Articles taggés avec: Marianne Braux

« Parler, ce n’est pas voir » : retour sur une polémique

Ecrit par Marianne Braux le 31 mars 2018. dans La une, Education

« Parler, ce n’est pas voir » : retour sur une polémique

En dépit du ressentiment qui s’est répandu des deux côtés du ring opposant les partisan.e.s de l’Ecriture Inclusive d’une part, et ses détracteurs d’autre part (derrière lesquels je me range), ce débat aura eu le mérite d’avoir introduit dans les maisons, les bistrots et autres réseaux sociaux, une question fondamentale, de première importance pour tout être parlant. Une question aussi vieille que l’Humanité mais qui, peut-être parce qu’elle est difficile, avait jusqu’ici eu tendance à rester cantonnée à la sphère universitaire. Cette question, à la fois simple et profonde, est : qu’est-ce que la langue ? Un outil de communication, un système de représentation du monde, les deux choses ensemble ? Et qu’est-ce que cela veut dire ? En réalité, il est impossible de répondre de manière définitive à cette question, car il faudrait, pour y arriver, que la langue soit extérieure à nous, que l’on ne baigne pas dedans depuis bien avant notre naissance, que l’on puisse, en un mot, en parler sans parler avec. C’est toute la difficulté, et l’intérêt, des sciences dites « du langage » et soit-dit-en passant, des sciences « humaines » en général, où le sujet et l’objet de la connaissance sont une seule et même chose, à savoir : l’être humain. En d’autres termes, et pour le dire avec un éminent penseur du siècle passé, qu’il est urgent de réécouter : « il n’y a pas de métalangage », tout comme il n’y a pas de connaissances « méta-humaines ».

Ceci étant dit, on peut, à défaut de pouvoir dire ce qu’est la langue, s’interroger sur ce qu’elle n’est pas. Si, et seulement si, tel est notre objectif, on peut espérer dire d’elle quelque chose de raisonnable. Commençons par le début :

