Articles taggés avec: La Rédaction

Écrire dans Reflets du Temps

Ecrit par La Rédaction le 21 janvier 2017. dans La une

Écrire dans Reflets du Temps

En nous lisant, vous êtes probablement nombreux à vous murmurer, avant de dormir : « et pourquoi, moi, je n’écrirais pas dans RDT ? »

Le faire, c’est simple comme 2 clics : écrire un texte sur : actualité, international, société, économique, histoire, philosophie, religion ; mais aussi création : mini nouvelle, critique de livre ou de film, musique, retour d’expo, ou de voyage ; recette exceptionnelle, choix unique de grands vins… J’en oublie, bien sûr, puisque dans RDT, on peut s’exprimer sur tout, sauf manquements à la charte ! – et, ça, c’est du rare !

Votre texte sera au format de ceux que publie RDT : des chroniques ; des écritures courtes ; nous ne sommes pas dans le feuilleton (allez voir directement sur le site). Format Word, s’il vous plaît, en Verdana 12, si possible. Vous l’aurez signé.

 

L’envoyer au comité de lecture à ces 3 adresses :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Facile ? On vous attend !

RDT est un magazine interactif : non seulement on lit, mais on commente, et le débat s’enrichit par bonds, de lecteur en lecteur. Mais, notre charte a posé des bornes ; on est dans du collectif, avec des règles. 4 commentaires au plus pour chaque commentateur ; illimité pour l’auteur du texte. Le respect de l’espace d’écriture, pas moins, pas plus !

Écrire son commentaire dans l’espace de saisie – 3 minutes, le temps d’un bon œuf à la coque, quand même ! – est (dit-on, ça et là) générateur de stress ! Pourquoi ne pas écrire tranquillement son petit « moi, je pense que… » sur son logiciel de traitement de texte, puis, par copié/collé, le parachuter sur l’espace de saisie du mag… Ça évite souvent de le perdre en cours d’enregistrement !

Les commentaires à RDT bénéficient du regard acéré d’une modération ; les injures, mises en cause, et autres calomnies ne sont pas au menu ; charte du magazine oblige. Quand vous aurez saisi votre texte-commentaire qui sera de longueur raisonnable, vous verrez apparaître le délicat message en anglais qui le place en attente de la modération. Les commentaires sont validés, ou non, une fois par jour, le soir.

 

Bienvenue donc, sur Reflets du temps ; bienvenue chez nous, bienvenue chez vous.

 

Pour la rédaction de RDT, Martine L Petauton, rédactrice en chef.

2017 : Tous nos vœux

Ecrit par La Rédaction le 07 janvier 2017. dans La une

2017 : Tous nos vœux

Les rituels ayant du bon, par leur solidité de granite, la permanence de leur visibilité, Reflets du Temps vous présente chers amis lecteurs, chers rédacteurs fidèles, ses souhaits pour l’an neuf, un an jour pour jour après Charlie !

Mais que valent les vœux, qu’on nomme si justement « pieux » ? ceux qu’on sort du chapeau – virtuels, largement fantasmés, de l’ordre de la croyance et une miette de la magie, et destinés à le rester : que l’année nouvelle vous apporte santé et bonheur, soit belle et lisse… « Évidemment… » comme chantait France Gall dans le si beau texte de Michel Berger, ponctuant, souvenez-vous, d’un : « mais plus comme avant », qui dit tant de choses, et peut-être d’abord, de savoir sortir des vœux pieux.

2016, son cortège d’horreurs mélangées, Nice, Alep, et la horde marchante des populistes redoutés ; ses inquiétudes diverses ; économiques, sociétales, et politiques, pas moins… en creux, un citoyen qui floute sur l’image, et les peurs qui noient le paysage. Alors, 2017 ?

Que ce soit donc meilleur, même seulement un peu, là-bas, dans ce Moyen-Orient, où bat le cœur du monde, ici, où – empruntons au Président, ce souhait d’un « pays debout » – il nous faut des citoyens restés ou redevenus adultes, lucides et responsables pour trouver les chemins…

Que nos chroniques – toutes, et dans l’ensemble des rubriques – visent à l’honnêteté intellectuelle, et à la probité, que les commentaires et débats montrent de la réflexion, de la vigilance, de la vie, donc de l’envie.

