Articles taggés avec: Jean-Luc Lamouché

« Doctor Tariq and Mister Ramadan »

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 11 novembre 2017. dans Monde, La une, Politique, Actualité

« Doctor Tariq and Mister Ramadan »

Il y a longtemps que Tariq Ramadan fait parler de lui, avec la complicité d’un bon nombre d’émissions-débats du type « talk show » à la Télévision française, mais aussi sur internet, ce qui lui donna – auprès d’un certain nombre de personnes – le statut « d’homme de dialogue », correspondant à l’image d’un « islam ouvert », en opposition avec l’islamisme radical. Il devint ainsi une sorte de Monsieur fréquentable par opposition par exemple, avant tout, sur l’autre rive (si je puis m’exprimer ainsi), à un Manuel Valls vilipendé et considéré par certains comme un « islamophobe » proche des « dérives ethnicistes de l’extrême droite » (citation provenant d’une déclaration de Jean-Luc Mélenchon !). Ce Tariq Ramadan-là, c’est celui que j’appelle « Doctor Tariq »… Mais, il se trouve qu’il y en a un autre, en réalité cryto-islamiste à peine déguisé, et de plus vautré dans le harcèlement sexuel et même accusé de viols (tout ceci provenant de plaintes de femmes de plus en plus nombreuses). Et c’est bien sûr cet autre Tariq Ramadan que j’ai pu nommer « Mister Ramadan ». Il est temps maintenant de développer mon propos en passant à une démonstration argumentée par rapport à cette introduction.

Comment se présenta – et continue de se présenter – le « Doctor Tariq » ? Ce Monsieur naquit en Suisse, à Genève, en 1962, ce qui lui fait aujourd’hui l’âge de 55 ans. Après avoir passé un doctorat à l’université de Genève, sa thèse ayant porté sur son grand-père d’origine égyptienne (je reviendrai plus loin sur cette question), il s’adonna parallèlement à des études de littérature française, puis à l’université al-Azhar du Caire, qui lui conférèrent l’autorisation d’enseigner « les sciences de l’islam ». C’est dans ce contexte que ce Monsieur se présenta comme un « islamologue » et devint jusqu’à il y a quelques jours (puisqu’on vient de lui supprimer cette fonction en rapport avec les accusations de frasques de nature sexuelle) professeur d’études islamiques contemporaines à Oxford. Ceci l’amena d’ailleurs à être invité dans de multiples universités ! De plus, s’exprimant en plusieurs langues, le « Doctor Tariq » occupa le terrain en tant que conférencier, prédicateur, et auteur de divers ouvrages portant sur l’islam. J’ajoute que ce Monsieur est marié (depuis l’âge de 24 ans) à une française d’origine bretonne s’étant convertie à l’islam, avec laquelle il a eu quatre enfants. Soit un profil prétendument tout à fait honorable, affirmant passer des ponts « d’intégration » entre l’ensemble du monde occidental (essentiellement européen) et islamique.

JEAN ROCHEFORT

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 10 octobre 2017. dans La une, Cinéma

JEAN ROCHEFORT

Hier, c'était, pour tous les cinéphiles, et probablement un très grand nombre de français, Cinéma-deuil, avec le décès du grand acteur Jean Rochefort. Il y avait déjà eu la disparition de son très souvent « complice » Philippe Noiret le 23 novembre 2006, cela fait donc plus de dix ans déjà... Et même s'il nous reste – heureusement – l'autre « compère » Jean-Pierre Marielle, âgé de 85 ans, avec la mort de « Jean », c'est une ancienne génération-phare du cinéma français qui est en train de s'éteindre progressivement. Dans cette courte chronique-hommage, je vais essayer de parler de tout ce que le cinéma français doit à Jean Rochefort, en faisant allusion aux éléments essentiels de sa filmographie, mais aussi de l'homme qu'il était pour nous. C'est d'ailleurs par cet aspect que mon article commence.

Né à Paris le 29 avril 1930, Jean Rochefort nous a quittés dans la nuit du 8 au 9 octobre 2017, à l'âge de 87 ans. Personnellement, je n'oublierai jamais - même s'il nous reste fort heureusement ses films – sa voix chaude, son (sou)rire chargé d'un humour à peine retenu, pince-sans-rire, et disons-le aussi sa grande classe, sa mise (si je peux m'exprimer ainsi) quasi-aristocratique. Il commença évidemment sa carrière par des seconds rôles, dont je vais bientôt rappeler quelques exemples. Mais, avant cela, il faut signaler qu'il faisait partie de la célèbre « bande du Conservatoire », qui était un groupe de comédiens français, tous élèves du Conservatoire national supérieur d'art dramatique à Paris, et ceci dès le début des années 1950, époque où Jean Rochefort était âgé d'une vingtaine d'années. Ils avaient tous de grands liens d'amitié, ayant eu pour professeurs l'immense Louis Jouvet, Georges Le Roy (acteur, sociétaire de la Comédie-Française, et donc professeur), et René Simon (un acteur qui avait fondé en 1925 les cours qui portaient son nom). Parmi les membres de cette « bande du Conservatoire », je citerais : Annie Girardot, Françoise Fabian, Jean-Paul Belmondo, Bruno Cremer, Claude Rich (mort récemment), Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort (bien sûr), sans oublier l'adjonction de Philippe Noiret.

