Articles taggés avec: Claude Gisselbrecht

Un été de ballon rond

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 16 juillet 2016. dans La une, Ecrits

Un été de ballon rond

des vacances, un été, avec un Euro et des Olympiades ; du sport en gloire, donc, c'est une saveur différente de ce qu'on ressent en année ordinaire, et, ce, même pour ceux que – comme ils disent – ça n'intéresse pas. Vous l'avez sans doute remarqué...

 

 

L’Euro 2016 se termine le 10 juillet prochain… Pendant la compétition, des équipes qu’on n’attendait pas – ou plus – ont émergé soudain et (dé)montré qu’on devait et pouvait compter avec elles, alors que d’autres, et non des moindres, ont été éliminées prématurément !

Ainsi va l’Euro, avec ses pesanteurs et ses fulgurances… Au cours des premiers matches, la plupart des joueurs semblaient avoir troqué leurs crampons contre des « semelles de plomb »… En effet, maladresses et fautes se succédèrent à un rythme effréné, et un grand nombre d’équipes avaient souvent préféré l’inertie au beau jeu !

Il aura fallu attendre les huitièmes de finale, autrement dit le début des « choses sérieuses » pour que le foot retrouve ses « semelles de vent »… Le « couple franco-allemand » était opposé à deux adversaires coriaces, l’Irlande et la Slovaquie, 2-1 pour la France avec un doublé de Griezmann « de la tête au pied », et un joli 3-0 pour la Mannschaft !

Puis ce fut au tour des Italiens de « faire le spectacle » face à l’Espagne qui, finalement, « botta » en touche sur le score de 2-0. Exit également l’Angleterre, 2-1, qui rencontrait l’Islande, une autre île, soufflant en permanence le chaud et le froid !

Les quarts de finale, ensuite, avec de belles affiches. Pologne-Portugal, pour commencer. C’est finalement l’équipe portugaise emmenée par Ronaldo qui l’a emporté, sans avoir brillé pour autant. Quant aux « petits-enfants de Kopa », ils n’ont pas eu à rougir de leur défaite !

Un peu plus tard, le Pays de Galles rencontrait la Belgique. Le « dragon rouge » a littéralement foudroyé les « diables rouges », 3-1. Le match, riche en rebondissements, a sacré une équipe galloise ô combien talentueuse, surprenante à bien des égards. Lorsqu’on sait que Wales a deux amours, le rugby et le foot, on se dit que ce petit pays du Royaume-Uni n’a pas fini de nous surprendre !

Puis ce fut l’Italie, qui tomba au « champ d’honneur », ou presque, face à la Mannschaft, pas au mieux de sa forme. Tirs au but fatals pour les Italiens, dont la « botte », toujours aussi puissante, aura fait son effet !

Enfin, les Bleus étaient opposés aux Islandais, ces joueurs venus du froid… Ce qui les a surtout douchés, c’est le 4-0 à la mi-temps. Superbe match de la part de l’équipe de France, qui s’est terminé sur le « score fleuve » de 5-2 !

S’agissant des demi-finales, le Portugal sera opposé au Pays de Galles (6 juillet), et l’Allemagne à la France (7 juillet). Avant la finale, qui aura lieu le 10 juillet !

09 juillet 2016 - L’œil de Claude : L’Euro 2016

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 09 juillet 2016. dans La une, Actualité, Sports

Des surprises et des Bleus comme s'il en pleuvait...

09 juillet 2016 - L’œil de Claude : L’Euro 2016

L’Euro 2016 se termine le 10 juillet prochain… Pendant la compétition, des équipes qu’on n’attendait pas – ou plus – ont émergé soudain et (dé)montré qu’on devait et pouvait compter avec elles, alors que d’autres, et non des moindres, ont été éliminées prématurément !

Ainsi va l’Euro, avec ses pesanteurs et ses fulgurances… Au cours des premiers matches, la plupart des joueurs semblaient avoir troqué leurs crampons contre des « semelles de plomb »… En effet, maladresses et fautes se succédèrent à un rythme effréné, et un grand nombre d’équipes avaient souvent préféré l’inertie au beau jeu !

