La une

La Vie des hommes

Ecrit par Pierre Audin le 20 septembre 2010. dans Mathématiques, La une, Littérature

La Vie des hommes

Ma rencontre avec Denis Guedj s'est sublimée au travers d'une autre,   celle d'un mathématicien pas si fou et d'un soldat de mon quartier, plutôt désorienté. C'était aussi la rencontre de la popularisation des mathématiques avec la littérature. Denis Guedj faisait découvrir les mathématiques aux non scientifiques. Si vous ne l'avez déjà fait, lisez "Villa des hommes". C’est une œuvre d’une délicatesse sublime, dont le personnage central n’est autre que le « double » de Georg CANTOR, le génial mathématicien allemand. Il fait la rencontre, dans une chambre d’hôpital, d’un soldat français blessé dans les combats de la « boucherie » de 1917. Leur amitié est foudroyante et se tisse dans le rejet de la Guerre et de l’imbécillité.

Denis Guedj est aussi l'auteur du "théorème du perroquet" grâce auquel nombre des visiteurs du Palais de la découverte connaissent la « salle pi » avant d'y être entrés. Denis Guedj a toujours montré un soutien indéfectible au Palais de la découverte, allant jusqu'à quitter momentanément la ronde infinie des obstinés pour affirmer ce soutien.

Le temps presse, mais pour qui ?

Ecrit par Ariel Gurevitz le 20 septembre 2010. dans Monde, La une

Le temps presse, mais pour qui ?

Il y a une perception assez répandue dans l’opinion publique internationale, comme quoi les Palestiniens n’auraient rien à perdre en éludant un règlement du conflit, et que le temps jouerait pour eux. En réalité le temps joue probablement contre eux, ou du moins contre l’Autorité Palestinienne, dont la survie ne tient qu’à Israël face à la machine de guerre du Hamas.

Le peuple israélien, dans sa grande majorité, n’entend pas contrôler indéfiniment la Cisjordanie. Il est massivement en faveur de concessions territoriales en échange d’une paix véritable. Il y a un quasi-consensus en Israël sur ce point. La tutelle des territoires disputés est exigeante en vies et en ressources humaines, pèse lourdement sur l’économie, pose un problème moral et est un facteur de tension dans le tissu social.

Paris 6th October : the first Jcall meeting

Ecrit par Léon-Marc Levy le 20 septembre 2010. dans Monde, La une

Paris 6th October : the first Jcall meeting

The 6th of October, at 8 pm, we organize the first JCall meeting in France. It will take place in the Rossini room of the 9th arrondissement’s Town Hall, 6 rue Drouot (Metro stop Richelieu Drouot).

The Israeli writer A.B. Yehoshua, winner of the Bialik Prize and the Israel Prize, Daniel Cohn-Bendit and Alain Finkielkraut, both signatories of JCall, will participate in the evening’s discussions during which we will present the new French association of JCall and its objectives

This meeting will be held a few days after the envisaged end of the settlement freeze. We will know at this date if the Israeli government decided to extend the freeze or if any other solution has been founded to allow the chase of negotiations started at the beginning of September, under the aegis of President Obama, between Prime Minister Netanyahu and President Abbas.

Juste un mot (54)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 20 septembre 2010. dans La une, Religions

Juste un mot (54)

Le Pape vient d'effectuer un voyage de quatre jours en " Terre Ceinte ", entendez, le Royaume-Uni. Une visite placée sous le double signe de la repentance - les stigmates de la pédophilie - et de l'ouverture ... Le Vatican espère beaucoup de ce déplacement, onéreux à bien des égards. C'est finalement le gouvernement britannique qui en réglera la moitié, mais cela ne suffira pas à couvrir tous les frais.

Ce sont les fidèles eux-mêmes qui ont dû s'acquitter d'un droit d'entrée pour pouvoir assister aux deux grand-messes - Glasgow et Birmingham - et à la veillée londonienne ... Business is business ! Au cours de ces cérémonies, des voix, à la fois sacrées et profanes, se sont élevées pour célébrer la venue du Saint-Père ... Alléluia ! Alléluia !

Surtout, passons sous silence toute cette bimbeloterie papale, qui a fait la joie des uns et des autres et rempli les caisses ! Au bout du compte, mission accomplie, donc ... Une fois de plus, la " société du spectacle " l'aura emporté, sans le moindre état d'âme.

Le billet d'humeur de Jacklittle (66)

Ecrit par Jacques Petit le 20 septembre 2010. dans France, La une

Le billet d'humeur de Jacklittle (66)

J’espérais ne pas revenir sur mon billet 64 mais Mr Brice Hortefeux, encore lui, m’y oblige.

Notre Ministre de l’Intérieur a déclaré hier : « La menace terroriste s’est renforcée ces dernière heures ».

Ces dernière heures, vous voyez c’est précis. Ou alors nos services de renseignements, qui travaillent beaucoup ces derniers temps, ont soulevé un « lièvre » ou des lièvres de première importante, ou bien ce serait toujours ce climat de peur qu’on chercherait à instiller dans nos esprits.