C'est à présent le moment de nommer quelques films au sein desquels Jean Rochefort se fit remarquer par sa présence et son physique particulier, voire son maintien, sans oublier sa moustache. Ainsi, comment ne pas citer ses rôles auprès de Jean-Paul Belmondo, dans « Cartouche » et « Les Tribulation d'un Chinois en Chine » ? Lui qui joua, pour le cinéma, dans 113 films (sans compter les productions pour la télévision et le théâtre), ce fut à partir de 1972 (il avait alors une petite quarantaine d'années) qu'on lui donna vraiment les premiers rôles. J'en citerais juste quelques uns, non pas forcément dans l'ordre chronologique, mais en fonction de l'intérêt qu'ils eurent pour moi, et qui firent qu'il apparut réellement comme si grand acteur. Je me limiterais donc à : "Que la fête commence" (de Bertrand Tavernier), "Ridicule" (de Patrice Leconte), "Un éléphant ça trompe énormément" (d'Yves Robert), "Le Crabe-tambour" (de Pierre Schoendoerffer), "L'Horloger de Saint-Paul" (de Bertrand Tavernier), "Le Grand Blond avec une chaussure noire" (d'Yves Robert), etc.

J'ajoute à cette chronique-hommage, en guise de conclusion illustrée, des extraits de « Que la fête commence », qui est un de mes films français préférés, réalisé, comme dit précédemment, par Bertrand Tavernier, avec Jean Rochefort dans le rôle (pour moi son meilleur !) d'un grand ecclésiastique plein de libertinage, « l'abbé Dubois », appelé ensuite « le cardinal Dubois », et principal ministre de l'Etat (sous la Régence de Philippe d'Orléans, après la mort de Louis XIV et pendant la minorité de Louis XV) ; un Jean Rochefort en bonne compagnie, aux côtés de ses Amis Philippe Noiret, le Régent, et Jean-Pierre Marielle, un marquis- gentilhomme breton. Avec Philippe Noiret déjà, et même si le grand Jean-Pierre Marielle nous reste, nous voici donc quelque part un peu comme « orphelins »...

EDMOND MAIRE : UN HOMME, UN COMBAT, UNE CONSCIENCE

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 03 octobre 2017. dans La une, Société, Histoire

EDMOND MAIRE : UN HOMME, UN COMBAT, UNE CONSCIENCE

Edmond Maire, dirigeant emblématique de la CFDT pendant une longue période, et qui fut l'artisan du « recentrage » de la centrale syndicale vers la fin des années 1970, est décédé dimanche 1er octobre, à l'âge de 86 ans, « des suites d'une maladie », comme l'annonça sa famille dans un communiqué ; il avait été aussi précisé que ses obsèques auraient lieu « dans l'intimité ». Il y a des moments et des événements, comme celui-là, où notre histoire personnelle (je parle ici pour moi) peut être profondément touchée par la disparition d'un homme, qui fut une grande figure du syndicalisme et – d'une certaine façon – de la politique (au sens le plus noble de ce terme), et ceci alors qu'il y avait longtemps que l'ancien leader de la CFDT avait quitté la scène dans les domaines où il fut tellement actif. Je précise qu'Edmond Maire avait fait ses dernières apparitions publiques en juillet 2016, lors de l'hommage national rendu à l'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard, et en janvier dernier aux obsèques de François Chérèque, l'un de ses successeurs à la tête de la CFDT.

Né en 1931 à Epinay-sur-Seine, dans un famille catholique, Edmond Maire était chimiste de formation. Il avait participé à la création de la CFDT en 1964 ( à l'âge de 33 ans), une nouvelle structure syndicale née d'une scission avec la CFTC, sur la base d'une véritable déconfessionalisation (par rapport au christianisme) et d'un engagement politique de gauche assez radical (pendant un certain nombre d'années). C'est en 1971 qu'il devint le secrétaire général de la CFDT, et pour une période très longue, puisqu'il ne céda la main à son successeur Jean Kaspar qu'en 1988. Edmond Maire était entré dans le syndicalisme pour, disait-il lui-même, « changer le syndicat et changer la société ». Pour lui, l'un n'allait pas sans l'autre, en tant qu'intellectuel du mouvement syndical, dont la pensée continue toujours de marquer profondément l'organisation qu'il avait dirigée. Et ce n'est pas un hasard si Laurent Berger, l'actuel numéro un de la centrale syndicale, se faisant le porte-voix de ses camarades, à l'annonce du décès d'Edmond Maire, dimanche, déclara : « On perd une référence, on perd un immense syndicaliste, un des fondateurs de notre type de syndicalisme ».

Parfois imprévisible, l'homme Edmond Maire était farouchement indépendant, visionnaire pour son organisation et le rôle qu'elle pouvait jouer dans la société. En tant que leader de la CFDT, il apparut, à l'origine, comme étant véritablement issu de la culture de « mai 1968 », l'homme (un des principaux hommes) du « socialisme autogestionnaire » et de la « planification démocratique », par opposition avec les conceptions centralisatrices et totalitaires du « Gosplan » de type soviétique, en URSS et dans ses pays satellites (notamment en Europe de l'est). Dans ce contexte, et en compagnie du PSU, également très radical, du jeune Michel Rocard, il fit tout pour contribuer à transformer le nouveau PS dirigé par François Mitterrand, et qui était issu du congrès d'Epinay-sur-Seine (en 1971), en un « parti ouvrier de masse », incitant de nombreux membres de son syndicat à adhérer au PS dans le cadre des « Assises du socialisme » (en octobre 1974). Mais, les aspects « deuxième gauche » (décentralisatrice par comparaison avec la « première gauche » jacobine regroupée autour de François Mitterrand), quasiment « révolutionnaire » (dans un premier temps), se heurtèrent à de dures réalités. Edmond Maire comprit les difficultés qu'il y allait avoir à synthétiser ses aspirations autogestionnaires avec les visions qui étaient celles du PCF (encore très puissant dans les années 1970), ceci d'autant plus que François Mitterrand semblait valider certains aspects proches des conceptions communisantes. Il y eut aussi la rupture entre communistes et socialistes en 1977 – lors de la renégociation du Programme Commun de Gouvernement (signé en 1972) -, puis la défaite électorale de la gauche en 1978, ce qui provoqua une profonde évolution dans les positionnements du leader cédétiste.

