Articles taggés avec: Elisabeth Guerrier

L'épouse

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 08 décembre 2010. dans La une, Ecrits

L'épouse

 

 

 

 

 

Le médecin passera demain encore.

Il vient chaque jour entre dans la chambre et reste quelques minutes assis au pied du lit.

Il n’y a rien à faire.

On dit plus rien à faire.

Elle est allongée au centre de leur attente et elle aussi attend.

Restes à savoir

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 22 novembre 2010. dans La une, Ecrits

Restes à savoir

 

 

 

 

 

Le Soldat de Dieu pose le pied sur la terre inconnue.

Il est venu de loin pour la révéler à elle-même.

Enfonçant dans son sol comme première marque de ce nouveau temps le signe consacré de sa mission, il y plante aussi l’épée.

Le Soldat de Dieu sait la finalité de toute chose.

A propos de "Ordinary People" de Vladimir Perisic

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 15 novembre 2010. dans La une, Cinéma

A propos de

Quelques lignes à la suite du texte de Daniel Sibony. Elles ont été écrites après avoir vu ce film glacialement réaliste réalisé par Perisic : Ordinary people.

Les procès des criminels de guerre Nazis réveillent chaque fois les mêmes questions fondamentales sur les responsabilités. Un élément peut nous  guider et ouvrir le champ sur un angle peut-être un peu différent. L'absence de culpabilité majoritairement affichée  lors des procès. Nous sommes face à l'horreur, l'extrême absolu de la destructivité de l'homme par l'homme et les acteurs de ce qui se nomme "crime contre l'humanité" depuis leur jugement se tournent vers la protection du système politique auquel ils appartenaient. Pas seulement pour se déprendre de leur implication personnelle mais parce que celle-ci n'a de sens que comme élément d'une organisation qui en leur créant une obligation leur a aussi ouvert une possibilité. Celle de pouvoir agir sur l'Autre sans limites.

Patricio Guzman, "Nostalgie de la lumière"

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 05 novembre 2010. dans Monde, La une, Cinéma

Patricio Guzman,

Dans un des plus vastes déserts du monde, seule plaque brune visible par satellite dans l'humidité bleue et blanche de notre planète, six femmes se penchent vers le sol.

Avant elles se sont penchées d'autres femmes suivant  les troupeaux de lamas des nomades précolombiens.

Ici, rien ne survit sauf les traces, la stérilité du désert les tient à la portée de ceux qui les cherchent.

Vers la terre elles apparaissent là où il y a plus de dix mille ans les hommes enterraient leurs morts à la nuit tombée sous ce ciel si pur que les yeux du monde entier viennent y chercher leur propre histoire tombée du ciel à rebours, les boussoles s'affolent, les ondes sonores du Big Bang et les vibrations célestes élargissent les spectres du temps.

Un fil.

Identité nationale ?

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 15 octobre 2010. dans France, La une, Société

Identité nationale ?

Rien n'oblige à « débattre » d’identité nationale exclusivement sur « ordre » gouvernemental. Elisabeth Guerrier nous propose ici sa réflexion, ses questions.

La Rédaction

 

Hannah Arendt lors d’un entretien définit ce qui détermine l’accès des américains à leur citoyenneté.

C’est, au-delà et avec les différences linguistiques, nationales tout d’abord un choix, une sorte d’allégeance, l’engagement individuel face à la constitution.

Bien sûr il s’agit d’un cadre mais il apparaît que le sentiment identitaire nord-américain puisse s’avérer un repère aussi structurant que les origines de ses membres. Chaque citoyen s’y définit à la fois par ses racines et par son appartenance.

Nous

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 29 septembre 2010. dans La une, Ecrits

Nous

 

 

 

 

 

Chacun des autres que je suis se met d'abord en place.

M'éparpiller pendant mon sommeil est leur projet.

Reprise en main

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 17 septembre 2010. dans La une, Ecrits

Me reprendre.
Tu m'as trop aveuglé la sueur et l'oesophage.
Ramener l'oscilloscope au calme de mes grandes marées.
Me tirer à terre, m'extraire enfin des muscs.
Me tenir,
Pas moins bien placée que l'avant-veille.
M'en tenir à ce que je sais sans plus avant attendre l'hiver.
Ni rien d'autre que le bruit des joncs qui poussent, là et ailleurs aussi.

Polyphonic Apple

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 08 septembre 2010. dans La une, Ecrits

Polyphonic Apple

In the small space of my papilla's memory stays an apple.
It's a key.
It once opened the wide market of unknown possibilities.
I want them all.
I want to taste all of the hundreds of apples Man's obstinate talent created.
Not the apple I'll recognize and that will make me fall asleep
While listening to its doctrinal savor.

AIRCRAFT CARRIER. Specimen

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 30 août 2010. dans La une, Ecrits

AIRCRAFT CARRIER. Specimen

In men species' indefinite crowd's center
Someone raised up.


In the hazy vision of their reality,
Someone became distinct.

In our ontological junction’s complete indecipherability
Someone gave a familiar formula.


In male extinct voices' confusing echoes
Someone started to address his own call.

AIRCRAFT CARRIER. Corps et biens

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 30 août 2010. dans La une, Ecrits

AIRCRAFT CARRIER. Corps et biens

 

Mon  porte-avions a sombré.

Les recherches me poursuivent contre toute attente.

Raclant les récifs, j'extrais quelques débris inqualifiables.

Sur un remix du Requiem inachevé,

Le rythme des commémorations s'accélère

Et les couronnes de volubilis tournent autour de ma taille

----------------------------------Comme des Hula-hoops,

----------------------------------Encerclant mon bien et son corps perdus.

<<  1 [23  >>