Articles taggés avec: La Rédaction

Et bonne fin Décembre à tous…

Ecrit par La Rédaction, Martine L. Petauton le 19 décembre 2015. dans La une

Et bonne fin Décembre à tous…

Comme chaque année, Reflets du Temps entre dans sa trêve d’hiver par la « une des Fêtes », qui restera en ligne du 19 Décembre au 2 Janvier 2016, 13h. Et, comme chaque bout de l’an, c’est particulier : la friandise des Reflets. Le choix était entre un best of des chroniques de l’année qui s’achève, et un « sujet » proposé aux rédacteurs. Tiré au sort – mieux que les rangs de l’Euro du foot ! – entre deux marrons chauds, et ce qui reste de fleurs et de mots partout dans nos villes au pied des statues de la République endeuillée, ce fut le mot « hiver » qui sortit du chapeau. A tous les sens de ce beau ou austère mot – et, il y en a !

18 textes déroulent « leur » hiver. Classés simplement par l’ordre alphabétique des prénoms des auteurs. Chers amis lecteurs, il vous faudra donc tourner la page, arrivés au 10ème d’entre eux, où d’habitude, de semaine en semaine, vous arrêtez votre appétit de lectures.

Tous beaux – quelle évidence à RDT ! Tous, à part, et personnels, sonnant poésie, imagination, philosophie, humour, et – comment voulez-vous qu’il en soit autrement cette année ! – actualité, Histoire. Un peu de musique aussi pour apaiser les cœurs ; ne manquerait peut-être qu’un sapin lancé sur toutes ces écritures, par les pinceaux de Luce ? Mais ce serait un marqueur par trop occidental, alors que notre hiver est de toutes cultures… Évidemment !

Nous écrivons sur l’« hiver » – l’avez-vous remarqué – alors que jamais les températures et le fond de l’air n’ont été aussi chauds ! Comme un joli signal de la Nature, qu’on ne domine guère – Nature, reine de la COP 21 applaudie. Bien fol serait celui qui s’y fierait ! Nos écritures, jamais, n’anticiperont, ni les faits, ni l’Histoire. Regarderont, réfléchiront, seulement, avec la modestie qui s’impose,, mais – voilà l’essentiel de nos vœux – avec la belle constance et l’essai d’honnêteté intellectuelle de Reflets du Temps.

Bonne fin de Décembre 2015, chers rédacteurs, chers lecteurs. Sautons avec les courages qui s’imposent, dans l’An neuf, et, que vienne ce ciel d’hiver chanté par Rimbaud : « Étoiles vives, Aube embrumée », tandis que sur la fenêtre de Théophile Gautier, « Les fleurs de la gelée /sur la vitre étoilée /courent en rameaux blancs /et mon chat qui grelotte /se ramasse en pelote /près des tisons croulants »… s’ouvre l’enfance de tous les hivers.

Après le 13 novembre…

Ecrit par La Rédaction le 21 novembre 2015. dans Auteurs, La une

Après le 13 novembre…

Reflets du temps n’a jamais fait de numéro spécial lié à l’actualité. Jusqu’à ce jour. Jusqu’au vendredi sauvage du 13 novembre 2015.

Mais, là… Force devait être au texte, au cri. Un numéro spécial s’est imposé à nous.

D’abord, il y a eu l’afflux de propositions de textes, au point que nous en avons refusé. Ensuite, la qualité de ces textes retenus ; très haut niveau. Et surtout leur chair ; des angles d’attaque si différents, pour partout sonner grave, sincère, bouleversé. Pour sonner vrai. Pour dire la révolte après le chagrin. Un deuil militant. Pour se saisir, tous, de ce qu’on sait faire, de temps à autre ; écrire.

Écrire, mais pas cette fois, pour parler de soi, son intime, ses états d’âme. Pour être ensemble, faire force et ma foi, faire front. Un moment collectif et citoyen, en somme. Comme une résistance ici aussi.

Après l’éditorial, nous avons classé les textes par ordre alphabétique (du titre). Tous nos textes publiés ce jour, méritant de figurer en tête de la « une ».