Front National : sa sociologie politique

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 27 septembre 2017. dans France, La une, Politique, Actualité

Front National : sa sociologie politique

Depuis la relative « défaite » du Front National lors de la phase électorale de l’année 2017, en raison d’un score décevant (environ 34% des suffrages exprimés lors du second tour des présidentielles face à Emmanuel Macron), et en liaison directe avec un débat catastrophique pour Marine Le Pen contre le candidat du mouvement En Marche, rien ne va plus au sein du parti d’extrême droite français. Ceci est d’ailleurs tout à fait normal étant donné ce qui vient d’être dit. Mais, il y a autre chose à préciser : c’est le fait qu’en général l’extrême droite est toujours divisée en de multiples chapelles. Or, avec Jean-Marie Le Pen, puis sa fille Marine, sans oublier Marion Maréchal Le Pen, la « sauce » de l’unité avait pris. Pourquoi ? Eh bien principalement pour deux raisons : d’abord un contexte de « crise systémique » (ou globale), dont profite le Front National, et ensuite la présence effective d’un chef (ou d’une cheffe) vu(e) comme étant charismatique. J’ajoute que si rien ne va plus au sein du Front National – avec récemment l’éviction/départ de Florian Philippot –, c’est lié à des considérations au demeurant fort intéressantes de sociologie politique, notamment électorale.

C’est à ces questions que je vais m’intéresser en essayant de les analyser.

Il y a en réalité deux fronts nationaux sur le plan sociologique et géographique, qui ont certes en commun plusieurs thématiques : sur l’immigration, l’identitarisme, le sécuritarisme, et le nationalisme. Mais ils sont aussi totalement opposés à plusieurs niveaux, dont ceux liés à la sociologie électorale. Le premier Front National, dans l’ordre chronologique, celui du sud, et surtout du sud-est, bourgeois, ou « petit blanc », est avant tout « identitaire » et notamment de culture catholique « traditionnaliste » voire « intégriste ». Le second Front National, toujours chronologiquement, apparu plus tardivement, dans les régions du nord et du nord-est, un parti frontiste à coloration « sociale », celui des régions populaires sinistrées économiquement par les conséquences négatives de la mondialisation ultra-libérale, puis néo-libérale, avec un chômage qui n’a pas été assez combattu par la création d’emplois nouveaux. Il y a là un danger extrême d’éclatement, à terme, pour le Front National. Et ceci d’autant plus que deux dirigeants (très opposés, et même hostiles l’un par rapport à l’autre) incarnaient cette dichotomie : Marion Maréchal Le Pen (dans le prolongement des positionnements idéologiques de son grand-père Jean-Marie), en ce qui concernait le Front National du sud et du sud-est, et Florian Philippot pour l’autre Front National du nord et du nord-est.

Or, quel est le Front National qui peut être vu comme ayant été mis en échec par rapport au score réalisé par Marine Le Pen lors des élections présidentielles d’avril-mai 2017 ? Evidemment celui du sud et du sud-est, tenté, au niveau d’une partie de son électorat, par le vote pour François Fillon (malgré le Fillongate et le Penelopegate), avec le fer de lance, du type passerelle ponctuelle sur le plan idéologique, des catholiques réactionnaires de « Sens commun ». Là est le problème crucial, voire le déclin potentiel, pour le Front National, au profit de la droite dure qui s’organise actuellement autour de Laurent Vauquiez, d’Eric Ciotti, etc. Par contre, et alors qu’il vient de partir (évincé ?), Florian Philippot (qui, ne faisant pas partie de la PME des Le Pen, était perçu par beaucoup comme un corps étranger qu’il faudrait éliminer à tout prix un jour) a représenté une « ligne » qui a fait progresser le Front National en voix et en % des suffrages exprimés dans les régions du nord et du nord-est, à base populaire. Voilà pourquoi « Le Vieux » (Jean-Marie Le Pen) aurait tort de se réjouir du départ de Florian Philippot, car c’est la « ligne » de ce dernier qui aurait pu faire encore progresser l’extrême droite frontiste sur une base quasiment « néo-mussolinienne » (des origines), version 2017…

Jean-Luc Mélenchon est-il de gauche ?

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 20 septembre 2017. dans France, La une, Politique

Jean-Luc Mélenchon est-il de gauche ?