On dit que la langue « sert à communiquer ». S’il est vrai que la langue est utile, la langue n’est pas pour autant un outil comme les autres, que l’on peut modifier à notre guise comme l’on changerait d’ordinateur, de frigo, ou de voiture. Traiter la langue comme un moyen parmi les autres en se proposant de la modifier pour répondre à (ou créer) une supposée demande sociétale, c’est faire le jeu du capitalisme marchand et, par voie de conséquence (faut-il encore le montrer ?), obstacle au lien social (1). Même si elle peut le devenir, la langue n’est en soi ni un outil, ni un accessoire de mode, pour la simple et bonne raison que « l’Homme, écrit Emile Benveniste (l’être humain, s’entend, voir plus bas), n’a pas fabriqué le langage ». Le langage est le fruit d’une évolution sonologique dont on sait encore peu de choses, si ce n’est que celui qui le porte, l’animal devenu humain, y est pour très peu. Personne ne peut dire d’où vient le langage, cette faculté insensée qui nous distingue du reste de nos demi-frères animaux. C’est pourquoi y toucher de façon arbitraire n’est ni plus ni moins que de se prendre pour Dieu, cette figure sans visage apparue dans l’imagination humaine il y a fort longtemps à cause, précisément, de ce mystère de l’origine du langage, dont les « pouvoirs » dépassent largement notre entendement. Les récits mythiques et religieux sont à prendre au pied de la lettre : dire un mot et « voir » à travers lui la chose relève d’une capacité à proprement parler surnaturelle, au sens où en parlant, on ajoute au monde des choses (la physis, qui se tient devant nous) le monde du discours (le logos, qui se tient dans notre tête et nous vient souvent des tripes). Nul besoin d’être croyant pour comprendre ceci. L’être humain vit dans une réalité double, dont les deux pans ne se rejoignent pas. Ainsi, et pour reprendre l’image d’une chercheuse et journaliste dont je partage certaines vues (2), la langue n’est pas une « baquette magique » que l’on peut façonner selon nos besoins pour faire apparaître le monde tel qu’on voudrait qu’il soit – à moins d’entrer dans le domaine de la Poésie, laquelle, rappelons-le, est cet espace où l’être humain peut à loisir se décharger de son délire/désir de toute-puissance langagière. C’est sa beauté et sa nécessité : la Poésie (la Littérature) nous enseigne à nous méfier de ce qui la constitue, à craindre les beaux discours. Il n’est pas étonnant que les écrivains aient été en général assez réticents à la proposition de l’Ecriture Inclusive, comme ils le seraient sans doute à toute réforme de la langue qui ferait plus qu’entériner des usages déjà passés dans le système linguistique, ainsi que s’y attache, quoique l’on en dise, l’Académie Française (3). L’écrivain est par définition celui qui, pour se rebeller contre la langue, accepte d’abord de s’y soumettre. Ainsi, parler de « novlangue » pour dénoncer l’Ecriture Inclusive n’est ni exagéré ni insensé. La seule difficulté est de saisir ses points communs avec la novlangue d’Orwell qui, contrairement à l’Ecriture Inclusive, passe par une réduction des catégories de la langue pour empêcher la libre pensée de circuler. Celle-là fait apparemment le contraire : on nous enjoint à en dire plus, à faire signe à notre interlocuteur, par l’expression de certaines formes, de notre adhésion à une certaine vision du monde, pour le bien, paraît-il, des plus jeunes dont on ne se soucie même pas de savoir de ce qu’ils voient avec leurs propres yeux. C’est sans doute parce que les Inclusifs ne veulent pas l’entendre ; cela risquerait de les priver de leur « activité » or, les Inclusifs n’aiment guère s’ennuyer. Ils ne veulent pas savoir que pour leurs enfants, l’égalité des sexes est déjà une réalité. Non pas nécessairement au plan quantitatif – ça, c’est la parité, les mots ont ici leur importance – mais au plan juridique et qualitatif. Car oui, sur ce plan-là, la femme est aujourd’hui l’égale de l’homme. Et ceux qui ont été éduqués dans cet esprit n’ont pas eu besoin d’une écriture inclusive pour s’en rendre compte. Ceci me fait penser à une autre incohérence de ce projet, à laquelle je ne vois décidément pas de contre-argument. On dit que la langue française a progressivement « invisibilisé » – je reviendrai sur cette expression – la femme de l’espace public et que, à force de parler de « sénateurs », de « députés » sans « -e » et « d’auteurs » sans « -e » ou sans « -rices », on découragerait les femmes de se lancer dans des carrières traditionnellement réservées à l’autre sexe. Mais enfin, n’est-ce pas tout le contraire qui est arrivé ? La femme n’a-t-elle pas, depuis plus de deux siècles, brillamment arraché certains privilèges à l’homme et progressivement investi l’espace public pour se retrouver aujourd’hui dans de nombreux postes de pouvoir ? Je ne vois pas comment l’on pourrait soutenir le contraire. Et quand bien même les femmes ne seraient pas encore à nombre égal dans certains domaines de l’activité humaine, cela ne signifie pas pour autant que la parité n’aura jamais lieu. Si tel est vraiment le souhait profond de certains, qu’ils laissent donc le temps au temps, cela finira par se produire – à moins que l’on commence à remettre en question cette obsession pour le pouvoir et la vie publique (un véritable féminisme devrait, à mon avis, aller dans ce sens-là). Autrement dit, je ne vois pas comment la langue serait si nécessaire au progrès social puisque, dans l’Histoire, le progrès social s’est mise en place malgré la pratique d’une langue apparemment « sexiste ». A ce propos, petite piqûre de rappel étymologique : « Homme » vient du latin « hominem » signifiant d’abord « être humain » qui a ensuite pris le sens additionnel de « être humain de sexe masculin » en supplantant le mot « vir » (qui a donné « viril ») ; c’est là, éventuellement, que commence le « patriarcat », et c’est cela qu’il faut enseigner aux enfants ! Les locuteurs d’une langue oublient, mais la langue, elle, n’oublie rien, et c’est le devoir de chacun de se rafraîchir la mémoire. D’où l’importance de l’apprentissage des langues dites « mortes » qui continuent, sans que l’on s’en aperçoive, de vivre dans la nôtre et de nous faire dire bien plus que ce que l’on croit. En soutenant le contraire, l’Ecriture Inclusive agit comme toute novlangue : elle empêche l’individu de penser en prétendant que la réalité du discours doit, autant que faire se peut, faire voir la réalité, être à son image (réelle ou fantasmée comme dans 1984). C’est faux, ce n’est pas là son rôle ; l’intrication des vieilles langues, qui étaient confrontées à une autre réalité que la nôtre, dans les plus jeunes le montrent bien. Ce qui m’amène à mon deuxième point :