En avant donc pour 2017, difficile, dure sans doute, mais un défi de chaque jour, et passionnante ! et en cadeau de ce temps qu’on nommait jadis « les étrennes », cette phrase de Kierkegaard, à garder sous le coude : « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, c’est le difficile qui est chemin ».

 

Martine L Petauton pour La rédaction de Reflets du Temps

Des cadeaux… 3 fois rien

Ecrit par La Rédaction le 17 décembre 2016. dans La une

Des cadeaux… 3 fois rien

Du luxe, du trop, ce serait tellement indécent ; mais du rien, froid comme l’austérité et l’inquiétude, ce serait créditer tous les fauteurs de peurs… alors, à Reflets du temps, on est parti pour ces « trois fois rien, c’est déjà quelque chose » du bon Devos ; le mot « cadeau », on le sait, se déclinant certes banalement dans l’Avoir, mais vraiment plus et mieux dans l’Etre.

Alors, voilà notre « Une d’hiver ». Ouvrez en chaque texte comme un cadeau, sous les papiers d’or et d’argent précieux comme Orient de contes, derrière les flopées de rubans si colorés pour faire face au sombre de ces mois courts en lumière. L'organisation choisie est celle, par ordre alphabétique des thèmes.

 De l’Art pour  admirer, un livre à lire, trois grains de poésie, deux miettes de réflexion, des souvenirs d’ici, d’hier ou de là-bas. Il ne sera pas oublié le social, parce qu’à présent, son urgence ne saurait souffrir aucune trêve. Mais il y aura aussi des tables de fêtes, et quelques belles écritures, d’antan, ou d’aujourd’hui.

 Des parfums, saupoudrés sur ces 14 textes qu’on vous offre, l’amande, le sucré, le zeste d’orange et la truffe, un peu d'amertume aussi que chacun pourra transformer en dons… les 13 Desserts plus un et puis la bûche de toutes les terres du sud, s’ils ne sont pas directement sur la page, le sont – modestes et pourtant fastes – par le partage, dans nos mains ouvertes à des lendemains qu’on vous souhaite chaleureux, heureux, et surtout pleins des autres…

 

Bonnes fêtes de fin d’année ; bonnes trêves reconstituantes !

VACANCES... et le foudroiement du 14 Juillet de Nice...

Ecrit par La Rédaction le 16 juillet 2016. dans La une, Ecrits

VACANCES... et le foudroiement du 14 Juillet de Nice...

On y était donc ! Après cette fin de printemps plus que pourri un peu partout ; après cette année 15/16 de terreur et d'angoisse,  un «  vive les vacances » de fin de classes de gamins, cette année s'imposait vraiment. Quand, ce 14 Juillet, sur le front de mer  de Nice, le camion fou trancha 84 vies et mit entre parenthèse, 18 autres. Quand Daesh et les siens décidèrent  qu'en Europe et notamment en France, le mot vacances, v comme vie, serait rappelé à leur ordre... Le temps n'est évidemment pas venu d'oublier que nous vivons en état d'urgence. Notre quotidien – chacun à sa place - doit avancer en vigilance, et  le mot « vacances » n'a plus, n'aura plus jamais le même sens...

… Vacances, c'était partir, en partance, loin ou au bout de la rue, en villégiature ou dans sa tête. C'était, rester, pour se reposer – le chez soi des vacances, c'est encore autre chose, pour repenser sa vie, seul ou en ouvrant sa porte à des copains qui passent, des familiers perdus de vue, des inconnus eux aussi en stand bye. Vaquer, enfin ( c'est ce que vous expliquera Maître Vincent), c'est bien autant un état d'esprit que le prix d'un billet de transport...

Reflets a cette année, choisi ce beau mot de vacances, pour sa « une » d'été. Comme toujours, le décliné a privilégié l'ordre alphabétique des titres : 13 textes différents, inspirés, aux parfums de l'imaginaire, des souvenirs, de la réflexion, des voyages. 13, pour vous porter bonheur, et vous faire patienter jusqu'au mitan d'Août ( le 20 ) où la joie de vous retrouver sera de retour.