Ceux qui qualifient Jean-Luc Mélenchon comme étant le chef français de « la gauche radicale », ou de « la gauche de la gauche », ou encore de « l’extrême gauche », se trompent en très grande partie, en tout cas à mon avis. Je vais donc tenter dans cette chronique,  plutôt spécialisé – par mon enseignement antérieur, mes conférences, et d’autres activités – dans le domaine de l’Histoire contemporaine (depuis 1789), et notamment en ce qui concerne l’Histoire immédiate (liant l’Histoire et l’Actualité), de le démontrer. Il va de soi que je ferai le maximum pour essayer d’être le plus honnête possible sur le plan intellectuel, même si je suis moi aussi – comme vous toutes et vous tous – un citoyen, et que, dans ces conditions, je ne puis vous assurer d’une totale objectivité, un concept qui n’existe d’ailleurs pas, car étant soit chimérique, soit hypocrite.

Faisons très attention à ne pas caricaturer, car il y a en effet, incontestablement, dans l’idéologie de Jean-Luc Mélenchon, un certain nombre d’éléments qui sont liés à ce qu’était le socialisme marxiste orthodoxe français depuis Jules Guesde à la fin du XIXe siècle (et non celui, humaniste et réformiste, de Jean Jaurès), et aussi le communisme de Vladimir Ilitch Lénine et celui de Léon Trotski, etc. Je voudrais préciser avant toute chose qu’il ne faut pas mélanger l’idéologie personnelle de Jean-Luc Mélenchon avec celle d’une partie importante des Insoumis, même si une majorité d’entre eux ont été subjugués plus ou moins inconsciemment par la personnalité de celui qui est devenu un peu comme une sorte de « gourou » aux yeux de ses « fans » ; pensons ainsi, sur ordre de Jean-Luc Mélenchon lui-même, à la mise en place d’une chaîne YouTube (« pour ne pas avoir à répondre aux journalistes », dixit), aux meetings de l’entre-soi, et à l’hologramme, tout ceci pour la dernière campagne électorale de 2017.

Prenons des exemples de cette radicalité « socialo-communiste » (au sens large de ces termes) classique, de type marxiste, que l’on peut trouver dans le mélenchonisme. En premier lieu, on a, en son cœur, un anticapitalisme radical et même relativement jusqu’au-boutiste (mais que l’on retrouve aussi dans le Front National de Marine Le Pen, au niveau de la tendance « sociale » qui s’est organisée autour de Florian Philippot). En second lieu, il faut rappeler le principal slogan lancé par Jean-Luc Mélenchon depuis au moins 2012 : « La révolution par les urnes » ; une « révolution » qui se structurerait immanquablement – comme au Venezuela de Nicolas Maduro – par la réunion d’une « Constituante », aboutissant à la mise en place d’un nouveau régime (appelé la « VIème République »). En troisième lieu, on trouve chez Jean-Luc Mélenchon la volonté de générer des dépenses tous azimuts, ceci en rapport avec une relance par la seule consommation (comme François Mitterrand entre 1981 et 1982), donc sans rapport avec celle par l’offre ; ce qui risquerait de la rendre très problématique au niveau des aspects éventuellement positifs de ses résultats économiques et sociaux. En somme, le chef des Insoumis propose une politique de type néo-keynésienne extrêmement traditionnelle et qui fut l’une des grandes caractéristiques du socialisme français et des gauches hexagonales et européennes, en gros de 1945 jusqu’aux conséquences de la crise économique, avec le premier choc pétrolier en 1973, puis le second en 1979 ; tout ceci étant mâtiné d’une certaine dose de marxisme-léninisme plus ou moins archaïque.

1967 : Les Beatles et « Sgt Pepper »

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 30 août 2017. dans La une, Musique

1967 : Les Beatles et « Sgt Pepper »

Nous sommes – au moment où j’écris ces lignes – en août 2017. Or, il y a 50 ans – eh oui… 50 ans déjà… ! – que l’année 1967 correspondit à la sortie du célèbre album des Beatles, Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, qui révolutionna véritablement le domaine et les horizons de la musique pop et trôna pendant des années et des années en haut des hit-parades – ce que l’on appelle les « charts » dans les pays anglo-saxons (Grande-Bretagne et Etats-Unis). Un sacré anniversaire, donc… ! Mais, en quoi cet album – absolument pas comme les autres, voire unique pour l’époque – consistait-il et pourquoi parler à son sujet de révolution ? C’est à ces questions que je vais essayer maintenant de répondre dans le cadre de cet article.

Quelques mots tout d’abord à propos de la publication de l’album original, qui intervint précisément – pour la première édition – le 1er juin 1967 en Grande-Bretagne et en France, et le 2 juin 1967 aux Etats-Unis et au Canada. Il fut enregistré du 6 décembre 1966 au 21 avril 1967, notamment dans les studios EMI de Londres. En Grande-Bretagne et en France, la sortie en eut lieu sous le fameux label Parlophone tandis qu’aux Etats-Unis et au Canada il s’agissait de Capitol. La pochette révolutionnaire de l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band est l’une des plus célèbres de l’histoire de la musique. Je vais tenter maintenant de vous dire en quoi ce terme de « révolutionnaire » n’était, pour l’époque, absolument pas exagéré.

