Articles taggés avec: Gilles Josse

Qu'est-ce que que ? La méthode du cheval

le 09 septembre 2011. dans La une, Ecrits

Qu'est-ce que que ? La méthode du cheval

 

L’idée de base est que la meilleure façon de marcher, c’est de mettre un pied devant l’autre. Appliqué à « la résolution de problème », cela consiste à dire que, pour résoudre un problème, il convient avant tout de s’y attaquer et puis de s’y tenir, vaille que vaille. La deuxième idée est que toute erreur est riche d’enseignement et que l’on progresse plus vite vers la solution d’un problème en acceptant d’y apporter une solution comprenant des erreurs, plutôt que de chercher à les corriger au fur et à mesure. La solution obtenue se révèle globalement cohérente, rendant la correction des fautes non nécessaire. La troisième idée est que l’on obtient des résultats beaucoup plus intéressants si l’on se passe de plan préconçu ou préétabli. De cette manière, la solution apportée colle et s’adapte au problème. Ainsi, on comprend mieux pourquoi j’ai appelé cette méthode « méthode du cheval ». Car, pour aller de A à B, le cheval marche, sans se soucier des faux pas et en adaptant son itinéraire et son allure au terrain rencontré. La M-du-C ne paie pas de mine mais elle est terriblement efficace.

Qu'est-ce que que ? La parlotte

le 26 août 2011. dans Ecrits, La une, Société

Qu'est-ce que que ? La parlotte


La parlotte, chez l’homme, ça doit être l’équivalent des perpétuels attouchements des bonobos. Il faut bien qu’il en soit ainsi, sans quoi elle ne revêtirait aucun sens, et nous inclinerait à douter de nous. Quoi de plus vain qu’elle, en effet, sur le plan intellectuel ?!

Éric berne, l’inventeur de l’analyse transactionnelle, nous dit également que parler du temps qu’il fait n’est qu’une manière de parler de nous et de la manière dont nous nous sentons. C’est une interprétation rassurante, quelque part, qui donne de la valeur à ces kilomètres de phrases que les gens produisent sur des choses anodines, et qui semblent tout aussi anodines ; nous ne ferions ainsi que manifester à autrui notre état psychique et émotionnel, afin, au fil de la conversation, d’accorder notre humeur à la sienne.

Vu comme ça, la parlotte, en apparence insignifiante, dit notre façon d’être au monde et d’entrer en relation avec autrui. Ainsi, il est des gens qui, considérant qu’il pleut, ne vous feront jamais la concession que le fond de l’air reste doux, alors que d’autres seront toujours prêts à vous accorder quelque chose de positif, qu’il gèle à pierre fendre ou que ce soit le déluge.

Qu'est-ce que que ? De la Kritikatür

le 19 août 2011. dans Ecrits, La une, Société

Qu'est-ce que que ? De la Kritikatür


La kritikatür, c’est quoi, sinon la dictature des gens sans talents, et qui possèdent néanmoins le pouvoir de vous éreinter la littérature dans la colonne d’un journal qu’on lit, ou au cours d’une émission radiophonique ou télévisée qu’on écoute.

Je suis d’ailleurs bien présomptueux à parler de ce sujet, car n’étant pas moi-même grandement concerné. Mais je ne vois pas pourquoi je ne me mêlerais pas d’une chose, au prétexte qu’elle ne me regarde pas, quand je vois tant de gens pratiquer de même.

« La critique est aisée, mais l’art est difficile », ai-je entendu dire à ce propos, et ça n’est pourtant là qu’un modeste argument en faveur des gens qui s’expriment devant un public. Car, au-delà de ça, reconnaissons qu’il y a bien de la prétention à commenter en quelques lignes tout le travail d’un auteur, que ce soit un album de chanson, un essai ou un roman.

Le pire, en la circonstance, est de voir des individus s’essayer à faire preuve d’esprit et de style à descendre un auteur. Personnellement, je n’aurais pas la prétention de faire de même, si je devais éreinter mon prochain, et je me contenterais de lui adresser mes reproches sans avoir peur de la vulgarité : après tout, un con, c’est un con, n’est-ce pas ?!

Qu'est-ce que que ? Si les cons volaient ...

le 08 août 2011. dans La une, Ecrits

Qu'est-ce que que ? Si les cons volaient ...