 

Bonne parenthèse des vacances pour chacun d'entre vous. Quand même. une façon de rester debout par ces heures d'horreur !

Écrire dans Reflets du Temps

Ecrit par La Rédaction le 25 juin 2016. dans La une

Écrire dans Reflets du Temps

En nous lisant, vous êtes probablement nombreux à vous murmurer, avant de dormir : « et pourquoi, moi, je n’écrirais pas dans RDT ? »

Le faire, c’est simple comme 2 clics : écrire un texte sur : actualité, international, société, économique, histoire, philosophie, religion ; mais aussi création : mini nouvelle, critique de livre ou de film, musique, retour d’expo, ou de voyage ; recette exceptionnelle, choix unique de grands vins… J’en oublie, bien sûr, puisque dans RDT, on peut s’exprimer sur tout, sauf manquements à la charte ! – et, ça, c’est du rare !

Votre texte sera au format de ceux que publie RDT : des chroniques ; des écritures courtes ; nous ne sommes pas dans le feuilleton (allez voir directement sur le site). Format Word, s’il vous plaît, en Verdana 12, si possible. Vous l’aurez signé.

 

L’envoyer au comité de lecture à ces 3 adresses :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Facile ? On vous attend !

RDT est un magazine interactif : non seulement on lit, mais on commente, et le débat s’enrichit par bonds, de lecteur en lecteur. Mais, notre charte a posé des bornes ; on est dans du collectif, avec des règles. 4 commentaires au plus pour chaque commentateur ; illimité pour l’auteur du texte. Le respect de l’espace d’écriture, pas moins, pas plus !

Écrire son commentaire dans l’espace de saisie – 3 minutes, le temps d’un bon œuf à la coque, quand même ! – est (dit-on, ça et là) générateur de stress ! Pourquoi ne pas écrire tranquillement son petit « moi, je pense que… » sur son logiciel de traitement de texte, puis, par copié/collé, le parachuter sur l’espace de saisie du mag… Ça évite souvent de le perdre en cours d’enregistrement !

Les commentaires à RDT bénéficient du regard acéré d’une modération ; les injures, mises en cause, et autres calomnies ne sont pas au menu ; charte du magazine oblige. Quand vous aurez saisi votre texte-commentaire qui sera de longueur raisonnable, vous verrez apparaître le délicat message en anglais qui le place en attente de la modération. Les commentaires sont validés, ou non, une fois par jour, le soir.

 

Bienvenue donc, sur Reflets du temps ; bienvenue chez nous, bienvenue chez vous.

 

Pour la rédaction de RDT, Martine L Petauton, rédactrice en chef.

Écrire dans Reflets du Temps

Ecrit par La Rédaction le 23 avril 2016. dans La une

Écrire dans Reflets du Temps

En nous lisant, vous êtes probablement nombreux à vous murmurer, avant de dormir : « et pourquoi, moi, je n’écrirais pas dans RDT ? »

Le faire, c’est simple comme 2 clics : écrire un texte sur : actualité, international, société, économique, histoire, philosophie, religion ; mais aussi création : mini nouvelle, critique de livre ou de film, musique, retour d’expo, ou de voyage ; recette exceptionnelle, choix unique de grands vins… J’en oublie, bien sûr, puisque dans RDT, on peut s’exprimer sur tout, sauf manquements à la charte ! – et, ça, c’est du rare !

Votre texte sera au format de ceux que publie RDT : des chroniques ; des écritures courtes ; nous ne sommes pas dans le feuilleton (allez voir directement sur le site). Format Word, s’il vous plaît, en Verdana 12, si possible. Vous l’aurez signé.

 

L’envoyer au comité de lecture à ces 3 adresses :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Facile ? On vous attend !

RDT est un magazine interactif : non seulement on lit, mais on commente, et le débat s’enrichit par bonds, de lecteur en lecteur. Mais, notre charte a posé des bornes ; on est dans du collectif, avec des règles. 4 commentaires au plus pour chaque commentateur ; illimité pour l’auteur du texte. Le respect de l’espace d’écriture, pas moins, pas plus !