Il y avait le montage très élaboré de la photo de couverture, la photographie des Beatles s’étalant sur les deux à-plats intérieurs, le visuel du verso de la couverture avec les paroles des chansons, et enfin une planche à découper (avec une seule face) insérée dans ladite pochette. La couverture de celle-ci présentait un visuel se décomposant en trois plans. Le premier était constitué principalement d’un massif de fleurs dans lequel se trouvait inséré un assemblage d’objets (plantes vertes, instruments de musique, figurines, etc.). Le deuxième représentait la présence des quatre Beatles accompagnés de mannequins en cire, etc. Le dernier correspondait à un assemblage sur plusieurs rangées de découpes grandeur nature d’une cinquantaine de portraits de personnages plus ou moins célèbres, ainsi qu’un palmier artificiel. Au centre se trouvaient les Beatles, chacun vêtu d’un uniforme de parade d’une couleur différente, se tenant debout, réunis derrière une grosse caisse de fanfare militaire, sur la peau de laquelle figurait le titre de l’album. A leurs pieds, au milieu du massif paysager, des jacinthes rouges formaient le mot « Beatles » en lettres capitales. Cette pochette présentait une vraie rupture avec les précédents albums du groupe, car ici chaque Beatle avait sa propre coiffure, son propre costume, sa propre identité. Chacun des membres du groupe portait la moustache. Le contraste était accentué par la présence, à leurs côtés, de statues de cire en habits sombres – tels qu’on pouvait les voir dans un musée de Londres – à l’effigie des « anciens Beatles »…

Souvenirs de voyages « In Africa »

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 15 juillet 2017. dans La une, Souvenirs, Voyages

Souvenirs de voyages « In Africa »

Je n’avais « pas une ferme en Afrique, au pied des collines du Ngong… », selon cette formule inoubliable que beaucoup d’amateurs de littérature (La ferme africaine, Karen Blixen) et de cinéma (Out of Africa, Sydney Pollack) connaissent tellement ! Et pourtant… Je suis fortement attaché à l’Afrique noire, ayant pu y faire plusieurs voyages, en compagnie de mon épouse et de mon fils, durant les années 1990, et précisément dans la seconde moitié. Pas pour un très grand nombre de pays, ni une très grande durée, car ils se limitèrent au Sénégal (par deux fois, dont un en Casamance), au Kenya et à la Tanzanie. De plus, lorsque je cite ces pays, il ne peut s’agir bien sûr que de certaines régions, mais qui me marquèrent à jamais, telles des « expériences ». Je ne pourrais ici que rapporter des anecdotes, tout en faisant le maximum afin qu’elles puissent illustrer des aspects précis (sociologiques, culturels, etc.) de ces voyages « In Africa ».

Au Sénégal, dont au sud, la Casamance, ce fut, comme le plus souvent, dans le cadre d’un voyage semi-organisé, puisqu’il nous arrivait d’être avec un petit groupe – fait pas forcément désagréable, au demeurant. Mais, nous pouvions faire aussi très librement de nombreuses escapades à trois… Le nombre d’enfants fut un des premiers phénomènes qui nous frappèrent (comme au Kenya et en Tanzanie, bien évidemment) ! Un des villages que nous avions visités, avec l’instituteur-directeur de son école primaire, fut extrêmement émouvant. En effet, après avoir vu la classe unique (avec plus d’une soixantaine de jeunes élèves), nous avions décidé tous les trois de remettre la somme de 300 Francs (c’était avant l’Euro) au directeur, qui nous déclara alors : « Avec cette somme, je vais pouvoir acheter toutes les fournitures de mes élèves pour une année entière ! » ; et il nous remercia chaleureusement. Il décida alors de nous faire rencontrer les anciens du village (aux visages burinés et à la courte barbe grisonnante), sous « l’arbre à palabres ». Il faut savoir que l’éducation y était un droit et non une obligation, et que, dans ces conditions, les parents payaient pour une partie importante des études de leurs enfants, dont la discipline était exemplaire… Une année, nos visites se concentrèrent sur la région du Sine Saloum (« entre les fleuves »), située au sud de la Petite-Côte du Sénégal et au nord de la Gambie, avec delta aux eaux saumâtres, dans le cadre d’un parc national. L’écosystème local présente avant tout des mangroves et des palétuviers ; ce fut un voyage en barque… un grand souvenir ! Une autre visite inoubliable correspondit à celle de la ville portuaire de Ziguinchor, donnant sur le fleuve Casamance et située à environ 70 km de l’Océan Atlantique, avec surtout les odeurs (en plein soleil) des poissons vendus à ciel ouvert sur de grandes tables par des petits marchands d’un autre siècle. A l’hôtel, nous avions pris le goût d’un petit-déjeuner avec jus d’agrumes, un peu plus copieux que celui que nous prenions d’habitude en France ; depuis, nous avons gardé cette habitude. Lors de notre voyage en Casamance, la température n’était pas très élevée, en tout cas à l’époque où nous y étions allés. « Il fait 21° ! Y caille ! », avait déclaré un employé de l’hôtel… Toujours en Casamance, des gardes étaient présents autour de l’hôtel, armés de machettes et d’armes de guerre, car il y avait eu plusieurs fois de graves troubles politiques dans cette zone du Sénégal, dont une organisation exigeait l’indépendance (avec des combats mortels durant les années précédentes). Et puis, il y eut cet « épisode » que nous avions appelé « Tu me vexes ! » (réaction outrée de la vendeuse devant notre refus d’acheter des babioles disparates et censées valoir artisanat local) avec les femmes en « boubous » (robes de toutes les couleurs), le boubou étant aussi porté par des hommes et même des enfants. Quoi qu’il en soit, lorsque nous avions quitté les lieux, plus aucun de nous trois n’avait le moindre argent local sur lui… et le fameux marchandage africain n’avait visiblement été « parlé » par aucun d’entre nous.