 

La rédaction de Reflets du Temps

 

Mais pour nous faire tenir debout, une fois encore, les mots d'une de nos deux Sabine. La poésie. La culture ; donc la vie. Point.

 

 

Rendez-nous cet Islam qui fait les hommes aimants

Écrire dans Reflets du Temps, et le soutenir

Ecrit par La Rédaction le 19 septembre 2015. dans La une

Écrire dans Reflets du Temps, et le soutenir

En nous lisant,  vous êtes probablement nombreux à vous murmurer, avant de dormir : «  et pourquoi, moi, je n'écrirais pas dans RDT ? »

Le faire, c'est simple comme 2 clics : écrire un texte sur : actualité, international, société, économique, histoire, philosophie, religion, mais aussi création : mini nouvelle, critique de livre ou de film ; musique, retour d'expo, ou de voyage ; recette exceptionnelle, choix unique de grands vins … J'en oublie, bien sûr, puisque dans RDT, on peut s'exprimer sur tout , sauf manquements à la charte! - et, ça, c'est du rare !

Le texte – votre texte, sera au format de ceux que publie RDT ( allez donc voir) ; et en Verdana 12, si possible. Vous l'aurez signé.

L'envoyer au comité de lecture – sous Word, c'est mieux – à  ces deux adresses : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ; c'est la gare de triage de RDT … Facile ? On vous attend !

RDT est un magazine interactif (voire même, à certaines heures, hyperactif) : non seulement on lit, mais on commente, et le débat s'enrichit par bonds, de lecteur en lecteur. Mais, notre charte a posé des bornes ; on est dans du collectif, avec des règles. 4 commentaires, au plus pour chaque commentateur ; illimité pour l'auteur du texte. Le respect de l'espace d'écriture, pas moins, pas plus !

Écrire son commentaire dans l'espace de saisie – 3 minutes, le temps d'un bon œuf à la coque, quand même ! – est (dit-on, ça et là) générateur de stress ! Pourquoi ne pas écrire tranquillement son petit « moi, je pense que ... », sur son logiciel de traitement de texte, puis, par copié/collé, le parachuter sur l'espace de saisie du mag ... Ça évite souvent de le perdre en cours d'enregistrement !

Les commentaires , à RDT, bénéficient du regard acéré d'une modération ; les injures, mises en cause, et autres calomnies ne sont pas au menu ; charte du magazine oblige. Quand vous aurez saisi, votre texte-commentaire qui sera de longueur raisonnable, vous verrez apparaître le délicat message , en anglais qui le place en attente de la modération. Les commentaires sont validés, ou non, une fois par jour, le soir.

 

 

Reflets vit et grandit depuis 4 ans – bon anniversaire ! Toujours dans le bénévolat de ceux qui le mitonnent. Comme on dit dans les manifs, tout  a un coût, même RDT ; si l'aider vous vient à l'esprit, rien de plus simple : un chèque à l'ordre de – association des amis de Reflets du temps vous donnera un sacré grade de plus ; celui d'être de ses soutiens. Tarif annuel : 25 Euro. La saison 2015/2016 démarre.

À adresser à cette adresse postale : Lamouché

                                                     la chapelle

                                                     19490 Sainte Fortunade

                                                    

                                                      

                                     

 Merci d'avance

 

