Articles taggés avec: Stéphanie Michineau

Le Point-phare de l’Ecriture-femme

Ecrit par Stéphanie Michineau le 25 octobre 2014. dans La une, Littérature

Le Point-phare de l’Ecriture-femme

Franç0is Le Guennec est c0nférencier à l’Université du Temps Libre en France. Le livre intitulé L’0euf sur le jet d’eau, éd du Paradis (Dép0t légal : mars 2008) s’inscrit dans un cycle p0rtant sur l’Ecriture-femme ; l’Ecriture-femme c0mme P0int-phare au c0eur de ses prér0gatives. Il est auteur mpe/Paris, Internati0nal.

C’est dans ces greniers que je me suis mis à C0lette, en me disant T0ut de même, tu devrais l’av0ir lue depuis l0ngtemps. J’ai t0ut pris, d’ab0rd les Claudine, chr0n0l0giques. Les Vrilles de la vigne, la Mais0n, Mes Apprentissages… J’y suis enc0re, Tr0is, six, neuf, et je n’en veux pas s0rtir.

 

Cadavre

J’entre dans ma chambre. C’est dans ma chambre et quand je n’y suis pas, elle devrait être vide. Mais je devine une présence et cela suffit à me faire dresser le p0il sur la peau. Quelqu’un est c0uché dans le lit, rec0uvert jusqu’aux cheveux par la c0uette. Au prix d’un eff0rt, car j’épr0uve une intense sensati0n de fr0id, je m’avance et avance la main. Je tire la c0uette à m0i.

Dans la mais0n vide, sur m0n pr0pre lit, c’est le c0rps d’une femme qui gît là, enc0re tiède des dernières minutes de s0n existence. Enc0re humide de s0n ultime t0ilette.

P0urqu0i est-il revenu ici ? L’a-t-0n aband0nné ? 0u c0mme dans les légendes de Bretagne est-il venu se plaindre aux vivants ? Et de qu0i ? c0mment le c0mprendre puisqu’il parle d’un m0nde 0ù je n’ai pas accès ? C0mment l’entendre puisqu’il ne parlera plus ? (Frenz)

 

Sciences humaines Littérature : C0nstructi0n de l’image maternelle chez

« Si je p0uvais me faire fant0me après ma vie, je n’y manquerais pas, p0ur t0n plaisir et p0ur le mien. Tu as lu aussi cette stupide hist0ire d’une m0rte qui se venge ? »

Si n0us relev0ns cet extrait de la Mais0n c’est parce qu’il rés0nne à n0s 0reilles c0mme une mise en abyme de la p0sture de C0lette face à l’image maternelle, les par0les de Sid0 révélant t0ute l’ambiguïté des liens qui les attachent l’une à l’autre et que dissimulent des sentiments filiaux qui v0nt culminants de 1922 à 136 (s0it plus de dix ans après la m0rt de sa mère).

Ainsi différentes questi0ns se p0sent à n0us : de quelle manière C0lette c0ntribue-t-elle à faç0nner le pers0nnage de Sid0 ? En qu0i peut-0n parler de c0nstructi0n v0ire de recréati0n de l’image maternelle ? Et surt0ut quels enjeux, intimes et symb0liques, ce travail d’élab0rati0n littéraire s0us-tend-t-il ?…

« lire en été » : Douce promenade au pays de la grande Colette

Ecrit par Stéphanie Michineau le 12 juillet 2014. dans La une, Littérature

« lire en été » : Douce promenade au pays de la grande Colette

S’il y en a une qui a su parler de l’été, c’est bien elle !!

« Il n’y a de réel que la danse,
la lumière, la liberté, la musique…
Il n’y a de réel que rythmer sa pensée,
La traduire en beaux gestes »

COlette&Epigraphe COsi, « Pensées en désuétude » (Edilivre, maison d’éditions pour tous&Paris)
C’est bon, c’est tout. C’est tout bon mais pas du tout cuit.

Une piqûre de rappel qui opérera dans les cœurs comme tartines de miel butinées, çà et là, par les lectrices, les lecteurs de Reflets du Temps.
Pendant l’été, ON a bien le temps !
Juste… avant, quelques mots de présentation de mon cru sur ses maux tus :
A SAVOIR que cet extrait est tiré de La Pléiade et que les relents Proustiens de la mémoire involontaire du « temps re.couvré » par le souvenir et les saveurs, ne lui font pas défaut.
La grande COlette a rendu l’âme à Paris tandis qu’elle est percluse par l’arthrite et résorbe sa douleur afin de ne pas « ennuyer » les autres et être un fardeau à leurs yeux.
Le cadre du Palais-Royal sera sa dernière demeure.
Elle se souvient des temps trépassés et heureux avec sa mère…

« En remontant plus loin – beaucoup plus loin – je me souviens que ma mère préparait l’été et tenait en réserve, pour le cas où ses enfants auraient eu ces engelures ouvertes qu’on appelle chez nous “crevasses”, une bouteille de vinaigre de roses, pétales de roses rouges infusés un mois dans du vinaigre fort, le tout clarifié au papier-filtre. L’odeur mordante et fine d’un tel remède, je ne l’ai pas encore oubliée, quoique je n’aie jamais souffert d’engelures. Mais je savais mentir, tendre un index, offrir un orteil nu, mendier la compresse embaumée, et la sucer en cachette, pour son double goût de vinaigre et de rose…

En l'honneur d'Arnaud...

