Du meurtre en politique ? (1)

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 16 mai 2011. dans Monde, La une, France, Politique, Actualité

Du meurtre en politique ? (1)


Il se peut que ma nouvelle rubrique soit aussi courte, sinon plus, que mon « Waitin’ For DSK ». J'ai une mauvaise passe avec les p'tits jobs. Il va de soi que les informations arrivant en flux continu de partout, l’hypothèse d’une « vérité » enfin établie rende le questionnement que j’ouvre ici rapidement caduc. En attendant, il me semble essentiel, pour des exigences de raison et d’éthique, de ne pas hurler avec les loups et donc de poser toutes les questions troublantes qui agitent bon nombre d’entre nous depuis hier matin. Il est clair qu’il est plus facile de commander « la mise à mort » d’un homme, comme le font avec tant d’élégance les ignobles Bernard Debré (UMP) et Marine Le Pen (FN), que de tenter, avec honnêteté, de chercher la vérité. Mon métier de journaliste m’a toujours poussé vers cette exigence éthique, même si je sais que peu de mes confrères ces jours-ci la partagent. Sans défendre de thèse (complot, pas complot) voici les questions principales qui se posent à l’heure où j’écris, à partir des éléments connus.

 

1) Au moment même ou DSK était interpellé à l'aéroport JFK de New York, un jeune UMP dégainait l'information sur Twitter. Avant même que l'arrestation de DSK ne soit rendue publique par The New York Post ! « Un pote aux Etats-Unis vient de me rapporter que DSK aurait été arrêté par la police dans un hôtel à NYC il y a une heure » (Texte exact du Tweet 1)

Voila un jeune UMP sacrément bien renseigné !

Jonathan Pinet a été le premier à lancer l'information sur Twitter à 22 h 59 (heure française), soit 16 h 59 heures de New York.

Selon les informations du New York Time, Dominique Strauss-Kahn a été interpellé samedi à 16 h 40, heure locale, à l'aéroport JFK de New York. Près de 10 minutes avant le départ de l'avion à destination de Paris, trois policiers en civil sont intervenus dans l’appareil et ont prié DSK de les suivre.

Fait plus que troublant : dans son tweet, Jonathan Pinet fait état d'une arrestation à l'hôtel. C'est effectivement à l'hôtel Sofitel que les enquêteurs ont tenté dans un premier temps d'interpeller Dominique Strauss-Kahn. En vain. Ce dernier avait déjà quitté les lieux où il est suspecté d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre.

Le jeune UMP avait donc l'information avant même que le patron du FMI ne soit interpellé.

Rapidement, sur Twitter, Jonathan Pinet est appelé à prouver la véracité de son info. Il affirme alors : « J’en sais rien, mais apparemment il le tient d’un ami à lui qui travaille à cet hôtel. » (Texte exact du tweet 2)

La vie est une merveille. Un bouillonnant militant des jeunes de l’UMP, spécialiste de la com web de son mouvement, a un ami qui connaît un ami qui travaille dans l’hôtel où DSK est descendu (dans tous les sens du terme !)

Quelques minutes plus tard, le fameux Arnaud Dassier, ancien responsable de la campagne Internet de Nicolas Sarkozy en 2007, probablement à l'origine de la rumeur sur DSK et la Porsche, et actionnaire du site Atlantico.fr reprend l'information. Toujours sur Twitter « Apparemment DSK à NY c’est du très très lourd » (Texte exact du tweet 3)

Simple coïncidence ou véritable opération com contre DSK, le webjournal de droite 24 heures actu est le premier site français à publier l'information, avant Rue 89 qui se contente de deux lignes et d'une mention "développement à venir" avant de compléter à 1h 23.

Le tout premier papier évoquant l'affaire est le tabloïd à sensations New York Post qui publie à 18h33, heure de New York, soit 1h33 après Jonathan Pinet.

Le tabloïd américain assure uniquement que DSK aurait été arrêté avant sa montée en avion pour Paris et que l'affaire aurait un rapport avec une employée d'un hôtel.

