Articles taggés avec: Eric Thuillier

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (7)

Ecrit par Eric Thuillier le 06 septembre 2010. dans La une, Ecrits

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (7)

Après avoir évoqué dans l’épisode précédent les grandes lignes d’une profonde refonte du renouvellement générationnel, exposé interrompu par d‘inopinées réminiscences érotiques qui dans le cours nouveau des choses ne viendront plus troubler des esprits qui n’y  sont pas adaptés, le professeur Benoid, relayé par l’orthosophe, joue d’une habile dialectique et met à contribution les contradicteurs pour éclairer les aspects les plus novateurs du train de réformes qu’il se propose de faire rouler à vive allure sur les rails de la destinée humaine.

Tentons maintenant de répondre à quelques objections que les gens systématiquement sceptiques ne vont pas manquer d’émettre. Celle-ci par exemple : comment peut-on engager un prêt au nom de quelqu'un qui n'existe pas ? Qui le contracterait ?

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (6)

Ecrit par Eric Thuillier le 30 août 2010. dans La une, Ecrits

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (6)

La dernière fois, interrompus par la nécessité de respecter le format auquel nous astreignent les motifs les plus sérieux, nous n’avons abordé que le début d’une conférence de l’orthosophe autour des propositions du professeur P. Benoid. Il avait posé le problème, entrons maintenant dans sa résolution.

Voici une idée destinée à mettre en relation directe le dynamisme bancaire et le règlement des douloureux problèmes cités au début de cette brève étude. Cette relation directe ne saurait, à elle seule, régler tout le problème dans un premier temps. Dans un second elle le réglerait entièrement par ses effets secondaires, qu’il est prématuré d'estimer. Ainsi elle réglerait directement (pratiquement) une part du problème et indirectement la part du problème qui reste, par la mise en lumière, très stimulante pour la psychologie des peuples, de l'évidence des relations entre dynamisme bancaire, plein emploi et natalité.

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (5)

Ecrit par Eric Thuillier le 10 août 2010. dans La une, Ecrits

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (5)

Lorsque le hasard a ouvert le tiroir dont le contenu dicte la conférence, Dédé en tire une chemise qui contient des enveloppes. Il les  présente comme un jeu de carte et requiert à nouveau le choix d’un spectateur.

Il annonce alors son sujet. J’ai voulu obtenir la communication de ces textes, il me les a refusés. En usant d’un procédé tout juste honnête, j’ai cependant eu en main celui qui fera la matière de cet épisode. Pour le reste, mes archives sont constituées d’enregistrements sonores qu’il me suffit de choisir et de transcrire. Dédé ne supporterait pas la vue d’un micro, j’enregistre sur un petit appareil photo numérique qui semble pendre, inactif, au bout de mon bras. En utilisant la fonction vidéo sur la plus petite définition on obtient la possibilité d’enregistrer une douzaine d’heures sur une carte d’un GO. Il suffit ensuite d’utiliser un logiciel de traitement audio pour capter le son et le constituer en fichier MP3.

Haïr ! ("Vieux papier" d'Eric Thuillier)

Ecrit par Eric Thuillier le 30 juillet 2010. dans Société, Voyages

Haïr ! (

J’envisage de fournir à RDT quelques uns des « Vieux Papiers » collectés au fil du temps et des brocantes. Une série que chacun peut nourrir de ses propres trouvailles. Je livre celui-ci sans commentaires.

Eric THUILLIER


Haïr !

Il existe aujourd’hui pour les Français une beauté, une dignité, une noblesse de la haine. Qui de nous, avant août aurait écrit une pareille phrase sans frémir ou sans rougir ? Et pourtant, c’est vrai : haïr, les haïr, voilà qui maintenant nous fait éprouver au meilleur de notre esprit et de notre cœur  une fierté réconfortante.

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (4)

Ecrit par Eric Thuillier le 25 juillet 2010. dans Ecrits

Les mille et une trouvailles de Dédé l'Orthosophe (4)

La dernière fois, conduit auprès de l’orthosophe par des touristes complaisants, je suis entré, avant même que nous ayons pris la peine de lui dire bonjour, dans des explications qui, si je fournis toutes celles qui sont utiles à une première approche du personnage, courront sur quinze épisodes sans qu’on ait entendu sa voix. Ce serait le trahir.