Écrire son commentaire dans l’espace de saisie – 3 minutes, le temps d’un bon œuf à la coque, quand même ! – est (dit-on, ça et là) générateur de stress ! Pourquoi ne pas écrire tranquillement son petit « moi, je pense que… » sur son logiciel de traitement de texte, puis, par copié/collé, le parachuter sur l’espace de saisie du mag… Ça évite souvent de le perdre en cours d’enregistrement !

Les commentaires à RDT bénéficient du regard acéré d’une modération ; les injures, mises en cause, et autres calomnies ne sont pas au menu ; charte du magazine oblige. Quand vous aurez saisi votre texte-commentaire qui sera de longueur raisonnable, vous verrez apparaître le délicat message en anglais qui le place en attente de la modération. Les commentaires sont validés, ou non, une fois par jour, le soir.

 

Bienvenue donc, sur Reflets du temps ; bienvenue chez nous, bienvenue chez vous.

 

Pour la rédaction de RDT, Martine L Petauton, rédactrice en chef.

Écrire dans Reflets du Temps

Ecrit par La Rédaction le 02 avril 2016. dans La une

Écrire dans Reflets du Temps

la Rédaction

 

En nous lisant, vous êtes probablement nombreux à vous murmurer, avant de dormir : « et pourquoi, moi, je n’écrirais pas dans RDT ? »

Le faire, c’est simple comme 2 clics : écrire un texte sur : actualité, international, société, économique, histoire, philosophie, religion ; mais aussi création : mini nouvelle, critique de livre ou de film, musique, retour d’expo, ou de voyage ; recette exceptionnelle, choix unique de grands vins… J’en oublie, bien sûr, puisque dans RDT, on peut s’exprimer sur tout, sauf manquements à la charte ! – et, ça, c’est du rare !

Votre texte sera au format de ceux que publie RDT : des chroniques ; des écritures courtes ; nous ne sommes pas dans le feuilleton (allez voir directement sur le site). Format Word, s’il vous plaît, en Verdana 12, si possible. Vous l’aurez signé.

 

L’envoyer au comité de lecture à ces 3 adresses :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Facile ? On vous attend !

RDT est un magazine interactif : non seulement on lit, mais on commente, et le débat s’enrichit par bonds, de lecteur en lecteur. Mais, notre charte a posé des bornes ; on est dans du collectif, avec des règles. 4 commentaires au plus pour chaque commentateur ; illimité pour l’auteur du texte. Le respect de l’espace d’écriture, pas moins, pas plus !

Écrire son commentaire dans l’espace de saisie – 3 minutes, le temps d’un bon œuf à la coque, quand même ! – est (dit-on, ça et là) générateur de stress ! Pourquoi ne pas écrire tranquillement son petit « moi, je pense que… » sur son logiciel de traitement de texte, puis, par copié/collé, le parachuter sur l’espace de saisie du mag… Ça évite souvent de le perdre en cours d’enregistrement !

Les commentaires à RDT bénéficient du regard acéré d’une modération ; les injures, mises en cause, et autres calomnies ne sont pas au menu ; charte du magazine oblige. Quand vous aurez saisi votre texte-commentaire qui sera de longueur raisonnable, vous verrez apparaître le délicat message en anglais qui le place en attente de la modération. Les commentaires sont validés, ou non, une fois par jour, le soir.

 

Bienvenue donc, sur Reflets du temps ; bienvenue chez nous, bienvenue chez vous.

 

Pour la rédaction de RDT, Martine L Petauton, rédactrice en chef.

Écrire dans Reflets du Temps

Ecrit par La Rédaction le 26 mars 2016. dans La une

Écrire dans Reflets du Temps

En nous lisant, vous êtes probablement nombreux à vous murmurer, avant de dormir : « et pourquoi, moi, je n’écrirais pas dans RDT ? »

Le faire, c’est simple comme 2 clics : écrire un texte sur : actualité, international, société, économique, histoire, philosophie, religion ; mais aussi création : mini nouvelle, critique de livre ou de film, musique, retour d’expo, ou de voyage ; recette exceptionnelle, choix unique de grands vins… J’en oublie, bien sûr, puisque dans RDT, on peut s’exprimer sur tout, sauf manquements à la charte ! – et, ça, c’est du rare !