Racines d'actu : Le « Macronisme » et les cultures politiques ?

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 27 mai 2017. dans France, La une, Politique

Racines d'actu : Le « Macronisme » et les cultures politiques ?

Je voudrais présenter ici une analyse succincte par rapport aux élections présidentielles écoulées, et surtout en liaison avec le phénomène politique que certains nomment déjà le « macronisme », en tentant de replacer tout cela dans la longue durée historique française et touchant même à des traditions provenant d’autres pays.

Pendant les élections présidentielles d’avril-mai 2017, dont nous venons tout juste de sortir, on peut dire que plusieurs cultures politiques issues de l’ancien modèle français se sont trouvées confrontées : une (à plusieurs visages) de type libérale, au sens des « valeurs » de 1789 (première phase, libérale, de la Révolution française), une se rattachant plus ou moins à 1793 (seconde phase, radicale, de la Révolution française) jusqu’au « surmoi marxiste » guesdiste, puis léniniste et même trotskiste, et enfin une nationaliste issue principalement de la tradition contre-révolutionnaire. A cela, il faudra en ajouter une autre, de type américaine, et précisément « californienne ». C’est au sein de ces cultures politiques diverses et conflictuelles que je vais être progressivement amené à situer le « phénomène Macron », ou « macronisme ».

Avant d’aborder la(les) culture(s) politiques auxquelles rattacher le macronisme, rappelons rapidement celles auxquelles celui-ci s’opposa. D’abord, il y eut celle menée par Jean-Luc Mélenchon, dont on connaît les penchants « robespierristes » et « sociaux-nationalistes » prononcés, ainsi que le passé trotskiste, dans le cadre de sa France Insoumise. Cette même culture globale fut aussi portée, du moins en partie, quoique très différemment, par le social-démocrate de gauche (provenant du Parti Socialiste) Benoît Hamon, qui fut « siphonné » sur le plan électoral entre d’une part La France Insoumise et de l’autre En Marche, le mouvement politique d’Emmanuel Macron. Etant donné son très faible poids électoral, je vais laisser de côté les éléments de types trotskistes que l’on devrait rattacher à cette même tradition « révolutionnaire » au sens large, en plus radicale. Ensuite, on eut affaire à celle de Marine Le Pen, qui s’organisa autour de l’extrême droite frontiste, avec une courte alliance mise sur pied entre la cheffe du Front National et le souverainiste de droite Nicolas Dupont-Aignan. Enfin, on assista à un certain maintien tant bien que mal (et plutôt mal que bien) de celle de la droite dite « classique » ou « républicaine » (?), libérale au niveau économique, avec le parti Les Républicains et l’Union des Démocrates Indépendants, et qui fut amenée dans le mur par François Fillon (après l’élimination d’Alain Juppé lors du second tour des primaires de la droite et du centre), en liaison avec son programme économique et social extrême, de facto suicidaire, suivi par les cataclysmes provoqués par le Fillongate et le Penelopegate.

Dans ce contexte culturel politique global, comment situer le phénomène du macronisme ? Je dirais que l’originalité du profil de celui-ci correspond à au moins une triple culture. En premier lieu, un social-libéralisme assumé, sorte de positionnement intermédiaire entre social-démocratie impossible en 2017 (à cause de la faiblesse de la croissance économique ou « croissance molle ») et libéralisme économique classique. On pourra remarquer que ce créneau, ou espace politique, était aussi – et depuis longtemps – celui de Manuel Valls, et même, avec de fortes nuances, celui de François Hollande pendant l’essentiel de la durée de son quinquennat. Ce social-libéralisme dit et donc assumé d’Emmanuel Macron correspond en partie à une sorte de remise au goût du jour de « la troisième voie » qui avait été théorisée par Tony Blair et Bill Clinton, de la fin des années 1990 jusque vers le milieu de la décennie 2000. Mais, ce serait une grave erreur de penser qu’il ne s’agirait-là que d’un bégaiement de l’Histoire, simplement en rapport avec une situation particulière donnée. En effet, en second lieu, avec son « Et droite, et gauche », ou son « En même temps » (tellement moqué par ceux qui gardent sous leurs yeux les anciennes grilles de lecture des espaces politiques français), le macronisme se veut, dans le but d’une reconstruction, et même d’une refondation de notre pays, une nouvelle façon d’appréhender la politique, nullement centriste (du type François Bayrou), mais pivot, ou « centrale », bien résumée par le terme de « progressisme ». Je rappelle à ce sujet que le mouvement En Marche doit être appelé à devenir un grand parti politique le 15 juillet prochain, peut-être sous le nom de Parti Progressiste (?) Ce « Et droite, et gauche » n’a-t-il pas de fortes résonnances avec le désir profond censé être celui réclamé depuis longtemps à longueur d’enquêtes d’opinion par près des 2/3 des français ? On sait en tout cas à quel point cette tentation « progressiste » déborda rapidement (dès avant, puis après les résultats des primaires de la gauche de gouvernement) sur des cadres du Parti Socialiste et la plus grande partie de son électorat traditionnel. Il est d’ailleurs tout à fait possible que le macronisme amène indirectement l’essentiel des socialistes français actuels, désormais fragmentés, à accepter l’abandon du « surmoi marxiste » et à se rallier à une économie de marché régulée comme le firent les socialistes allemands du Parti Social Démocrate lors de leur congrès de Bad Godesberg en 1959 ; ce serait alors là une autre culture du macronisme, importée de facto d’Outre-Rhin (?).