Ecrit par Stéphanie Michineau le 12 avril 2014. dans Ecrits, La une, Littérature

En l'honneur d'Arnaud...

Alors que, comme le rappelle Berta Corvi, auteure d’une thèse inédite sur Jean Giono, la simple vue d’une photo suffisait à mettre en branle l’imaginaire de l’écrivain contemporain à Colette (auteure dont je suis spécialisée dans les œuvres), c’est toute une série de photos alliées à la beauté du geste consolateur qui ont su raviver en moi le feu salvateur alors que je désespérais de ma muse silencieuse.

Cette photo, c’est celle d’Arnaud à Agadir. Tandis que ceux qui (me) suivent sur Facebook (mur FB : Fanny Cosi, Page publique : Stéphanie Michineau) savent, pour ce que j’en ai écrit, à quel point le Maroc a opéré en moi un profond bouleversement ; et plus précisément Marrakech, avec cette entrée de ville dans une chaleur qui pourrait ressembler, si l’on pouvait se permettre une comparaison de cet ordre, à la pénétration à vif dans le cœur rouge de l’amant, l’amante (dans l’acception littéraire du /des termes). Peut-on aimer une ville d’emblée sans la connaître ? Oui, je pense que le coup de foudre existe pour une ville à l’instar d’une femme (ou d’un homme)… et cela s’appelle le désir.

Mais revenons à Arno Genon dont je ne déflorerai pas de suite le véritable nom afin d’en conserver l’embaumement de la poétique de l’image jusqu’à la fin de cet éloge.

Car, oui, alors que j’en ai glorifié les élogescomme genre, à renouveler et de toujours, au Maroc pour le journal marocain bien connu Albayane (« Chronique 1001 feuilles » & N. M.) ma plume SUJET, et c’était attendu, ne pouvait être que portée par la vague d’amitié-aimance envers un homme. Un ami puisque « la lecture est une amitié » (Marcel Proust). Mais il me fallait un homme un peu spécial dans le sens sortant du lot. Uno, un homme-créateur qui me ressemble comme une sorte d’ALTER ego mais aussi duo, qui s’approche de mes valeurs d’humanisme (qui ne soit ni raciste, ni homophobe et pour ceux qui suivent les travaux d’Arnaud Genon, c’est tout le contraire qu’il prône puisqu’il se fait ardent défenseur de la cause homosexuelle… et c’est superbe ! En cela, je l’ai rejoint dans Colette : par-delà le bien et le mal ?, MPE, filiale Petit Futé (connue et reconnue pour ses guides verts de voyage nationaux-internationaux) : Paris).

Un homme-créateur. Donc. Qui sait poindre sa plume en toute délicatesse, sans intrusion abusive et forcément (force aimant), tout en conservant une profondeur de vue touchant au sublime, c’est tout un art et ce n’est pas le commun des mortels qui peut le faire. Ainsi, c’est cet abandon qu’il m’a offert en PEnsant mes plaies afin de panser mes Pensées les plus noires dont la première section est délivrée dans mes Pensées en désuétude (Maison d’éditions pour Tous, Edilivre, Paris, 2010). Publication en ligne dans la Cause littéraire qui avait d’ailleurs recommandé l’ouvrage un an après sa sortie, en 2011. Et depuis, bénéficiant d’une 2ème publication papier : *dans le recueil collectif de référence en sémiologie CALS, éditions Presses Universitaires Toulouse Le Mirail : Les Ambiguïtés dans le discours et dans les Arts. A savoir que Pensées les plaies d’Arnaud Genon, devant la reconnaissance unanime saluée du comité scientifique CALS, est devenue une annexe qui colle désormais à la peau de mon propre article titré : « L’Ambiguïté dans Pensées en désuétude de Fanny Cosi par Stéphanie Michineau ». Son annexe à « lui » est illustrée d’une photographie de cœur puisque prise (belle prise) par sa femme, Madame Diane Genon ; la mienne par ma sœur, artiste-photographe professionnelle à La Rochelle : Flo Soltar. Une affaire de famille, à l’évidence.

La poésie duo du haut du pont entre la France et l’Italie

Ecrit par Stéphanie Michineau le 01 février 2014. dans La une, Littérature

La poésie duo du haut du pont entre la France et l’Italie

Biographie de la traductrice et poétesse italienne, Berta Corvi :

Au fil de la plume :

Berta est née à Atri (un petit village situé dans le centre de l’Italie) bien que ses parents habitent à l’époque en Belgique après y avoir émigré en 1963. Suite au décès de son père en 1980, elle retourne dans son pays d’origine, l’Italie. C’est en 1983, après l’obtention de son diplôme, qu’elle quitte Liège (Belgique) avec sa mère et sa sœur pour aller poursuivre ses études en Italie. Elle s’inscrit à la faculté de Langues et littératures étrangères de l’Université Gabriele d’Annunzio, à Pescara. Elle y suit les cours du professeur émérite des Universités et président honoraire de l’Université de Savoie, spécialiste de poésie et de l’imaginaire, Jean Burgos. C’est par ses yeux qu’elle découvre des auteurs qui lui étaient jusque-là inconnus : Henri Michaux, Yves Bonnefoy et Saint-John Perse.