Comment ce type, Jonathan Pinet, qui revendique le lancement des campagnes web de l'UMP contre la gauche, peut-il, 1h 33 avant le tout premier tabloïd américain, affirmer que DSK a été arrêté dans un hôtel alors même que DSK n'a été, selon le tabloïd américain qui a sorti l'information, interrogé qu'à l'aéroport ?

Un jeune sarkozyste actif donc (Voir ses contributions sur le site des jeunes de l'UMP), adepte des campagnes Web de l'UMP, qui connaît une personne qui travaille précisément dans cet hôtel de New York ... Un vrai conte de fées !

 

2) Par ailleurs, Selon des informations de RMC, les avocats de DSK auraient reconstitué son emploi du temps. Il aurait quitté l’hôtel à midi, soit une heure avant l’heure supposée de l’agression de la femme de chambre. La défense du directeur du FMI s’appuiera sur ces éléments.

Dominique Strauss-Kahn aurait demandé sa note et rendu les clefs à la réception à midi, samedi. Il aurait alors rejoint sa fille pour déjeuner dans un restaurant new-yorkais.

La défense s’apprête à donner des preuves matérielles et des témoignages de ce déjeuner. Il aurait ensuite pris un taxi pour l’aéroport. Une fois arrivé à JFK, DSK se serait rendu compte de l’oubli d’un de ses téléphones portables à l’hôtel.

Il aurait donc appelé la réception pour s’assurer que ce portable lui soit retourné. C’est cet appel qui a donc permis aux policiers de le localiser et de l’intercepter. Ces derniers faits ont été confirmés par la police ce lundi matin.

Enfin, la défense se penche sur la personnalité et la vie de la victime présumée, pour tenter de prouver qu’elle aurait eu un intérêt matériel à se présenter en tant que telle.

 

3) Enfin, prémonitoire ? Fin avril, devant des journalistes de Libération, DSK, avait évoqué l'hypothèse d'une possible machination dirigée contre lui. Une machination qui aurait pu, envisageait-il alors, être montée ... autour d'accusations de viol ! Un entretien qui prend un écho tout particulier ce lundi, et sur lequel Libération revient longuement

Racontant un déjeuner avec DSK le 28 avril à Paris, Libération écrit ainsi : "DSK se met à imaginer : une femme violée dans un parking et à qui on promettrait 500.000 ou un million d'euros pour inventer une telle histoire".

Interrogé par les journalistes sur les handicaps d'une éventuelle candidature en 2012, il avait répondu : "le fric, les femmes et ma judéité", affirme le quotidien de gauche. "Oui, j'aime les femmes... et alors ? (...) Depuis des années, on parle de photos de partouzes géantes, mais je n'ai jamais rien vu sortir... Alors qu'ils les montrent !", avait-il ajouté, selon Libération.

Ces possibles attaques sur "le fric" que DSK disait redouter ont eu lieu récemment : il avait ainsi fait l'objet, ces dernières semaines, de piques d'une partie de la presse française sur son train de vie et son aisance matérielle. Désormais, le voilà accusé d'agression sexuelle aux Etats-Unis.

A suivre, l’affaire n’est en aucun cas close !


Non Solum Sed Etiam


A propos de l'auteur

Non Solum Sed Etiam

Rédacteur "mystère"

Commentaires (14)

  • elisabeth

    elisabeth

    14 juillet 2011 à 13:14 |
    Raffraichissez moi la mémoire, y avait-il du sperme de DSK dans cette affaire ou est-ce sorti de mon imagination ?

