Les Chambres amoureuses (4)

le 24 juillet 2010. dans Ecrits

Les Chambres amoureuses (4)

Quatrième chambre : l’heure

Huit heures du matin le matin, pas le matin, au réveil pas au réveil

Après la nuit non, dans tes rêves non, dans tes fantasmes

J’y suis tellement avec toi, prends — moi, prends — moi avec toi

Ça ne peut pas être juste platonique, tu ne peux pas juste me regarder

Il n’est pas minuit, mais on est romantique.

Tu me dis tu regardes ta montre, tu veux chronométrer mon temps

Je t’enlève ta montre, je veux l’éternité avec toi

Je veux une dimension avec toi, ou il n’y a pas de temps

Ou on ne compte pas le temps, ou on ne compte que les minutes de plaisir

Il sonne midi à l’église, je te dis laisse ce livre je connais la fin

Je te dis arrête le film, je connais la fin aussi, viens dans la chambre avec moi

On s’aime, il est minuit même le jour avec toi.

Tu crois que si je bois dans ton verre là où tu as posé tes lèvres

Je saurais quelle heure il est, comme si je regardais l’heure

Tu me dis, tu ne sauras, pas si c’est le matin, si tu bois du café

Tu ne sauras pas si c’est le soir, si tu bois l’apéritif

Tu ne sauras pas si c’est la nuit, si tu bois du champagne

Je te réponds en fait, je ne sais pas si je suis dans ce monde ou dans l’autre monde avec toi

Si je suis dans le ciel ou sur la terre, si je suis dans les nuages ou dans ton lit avec toi

Si c’est l’éternité ou une nuit qui ne connait pas minuit.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.