Il aura fallu attendre les huitièmes de finale, autrement dit le début des « choses sérieuses » pour que le foot retrouve ses « semelles de vent »… Le « couple franco-allemand » était opposé à deux adversaires coriaces, l’Irlande et la Slovaquie, 2-1 pour la France avec un doublé de Griezmann « de la tête au pied », et un joli 3-0 pour la Mannschaft !

Puis ce fut au tour des Italiens de « faire le spectacle » face à l’Espagne qui, finalement, « botta » en touche sur le score de 2-0. Exit également l’Angleterre, 2-1, qui rencontrait l’Islande, une autre île, soufflant en permanence le chaud et le froid !

Les quarts de finale, ensuite, avec de belles affiches. Pologne-Portugal, pour commencer. C’est finalement l’équipe portugaise emmenée par Ronaldo qui l’a emporté, sans avoir brillé pour autant. Quant aux « petits-enfants de Kopa », ils n’ont pas eu à rougir de leur défaite !

Un peu plus tard, le Pays de Galles rencontrait la Belgique. Le « dragon rouge » a littéralement foudroyé les « diables rouges », 3-1. Le match, riche en rebondissements, a sacré une équipe galloise ô combien talentueuse, surprenante à bien des égards. Lorsqu’on sait que Wales a deux amours, le rugby et le foot, on se dit que ce petit pays du Royaume-Uni n’a pas fini de nous surprendre !

Puis ce fut l’Italie, qui tomba au « champ d’honneur », ou presque, face à la Mannschaft, pas au mieux de sa forme. Tirs au but fatals pour les Italiens, dont la « botte », toujours aussi puissante, aura fait son effet !

Enfin, les Bleus étaient opposés aux Islandais, ces joueurs venus du froid… Ce qui les a surtout douchés, c’est le 4-0 à la mi-temps. Superbe match de la part de l’équipe de France, qui s’est terminé sur le « score fleuve » de 5-2 !

 

le 4 Juillet 2016

L’œil de Claude

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 15 août 2015. dans La une, Actualité

L’œil de Claude

L’espace Fillon

Grâce à François Fillon, le débat politique a pris enfin de la hauteur et gagné en causticité… Récemment, sur France Info, il évoquait le record de longévité dans l’espace du cosmonaute russe Gennady Padalka, qui a déjà passé plus de 800 jours à bord de la Station spatiale internationale, en précisant que, pour en arriver là, il fallait « ne pas être trop grand, mais très sportif ». Cette « sortie » faisait immanquablement songer à Nicolas Sarkozy, à qui l’ancien Premier ministre, décidément en verve, a souhaité le même séjour prolongé dans l’espace, au moins jusqu’en 2017 !

A droite, tous les candidats « s’entraînent » avec plus ou moins d’assiduité en vue de la primaire, d’abord, de la présidentielle, ensuite, en veillant bien à ne pas laisser s’installer trop tôt un « vide sidérant », source d’échec, à coup sûr… De son côté, le président des Républicains a fait le choix de se lancer prématurément dans l’aventure, se présentant à chaque meeting comme l’homme de la situation, mais qui, en réalité, a du mal à atteindre son « apogée » ! Ce qui est certain, c’est qu’ils croient tous en leur bonne étoile, qu’elle soit filante ou brillante, géante ou naine… Comprenne qui voudra !

 

Descendance

Ainsi donc, notre bonne vieille Terre aurait une « sœur jumelle » ou, si vous préférez, une « cousine éloignée », voire très éloignée, à quelque 1400 années-lumière… Depuis la nuit des temps, Kepler-452b a toujours cru en sa bonne étoile, qu’elle n’a d’ailleurs jamais quittée des yeux !

Des exoplanètes, on en connaît déjà plus d’un millier, mais celle-ci a la particularité de ressembler « comme deux gouttes d’eau » à la planète bleue. Une possible « zone habitable » nous la rendrait plus proche encore, mais il faut savoir qu’un vaisseau spatial, lancé depuis la Terre, mettrait environ 25 millions d’années pour l’atteindre… De quoi réviser la notion d’espace-temps !

Albert Einstein, à l’origine de la « théorie de la relativité », et pour qui l’imagination fut toujours plus importante que le savoir, disait : « La plus belle chose que nous puissions éprouver, c’est le côté mystérieux de la vie ! »… Message reçu ?

