La une

Appel de Jcall le 6 octobre

Ecrit par Léon-Marc Levy le 04 octobre 2010. dans Monde, La une

Appel de Jcall le 6 octobre

Première réunion de JCall à Paris avec Daniel Cohn-Bendit, Alain Finkielkraut, Henri Weber et Avraham B. Yehoshua le 6 octobre Le 6 octobre prochain, à partir de 20 heures nous organisons à la Mairie du 9ème arrondissement (salle Rossini), 6 rue Drouot (métro Richelieu Drouot), la première réunion publique de JCall en France*. Au cours de cette soirée, à laquelle participeront, notamment, l’écrivain israélien Avraham B. Yehoshua, lauréat du Prix Bialik et du Prix Israël, Daniel Cohn-Bendit, Henri Weber et Alain Finkielkraut, tous trois signataires de notre appel, nous présenterons l’association française de JCall nouvellement créée et expliquerons ses objectifs.

Cette réunion se tiendra alors que les négociations entamées il y a un mois, sous l’égide du président Obama, entre le premier ministre Benjamin Netanyahou et le président Mahmoud Abbas, risquent de s’arrêter à cause de la reprise de la construction dans les territoires.

Le billet d'humeur de Jacklittle (71)

Ecrit par Jacques Petit le 04 octobre 2010. dans France, La une

Le billet d'humeur de Jacklittle (71)

M. Eric Besson a dit face aux caméras de télévision qu’il était heureux d’être parmi ceux qui, je  cite : « Fabrique de Bons Français ».

Les journalistes présents qui ont manqué d’esprit, ne lui ont pas posé la question : « Mais c’est qui et où qu’on fabrique de mauvais français ? ».

Franchement, si on veut couper la France en 2, nous avons vraiment besoin d’hommes comme Eric Besson !

Un homme de culture, que j’apprécie beaucoup, mais que je ne nommerai pas, a dit dans une émission de Canal plus : « Qu’un personnage important de l’Etat dise des conneries pareilles c’est scandaleux ».

Je pense tout à fait comme lui, et je n’ai pas à me forcer.

Histoire Récente : Enigme

Ecrit par La Rédaction le 04 octobre 2010. dans La une

Histoire Récente : Enigme

ENIGME d’histoire récente

Il s'agit de trouver une DATE (c’est un mois) et 4 événements différents qui s’y situent ;

Pour cela, on dispose de :

CHIFFRES : 1 fois le 37, 1 fois le 5, 1 fois le 17, 2 fois le 11, 4 fois le 9.

LETTRES : 4 fois le A

SYMBOLES : une  pomme –  la monnaie – des anneaux – le noir.

A vos méninges, à vos mémoires et justifiez vos réponses !

A propos du film "Des hommes et des dieux"

Ecrit par Jean-François Vincent le 01 octobre 2010. dans La une, Religions, Cinéma

A propos du film

Ecclesia  patiens

 

Le film de Xavier Beauvois est une immersion dans la vie monastique contemporaine.

Deux remarques liminaires.

Pourquoi avoir choisi CETTE communauté au sort tragique, alors qu’il en existe bien d’autres, non moins saintes, faisant preuve de non moins d’abnégation ? Il semble qu’en occident, la sainteté soit inséparable du martyr, ou, à tout le moins, de la tragédie… A quand un film sur un saint Séraphim de Sarov, un des plus grands saints russes, mort paisiblement, en prière dans sa cellule ?

Le 20 juillet 1947 au Parc Des Princes

Ecrit par Jacques Petit le 01 octobre 2010. dans Vie quotidienne, La une, Sports

Le 20 juillet 1947 au Parc Des Princes

Contador, et son beau nom qui rime avec toréador, aurait donc mangé de la vache dopée ! L'affaire tient en haleine le monde du vélo – ce n'est pas la moitié d'un champion, ce bel espagnol - Et du sport, en général. Toujours plus d'efforts demandés, de performances à atteindre ; donc – foin des hommes – fabriquons des champions bien dopés. Le très joli texte de Jacques Petit, nostalgique comme une photo sépia ; relatant « son » Tour de France 1947, parle d'un temps où - on veut le croire - seul comptait le mollet et le courage des cyclistes. Une légende, presqu'un rêve, vu d'aujourd'hui. (MLP)


Le 20 Juillet 1947, l'arrivée au Parc des Princes de mon 1er Tour de France, le 1er d'après-guerre, jour tant attendu par votre serviteur. Je venais d'avoir 15 ans, je bossais depuis quelques mois comme grouillot à la Société Générale. Dès ma 1ère paye (jour émouvant pour un petit gars du XIIIème), j'avais mis de côté pour cette réunion.

