Articles taggés avec: Didier Ayres

Musique de la présence

Ecrit par Didier Ayres le 21 octobre 2011. dans La une, Musique

Musique de la présence

(allocution présentée aux 13èmes Journées poétiques de Strasbourg)


I

C'est dans la musique que la musique se trouve.


La musique, pétrifiée dans sa propre disparition. Inexistante car intangible et cependant perçue, non tactile, faite de peu de poids. Juste un emportement. Qui fait mourir l’instant. Qui l’abolit. Qui l’envahit et le sature. Justement parce qu’elle n’est faite d’aucune matière –même si l’on compte l’orchestre, les musiciens, les instruments, qui sont des points d’appui mais pas la musique. Une dilatation. Un art qui supplante le temps, l’instant, qui défait la continuité, le continuum, qui s’engendre par son propre allant. L’art musical persiste au-dedans même de ce qui le fait mourir. Il engendre le beau par sa disparition. C’est l’art inaltérable de l’écart, de l’intervalle, du saut. Il n’y a rien de tranquille, d’apaisement dans la musique ; non, elle est une anxiété, une inquiétude qui se répondant, se défait et se tarit, s’estompe. Car elle persiste au-delà du morceau, de la section de la portée.

La peinture qui ne dit que ce qu'elle dit (Didier Ayres)

le 14 octobre 2011. dans La une, Arts graphiques

La peinture qui ne dit que ce qu'elle dit (Didier Ayres)


Henry Daras (1850/1928), Femme pleurant sur la fin du jour, vers 1918-19, Don de la Famille Daras au Musée des Beaux-Arts d’Angoulême.


1.


Essayons quelques mots sur un peintre obscur à la lumière claquante de nos débats esthétiques et souvent machinés d’aujourd’hui, pour nous livrer sans conditions aux faveurs de l’étonnement et de la surprise – voire du choc. Donc, à peine une heure passée au Musée des Beaux-Arts d’Angoulême, tout d’abord dans les collections d’Arts Premiers, nous sommes montés à l’étage supérieur ; un Van Dyck merveilleux, un magnifique Rosa bonheur, et, enfin deux tableaux contigus, rassemblés sur la même cimaise, d’Henry Daras, dont nous ne savions rien, hormis sa dette envers son maître et professeur, Puvis de Chavannes, tout à fait évidente.

<<  1 [2