L’œil de Claude: Canicul’air

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 04 juillet 2015. dans La une, Actualité

L’œil de Claude:  Canicul’air

D’ordinaire, les marronniers fleurissent en mai-juin… Mais qui aurait pu croire qu’en juillet-août, leur floraison allait se poursuivre dans les journaux, au même titre que les départs en vacances et les conseils de Bison Futé ?

Coup de chaud, donc, sur tout le pays, avec son cortège de températures élevées, voire très élevées, conséquence du dérèglement climatique, déjà bien avancé… Aux extrêmes, par exemple, la glace continue de fondre, plus vite que dans un verre !

Dans l’urgence, mise en place du plan canicule, avec, dans les médias, un chassé-croisé de météorologistes et de médecins, entre autres. Pluie de précautions, car il faut à tout prix calmer le jeu et rassurer les populations !

Laissons le dernier mot à Francis Jammes : « Il est midi. La canicule tombe des ormeaux bleus et noirs où éclate le cri d’une cigale »…

Bel été à tous !

L’œil de Claude: DSK, le retour ? Migrants façon Sarko.

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 27 juin 2015. dans La une, Actualité

L’œil de Claude:  DSK, le retour ? Migrants façon Sarko.

DSK...

Plus les affaires se multiplient en haut lieu, plus on se dit que faire de la politique exige une morgue à toute épreuve, capable d’occulter la morale la plus élémentaire !

Récemment, DSK a signé son retour sur Twitter d’un tonitruant « Jack is back », annonçant clairement la couleur… Sorte de « Jolly Jumper » de la politique, il s’est remis en selle pour de nouvelles aventures, mais ce n’est pas ce que vous croyez !

Il y soigne surtout son image d’économiste de renommée mondiale, allant même jusqu’à « s’allier », dans un souci de crédibilité notoire, à deux anciens Prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz et Paul Krugman… Comme tant d’autres « revenants », DSK ou l’art de se refaire une santé, de se racheter une vertu !

 

Histoires d’eau, ou les Migrants façon Sarko

Le 18 juin dernier, Nicolas Sarkozy, dans un discours, comparait l’arrivée en masse de migrants en Europe à « une grosse fuite d’eau », propos dont la dimension poétique n’avait échappé à personne… Double commémoration, ce jour-là : celle du bicentenaire de la bataille de Waterloo et celle de l’Appel du général de Gaulle depuis la Grande-Bretagne. Des « signes d’eau » en pagaille, lorsqu’on y regarde de plus près !

Presque au même moment se déroulait l’épreuve anticipée de français, en métropole et aux Antilles, où l’on proposait aux lycéens des séries ES/S quatre extraits de textes signés Joachim Du Bellay, José-Maria de Heredia, Charles Baudelaire et Blaise Cendrars. On leur demandait, entre autres, de répondre à la question suivante : « Selon vous, que veulent exprimer les poètes à travers l’évocation de la mer ? » ; s’agissant de l’ancien président de la République, un élément de réponse nous était déjà parvenu à ce moment-là !

Dans son poème, Comme le marinier, Joachim Du Bellay, s’adressant à « son cher Morel », s’écrie : « Et vois ton Du Bellay à la merci du vent / Assis au gouvernail dans une nef percée ». Quant à José-Maria de Heredia, il écrit ceci dans Les Conquérants : « De Palos de Moguer, routiers et capitaines / Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal ». Tout cela n’est pas sans rappeler les « flux migratoires » actuels, symbolisés par les « bateaux ivres » qui sillonnent, nombreux, la Méditerranée et manquent très souvent les rives convoitées !

« L’œil de Claude » : de drôles de Tee-shirts et un premier ministre aimant -trop- le foot ?

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 20 juin 2015. dans France, La une, Politique, Actualité

« L’œil de Claude » : de drôles de Tee-shirts et un premier ministre aimant -trop- le foot ?

Partis pris… la main dans le sac !

En France, les partis politiques sont devenus des enseignes comme les autres… Opérations marketing à tous les étages, dans le but, plus ou moins avoué, de renflouer les caisses. Et parmi les nombreux gadgets proposés à la vente, les t-shirts figurent en bonne place !