    Répondre

  • Maurice Lévy

    Maurice Lévy

    18 mai 2011 à 13:14 |
    Qui a été agressé, de l'homme sortant nu de son bain ou de la "servante" ? Telle est la première question.
    L'hypothèse la plus sérieuse ? Il y a eu agression et même égratignures sur (et non de) DSK lequel, croyant avoir affaire à une détraquée, n'a même pas osé la signaler à la direction, pressé qu'il était de rejoindre sa fille avec laquelle il allait fort tranquillement partager un repas ...
    Tellement tranquille d'ailleurs que, arrivé à l'aéroport, il découvre avoir oublié son téléphone, et appelle l'hôtel pour qu'on le lui envoie. …
    Qui pourrait croire qu'un excité sexuel en fuite pourrait redevenir l'homme tranquille, le père de famille, le grand monsieur qui a loué son fauteuil d'avion depuis plusieurs jours ???
    Vraiment, si la justice américaine se laisse prendre dans le balbutiement d'une agression sexuelle, alors je lui retirerais tout attribut en rapport avec sa fonction, celle qui a l’ultime devoir d’être JUSTE ... !
    Maurice Lévy

    Répondre

  • Luc SENECAL

    Luc SENECAL

    17 mai 2011 à 14:04 |
    Hum… Hum… Cette arrestation aux Etats Unis concernant un éminent homme politique me paraît bien suspecte. Bien entendu, je peux me tromper, mais en tant qu’hôtelier et connaissant bien « SOFITEL » dont j’ai éprouvé le sérieux et le professionnalisme, je doute fort qu’une femme de chambre puisse s’introduire « par erreur » dans une chambre occupée, qui plus est par un V I P.
    Car il faut savoir qu’il y a des procédures particulières mises en place pour les personnalités pour ces hôtels, autant pour assurer leur sécurité que pour leur confort. Il m’apparaît déjà impossible qu’un membre du personnel puisse pénétrer dans une pièce sans que l’usage strictement privatif, dédié à l’occupant, en soit sauvegardé. Un membre du personnel ne peut se permettre d’y pénétrer sans que celui-ci en soit avisé à l’avance, soit parce qu’il en a fait la demande, soit par nécessité mais toujours en prenant soin de ne pas le déranger.
    Par ailleurs les femmes de chambre possèdent certes un passe mais cela engage aussi leur responsabilité en cas d’intrusion fortuite. Si tel était le cas. Ce sont des professionnelles déjà averties tant par leur expérience que par leur hiérarchie. D’autant qu’il est d’usage d’être au moins deux lorsque les conditions ou le contexte le nécessitent. L’une étant le témoin de l’autre.
    En outre dans le scénario dénoncé, on voit mal un homme nu sortir de la salle de bain alors qu’il ignorait qu’il y avait du personnel féminin dans sa chambre, sans être gêné par cette intrusion. Et de retourner précipitamment chercher une serviette. Quant à lui sauter immédiatement dessus, comme ça, sur le champ, prêterait-on à la gente masculine française réputée chaude en la matière, des capacités particulières quasiment animales et encore que même dans ce cas…
    Tout cela sera démontré à décharge par la défense, si cette affaire aboutit effectivement à un procès en bonne et due forme.
    Ceci dit, chez certains de nos amis américains, on connait de façon assez évidente, la propension à faire des affaires de sexe des affaires d’état. Certains et non des moindres se sont fait piéger par ce biais, soit par leur maladresse ou bien de leur faute, comme avouée par la suite. Soit en raison d’une réputation qui leur est propre, dans ce domaine. Et justement, ne serait-ce pas là le point faible de notre personnage ? Si on voulait lui nuire, c’est pain bénit.
    Ce qui nous entraine, compte tenu des enjeux actuels, à penser que cette affaire tombe bien mal pour certains. Alors qu’elle serait bienvenue pour d’autres. Et j’incline à penser, mais cela n’engage que moi, que compte tenu des prochaines élections, l’enjeu pour la France et les français, dépasse largement le cadre de cette affaire. Dont l’aspect trouble et quelque peu précipité, voir « téléphoné », me laisse sceptique.
    Heureusement que BRASSENS a chanté « Gare au gorille ». Une chanson dont le deuxième degré échappe peut-être à certains…

    Répondre

  • Jacques Petit

    Jacques Petit

    17 mai 2011 à 13:59 |
    La raison commande d’être extrêmement prudent.