 

S. Michineau : Berta, la suite de votre parcours, si vous le permettez, je vais en retracer le chemin en quelques fragments pour nos lecteurs. Vous avez clos par une thèse qui portait sur Jean Giono. Vous savez que personnellement, je suis titulaire d’une thèse de DOUBLE référence, sur l’autofiction ET sur Colette, ainsi qu’il en a été stipulé sur le site de référence de « recherche en littérature » : Fabula ; cette thèse étant intitulée précisément L’Autofiction dans l’œuvre de Colette, publiée aux éditions Publibook comme filiale du Petit Futé (il est d’ailleurs regrettable que la vôtre ne la soit pas), et force est de constater que les accointances entre les deux écrivains français de toute éternité ainsi que de la même période, située à la première moitié du 20ème siècle, sont nombreuses. On pourrait y voir comme thématiques communes : l’enfance, la nature et la sauvagerie. Voici donc quelques axes pointés à prendre bien évidemment comme clins d’œil en direction d’organisateurs de colloques ou/et programmateurs d’événements littéraires. Ecrivant cela, je songe rétrospectivement à mon duo-duel (? mais je rassure bien vite les lecteurs car il ne s’agit là, premièrement, que d’Art et littératures, et deuxièmement c’est inhérent à l’esprit même de la recherche éclairée par des débats qui construisent la réflexion vers un mieux et un plus abouti) datant de mars 2012 (presque deux ans déjà !) avec Isabelle Grell, spécialiste de Jean-Paul Sartre ; événement littéraire programmé à Bastia suivant la double sollicitation vive de Madame la présidente de l’association corse Musanostra, Marie-France Bereni-Canazzi, afin de nous entretenir sur « La biographie, récits de vie et autofiction » puisque nous y étions conviées, ainsi que le mentionne la présidente, comme dignes représentantes et « spécialistes mondiales de l’autofiction » (source revue Art : Musanostra, rubrique presse :

La maltraitance maternelle dans la trilogie de Jules Vallès : « L’Enfant, Le Bachelier, L’Insurgé » (1876-1886)

Ecrit par Stéphanie Michineau le 14 décembre 2013. dans La une, Littérature

La maltraitance maternelle dans la trilogie de Jules Vallès : « L’Enfant, Le Bachelier, L’Insurgé » (1876-1886)

Article tiré de la conférence du même titre donnée par Stéphanie Michineau lors des « Rencontres Jules Vallès à Nantes » (28-29 mai 2010), organisées par l’Association Pour l’Autobiographie (APA) en partenariat avec la Bibliothèque Municipale de Nantes (BMN), l’Association des Amis de la BMN et l’Association des Amis de Jules Vallès.Philippe Lejeune, président de l’APA, était présent pour l’occasion et a animé la table ronde portant sur l’autobiographie, le roman autobiographique et l’autofiction.

Article publié sur plusieurs sites académiques & internationaux ayant trait aux recherches sur « le biographique, récits de vie, écriture du Je », par Arnaud Genon sur son siteAutofiction.org

Le site « Le dire et l’écrire » & ASIVIF (Association internationale des histoires de vie en formation et de recherche biographique en éducation).

Article porté en exemple comme modèle de dissertation gratuite sur Internet.

Illustration Flo Soltar (sculptrice, peintre, photographe, illustratrice en France et ailleurs)

Site Art majeur :

http://flosoltar.blogspot.fr/search?updated-min=2012-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=2013-01-01T00:00:00-08:00&max-results=8

 

Colette : de l'aiguille à la plume ... de la plume à l'aiguille

Ecrit par Stéphanie Michineau le 30 septembre 2011. dans La une, Littérature

Colette : de l'aiguille à la plume ... de la plume à l'aiguille

« Sur une route sonore s’accorde puis se désaccorde pour s’accorder encore le trot de deux chevaux attelés en paire. Guidées par la même main, plume et aiguille, habitude de travail et sage envie d’y mettre fin, lient d’amitié, se séparent, se réconcilient… Mes lents coursiers, tâchez à aller de compagnie, je vois d’ici le bout de la route ».

Ces mots touchants au pouvoir évocateur, tirés de l’un des derniers ouvrages de Colette, L’Etoile Vesper (1946), me font immédiatement songer à l’image finale sur laquelle Yannick Bellon termine son documentaire (Colette, 1950) comme pour la laisser en suspens dans l’esprit du spectateur :

Centre d’études Colette

Colette en train de broder, regarde son célèbre voisin et ami du Palais Royal s’en aller avec un air plein de sous-entendus.

<<  1 [2