Récemment, on apprenait que les principaux partis, LR, PS, EELV, UDI, s’approvisionnaient au Bangladesh, dont les trois-quarts des exportations viennent justement de l’industrie textile. Quelle belle unanimité, mais quel revers pour le « made in France », défendu avec panache, on s’en souvient, par le ministre du Redressement productif lui-même, qui n’avait pas hésité à arborer une seyante marinière fabriquée du côté de Quimper !

A noter que le FN continue de faire bande à part, ayant choisi le Maroc comme « fournisseur officiel ». Plutôt contraire à son éthique, mais, lorsqu’il y a péril en la demeure, tous les coups sont permis, n’est-ce pas ?

Et si l’avenir de la politique ne tenait qu’à un fil, capable de tisser de nouveaux liens, voire des alliances, propices au bon fonctionnement de la démocratie ? Pour le moment, nombreux sont les partis qui souffrent de désaffection chronique et assurent un « service minimum », fuyant le débat et l’autocritique. A plus ou moins long terme, ils risquent, hélas, de se couvrir d’un linceul !

 

Valls aux commandes

Lors du congrès du Parti socialiste, la « bataille de Poitiers » n’a finalement pas eu lieu, unité oblige. Même si elle n’était que de façade, elle est apparue comme une évidence aux yeux des militants, surtout pendant le discours prophétique et fédérateur de Manuel Valls, qu’il a conclu par un Vive la République, vive la France ! digne d’un présidentiable !

Samedi, empruntant la voie des airs, il s’est rendu à Berlin pour assister à la finale de la Ligue des champions, opposant la Juventus de Turin au Barça. Né à Barcelone, le Premier ministre, du haut de la tribune officielle, était venu soutenir « son » équipe, qui l’a emporté à l’issue d’un match très disputé. Hélas, aussitôt après la rencontre, des voix se sont élevées pour le désigner à la vindicte publique, l’accusant d’avoir fait l’aller-retour aux frais de la princesse !

Pourtant, c’est bien connu, on se sent parfois pousser des ailes lorsqu’on est chef de gouvernement… Pompidou et Chirac avaient fini par goûter à la magistrature suprême, Barre, Balladur et Jospin en ont rêvé, Fillon et Juppé continuent d’y songer… Loin de « jouer les filles de l’air », nombreux sont ceux qui ne pensent qu’à ça, en vérité !

L’œil de Claude : des Républicains tout neufs, et Une FIFA toute pourrie ?

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 06 juin 2015. dans La une, Actualité

L’œil de Claude : des Républicains tout neufs, et Une FIFA toute pourrie ?

Vous avez dit « Républicains » ?

Plus « Républicain » que moi, tu meurs… Ainsi parlait Nicolas Sarkozy lors du Congrès fondateur des « Républicains », samedi dernier. A la tribune se succédèrent la plupart des « Républicains de service », dont les principaux candidats à la primaire de 2016, et leur chef suprême, qui en a profité pour critiquer – c’est la loi du genre – le pouvoir en place et présenter sa « feuille de route » pour 2017, sous les applaudissements et les vivats de la foule qui, à y regarder de plus près, était plutôt clairsemée !

François Fillon et Alain Juppé, quant à eux, furent copieusement sifflés par « certains » militants et sympathisants. Attitude bien peu « républicaine », vous en conviendrez ! Le lendemain, l’ex-Premier ministre de Jacques Chirac s’exprimait à la radio, déclarant, en substance, qu’il avait « l’opinion » avec lui, alors que l’ancien président de la République devait, lui, se contenter du « parti » !

Souvent au coude-à-coude dans les sondages, « le meilleur d’entre eux » ne tardera pas à émerger de cette « République de la confiance » que Nicolas Sarkozy veut instaurer à tout prix. D’un côté, un grand professionnel de la politique, « droit dans ses bottes », avec de l’ambition et un bon bilan au compteur, de l’autre, un politicien plein de fougue, prêt à en découdre, mais dont la fragilité, malgré le verbe haut et les « effets de manche », est de plus en plus palpable !

 

Quand la FIFA fait fissa…

A peine réélu à la tête de la FIFA, Sepp Blatter, « honteux » – si peu – et « confus » – à peine – « jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus », promettant au passage une « opération nettoyage » de grande envergure au sein même de l’association à but non lucratif – ce n’est pas une plaisanterie – qu’il dirige depuis des lustres.