    Je n’ai pas la prétention d’être un criminologue ou psychologue, j’essaye simplement de réfléchir et de raisonner. Cette affaire qui surgit brutalement est, dans l’actualité mondiale et française, comme dans la sphère politique qui déborde sur la sphère financière, c’est incontestable, un tsunami échelle +++, et il serait suspect que les chaines de télé et les sites Internet du Monde entier, n’en fasse pas un « big subject », une « UNE » monumentale qui va alimenter, pendant des jours et des jours, les « infos en boucle », ne pas relater ces faits « surprenants et stupéfiants » serait suicidaire.

    Mais en tirer à chaud, à longueur d’antenne, des analyses, des extrapolations partant dans tous les sens tient de l’assassinat politique télévisuel en direct, sans la moindre prudence, la moindre décence due à l’HOMME, car quel qu’il soit c’est avant tout, un homme de chair et de sang !
    Sur les faits dont il est accusé, les choses sont très complexes. Sans connaître tous les tenants et aboutissants, mais simples à la fois, à mes yeux 2 hypothèses s’imposent par raison :

    DSK serait coupable, cela démontrerait que cet homme intelligent, reconnu de tous comme un grand économiste digne d’être Directeur du FMI, marié, père de famille et grand-père, participant à des réunions au plan mondial, de première importance pour l’avenir du Monde, serait incapable de maitriser ses pulsions, au point d’occulter son épouse, sa famille, ses obligations internationales et au futur de prochain candidat à la Présidentielle en France, en 2012, si ces faits s’avéraient vrais, cela démontrerait qu’il est gravement malade, indigne d’occuper les plus hautes fonctions en France, je ne puis y croire, mais il faut laisser l’enquête de police donner ses conclusions.

    Si ces faits et accusations de cette femme s’avèrent non avérés, nous sommes dans l’obligation de pencher pour une machination, un piège savamment orchestré, mais par QUI ? A l’initiative de QUI ?

    Je sais bien que la théorie du COMPLOT fait sourire beaucoup de gens, mais la 2ème hypothèse aboutit à cela, avec une dimension du mot COMPLOT à géométrie variable !

    Quand je regarde toutes ces télés en boucle, ces sites Internet, mais comment y échapper, sauf à s’isoler de tout, je suis indigné au plus haut point.

    Il ne s’agit point de proclamer, par avance, l’INNOCENCE de DSK, mais il est primordial de pas oublier la présomption d’innocence , avant la conclusion de l’enquête.

    Nous assistons depuis plusieurs jours à un « ASSASSINAT, UN LYNCHAGE POLITIQUE EN DIRECT », de l’HOMME, du DIRECTEUR du FMI, du futur CANDIDAT à la PRESIDENTIELLE FRANCAISE, avec la complicité (volontaire ou NON, la question demeure), il faut bien le souligner, des Autorités policières et judiciaires de la ville de NEW YORK, des chaînes télé, des sites Internet de la Planète (faisant preuve d’un manque d’éthique et de décence évident) et des multiples intervenants politiques ou autres, dont certains ont prononcé des propos honteux, au point que d’aucuns ont saisi la hache du « bourreau », bien avant la sentence !

    Je suis indigné !

    Répondre

  • Eric Thuillier

    Eric Thuillier

    17 mai 2011 à 13:56 |
    Conséquences politiques : nulles. Le 17 mai 2012 se déroulera comme il doit se dérouler, avec ou sans DSK, avec son cortège de misères, de protestations et d’impuissance. Ce n’est donc pas sur le plan politique que cette histoire qui nous permet d’employer à bon escient le mot «extraordinaire» est intéressante, mais sur le plan humain. En attendant qu’un complot soit prouvé (ce qui semble très improbable) ou une action crapuleuse (plus vraisemblable) on ne doit pas perdre du vue que la présomption d’innocence vaut autant pour le prévenu que pour la victime dont la version des faits est pour l‘instant la plus probante.

