Une nouvelle Bastille à prendre

Ecrit par Sabine Vaillant le 04 juillet 2010. dans Economie

Une nouvelle Bastille à prendre

Après les crises financières et économiques, les interrogations sur celles qui touchent ou vont toucher les banques centrales européennes, viennent les questions sur le sens et l’efficacité des mesures prises ou à prendre.

Les effets d’annonces, les mesures démagogiques, les poncifs de gauche à droite en passant par le centre et les extrêmes, les sommets à vingt ou à huit, n’en finissent pas de lasser. Halte au feu !

Quand tous les signaux d’alarme, les indices économiques et financiers s’allument et qu’ils restent désespérément sur le rouge, il faut faire bouger les lignes, il en va de notre responsabilité.

Mais que diable c’est de notre avenir et celui de nos enfants dont nous parlons ! L’enjeu est grave alors mettons nous à table et cessons de nous voiler la face avec des mesurettes ou des mesures qui préservent tel groupe de pression, telle sphère financière, tel cercle d’influence et que sais-je …encore qui ?

D’accord, il va falloir revoir nos prétentions à la baisse, diminuer les budgets, rogner sur tout et en même temps ne pas laisser des citoyens sur le carreau… mais quid est ?

Que les ministres, responsables politiques, parlementaires de tous bords, décideurs de tous poils nous parlent enfin comme à des adultes responsables mais pas comme à des demeurés qu’il faut tantôt préserver, tantôt fouetter avec des demi-mesures pour les faire marcher dans le rang. C’est hallucinant cette inertie, cette torpeur dont nous sommes enveloppés.

Quand de hauts responsables, qui plus est de la majorité, hors des murs des institutions, se mettent à rêver tout haut d’une taxe de 20 centimes d’euro sur les transactions financières et qu’ils calculent que cela permettrait « d’éponger » en douceur la dette de la France : notre dette, il est grand temps de changer de vitesse et de laisser tomber ce tabou.

Nous sommes plus que mûrs enfin « nous » : les gens, le peuple, comme on nous appelle.

Mesdames et messieurs les parlementaires à la veille de vos vacances réagissez, point de frilosité sous cette canicule, ouvrez le débat sur cette question qui fâche, innovez, épatez-vous et nous avec!

Et vous citoyens appelez-en à la mission que vous avez confiée à vos parlementaires, inondez-les de mails, textos, saturez les réseaux sociaux sur la question pour qu’enfin nos représentants enfourchent une cause qui vaut la peine d’être étudiée, peaufinée et que tout compte fait nous respirions !

Et voilà la chose est dite… Naïveté ???

A propos de l'auteur

Sabine Vaillant

Rédactrice

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.