Quelques jours plus tard, il démissionne, contraint et forcé, sans doute… Sage décision, si l’on en croit les hautes instances du foot. En attendant, cela ne change pas grand-chose sur « l’état des lieux », car, tout le monde le sait, le ballon ne tourne plus très rond dans les stades depuis longtemps et à tous les niveaux : présidents de clubs, entraîneurs, joueurs, supporteurs, médias… Une gigantesque cacophonie, orchestrée par le fric tout-puissant, dont la provenance ne constitue pas toujours un modèle de transparence !

Quoi qu’il arrive, la FIFA aura toutes les difficultés du monde à se refaire une santé, car le mal est si profond qu’au fil des ans, le ballon de plomb a peu à peu remplacé le ballon d’or… A la fois dommage et dommageable, surtout auprès des plus jeunes !

L’œil de Claude : Dany le Français et le désespoir de Palmyre

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 30 mai 2015. dans La une, Actualité

L’œil de Claude : Dany le Français et le désespoir de Palmyre

Dany le Rouge

« L’Humeur de Dany » (Robert Laffont, 2014) doit sûrement être au beau fixe car ayant enfin obtenu la nationalité française, il jouit désormais de la double nationalité franco-allemande !

Député européen assidu (« Die Grünen », EELV, Parti Vert Européen), il quitte le Parlement de Strasbourg en 2014, après vingt années de bons et loyaux services, et devient chroniqueur à Europe 1. Toujours aux avant-postes surtout pendant les événements de mai 68, il est rapidement passé maître dans l’art de la « provoc » et de l’outrance, qu’il s’est fait un malin plaisir de peaufiner par la suite !

Bienvenue, donc, au pays du béret, du litron et de la baguette ! Pâles clichés, en vérité, comparés à la célèbre photo où il semble narguer la maréchaussée et qui fait dorénavant partie de notre patrimoine. Dany le Rouge, ou « l’apatride reconnaissant » !

 

Palmyre

Palmyre, née du désert,

Le sable est ton royaume,

Et la pierre sculptée

Ta signature pour l’éternité.

 

Cité antique aux mille facettes,

Tu continues de fasciner

Ceux pour qui les traces d’antan

Ont rejoint le sacré.

 

Jusqu’au jour où des illuminés,

Sanguinaires et impurs,

Sur toi jetèrent leur dévolu

Et tuèrent en masse, implorant le Prophète.

 

Jadis, tu t’appelais Tadmor,

Et tu rayonnais par-delà les frontières.

Aujourd’hui, une seule prière :

Que Dieu te préserve !

« L’œil de Claude : regards sur l'Allemagne et sur le Panthéon »

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 23 mai 2015. dans La une, Actualité

« L’œil de Claude : regards sur l'Allemagne et sur le Panthéon »

D’Allemagne

Lundi 18 et mardi 19 mai, Angela Merkel et François Hollande se retrouvaient à Berlin, à l’occasion du 6è « Dialogue de Petersberg » consacré à la lutte contre le dérèglement climatique. Climat des plus cordiaux et entente parfaite affichée au sein du « couple ». A noter que cette rencontre avait pour objectif principal la préparation de la Conférence « Paris Climat 2015 », qui aura lieu dans la capitale, du 30 novembre au 11 décembre.

Cela dit, le climat semble beaucoup moins serein dans le dernier pamphlet signé Jean-Luc Mélenchon, Le Hareng de Bismarck / Le poison allemand. Où l’on constate que le cofondateur du Parti de gauche continue de tirer à boulets rouges sur notre principal partenaire, qui, selon lui, est « le premier émetteur de gaz à effet de serre de l’UE ». Il y a peut-être du vrai dans cette affirmation, mais l’« acharnement thérapeutique » dont il fait preuve vis-à-vis de la chancelière et des Allemands en général a quelque chose d’outrancier, frisant parfois le ridicule, Jusqu’à l’os, titre d’un de ses ouvrages paru en 1991, et dont le sous-titre, Pour arrêter, en politique, la machine à se donner des claques, est toujours d’actualité !

 

Panthéonisation

Le 27 mai prochain, Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay entreront au Panthéon. Quatre grandes figures de la Résistance reposeront désormais aux côtés de Voltaire, Rousseau, Zola, Dumas et Hugo. A propos de l’auteur des Misérables, Nicolas Sarkozy a dit récemment tout le bien qu’il pensait de son roman « 1793 », dont le titre exact est Quatre-Vingt-Treize, et qui montre l’Ancien Régime aux prises avec l’idéalisme révolutionnaire et républicain !