    Cette version, que j’accepte pour le moment, me fait tourner l’électrophone, me fait penser au Don Juan qui force les chambrières et m’a remis en tête l’air «Vieni à la finestra» qui ne doit pas être chanté sur le ton de l’arrogance conquérante mais de la supplication. Me fait penser à la blanche statue du commandeur transformée en femme de chambre noire, comme pour transposer le code de l’honneur servi par les hommes dans le registre de la mémoire des femmes. La mémoire des innombrables femmes forcées et détruites.

    De quoi penser à foison : la tyrannie du désir, les méandres du hasard, la vanité de la démocratie. Qui aura élu le prochain Président de la République française ?

    Répondre

  • Christian Balard

    Christian Balard

    17 mai 2011 à 13:38 |
    Le patron du FMI qui se balade sans sécurité à NY alors qu' en France les anciens ministres ont encore le droit à une escorte ? La porsche la semaine dernière et le viol cette semaine, situations idéales pour discréditer et abattre un candidat à la présidentielle ...

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    17 mai 2011 à 13:37 |
    C'est une histoire de regards ; qui regarde et quoi ? Nous regardons tous le regard – parfaitement stupéfiant de l'homme aux arrêts – nous nous transférons tous, plus ou moins : «  et bien ! Si ça m'arrivait ! » ; il y a là un regard un peu compassionnel, à tout le moins celui que l'homme jette sur un autre homme ; nous regardons aussi le puissant qui tombe ; jouissance du carnaval des fous du Moyen Age ; certains vont regarder le juif ; que personne ne doute qu'il y a là , dans ces accusations , une partie de la panoplie. Nous regardons ce qu'on nous montre - je parle des TV, d'ici , de leur prétendue déontologie, de notre arsenal juridique ( droit à l'image, présomption d'innocence ) - on nous gave, on nous sature d'émissions spéciales - 11 septembre au bas mot - les images les plus humiliantes, propres à toutes les dégradations, aujourd'hui et demain, s'enchaînent, en boucle; difficile de ne pas voir ! On fabrique donc les voyeurs et on s'étonnera, demain de leurs regards pas propres .
    Oui, il y a bien meurtre ; il est d'abord médiatique, disait ce matin Robert Badinter.

    Répondre

    • Kaba

      Kaba

      18 mai 2011 à 21:16 |
      Je n'ai regardé aucune image. Ni sur internet. Je n'ai lu que les articles.
      J'ai cru que DSK était victime d'un complot (en général, c'est ce que croient, à tout bout de champ, les gens simples comme moi) en lisant cet article de Non solum...
      Nous sommes mercredi. Je trouve la ligne de défense de DSK bien fragile (ne parlons pas de l'opinion de Maurice Lévy dans cette page) : serait-il tombé dans un piège parce qu'il a d'abord cru cette femme consentente ? Qui tire les ficelles de ce Guignol ? la CIA ? le FSB ? les services chinois ou brésiliens ? à moins que ce ne soient les Portugais ? ou bien les mêmes qui sabordèrent le Rainbow Warrior ? Vous voyez, on tombe dans la farce !
      Quant au lynchage médiatique, qui s'est ému de ce qui est arrivé aux accusés d'Outreau ? Leur lynchage n'a pas été planétaire, il a seulement été aux dimensions de leur monde et cela a suffit.
      Je souhaite encore que DSK soit blanchi par d'autres arguments que la justice américaine acceptera.

      Répondre

  • eva talineau

    eva talineau

    17 mai 2011 à 09:16 |
    vous dites "tentative de meurtre politique", possible, qui sait, il n'y a aucun doute que les ennemis de cet homme sont nombreux, que ce qu'il essayait de faire au FMI ne plaisait pas à tout le monde - une autre hypothèse est que ce soit "une tentative de suicide politique" - tout ce qui se prend pour Dieu doit s'effondrer, peut-être DSK a-t-il fini par croire qu'il pouvait tout se permettre juste parcequ'il était lui, et que son caprice (en l'ocurrence son impulsion sexuelle immédiate) était souverain et pouvait imposer sa loi à tous (en l'ocurrence toutes).
    Sic transit gloria mundi, la roche tarpéienne est tout près du Capitole.
    Il y a une sorte de beauté tragique dans cette histoire, s'il s'avère qu'en effet, il est coupable d'avoir forcé cette femme de chambre, une femme inconnue de lui, anonyme, qui se trouvait là par les hasards de son service, à lui faire une fellation contre son gré, comme si à lui, tout était dû, possible et permis !
    Ca résonne comme un défi au destin, une sorte d'ordalie. Les dieux, cette fois-ci encore,lui seraient-ils favorables ? Ils ne l'ont pas été...

