Le cœur ombré

Ecrit par Mélisande le 09 mars 2013. dans La une, Ecrits

Le cœur ombré

L’hiver est là, frisson glacé

Lumière pâle, fragile aurore

Et sur ma vie, rives bleutées

Surgissent en vain les souvenirs.

Mémoire touchée remue-ménage

Dans les nuages qui s’effilent.

En profondeur, sens-tu les êtres ?

Leur déchirement, leur peu de joie ?

Sens-tu l’hiver dans leurs entrailles ?

Cette tristesse qui les rend lourds ?

Ciel spectral où rien ne brille

Seule la mort, raide froidure

Fait sur ma peau siffler la bise.

Aspire-moi dans ton néant

Soulève au loin la terre si basse

Ces inconnus au cœur froid

Fais les monter, légère fée

Du temps perdu, du temps compté

Tu nous appelles tu nous rappelles

Qu’il faut chaque jour ouvrir ses veines

Sentir le sang notre naissance

Pauvre oubliée, qui reviendra

Aux jours meilleurs.

 

L’hiver est là, dans mon sommeil

Rêve orangé d’une promesse

Fleuve et torrent déversent au loin

Des voix grandioses qui m’appellent.

Bleu de la nuit, rigueur des gouffres,

Où vais-je enfin ? Sur quelle route ?

L’hiver s’en va, géant figé

S’éveille alors au creux des nuits

L’espoir soudain d’un renouveau.

Et je m’en vais, cœur fendillé

Terre desséchée offrant sa fleur,

Nouvelle venue tremblant d’amour

Fragile au vent tête à l’envers

Etoile de mer sur une épaule…

 

Mélisande

A propos de l'auteur

Mélisande

Rédactrice

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.