Martine L Petauton rédactrice en chef

Reflets des malheurs des temps

Ecrit par La Rédaction le 29 août 2015. dans La une, Actualité

Reflets des malheurs des temps

 La « Mal – heure », la mauvaise. Temps honni de cette fin de Guerre de Cent ans, où passaient les redoutés  routiers, suiveurs de gens de guerre et buveurs de sang, et où pas une branche sur les chemins n'évitait son écorché, se décomposant au soleil sans chaleur, de ces temps, où «  Seigneur, protégez-nous de la guerre, de la peste et de la famine » était ânonné par des enfants en haillons, dont si peu verraient l'horizon de leurs vingt ans... Mais croyez-vous qu'il faille convoquer ces siècles anciens, pour toucher du doigt le malheur des temps ? Quand, coup sur coup, en 48 H,  des « malheureux » - sens plein du mot - en sonnant aux portes de chez nous, ont rencontré la pire des morts.  Ils venaient de ce Moyen Orient en guerre – la Syrie, pour le camion d'Autriche ( plus de 71 cadavres de jeunes et d'enfants, se décomposant au fond du camion des passeurs-routiers-buveurs de sang...) l'Afrique sans doute du Nord Est, crevant sous des sécheresses qui sont leur unique climat , pour cet énième bateau, larguant ses proies au fond de la Grande Bleue cimetière... malheurs des migrants des chemins, irriguant encore et encore, leurs pans d'Histoire, hélas universelle.   Tournant les yeux – tous , et avec quelle constance, vers nous, Europe-Eden, Europe-Eldorado, fantasmée si largement, mais encore assez riche, et capable – en sachant faire, en s'organisant, et peut-être aussi en ces périodes de crise , en voulant – de porter  encore cette misère d'un monde, qu'elle a – pourquoi faudrait-il l'oublier, en partie contribué à tricoter...

 

«  Frères humains qui après nous vivez

    N'ayez les cuers contre nous endurciz

    ---------------------------------------------

   La pluye nous a debuez et lavez

   Et le soleil dessechez et noircis :

   Pies, corbeaux nous ont les yeux cavez »

 

François Villon

Bonne rentrée avec Reflets !

Ecrit par La Rédaction le 15 août 2015. dans La une

Bonne rentrée avec Reflets !

Si l’on ne devait dire qu’une chose sur ce mois de « vacances » estivales des Reflets 2015, c’est que notre mag a été fort lu, et commenté – merci à tous !

Et ceci, malgré la… canicule, bien sûr. Car, certes, où que vous – nous – ayez, ayons – posé notre sac, difficile d’échapper à ce qui faisait le sel des causeries, un brin épuisées, au coin du chemin, ou de la serviette de plage, même sur les pages Facebook pour ceux qui les fréquentent encore passés les 35 à l’ombre (parfaitement, pourtant déconseillé par la faculté) : – et, toi, t’as combien là ??

Bon ! Août a l’air pour le moment d’attaquer plus en nuances et probablement en orages ou pluies… Faudrait pas, pour autant, qu’il nous la joue tristounette ; c’est quand même encore l’été !

Et nos Reflets de repointer le nez, et de vous inviter – si, par aventure, vous l’aviez oublié, vous nos fidèles ; si, par hasard, vous l’ignoriez, vous les petits nouveaux – à fréquenter nos 10 ou pas loin textes mis en ligne chaque samedi 13h – un rendez-vous qui, me dit-on, dans certains milieux branchés, pose les apéros « à l’heure des Reflets »…

 Vous inviter, donc, à venir butiner dans le coin littéraire ou poésie, le coin « Si vous le dites », et celui du Tout Bon ; celui des Reflets des arts, ou des Racines d’actu… fréquenter la prose des Sabine et la folia de Luce, méditer sous l’œil de Claude  et, bien entendu, et surtout – « du temps » sont ces Reflets – de lire, de commenter ces chroniques d’actualité qui posent comme des grandes.

Commenter – un espace vous est dédié sous chaque texte ; mais aussi proposer des textes – publiés ? Si l’accepte la Rédaction...

Envoyez vos propositions en format « Word, Verdana 12, justifié », s’il vous plaît, à ces 2 adresses conjointes :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Heureux, tous, de vous retrouver, de vous accueillir, sur notre site, et en avant pour une nouvelle année Reflets Du Temps.fr !

L'été de Reflets du temps, cette année est AILLEURS...

Ecrit par La Rédaction le 10 juillet 2015. dans La une

L'été de Reflets du temps, cette année est AILLEURS...

Une de l'été ; la même en ligne de ce samedi 11 Juillet au samedi 15 Août, jour de la reprise des publications.

  Comme l'an passé, un thème proposé aux rédacteurs et 10 textes, en plus du chapeau rédactionnel, qui, tous, disent leur « ailleurs ». Ce qui, l'été – vacances ou pas, départ ou pas – nous jette dans des activités, passions, évasions, bref, des territoires nouveaux, qui, comme on dit «  nous changent », nous tourneboulent et font la large part au rêve, cet ailleurs caché en chacun d'entre nous.

