Economie

La crise américaine ou "La Ferme des Animaux" de George Orwell

Ecrit par Peter Gabor le 15 juillet 2011. dans Monde, Economie, La une, Politique

La crise américaine ou


Novembre 1989. C'est La fin de l'expérience communiste. Les Allemands détruisent le Mur qui était sensé symboliser la frontière entre la Démocratie et le Totalitarisme alors que ça n'était qu'un Mur érigé entre la Réalité et l'Utopie. Me souvenant alors d'avoir lu pendant mon adolescence la Ferme des Animaux, mon premier mot fut alors : « tiens, le Capitalisme dépose le bilan de sa filiale Communiste ».


Quelques mois plus tôt pour garder le statut de la Nation la plus favorisée, les Russes signent entre Stockholm et Helsinki des accords de paix, de désarmement et d'un retour progressif vers le respect des droits de l'homme. Peu d'économistes de l'époque avaient fait la relation avec les mauvaises récoltes des dernières années Gorbatchévienne. L'Union Soviétique crevait de faim. Et ils étaient sous perfusion d'aide pour importer du blé des États Unis à des tarifs privilégiés. L'Union soviétique était au bord de la faillite économique et ne tenait plus que par le miracle de l'aide du monde capitaliste.

Le christianisme est une idée de droite

Ecrit par Alain Jugnon le 15 juillet 2011. dans Economie, Philosophie, La une, Religions

Le christianisme est une idée de droite

 

Chers amis, la vie n’est pas réglée par le hasard, elle n’est pas accidentelle. Votre existence personnelle a été voulue par Dieu, bénie par Lui et il lui a été donné un but ! La vie n’est pas une simple succession de faits et d’expériences, même si de tels événements peuvent être utiles. Elle est une recherche de ce qui est vrai, bien et beau. C’est précisément en vue de tels objectifs que nous accomplissons nos choix, que nous exerçons notre liberté et en cela, c’est-à-dire en ce qui est vrai, bien et beau, nous trouvons le bonheur et la joie. Ne vous laissez pas tromper par ceux qui voient en vous de simples consommateurs sur un marché offrant de multiples possibilités, où le choix en lui-même devient le bien, la nouveauté se fait passer pour beauté, l’expérience subjective remplace la vérité.

Beaucoup prétendent aujourd’hui que Dieu doit être laissé de côté et que la religion et la foi, acceptables sur le plan individuel, doivent être, ou exclues de la vie publique, ou utilisées uniquement pour poursuivre des objectifs pragmatiques limités. Cette vision sécularisée tente d’expliquer la vie humaine et de modeler la société en se référant peu ou sans se référer du tout au Créateur.

Le billet d'humeur de Jacklittle (72)

Ecrit par Jacques Petit le 06 octobre 2010. dans Economie, La une

Le billet d'humeur de Jacklittle (72)

La Justice française vient de se rendre ridicule aux yeux du Monde entier.

C’est un Homme de l’Art qui s’exprime, je le concède à la retraite, mais j’ai vécu à travers tous ces systèmes toute ma vie professionnelle.

Faire croire à des béotiens qu’un homme seul, si brillant soit-il, peut déjouer tous les contrôles internes et externes, Commission Bancaire et Commissaires aux comptes, ce n’est pas évident en soi, mais faire croire au Monde de la Finance du Monde entier, que Jérôme Kerviel ait pu engager la Banque dans des positions spéculatives à hauteur de 50 Millliards d’Euros, je connais d’anciens collègues de salle de marchés qui doivent bien se fendre la gueule aujourd’hui.

Il faut se rendre compte que 50 Milliards d’Euros, c’est le service de la dette de la France, c’est l’IR et l’IS réunis pour une année, c’est un quart de la TVA d’une année en France : c’est-à-dire une somme d’Etat, non pas seulement pour faire sauter la SG, mais le Pays tout entier.

Le billet d'humeur de Jacklittle (58)

Ecrit par Jacques Petit le 27 août 2010. dans Economie, La une

Le billet d'humeur de Jacklittle (58)

Décidément nous devons à nos amis Ecossais une invention inestimable qui n’a pas fini de nous étonner : le WHISKY.

En effet, il y a quelques mois grâce au whisky, la caisse de retraites d’un des plus grands distillateurs était sauvée par le breuvage magique.

Aujourd’hui, on apprend d’après des sources sérieuses qu’un nouveau carburant biologique pour automobiles a été mis au point par des chercheurs de l’Université Napier à Edimbourg (on n’est jamais si bien servi que par soi-même), à partir de sous-produits provenant de la distillation du whisky. Ce carburant serait utilisable sans mise au point particulière des moteurs courants.

De source tout à fait officieuse, on nous relate que lors des essais sur les routes écossaises la voiture test était suivie par de nombreux cyclistes attirés par l’odeur.

Ballons d'essai ou dérapages ?

Ecrit par Jean Le Mosellan le 15 juillet 2010. dans Economie, France

Ballons d'essai ou dérapages ?

Les articles du Monde.fr LA MORT ET LE PIB (1er juillet) et LA VIE HUMAINE A UN PRIX OU LA POULE AUX OEUFS D’OR (6 juillet) se succèdent à la Une du site. C’est un lâcher de ballons d’essai, précédé d’un très gros, véritable dirigeable, accompagné d’un battage médiatique remarqué au mois de mai.

Il s’agissait de supprimer les cadeaux à l’œil afin d’équilibrer les comptes de la Sécu, conseil de l’aéronaute  Alain Minc sur France info, le 8 mai, anniversaire de la victoire des démocraties sur le totalitarisme. Qu’est-ce un cadeau à l’œil ? Le maintien en vie de très vieux retraités par esprit de solidarité. Ceux qui douteraient des propos qui suivent feraient bien d’écouter au préalable l’émission en question « La proposition d’Alain Minc pour financer les dépenses médicales des très vieux. » Dans les archives de la station de radio.

 

Une nouvelle Bastille à prendre

Ecrit par Sabine Vaillant le 04 juillet 2010. dans Economie

Une nouvelle Bastille à prendre

Après les crises financières et économiques, les interrogations sur celles qui touchent ou vont toucher les banques centrales européennes, viennent les questions sur le sens et l’efficacité des mesures prises ou à prendre.

Les effets d’annonces, les mesures démagogiques, les poncifs de gauche à droite en passant par le centre et les extrêmes, les sommets à vingt ou à huit, n’en finissent pas de lasser. Halte au feu !

Quand tous les signaux d’alarme, les indices économiques et financiers s’allument et qu’ils restent désespérément sur le rouge, il faut faire bouger les lignes, il en va de notre responsabilité.

Mais que diable c’est de notre avenir et celui de nos enfants dont nous parlons ! L’enjeu est grave alors mettons nous à table et cessons de nous voiler la face avec des mesurettes ou des mesures qui préservent tel groupe de pression, telle sphère financière, tel cercle d’influence et que sais-je …encore qui ?

<<  1 [2