    Répondre

  • Solène Duval

    Solène Duval

    17 mai 2011 à 00:50 |
    Pour le moment et jusqu'à preuve du contraire, DSK doit pouvoir bénéficier de la présomption d'innocence, mais si toutefois la thèse du complot était avérée la justice devrait être intransigeante et faire preuve d'une sévérité extrême quel que soit (soient) le (les) commanditaire(s) de ce complot, et dans ce cas, de son côté, le pouvoir français actuel sortirait grandi en prenant part à la réhabilitation de DSK.

    Répondre

  • Abdel Zinet

    Abdel Zinet

    16 mai 2011 à 20:42 |
    C''est trop parfait pour croire à ce nouveau feuilleton de bas étage. je crois avec fermeté à la machination, à la conspiration et aux coups bas de ses adversaires. Loin de la france, je suis quand meme peiné par ce qui arrive à DSK.

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    16 mai 2011 à 20:24 |
    Jamais n'existe pas en politique. DSK a 62 ans, c'est encore jeune; en 2017, il en aura 67 ans, c'est encore jouable. D'autres que lui sont revenus de plus loin.

    Répondre

  • Noel Dyvel

    Noel Dyvel

    16 mai 2011 à 19:53 |
    Complot ou pas ? Le trouble est tel qu'on ne peut s'empêcher de penser que la machination est très probable ...
    Et pauis qu'allait faire DSK à New York alors qu'il devait se trouver à Paris ? Il n'avait notoirement aucune réunion prévue. Avait-il un rendez-vous professionnel ou personnel ? Si c'est le cas, pourquoi la personne qu'il devait rencontrer ne se manifeste-t-elle pas ? Lui a-t-on tendu un piège ? Qu'un homme dans sa position (patron du FMI, candidat potentiel à la présidentielle) serait-il assez idiot pour se mettre de lui-même dans cette position ?
    On peut être coureur, infidèle,... mais de là à être violeur il y a une marge... Est-ce un traquenard ou s'est-il senti au-dessus des lois ?
    Toutefois dans sa position, les ennemis doivent être plus que nombreux : Ennemis français depuis sa percée dans les sondages, ennemis de l'euro qui aurait eu peur du plan de sauvetage de la Grèce, ennemis du FMI, rivaux au FMI, éventuels successeurs à son poste non appuyés,... plus d'éventuels ennemis plus personnels.... Il ne manque pas de personnes susceptibles de monter un coup pareil... sans compter une éventuelle soif de notoriété en s'attaquant à l'un des puissants de ce monde.
    Toujours est-il que vraies ou fausses accusations, il faut que la lumière soit faite au plus vite afin de ne pas polluer le débat politique français en vue de l'élection présidentielle et pour ne pas continuer à bafouer éventuellement la morale publique. Les dégâts risquent d'être considérables.

    Répondre

  • Guerrier

    Guerrier

    16 mai 2011 à 19:02 |
    Même pour un highly testosteroned man entre " aimer les femmes" et tenter de les violer juste avant de prendre un avion, il semble exister un gouffre ! Il n'est certes pas le premier homme politique ayant une sexualité épanouie...mais cette libido irrépressible ne l'empêche peut-être pas complètement de penser et les faits reprochés sont suffisamment graves pour qu'il ait peut-être pu songer à leurs conséquences et tenter de se calmer un peu...
    C'est LE SEUL à gauche qui aurait pu bénéficier de ma relative bienveillance et je ne suis pas la seule dans ce cas je pense.
    Maintenant, troisième round, à quand les "faits" contre sa judéité ?

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.