Entre ici, Jean Zay. Ministre de l’Education et des Beaux-Arts – oui, des Beaux-Arts – du Front populaire, il fait aujourd’hui l’objet d’un nombre important de publications dont Souvenirs et solitude préfacé par l’historien Antoine Prost, président de l’Association nationale des amis de Jean Zay. Ce dernier déclarait récemment, dans Marianne : « Il a mis l’Education nationale en mouvement, laissant les maîtres innover avant de réglementer, en expérimentant, grande première, les réformes avant de les généraliser ». A l’opposé de ce qui se fait aujourd’hui, en somme !

L’œil de Claude : des Primaires à venir au 1er mai de théâtre

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 08 mai 2015. dans La une, Actualité

L’œil de Claude : des Primaires à venir au 1er mai de théâtre

Primaires

A droite toute, et cap sur 2016 ! Actuellement, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont au coude à coude, devançant assez nettement les Fillon, Le Maire et consorts. Et ce ne sont pas tant leurs lignes politiques que leurs personnalités respectives qui sont par trop divergentes !

L’ancien président de la République, pour qui le changement ce n’est pas pour tout de suite, ne cesse d’osciller entre séduction appuyée et hâblerie. Prêt à tout pour la reconquête du pouvoir, et sans vraiment se soucier de l’épée de Damoclès que constituent les affaires auxquelles il est mêlé, il veut apparaître comme serein. Malheureusement, il est souvent dans l’excès, ce qui le fragilise encore plus aux yeux de beaucoup et rend sa stratégie un tantinet illisible.

L’ancien Premier ministre, quant à lui, continue d’avancer droit dans ses bottes… Adepte d’un antisarkozysme primaire, son atout majeur il en joue merveilleusement chaque fois qu’il le peut. Plus globalement, ce qui le distingue de son adversaire, c’est son pragmatisme à toute épreuve, qui le pousserait volontiers vers un rapprochement avec le centre, et son côté rassurant d’homme de la situation, à la fois discret et efficace.

Selon que vous serez sympathisants ou électrons libres – de gauche, peut-être – vous tiendrez compte davantage sans doute de votre sensibilité propre que de votre sensibilité politique. Car la vie publique est dans un tel état de délabrement que nous sommes tous en droit d’attendre un homme nouveau, capable de reprendre les rênes de l’Etat !

A gauche, pas de primaire en vue pour le moment, mais il est clair que François Hollande travaille sans relâche à sa propre succession d’ici à 2017. Néanmoins, si l’on tient compte des résultats de certains sondages proposant un tel cas de figure, c’est Manuel Valls qui serait le mieux placé (29%), suivi de Martine Aubry (19%) et de l’actuel chef de l’Etat (18%). Là aussi, on assisterait à un combat singulier entre un Premier ministre, qui plie souvent, mais ne rompt point, et un président de la République, effacé et quelque peu maladroit, dont la cote de popularité va decrescendo. On en est là pour le moment, mais je pense que nous, citoyens de ce pays, sommes conscients de l’enjeu qui nous attend et ferons preuve jusqu’au bout d’un civisme exemplaire !

 

Théâtralement vôtre

1er mai 2015, place de l’Opéra. Marine Le Pen est sur scène et s’apprête à réciter sa tirade, lorsque son père, ce héros, surgit soudain, tout de rouge vêtu. Bien décidé à lui voler la vedette, il se met à saluer le public, bras levés !

Quelques jours plus tard, le Roi Lear est poussé vers la sortie du parti qu’il a lui-même fondé, accusant l’une de ses trois filles de félonie et la répudiant sur-le-champ. Le drame shakespearien qui se joue là, sous nos yeux, aura, c’est certain, de graves retombées sur les plans personnel et politique !

Car Le Menhir, qui n’est pas du genre à s’en laisser conter, fera front, et son rôle d’empêcheur de tourner en rond, il continuera sans doute de l’interpréter jusqu’au tomber de rideau. Pour ce qui est de l’avenir du parti et du sien propre, Marine a incontestablement du souci à se faire !

[12 3 4 5  >>