Aussi, m’inspirant de procédés cinématographiques qui mêlent le proche et le lointain, le général et le particulier, l’hier et le demain, l’ensemble et le détail, procédés à vrai dire éprouvants pour quelqu’un qui peine à se souvenir de ce qui s’est passé l’heure précédente, je vais troubler la chronologie, aller tout de suite au bout de l’histoire, donner un écho du présent le plus récent.

Les occasions ne manqueront pas d’éclaircir l’appellation d’Auri bleue, de décrire la saisissante installation de rue du Théâtre de la sucette, de découvrir le rituel de mise en dépôt des mots usés dans la boutique, d’assister au déploiement de la Charlotte, de nous rendre au cimetière des écureuils, de découvrir du Land Art sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, de participer aux minutes de silence qu’il organise sous tous les prétextes, de détailler le contenu des tiroirs.

Les 1001 trouvailles de Dédé l’orthosophe (3)

Ecrit par Eric Thuillier le 25 juillet 2010. dans Ecrits

Les 1001 trouvailles de Dédé l’orthosophe (3)

Ce texte fait suite à “Et si..? 1 et 2?, ce qui explique sa numérotation en “3?. La suite portera ce titre. La rédaction de RDT

Rencontrer Dédé n’est pas difficile. Il suffit de repérer dans la rue un couple de touristes qui cherche quelque chose, qui à chaque croisement plonge le regard des deux cotés de la rue pour tenter d’apercevoir la célèbre Charlotte et de les suivre. Les plus têtus finissent toujours par la découvrir en parcourant l’itinéraire approximatif indiqué dans le guide le mieux renseigné, celui qui, en plus de la cathédrale St Front et la Tour de Vésonne, signale la présence dans notre ville de Dédé l’Orthosophe.

Chronique 41 au Monde.fr

Ecrit par Eric Thuillier le 09 juillet 2010. dans Média/Web

Chronique 41 au Monde.fr

Le 27 novembre 2008, le monde.fr a adressé à ses abonnés une invitation à rédiger des chroniques. En septembre 2009, je me suis emparé de cette proposition avec le projet déclaré d’en fournir une à date régulière, chaque mardi des semaines impaires, tel que celui-ci, 6 juillet 2010. Le Monde.fr a depuis ce temps régulièrement publié ces chroniques, ce dont je le remercie, installant entre nous un contrat tacite qui vient de subir une rupture unilatérale.

Ma précédente chronique a été publiée une semaine après son envoi, en même temps que 40 autres, ce qui revient à la rendre illisible, ce qu’elle était sans doute par nature si je me rapporte au fait qu’aucune n’ait paru digne de figurer sur le petit podium à trois places qui distingue les meilleures.

Ce traitement à la brouette de la parole des abonnés, sans un mot d’explication ou d’excuse,  sans réponse à un mail de protestation, est plus que cavalière, ou relève de la cavalerie moderne, genre char Leclerc.

Et si ..? (2)

Ecrit par Eric Thuillier le 18 juin 2010. dans Ecrits

Et si ..? (2)

Un incident inattendu me contraint à modifier mon programme de publication et à avouer plus tôt que je n’avais prévu de le faire que je ne suis pas l’auteur des textes qui défileront sous la rubrique « Et si… ». Le véritable auteur est Dédé l’Orthophose auquel je pensais rendre sa juste place dans quelques semaines.

C’était compter sans le prestige grandissant de notre revue dont un lecteur, intrigué de trouver un texte de Dédé sous le nom de son meilleur ami,  n’a pas cru mal faire en interpellant l’Orthoshose en ces termes : « Alors tu publies tes conférences dans Reflets du temps ? »

Et si ..? (1)

Ecrit par Eric Thuillier le 10 juin 2010. dans Ecrits

La crise est une affaire qui dure. Plus ou moins aiguë, elle nous occupe depuis le premier choc pétrolier, ça commence à faire un baril. Les solutions pour en sortir sont parfaitement connues de presque tout le monde. Il suffit d’interroger un économiste pour s’en rendre compte, il sait ce qu’il faut faire, il compose une phrase dans laquelle on ne retrouve pas tout à fait dans le même ordre que celui qui parlait hier les cinquante mots du lexique économique et il se demande pourquoi on ne fait pas comme ça. C’est vrai que même avec cinquante mots on compose tout un paquet de solutions et tout un flop de résultats.

<<  1 [2