Merci, je préfère les huîtres. Plaidoyer pour les perles.

Ecrit par Marianne Braux le 03 octobre 2017. dans La une, Education

Merci, je préfère les huîtres. Plaidoyer pour les perles.

C’est nouveau, ça vient de sortir : les traditionnelles perles du bac seraient un symptôme de plus de notre culture éducative « du dédain », défectueuse et obsolète, basée sur l’humiliation permanente de ses jeunes et la hauteur inavouée de ses vieux, lesquels prendraient depuis trop longtemps un malin plaisir à « moquer les idioties » et « exhiber les bêtises » des lycéens qui « non, n’ont pas un QI d’huître ». La dénégation parle d’elle-même : Madame Cahen, à l’origine d’une contre-offensive visant à valoriser les « anti-perles » (somme des « fulgurances » de bons élèves, fièrement rapportées sur Internet), et les médias en quête d’ondes positives qui s’en font le relais, voient-ils donc d’un si mauvais œil les « absurdités » laissées, parfois volontairement rappelons-le, par des élèves souvent brillants à leur insu et audacieux ?

Parce que des collègues de Madame Cahen se repaissent chaque année de ce mets « fameux » – ce n’est pas moi qui le dis – avec « un rire gras assorti de commentaires effarés sur le nivokibess », il faudrait condamner tous ceux qui s’en régalent sans mépris et même avec une certaine admiration ? Vraiment, il faudrait remplacer des bijoux produits par des êtres de chair et de coquille par de pâles « pépites » trouvées dans de jolies copies bien conformistes ? Loin de moi l’idée de critiquer ces dernières : leurs auteurs ont fait leur travail, bravo, on ne leur demandait pas autre chose. Mais est-ce bien la peine que l’on s’en vante ? Qui plus est, lesdites pépites sont généralement d’un ennui… et nombre d’entre elles (car je les ai lues, contrairement à beaucoup qui se sont empressés de féliciter Madame Cahen sur les réseaux sociaux, à coups de cœurs battants et de commentaires obligés) trahissent la complaisance des professeurs eux-mêmes, trop heureux de voir de temps en temps leurs objectifs atteints. Encore une fois, c’est tout à leur honneur, mais que l’on ne vienne pas nous dire qu’une citation bien placée, une phrase ponctuée de trois ou quatre locutions précieuses du genre « outre cela », ou une explication « structurée, étayée, dans une langue impeccable, développée en 10 minutes pile » sont des « éclairs de génie ». Le talent est ailleurs, et surtout là où il s’ignore, comme dans ces aphorismes aussi déplacés que lucides, ces lapsus étonnants avec lesquels je composerais bien moi-même quelques vers, ou ces commentaires à côté de la plaque que l’on dirait tout droit sortis d’une pièce d’Eugène Ionesco. Mais je ne suis pas certaine que Madame Cahen apprécie le théâtre de l’absurde, à en juger par les propos qui étayent sa bienveillance affichée et lui ont valu ces derniers mois un début de notoriété publique. Car l’initiative est dans l’air du temps et vient à point répondre à ce qu’elle-même diagnostique comme « une véritable attente de la société, dans le sens d’une vague de fond positive » qui, il est vrai, s’abat tout en douceur sur la France sans que personne ne s’en alarme, ou alors pour se voir taxer de pessimiste, rétrograde ou mieux, de méchants. Bienvenue au Club Med, où même les tsunamis sont gentils ! Apprenez à surfer et ça ira tout seul. Non non, ceci n’est pas un attrape-touriste, évidemment.