Dans une réaction, un lecteur d’un quotidien a parfaitement résumé la situation : « Ou c’est vrai et ça fait peur, ou ce n’est pas vrai et ça me donne une autre peur ».

Il y a cinq ans

Ecrit par Claire Garsault le 17 septembre 2010. dans Vie quotidienne, Ecrits, La une

Il y a cinq ans

Alain GARSAULT, à qui son épouse Claire adresse ce texte, était professeur de lettres. Critique cinématographique à la revue "Fiction" et membre du comité de rédaction de la revue de cinéma "Positif".  Traducteur d'ouvrages de science fiction. La photo qui illustre ce texte est le bureau dans lequel il travaillait.

 

Le grincement d’un tiroir mal ajusté suivi d’un bruit de poignée qui cogne contre le bois et te voilà revenu…

Ce bruit, si énervant mais, si rassurant, nous donnait le signal de ta mise au travail après ta sieste salvatrice où tu avais pour toute couverture, le livre qui t’était tombé des mains.

Reprise en main

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 17 septembre 2010. dans Ecrits, La une

Me reprendre.
Tu m'as trop aveuglé la sueur et l'oesophage.
Ramener l'oscilloscope au calme de mes grandes marées.
Me tirer à terre, m'extraire enfin des muscs.
Me tenir,
Pas moins bien placée que l'avant-veille.
M'en tenir à ce que je sais sans plus avant attendre l'hiver.
Ni rien d'autre que le bruit des joncs qui poussent, là et ailleurs aussi.

La Droite en délire : où va-t-on ?

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 17 septembre 2010. dans France, La une

La Droite en délire : où va-t-on ?

C'est l'heure pour l'historien que je suis de "pousser un coup de gueule"…,

à propos de ce qui vient de se passer (le 15 septembre, dans la matinée), notamment à l'Assemblée Nationale au pays des "Droits de l'Homme"… !

Résumons deux faits… d'actualité… Les deux "affaires" Accoyer-Copé…

Premier fait : le Président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, évidemment sur ordre (devinez de qui ! …), a interdit - dans le cadre du vote de la loi sur les retraites (prévu, par la majorité, aux alentours de quinze H. …) - la tenue du débat qui devait avoir lieu à la demande des députés de gauche. Rappelons que le droit - pour les membres de l'hémicycle - prévoit, dans ses règlements, la possibilité pour chaque député le souhaitant de s'exprimer cinq minutes, sans aucune limitation de quelque ordre que ce soit.

Roman (2)

Ecrit par Jean-François Chénin le 17 septembre 2010. dans Ecrits, La une

Roman (2)

Au commencement était le verbe et le roman commence par un verbe. Au commencement de l'histoire - mais toutes les histoires débutent de cette manière - il y a l'ordre, la mise en ordre des mots, le souci de l'origine, l'introduction méthodique des arches et des étais qui soutiendront un ciel et donneront réalité à cette procession qui s'ébranle, où les quelques vides entre les êtres – facilité de la respiration – seront comblés, des vacances faites pour être refermées, un désir primitif de logique comme trois notes – en harmonie - qui se succèdent et se répètent et montent, montent, pour finir dans un chaos de mots, une tempête de verbes heurtés contre les parois du cerveau qui les pense. Parfois un silence, et les cris redoublés qui forment le monde attestent de son poids jusqu'au craquement du prochain silence. Au commencement, ce sera un faux pas, déjà une reddition, aucun verbe n'est assez juste pour être irréprochable au seuil du roman, qui donnerait le plan et le poids d'un récit où il serait son émerveillement et sa logique, aucun verbe assez légitime pour dire, tout entière contenue dans son sens, la loi du texte. Final !

Jardin quand tu nous tiens

Ecrit par Sabine Vaillant le 17 septembre 2010. dans Vie quotidienne, La une, Voyages

Jardin quand tu nous tiens

La clé tourne difficilement dans la serrure. Le mécanisme un peu rouillé peine à s'ouvrir. Un bain d'odeurs envahit l'air. Du jardin s'échappent joyeusement, sans aucune retenue, une végétation débordante. Les tiges, les feuilles s'avancent comme autant de mains à serrer en signe de bienvenue. Attention, certaines piquent!

La porte cède enfin sans lancer ses notes de musique, il faudra huiler le mécanisme. C'est sûr, un an a passé. La boite à lettres est invisible dans l'entrelacis végétal. Pas besoin de longs discours, c'est le chaos!

A commencer par le sol. Les arbres ont déposé un épais tapis gris-brun d'épines de pins au doux nom de sapinettes, de feuilles mortes et sèches au dernier degré, les massifs d'arbustes ont pris leurs aises et les herbes folles du printemps ont séché sur pied.

<<  356 357 358 359 360 [361362 363 364 365  >>