Luce Caggini

Luce Caggini

Peintre. Ecrivain

Histoire  de  Luce  Caggini

Ma  biographie  c’est  l ‘histoire d’ un  pays, l’Algérie  coloniale qui m’a vue naître où j’ai grandi, l’Algérie indépendante qui m’a déconstruite.

Au fil du  temps s’est  édifiée en moi cette force  grandissante, réparatrice , bienfaisante qui me  nourrit d’ un  nouveau  sens de mon histoire.

Toutes ces années passées entre deux  rives, sans jamais accoster.

Dieu  merci, on avait des photos.

Le  moindre détail revenait réveiller la mémoire dont on ne savait plus si on voulait la garder ou l’expulser.

Je vis aujourd’hui dans une maison confortable, entre des murs épais, « Ma terre dans la tête  »  dans un lieu sans nom, peuplé d’ombres.

Un souffle d’air chaud me transporte mieux  que  ne le ferait un « Mystère-Falcon 20 »

Billet fou : Arrêt image sur Edward Hopper

Ecrit par Luce Caggini le 26 janvier 2013. dans La une, Arts graphiques

Billet fou : Arrêt image sur Edward Hopper

Après Edward Hopper. Un rien qui vous saute à la figure, ça devient un grondement assourdissant comme un tout dans le ciel des peintres !

Si l’art de peindre est déjà en soi un désir de communication, c’est aussi pour le créateur un acte avec questions et réponses pas toujours apparentes, soumises à répétitions, un état quasi obsessionnel de l’assoiffé pour qui les couleurs parlent, interrogent autant que les lignes, les vides et les monades du troisième type, un appel implacable de l’insatiable dont l’ami du ciel est le moniteur de la survie du peintre.

– Que répondre à celui qui se dirait athée, on en a connu de fameux ?

– Un peintre est déjà sous contrat avec le ciel.

Quand le peintre est en rémission, miné par le doute et le péché d’orgueil, du côté de l’observateur ce sont d’intarissables menées de critiques, des montagnes d’intrusion dans la chair de l’artiste qui ne peut argumenter et se retrouve à l’état de nouveau-né.