« Si les cons volaient, tu serais chef d’escadrille ! » : mais, qui c’est ce « tu » ? Tu, c’est l’autre, qui nous permet paradoxalement d’exister, de nous affirmer, de nous délimiter, mais qui, en même temps, restreint notre liberté même, et nous fait peine à jouir tranquillement de la vie. Bien sûr, c’est du paradoxal poilu de la meilleure eau…

Aussi, un con, c’est dans bien des cas simplement quelqu’un qui n’envisage pas telle ou telle chose de la même manière que nous, à distinguer du connard, qui, lui, semble prendre un malin plaisir à s’opposer systématiquement à nous et à nos façons de voir. Il y a donc là, reconnaissons-le, une gradation, et tout un ensemble de nuances, dans ce que la justice et les bien-pensants qualifient simplement d’injures, et renvoient de même à la sanction du code pénal.

Dans l’océan du langage, il est donc des mots que d’aucuns voudraient renvoyer aux abysses, et dont on ne fait aucune étude, ni aucune théorie, comme on qualifiait les noirs de simples nègres, il y a quelque temps encore, sans chercher à reconnaître la richesse et l’originalité de leur mœurs.

"Qu'est-ce que que" : Le paradoxal poilu

le 29 juillet 2011. dans Ecrits, La une, Société

 

La réalité humaine, quelque part, est gouvernée par le désordre ! Voilà mon parti-pris, qui me vient de mon expérience, de mes lectures et de mes réflexions personnelles. C’est pourtant tout le contraire que l’on cherche habituellement à enseigner aux enfants. L’histoire des hommes, de l’univers et de la vie seraient porteuses d’un sens qui serait celui du progrès, et régies par des lois immuables qu’il conviendrait de découvrir, de reconnaître, d’apprendre et d’étudier, une vision rationaliste du monde qui légitimerait toutes les prétentions politico-morales réactionnaires des partisans de la loi et de l’ordre.

L’existence des lois de la physique et de la biologie nous obligerait de fait à organiser de même toutes les activités humaines, et jusqu’à celles de la pensée. Je tiens pourtant que la vie elle-même est de nature accidentelle, miraculeuse, improbable, et l’absence de vie apparente sur les autres planètes de notre système solaire m’incline à penser que j’ai raison. Partant de là, si nous admettons que l’apparition de celle-ci n’est gouvernée par aucune nécessité, pourquoi voudriez-vous qu’elle, et nous avec elle, évoluions en conformité avec un plan préétabli ?

Qu'est-ce que que ? Je t'aime, moi non plus

le 18 juillet 2011. dans Vie quotidienne, La une, Ecrits, Amour

Qu'est-ce que que ? Je t'aime, moi non plus

En amour, « celui qui prend a l’impression qu’il donne ; arrange-toi avec ça », nous dit Léo Ferré, ce que l’on peut envisager au premier comme au second degré. Ainsi, l’homme « prend » la femme pour lui « donner », et les mots eux-mêmes nous renseignent sur le caractère paradoxal de l’acte sexuel. Mais au-delà de ce simple aspect pratique, l’amour est bien le domaine de la vie humaine où la notion d’échange se révèle la plus complexe.

Ainsi, par exemple, celui qui prend la liberté de tromper l’autre, lui donne effectivement celle d’en faire autant, qu’il n’aurait peut-être pas envisagée de lui-même, et dont il n’a peut-être que faire. Ainsi encore, dans la séduction, on tâche bien sûr de valoriser l’autre et l’image qu’il a de lui, mais on le fait dans le but de s’approprier ses faveurs, et par là, de nous valoriser nous-mêmes par cet attachement.

Quelque part, tout ce que l’on fait de cette manière pour l’autre, on le fait aussi pour soi, et les dimensions altruiste et égoïste de l’amour sont intimement mêlées, d’une manière inextricable, comme le montrent bien les reproches que les couples s’adressent au quotidien ou dans la moindre scène de ménage. On en vient à ne plus savoir distinguer les attitudes et les qualités qui nous sont naturelles, de celles que l’on se force à avoir pour complaire à son partenaire.

Qu'est-ce que que (7) L'orthographe de requise

le 01 juillet 2011. dans Ecrits, La une, Société

Qu'est-ce que que (7) L'orthographe de requise

« Jé vu un oizo : cété un péroké. Il été bo ! » Merci ma poule, pour ce message SMS à l’orthographe idoine ! Quand on lit ça, on a envie de se taper la tête contre un mur, et de lancer une croisade pour la sauvegarde de l’orthographe de la langue française ; tout juste si on ne voterait pas Marine Le Pen aux prochaines élections présidentielles ! Non, je rigole, puisqu’en tant qu’anarchiste patenté, je me défends de voter depuis plus de vingt ans.