Présidentielles : vers des scénarios du pire ?

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 08 avril 2017. dans France, La une, Politique

Présidentielles : vers des scénarios du pire ?

Tous les commentateurs nous disent, et les français ressentent très bien cela, que les élections présidentielles d’avril-mai 2017 sont devenues complètement « folles », en rapport avec les cinq candidats qualifiés de « grands » par les médias, par rapport aux six autres longtemps appelés « petits » ! Mais, il y a autre chose de beaucoup plus grave : c’est le fait que pourraient se produire ce que j’appellerais pour cette chronique des scénarios du pire. Pourquoi cette expression ? Et pourquoi le pluriel ? Tout simplement surtout en raison de la possible – même si elle ne semble pas probable – arrivée au pouvoir de Marine Le Pen, ou de celle, de plus en plus improbable (même si…) de François Fillon. Et il y a enfin, à un niveau qui n’est certes absolument pas comparable (je le montrerai dans la dernière partie de ma chronique), ce que certains considèrent comme relativement risqué avec l’élection éventuelle d’Emmanuel Macron, qui serait privé, selon eux, d’une majorité présidentielle lors des législatives de juin, ce qui pourrait rendre la France ingouvernable (?) Je vais analyser ces trois cas de figure, en hiérarchisant, bien entendu, ces scénarios plus ou moins problématiques pour l’équilibre de notre démocratie actuelle.

Il convient de commencer – cela va de soi – par la façon dont notre pays pourrait vivre des mois (voire davantage) particulièrement graves en cas de victoire sur le fil de Marine Le Pen et du parti front-nationaliste, bien que la candidate frontiste n’ait pas d’alliés pour franchir la barre des 50% des suffrages exprimés plus un pour le second tour (ce que certains appellent « le plafond de verre »). Pourquoi, en se projetant vers un futur de ce type, la situation de la France pourrait-elle devenir vraiment gravissime ? En premier lieu, au moment du choc provoqué par son élection comme présidente, il y aurait probablement des manifestations de rue beaucoup plus importantes encore (et dures) que celles qui avaient suivi et suivent encore l’élection (légale, mais non légitime par rapport au suffrage universel) de Donald Trump aux États-Unis ; et pourquoi pas des troubles opposant manifestants et contre-manifestants, un peu comme assez récemment au sein de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan ?! En second lieu, Marine Le Pen aurait-elle une majorité lors des élections législatives de juin face aux résistances démocratiques auxquelles je viens de faire allusion et qui pourraient déstabiliser positivement une partie importante des électeurs voulant rectifier le tir en lui imposant une sorte de « cohabitation » (avec quel premier ministre ?)… ? En troisième lieu, on assisterait, avec la sortie de la France de la zone euro, à un risque de tangages – voire à une dislocation progressive – dans l’Union Européenne, car que serait celle-ci sans le fameux « couple franco-allemand »… ? En quatrième lieu, le franc – auquel nous reviendrions – serait attaqué (dans le cadre d’une spéculation à la baisse) par les investisseurs étrangers ! Il connaîtrait des dévaluations en cascades, qui ne seraient absolument pas « compétitives », puisque, si les prix de nos produits à l’exportation seraient moins chers, toutes nos importations (par ailleurs bien plus conséquentes) subiraient, avec des mesures de rétorsions de la part de pays comme la Chine ou les États-Unis, des renchérissements considérables ; d’où un déficit de plus en plus marqué de notre balance commerciale et un franc devenant ce que l’on appelle une « monnaie de singe », c’est-à-dire perdant de plus en plus de sa valeur, jusqu’à un possible effondrement (?) En dernier lieu, et inévitablement les taux d’intérêt augmenteraient considérablement – de la part des milieux financiers qui nous prêtent de l’argent –, en conséquence de quoi, au bout de cinq ou six mois, notre pays connaîtrait la banqueroute, ou ce que l’on nomme un « défaut de paiement »…

Pour ce qui concernerait le cas, certes peu probable, mais sait-on jamais… (?), consistant à voir François Fillon l’emporter en mai après une qualification d’extrême justesse lors du premier tour du 23 avril, en quoi s’agirait-il d’une autre forme de scénario du pire ? D’abord, ce serait l’arrivée à la magistrature suprême d’un homme complètement démonétisé par les affaires du Penelopegate et du Fillongate, ce qu’une grande partie des français ne supporterait pas ! Ensuite, soit François Fillon ne pourrait quasiment rien appliquer en rapport avec du programme – notamment « anti-social » – qu’il avait annoncé lors des primaires de la droite ; ce serait alors très vite l’immobilisme, l’impossibilité de réformer en profondeur notre pays (sachant que le terme de « réforme » est par définition polysémique), et nous aurions donc un quinquennat pour rien contribuant à favoriser encore la montée du Front National de Marine Le Pen ! Enfin (seconde possibilité), soit le nouveau chef de la droite pourrait rester « droit dans ses bottes » (pour reprendre une expression célèbre), François Fillon passant outre et mettant en application son programme, utilisant la méthode de la « thérapie de choc », voulant « casser la baraque » (selon sa propre expression) en gouvernant par ordonnances (c’est-à-dire hors de la présence des assemblées, ce qui ferait regretter l’article 49/3…) pendant une centaine de jours, comme le lui permettrait théoriquement l’article 38 de la Constitution ; inévitablement, il y aurait alors un très grave risque de troubles en France, allant bien au-delà de simples grèves et de manifestations, et sans doute même une sorte de guerre civile froide qui pourrait déboucher à terme sur la menace d’utiliser l’article 16 donnant au président des « pouvoirs exceptionnels »… !?