Votre texte sera au format de ceux que publie RDT : des chroniques ; des écritures courtes ; nous ne sommes pas dans le feuilleton (allez voir directement sur le site). Format Word, s’il vous plaît, en Verdana 12, si possible. Vous l’aurez signé.

 

L’envoyer au comité de lecture à ces 3 adresses :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Facile ? On vous attend !

RDT est un magazine interactif : non seulement on lit, mais on commente, et le débat s’enrichit par bonds, de lecteur en lecteur. Mais, notre charte a posé des bornes ; on est dans du collectif, avec des règles. 4 commentaires au plus pour chaque commentateur ; illimité pour l’auteur du texte. Le respect de l’espace d’écriture, pas moins, pas plus !

Écrire son commentaire dans l’espace de saisie – 3 minutes, le temps d’un bon œuf à la coque, quand même ! – est (dit-on, ça et là) générateur de stress ! Pourquoi ne pas écrire tranquillement son petit « moi, je pense que… » sur son logiciel de traitement de texte, puis, par copié/collé, le parachuter sur l’espace de saisie du mag… Ça évite souvent de le perdre en cours d’enregistrement !

Les commentaires à RDT bénéficient du regard acéré d’une modération ; les injures, mises en cause, et autres calomnies ne sont pas au menu ; charte du magazine oblige. Quand vous aurez saisi votre texte-commentaire qui sera de longueur raisonnable, vous verrez apparaître le délicat message en anglais qui le place en attente de la modération. Les commentaires sont validés, ou non, une fois par jour, le soir.

 

Bienvenue donc, sur Reflets du temps ; bienvenue chez nous, bienvenue chez vous.

 

Pour la rédaction de RDT, Martine L Petauton, rédactrice en chef.

 

Le sens d’un don à Reflets du Temps

Ecrit par La Rédaction le 20 février 2016. dans La une

Le sens d’un don à Reflets du Temps

Mais qu’est-ce que « Reflets du Temps » ?

Un mag en ligne comme il en naît probablement chaque jour, arrivé sur la Toile il y aura 6 ans à la saison des vendanges… En ce temps-là, ni Hollande bashing, ni Crise du financement des PME, ni Bourses chancelantes au fond du grand Monde inquiétant ; quoique ! ni… attentats, ni Daesh, ni… ces centaines de chroniques sur l’actu, l’économie, la géopolitique, ces pauses rafraîchissantes autour de poèmes bienvenus, ces ballades dans les expos d’Art contemporain, ou moins, ces éclats sonores de musique, de temps à autre. Depuis, et à son niveau – juste celui-là, mais tout celui-là – Reflets du Temps ce sont ces chroniques signées Martine LP, ou Jean-François V, ou des deux Sabine ; ces Ki-c-ki mystérieux de Gilberte B ; et, nous n’oublierons pas la douce folie des Billets fous. Ces livres dont on vous parle ; ceux des « nôtres », Christelle, Emmanuelle, et bien sûr, Bernard P, et ceux, d’ailleurs, nombreux, qui nous arrivent du vaste monde, culturel, historique, littéraire…

Depuis, il y a eu les Reflets des Arts – érudits – de Johann, les Racines d’Actu qui ramènent à nos mémoires le vent de l’Histoire, les magnifiques coups de gueule de notre Toulousain préféré – Rugby, ou Grande Guerre. Souvent, du vin, des recettes et des resto : ah, les Tout Bon !! On allait oublier les « Si vous le dites », quoi-qu’est-ce ? Justement,  allez y voir !

On a aimé Hollande, on l’a aussi fustigé… la « Disputatio » a été notre règle, mais, toujours, oui, toujours, à l’abri des hautes valeurs de la République ! Et nous ne sommes pas prêts de changer, là !