Alors, que penser d’un tel tintouin ?! Est-ce que cela signale l’émergence d’une contre-culture, qui donnerait naissance à quelque chose d’équivalent au jazz ? Est-ce que ça en vaut la peine ? Certainement, s’il y a de l’argent à se faire. Car la valeur d’une idée, c’est déjà plus ou moins sa valeur marchande, et la demande crée l’effet de mode.

Là, j’entends des dents qui grincent, et pourtant, c’est ainsi, que cela nous plaise ou non, l’orthographe SMS aura de beaux jours devant elle, pour peu que quelques opportunistes se mettent à commercialiser des produits qui l’utilisent.

Qu'est-ce que que (6) Eloge de la redondance

le 24 juin 2011. dans Ecrits, La une, Société

Qu'est-ce que que (6) Eloge de la redondance


Nos discours sont redondants, et mes enfants, je ne sais pas si c’est le cas des vôtres, me l’ont déjà dit maintes fois : je me répète, et eux-mêmes se répètent, en m’en faisant la remarque. La redondance assure, en principe, une meilleure compréhension du message émis, et ainsi, en reformulant mes opinions, certes je ressasse, mais au moins, je m’assure de ce que l’autre comprend bien ce que je pense.

Mais, au-delà de la simple reformulation, on peut aussi considérer que la redondance se manifeste par la profusion des mots venant préciser le fond de notre pensée, et qui ne sont stricto sensu pas nécessaires à sa compréhension.

Alors pourquoi faire l’éloge de la redondance ? Examinons sur un exemple comment tester le sens de l’humour d’un recruteur qui vous demande en quoi vous engager représenterait un bon investissement pour son client ou son entreprise ; pourquoi vous, en somme ?!

Allons-nous lui dire, comme tout un chacun le fait :

Qu'est-ce que que (5) On nous ment !

le 17 juin 2011. dans Ecrits, La une, Société

Qu'est-ce que que (5) On nous ment !


La vérité sur Dagobert. Quel était son manager ? On nous cache tout, on nous dit rien. Plus on apprend, plus on ne sait rien. On nous informe vraiment sur rien… La chanson de Dutronc ne date pas d’hier, et l’idée sous-jacente non plus. Alors, faut-il céder à la paranoïa ?

L’information, c’est du pouvoir, puisqu’être correctement informé sur une situation permet d’agir au mieux, et qui dit pouvoir, dit richesse. Alors, vraiment, il n’y a pas lieu de s’étonner de ce que l’« on » nous mente perpétuellement, en pensée, en parole, par action et par omission, comme dit le confiteor !

C’est le contraire qui serait étonnant, et la plupart des gens trouveraient déraisonnable et irresponsable que l’on dise certaines vérités au bon peuple, celui-ci étant constitué des gens que l’on estime inférieurs à soi-même : toute vérité n’est pas bonne à dire, et le mensonge et l’hypocrisie font ainsi partie des outils d’une bonne et saine communication.

Qu'est-ce que que ? (4) La morale et la pluralité

le 06 juin 2011. dans La une, Ecrits

Qu'est-ce que que ? (4) La morale et la pluralité


« L’inconvénient de la morale, c’est que c’est toujours celle des autres » disait Léo Ferré. Vivre sans se soucier de la morale des autres, c’est déjà une morale, et je ne crois d’ailleurs pas que cela soit véritablement possible, car nous vivons en société, et que le code pénal existe.

Si la liberté d’action est, sinon interdite, du moins fortement encadrée par la loi, il nous reste la liberté de nos jugements. L’idéal, ça serait donc de pouvoir choisir ses opinions en toutes circonstances, sans se soucier de celles d’autrui. Ce serait une forme de liberté qui reste quasiment inaccessible, dans la mesure où l’homme fonctionne et règle son attitude selon des modèles, qu’il les imite ou bien s’en départisse.

On sait en cela l’importance que présentent les parents et les différents éducateurs dans cette élaboration d’une morale personnelle, soit un système de valeurs, guidant l’individu durant toute sa vie d’adulte. A tel point que l’on se demande parfois si l’on ne serait pas quelqu’un de complètement différent s’il nous avait été donné de connaître d’autres modèles.

<<  1 2 [34 5  >>