Comme il est d'usage, chez nous, à ce moment de l'année,  pas de hiérarchie et un classement alphabétique des chroniques – sauf, celle, qui, savamment, nous « dit » ce mot, ailleurs ! 

Mais, Reflets, c'est Reflets du temps ! Et si, Reflets ce 11 Juillet avait affiché sa «  une » habituelle, plusieurs textes – évidemment -  auraient parlé de la Grèce, son exit en feuilleton, son rester balancé... Grèce, notre « ailleurs » européen, loin et profond en racines innégociables en nous. Qu'on nous permette de souhaiter aux pensées des Reflets de se poser  là, sur une colonne de l'Acropole, là, au bord de la Caldera de Santorin, ou là, dans une trilogie d'Eschyle ouverte sous le ciel plus gris d'ici...  bercés par une langue avec laquelle JF Vincent inaugure du reste, notre « une »... une  Grèce, quintessence des  meilleurs « ailleurs » qu'on vous souhaite à tous et à elle avant tout...

 

Bel été à tous ! Culturel, citoyen, écologique.

 

La rédaction de Reflets du temps

Une de l'été 2015 : à vos claviers !

Ecrit par La Rédaction le 27 juin 2015. dans La une

Une de l'été 2015 : à vos claviers !

Comme chaque année, amis rédacteurs, chers lecteurs, Reflets prend ses quartiers d'été du 11 Juillet ( fermeture) au 15 Août ( reprise). Et, comme chaque année, une «  une » particulière roule sur ce mois.

 Il y a eu des «  best-of », et l'an passé, un thème proposé que vous avez aimé assez, pour nous proposer de beaux textes. ( de nos rédacteurs, mais pourquoi pas cette année, étendre la possibilité à tous nos lecteurs !)

Aussi, en 2015, revenons-nous à ce fonctionnement de une à thème.

 

Nous vous proposons : «  votre ailleurs de l'été » ; ce «  sortir de  soi », de ses habitudes, cette extériorisation, cet « autre moi » qu'on s'autorise en vacances, qu'on parte ou non ! Un relâchement, peut-être, ou bien, un investissement des plus sérieux, et pourquoi pas austère, dans un domaine qui pour vous, est un ailleurs.

 Façons de vivre et d'être,  rapport au monde, aux gens, aux choses, mais toujours «  autrement »...

 

 Vous trouverez – on espère – de beaux textes à poser sur les pages d'été de votre Reflets. Forme, sujets, à votre entière guise...

 

Date butoir : le 8 Juillet !!

 

A vos claviers, amis rédacteurs, chers lecteurs !

 

 

 

La rédaction de reflets du temps

Reflets des arts : La Galerie La Poissonnerie à Marseille présente « Histoires d’Hommes »

Ecrit par La Rédaction le 23 mai 2015. dans La une, Arts graphiques

Françoise Sémiramoth (dessins), Françoise Donadieu (textes et lecture), Christophe Labas-Lafite (lecture), Exposition du 30 Mai au 12 Juin 2015

Reflets des arts : La Galerie La Poissonnerie à Marseille présente « Histoires d’Hommes »

Avant propos

Françoise Sémiramoth (plasticienne), Françoise Donadieu (écrivain), deux artistes échangent et partagent leurs visions de l’homme, des hommes, à travers leurs pratiques artistiques. Françoise, du latin francus : de condition libre. Deux femmes libres s’interrogent et nous interrogent.

J’ai rencontré Françoise Sémiramoth dans son atelier, à Marseille, l’été. Chape de chaleur sur la ville calcaire : une lumière blanche, perçante, qui met à nu, lorsqu’on y prête attention en marchant dans la ville, les contours des hommes et des femmes qui l’arpentent. Marseille, ville du sud, déjà un peu ailleurs : en descendant du train de Paris, apparaît si clairement la mouvance des corps : les prémisses d’une mise en scène des genres, déjà écrite. Les stéréotypes se questionnent alors là-bas, ici, partout. Dans Histoires d’hommes, c’est la condition masculine qui est visitée. Les hommes rediscutés. Les hommes fantasmés.