Depuis ce temps si long, qui nous paraît si court, tous les samedis – 13h, en principe – claquent sur votre écran 8, ou 10 nouvelles chroniques de Reflets. Toujours inédites, artisanales, fait maison, en quelque sorte !

Alors, la question reste entière : comment ça avance un mag comme RDT ? Vous en doutez-vous, chers lecteurs, difficilement. De plus en plus. Car ça coûte ! Les corrections, la mise en ligne, des abonnements divers sur le Net. Le bénévolat mâtiné de mécénat, de quelques membres de la Rédaction, quelques contributions précieuses mais trop rares de certains de nos amis rédacteurs… Voilà ! Le compte n’est pas bon, en douteriez-vous ?

Si ce billet vous touche et vous semble légitimé, l’adhésion à notre association Les amis de Reflets du temps pourrait être votre façon à vous d’épauler ce Reflets du Temps, que vous semblez nombreux, par vos lectures, retours divers, à apprécier.

Simple comme un chèque de 25 euros, valable pour l’année, à poster à cette adresse :

Lamouché

260 Avenue du Pont Trinquat

Résidence Le La Fayette – bât B

MONTPELLIER – 34070

 

Vous recevrez la reconnaissance du magazine, et… une pincée de ciel bleu de France du grand Sud.

Et bonne fin Décembre à tous…

Ecrit par La Rédaction, Martine L. Petauton le 19 décembre 2015. dans La une

Et bonne fin Décembre à tous…

Comme chaque année, Reflets du Temps entre dans sa trêve d’hiver par la « une des Fêtes », qui restera en ligne du 19 Décembre au 2 Janvier 2016, 13h. Et, comme chaque bout de l’an, c’est particulier : la friandise des Reflets. Le choix était entre un best of des chroniques de l’année qui s’achève, et un « sujet » proposé aux rédacteurs. Tiré au sort – mieux que les rangs de l’Euro du foot ! – entre deux marrons chauds, et ce qui reste de fleurs et de mots partout dans nos villes au pied des statues de la République endeuillée, ce fut le mot « hiver » qui sortit du chapeau. A tous les sens de ce beau ou austère mot – et, il y en a !

18 textes déroulent « leur » hiver. Classés simplement par l’ordre alphabétique des prénoms des auteurs. Chers amis lecteurs, il vous faudra donc tourner la page, arrivés au 10ème d’entre eux, où d’habitude, de semaine en semaine, vous arrêtez votre appétit de lectures.

Tous beaux – quelle évidence à RDT ! Tous, à part, et personnels, sonnant poésie, imagination, philosophie, humour, et – comment voulez-vous qu’il en soit autrement cette année ! – actualité, Histoire. Un peu de musique aussi pour apaiser les cœurs ; ne manquerait peut-être qu’un sapin lancé sur toutes ces écritures, par les pinceaux de Luce ? Mais ce serait un marqueur par trop occidental, alors que notre hiver est de toutes cultures… Évidemment !

Nous écrivons sur l’« hiver » – l’avez-vous remarqué – alors que jamais les températures et le fond de l’air n’ont été aussi chauds ! Comme un joli signal de la Nature, qu’on ne domine guère – Nature, reine de la COP 21 applaudie. Bien fol serait celui qui s’y fierait ! Nos écritures, jamais, n’anticiperont, ni les faits, ni l’Histoire. Regarderont, réfléchiront, seulement, avec la modestie qui s’impose,, mais – voilà l’essentiel de nos vœux – avec la belle constance et l’essai d’honnêteté intellectuelle de Reflets du Temps.

Bonne fin de Décembre 2015, chers rédacteurs, chers lecteurs. Sautons avec les courages qui s’imposent, dans l’An neuf, et, que vienne ce ciel d’hiver chanté par Rimbaud : « Étoiles vives, Aube embrumée », tandis que sur la fenêtre de Théophile Gautier, « Les fleurs de la gelée /sur la vitre étoilée /courent en rameaux blancs /et mon chat qui grelotte /se ramasse en pelote /près des tisons croulants »… s’ouvre l’enfance de tous les hivers.

<<  1 [23 4 5 6  >>