Racines d'actu : Sociétés ouvertes et sociétés fermées

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 25 mars 2017. dans Auteurs, La une, Histoire

Racines d'actu : Sociétés ouvertes et sociétés fermées

Même si la campagne électorale française actuelle – pour les mois d’avril à juin 2017 (présidentielles, puis législatives) – est « polluée » par les affaires du Pénélopegate et le Fillongate, un élément central nouveau ressort lorsqu’on s’intéresse à ce que disent les principaux candidats à la magistrature suprême en rapport direct avec leurs programmes, qui, malheureusement, passent trop au second plan par rapport aux Affaires Fillon et Marine Le Pen. Il s’agit de savoir, comme ce fut le cas lors des dernières présidentielles américaines – qui aboutirent à la victoire (mais pas au niveau du suffrage universel) de Donald Trump – si nous allons nous diriger vers une société ouverte ou fermée. Je voudrais donc en profiter, avant de revenir en fin d’article sur le cas français actuel, pour faire un rappel historique de ce que furent, depuis l’Antiquité gréco-romaine et jusqu’à nos jours, en prenant des exemples clés, les grandes oppositions entre ces deux types de sociétés fondées soit sur l’ouverture soit sur la fermeture.

Dans la Grèce antique, Athènes devint progressivement une société démocratique ouverte, malgré l’exclusion de la citoyenneté des étrangers (les « métèques »), quoiqu’ayant certains droits, et surtout des esclaves de l’Attique ; une cité d’Athènes, ouverte également sur la mer, surtout à partir de Thémistocle (v. 524-459 av. J.-C.), qui lança l’idée d’une grande flotte athénienne plus celle de la construction des Longs Murs entre la ville et son port du Pirée, et de la création de la Ligue de Délos (à partir de 477 av. J.-C.). Face au système athénien, on avait Sparte, une société aristocratique fermée, particulièrement autoritaire, attachant peu d’importance à une flotte et totalement repliée sur les terres du Péloponnèse. Pour l’Empire romain, il y eut aussi une volonté progressive d’ouverture, qui déboucha sur l’édit de l’empereur Caracalla en 212, également appelé constitution antonine, et qui accorda, dès cette date, la citoyenneté romaine à tout homme libre de l’empire qui ne l’avait pas encore ; de plus, lors du Bas-Empire, pour se protéger des invasions des Huns, Rome sut s’ouvrir aux « migrants » d’origine germanique au niveau de la défense du Limes en échange de terres. Au Moyen-Âge, dans le cadre de l’Europe occidentale, l’opposition entre les cités-Etats des républiques maritimes italiennes (Amalfi, Pise, Florence, Venise, Gênes, etc.) et la constitution parallèle de monarchies féodales bien plus refermées sur elles-mêmes et des bases terrestres fut l’une des principales caractéristiques des XIIe-XIVe siècles, notamment en France et en Angleterre. Il est intéressant d’ajouter un mot sur la Russie à l’époque médiévale : en fait, jusqu’au règne de Pierre Ier le Grand (plus connu sous le nom de Pierre le Grand) – et sur lequel je reviendrai – l’État russe était essentiellement continental, enfermé dans une sorte de bloc terrestre européen et asiatique. Je n’évoquerai pas ici le cas du monde musulman et de son expansion puisque j’ai écrit dès mon introduction que j’allais me concentrer sur l’Europe (au sens large de cette notion) et les États-Unis. Il en sera de même en ce qui concerne la Chine et plus généralement les pays asiatiques.

Si l’on s’intéresse maintenant à l’époque moderne, puis contemporaine, on retrouva bien entendu cette opposition entre sociétés ouvertes et sociétés fermées. Pour les premières, avec d’abord l’Espagne et le Portugal : pensons aux Grandes Découvertes de la fin du XVe siècle et du début du XVIe ; puis la Grande-Bretagne et la France, surtout à partir des XVIIe-XVIIIe siècles, à l’assaut des mers et des océans. Pour la Russie et en revenir ainsi à Pierre le Grand (tsar entre 1682 et 1725), malgré sa volonté d’ouverture sur l’Occident et de modernisation de son pays, avec la construction d’une flotte et de la ville nouvelle de Saint-Pétersbourg (ouverte sur les rives de la Mer Baltique), ce pays-continent demeura assez largement par la suite une société fermée, malgré le rêve de la tsarine Catherine II (qui régna entre 1729 et 1796) d’accès aux « mers chaudes », c’est-à-dire à la Méditerranée, en partant de la Mer Noire. Avec la première révolution industrielle de la fin du XVIIIe siècle et des débuts du XIXe, plus le grand mouvement de la Colonisation, l’Europe occidentale s’ouvrit davantage encore sur le monde, dont elle organisa assez largement l’exploitation économique. Ce fut alors l’origine véritable de la « mondialisation ». Remarquons que pendant ce temps-là, le monde musulman ne connut pas l’équivalent de la révolution industrielle et subit la Colonisation. Quant à la Chine, elle demeura L’Empire du Milieu, un pays ouvert sur lui-même par ses aspects créatifs et fermé à l’expansion sur les océans.

[12 3 4 5  >>