« Madame Bovary, c’est moi » « Tu seras un homme, mon fils » : ces formules, devenus des poncifs, nous accompagnent et forgent aussi nos représentations : un homme ne pleure pas, un homme est fort, un homme est musclé, un homme est un homme. Il ne s’habille pas en fille, il est plein de sa virilité, celle qui le définit. Et pourtant, Françoise Donadieu autorise ici une autre parole : celle de l’homme qui joue. Il jouit de prendre son pouvoir en vivant concrètement son ambivalence dans Some like it hot : « J’adore les belles matières, la soie, le satin, la dentelle et les sentir sur moi, un voile sur ma peau, la douceur du nylon gainant mes jambes épilées ».

Finalement la femme libre est neuve. Elle s’amuse des codes : elle jouit des combats de ses mères, et pourtant au quotidien elle se bat et sa place est encore à défendre, à imaginer. Quelques décennies en arrière, sexe, argent et même tenue vestimentaire ne se discutaient pas – ne se choisissaient pas. Qu’en est-il de l’homme aujourd’hui ? Et de ses choix ? Si la femme est aussi guerrière, forte, libre, indépendante… est-ce que l’homme peut minauder, choisir sa posture, voguer dans l’ambivalence ? Aujourd’hui l’espace des possibles est ouvert et vertigineux : il se mène des luttes ouvertes, mais au quotidien l’interrogation des places et des rôles se poursuit de manière subtile et continue.

Dans Histoires d’hommes, l’idée n’est pas d’être contre mais ensemble, et de cheminer vers une interrogation commune. La posture, l’imposture : que nous montrent ces hommes ? La matière et le texte les interprètent. Certains jouent, d’autres rêvent, frappent, souffrent, et mettent leurs corps en scène. La masculinité est examinée le long du plaisir solitaire, de la violence à l’embrasure de la folie, de la jungle, du combat, de la guerre, de la vieillesse, et toujours : de l’amour.

Continuer d'écrire

Ecrit par La Rédaction le 20 janvier 2015. dans La une

Continuer d'écrire

« La  Cause Littéraire » et « Reflets du temps » ont été hackés, ce jour du 19 Janvier. En même temps que tant d'autres sites, mais - et ce sera «  leur » problème - « ils » n’atteindront jamais tout !

  Nous avons été détournés, au profit de la plus sinistre cause qui soit ; celle de l'intolérance abjecte, de l'obscurantisme des tréfonds, de l'extrême violence. Au diable, les valeurs de la République, disent ces dessins, ces mots, ces hurlements ! Et la page noire de croire avoir fait taire  les chroniques de cette semaine...

  Et bien, à Reflets du Temps, dans ce magazine ouvert aux sensibilités de chacun, et  au débat,  nous revendiquons l'honneur de continuer à écrire  sur tout, dans la liberté que nous a donnée, ici, dans ce pays, un texte indépassable : la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen... Simple comme liberté en France debout !

Nous n'oublierons jamais...

Ecrit par La Rédaction le 17 janvier 2015. dans La une, Actualité

Nous n'oublierons jamais...

L'évidence est là , nous n'oublions pas ; nous n'oublierons jamais, et le drame, et la République debout, et ce qui reste de ciel noir... nos mémoires, nos écritures, nos paroles échangées et celles qu'on garde en soi. L'oubli, depuis ce début Janvier n'est plus un mot usuel. A moins qu'il ne l'ait trop été ; avant.

Nous avons beaucoup publié la semaine passée, sur «  les évènements ». Un magazine – fût-il modeste, comme le nôtre, se sent investi, dans un tel cas, de quelque chose d'unique, après ce moment de sidération, où rien ne peut s'écrire...

  Beaucoup d'entre nos rédacteurs, et aussi des nouveaux, nous ont proposé des textes – souvent, d'ailleurs des poèmes, comme si ce genre si proche du chant, ou de la prière, était ce qui semblait naturellement adapté à son ressenti.

 Merci à eux tous, d'avoir honoré, ainsi Reflets, pour lors, d'un temps si dur.

 Mais, nous ne publierons plus – ou si peu – ces retours sur l’Événement lui-même ; nous ne voulons plus publier face à l'avenir, que les analyses ou les prospectives. Que chacun veuille bien le comprendre.

<<  1 2 [34 5 6 7  >>