, c’était une affaire de rythme. Car la vie est faite de rythme. Lequel est en vous. C’est ainsi, vous en êtes convaincu sur les plages ou dans les dunes, que fonctionnent votre coeur et vos poumons. Le rythme est aussi en dehors de vous, rythme du jour et de la nuit, rythme des saisons.

Avant vous, le problème intéressait les astronomes, qui n’ont jamais cessé d’interroger le ciel. Dès le départ il nous fallait mesurer le temps et représenter l’espace. Calendrier et cosmologie allant de pair. Mais de fil en aiguille les astronomes se font doubler par les astrophysiciens, ceux-ci s’étant emparés de la métaphysique dans le mouvement. Un peu comme vous à la plage ou dans le désert.

Les "Poucet", leurs chroniques, l'étang, les Reflets

Ecrit par Martine L. Petauton le 29 juillet 2010. dans La une, Média/Web

Les

“Notre” Martine décoiffe sur “Le Monde.fr” aujourd’hui. Elle en coiffe aussi. Vous pouvez aller voir la chronique ici ! Et puis réagir sur “Reflets du Temps” !

Ce billet est un joli rappel de la source de notre aventure “Reflets du Temps” et une occasion de dire aux gens que nous aimons au “Monde.fr” que nous leur restons proches et…fidèles abonnés !

La Rédaction de “Reflets du Temps”


Il y avait, dans un de ces temps improbables, propres aux légendes, des « Poucet », habitant une grande maison du soir, lumineuse, industrieuse, comme une ruche… ils s’y ébrouaient, écrivant — à l’ancienne — des chroniques ; de bien belles, drôles, savantes pages, ourlées et fignolées, comme autant de « Georges de La Tour » (le clair-obscur, en moins ; c’était en noir et blanc !)

Misogynie 2.0

Ecrit par Sana Guessous le 27 juillet 2010. dans La une, Société

Misogynie 2.0

Malek est incolore. Pour le distinguer dans le tumulte urbain, il faut être un profiler à la retraite. Même pas sûr que tu le remarques dans un désert texan, Malek. Il fait de son mieux pourtant, ce pauvre garçon, pour conjurer la malédiction de la transparence. Pour que toi, piéton affairé, et surtout toi, piétonne à la si jolie chute de reins, arrêtiez de le confondre avec le gueux sur le dernier 4 par 3 estampillé « Appartements à 250.000 dirhams, cuisine équipée offerte ».

Malek est inodore. Il a beau pulvériser son petit polo Boss Green à coup de Pschitts Hugo l’Homme assortis, tu le sens à peine frotter son épaule contre la tienne, toi, ingrate promeneuse. Éthérée, insouciante, tu ne t’imagines pas les trésors de méticulosité et de coquetterie qu’il déploie avant d’aller à ta rencontre. Un beau gâchis. Honte à toi, inaccessible promeneuse.

<<  345 346 347 348 349 [350351  >>