Les gadins célèbres

Ecrit par Elisabeth Itti le 01 octobre 2010. dans La une, Humour, Voyages

Les gadins célèbres

Mes parents parcouraient le monde, à la recherche de sites spectaculaires, culturels, ma mère en particulier avait une sainte dévotion pour les pèlerinages. Je détestais cela, la honte au front, je faisais mes prières devant les calvaires et grottes, terrorisée à l’idée que des personnes de ma connaissance pouvaient m’apercevoir et me reconnaître.

Je me suis découvert une spécialité au fil dans ans, en dehors de mon envie frénétique de musées, de paysages, de voyages, et du fait que je suis systématiquement fouillée au passage des douanes aériennes, en effet je dois reconnaître que mon exploit spécifique est à la hauteur de Mylène Farmer ou de Lady Gaga, sans l’être… J’ai une régularité de gadins dans les diverses capitales qui ”tombent”  comme un métronome.

Juste un Mot (59)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 01 octobre 2010. dans France, La une

Juste un Mot (59)

Le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale vient d'épouser Yasmine, à la mairie du VIIe, et c'est Rachida en personne, ceinte de son écharpe tricolore, qui les a unis, pour le meilleur et pour le pire ... Qui dit mariage, dit, tout naturellement, voyage de noces. Or, selon le journal « Bakchich » - bakchich, ou pot-de-vin, ou dessous-de-table -, le couple aurait bénéficié des " largesses " du ministère pour se rendre à Naples, au pied du Vésuve, puis à Capri, où la célèbre Villa Malaparte, comme tous les cinéphiles avertis le savent, a servi de décor au film " Le Mépris ", de Jean-Luc Godard, avec Brigitte Bardot et Michel Piccoli, et à "La Peau" ("La Pelle"), de Liliana Cavani,, avec Claudia Cardinale et Marcello Mastroianni.

Alors, assiste-t-on à un remake d'un détournement d'argent public ? Eric Besson s'en défend. Un homme, une parole, c'est bien connu ... Mais revenons un court instant à Godard. En 1960, il réalisait coup sur coup deux longs métrages qui ont marqué sa filmographie,  " Le petit soldat ", "A bout de souffle ". La même année, Federico Fellini signait son chef d'oeuvre, " La dolce vita ". En noir et blanc.

Quelle vie sur Terre ?

Ecrit par Frédéric Fauster le 01 octobre 2010. dans La une, Environnement, Société

Quelle vie sur Terre ?

Comme je me penchais sur les reflets du temps, juste au dessus du miroir du fond de ma conscience, voici les réflexions que j’y ai vues. Il y a encore de la vie sur terre. J’ai le souvenir pas si lointain d’un léger vent dans les feuilles frémissantes ; du gazouillis des oiseaux dans les branches ;

Le Livre

Ecrit par Mohamed Guessous le 01 octobre 2010. dans Ecrits, La une

Le Livre

Les nuits d'été au mois d'août sont les plus propices pour s'extasier en regardant le ciel étoilé.

Loin de la pollution lumineuse de la ville, le ciel ouvre ses portes et invite les regards à percer les profondeurs de l'univers.

Cette nuit-là, je guettais les Perséides, ces météorites qui régulièrement à la mi-août s'abattent sur la terre en traçant des trainées lumineuses fugaces. Comme je n’en voyais arriver aucune, je me faisais patienter en regardant respectivement scintiller Vénus à l'ouest et Jupiter à l'est. Ces deux planètes semblaient rivaliser d'éclat, profitant de la montée tardive de la lune qui, un peu plus tard, allait leur voler la vedette. Mon regard se porta ensuite vers le triangle de l'été formé par les brillantes Vega, Altaïr et Deneb.

Le Chat Persan (1)

Ecrit par Gilberte Benayoun le 01 octobre 2010. dans Ecrits, La une

Le Chat Persan (1)

"Reflets du Temps" commence la publication d'une nouvelle de Gilberte Benayoun (auteure de La Petite Fille des Rues")

Les personnages, les lieux et les situations de ce récit ne sont que le fruit gorgé d’une imagination à but littéraire.

1

Puisque vous le demandez, je vais raconter l’histoire du cinq août au vingt-trois septembre. Je ne sais pas si je peux tout raconter, tout écrire, souvenir encore douloureux. Il faisait très beau ce cinq août à Paris, un grand soleil, et un petit vent d’été qu’en fin d’après-midi je ressentais comme un léger rafraîchissement. Vers dix-huit heures, je recouvrais mes épaules d’un pull en coton noir ajouré, et une grande écharpe gris-bleu de soie. Ce cinq août s’annonçait plutôt bien… un petit théâtre près de l’Opéra présentait un spectacle inédit, composé de chansons et ballets entremêlés, en hommage à la Dame en noir…

<<  353 354 355 356 357 [358359 360 361 362  >>