Courant d'air

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 04 avril 2011. dans La une, Ecrits

Courant d'air

 

 

 

 

 

 

Chez moi,

La porte est restée grande ouverte

Pendant tous les hivers.

 

La pièce est résignée,

Les ombres éteintes,

Seul le dos des cuillères brille encore.

J'ai mangé tout.

Tout  avalé.

J'ai bu à la pelle

Et beaucoup frissonné.

Derrière la lumière rase,

C'était l'hiver,

Chaque fois que minuit sonnait.

Puis le jour d'après.

La joue appuyée au mieux

Contre les congères,

J'ai attendu sagement entre les glaces.

Je l'avais promis.

J'ai attendu,

Les yeux au plus prêt des engelures

Regardant loin mais nulle part

Assise, les doigts croisés sur la banquise.

Il a fait très froid au creux de tes promesses.

 

Là, comme c'est devenu dur !

Rigide au gel.

Sous les desseins transis

De ces blizzards qui m'ont traversée,

Le dos craquelé sous tes serrements.

Chez moi,

J'ai attendu.

Grande ouverte

Devant la porte

Par où tu ne

Jamais

A propos de l'auteur

Elisabeth Guerrier

Elisabeth Guerrier

Rédactrice

Poésie

Artiste/Peinture/Art Digital

Auteur(e) : "IsolementS"

Sites :

http://guerrierart.com/

http://guerrierpoesie.blogspot.com/

Commentaires (5)

  • eva talineau

    eva talineau

    27 avril 2011 à 14:55 |
    jouissance de l'attente, d'être dans l'attente - vous la transmettez avec talent, et moi aussi je trouve "que ça fait un bien fou".

    Répondre

  • Eric Thuillier

    Eric Thuillier

    05 avril 2011 à 23:06 |
    Vous me l’avez dit un jour, la poésie se prête mal aux commentaires. Pourtant en lisant un texte comme celui ci et puisqu’on en a la possibilité, c’est difficile de ne pas entrer, de ne pas venir prendre sa part de glace, de ne pas contredire le verbe «jamais», de ne pas chercher l’éclat du dos des cuillères.

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    05 avril 2011 à 16:54 |
    Quel est le plus dur? L'attente elle-même? Ou le fait de savoir, par avance, qu'elle sera insatisfaite? Toutes les métaphores autour du froid et de la dureté le disent et le prédisent...Bravo, en tout cas, pour cette "self fulfilling prophecy".

    Répondre

  • Gilberte

    Gilberte

    05 avril 2011 à 13:55 |
    Très belle poésie, Elisabeth. Comme dit Martine "ça fait un bien fou" ! Merci.

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    05 avril 2011 à 12:28 |
    Un peu d'air frais, en retrouvant vos textes, Elisabeth, ça fait un bien fou!

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.