Les grèves alanguies

Ecrit par Mélisande le 19 août 2017. dans La une, Ecrits

Chéri, c’est l’été : prépare les grèves alanguies et muettes de nos rêves

Les grèves alanguies

« Le monde de l’homme heureux est un autre que celui malheureux. De même dans la mort, le monde ne change pas, mais finit », Wittgenstein.

A tous les êtres qui se sentent étrangers à ce monde, afin que la liberté transforme leurs os souffrant en ailes légères, je dénonce tous les avatars touristiques qui vantent un lieu donné, dont on voudrait, contre écus sonnants et trébuchants, s’approprier l’exotisme, tout en restant propriétaires-de-tout, c’est-à-dire être autorisés à jouir dans l’espace et dans le temps, sans prendre le risque de se dématérialiser.

Mais à quoi bon faire plusieurs milliers de kilomètres et voler du sud au nord et du nord au sud quand on est un oiseau de quelques grammes, je vous le demande ????

Je comprends leur désarroi : la mémoire émotionnelle qu’un lieu réveille est couleurs et sons, voix et amour, intensité… Elle est souvent deuil et chagrin ineffable. C’est l’exil de l’âme qui souffre sous la violence des décharnés de l’esprit, ceux qui vous repoussent comme hôtes indésirables, poussières aimantés du capitalisme triomphant, oubliés sur la grève. C’est le vol effréné, celui des êtres en marche contre la mort, qui s’éreintent sur le rivage d’un dieu sévère et froid qui compte, d’un dieu qui n’en veut pas de l’humanité blessée…

Le voyage est comme une mort, celle de nos possessions, de nos amours, de nos liens si gras qu’ils en suintent une humanité si fermée, si terre à terre que la seule réponse est la mort ou le ciel. Ce qui équivaut, sans doute : mais de quelle mort s’agit-il ?

Des villages tristes en plein été, pourquoi Seigneur ?

Il y a une indicible et profonde fermeture, dans ce chacun chez soi qui s’illusionne : cette facilité à s’encastrer dans la maison, à épouser ses murs, à devenir les murs, même pas chauds, contours empreints de l’émotion : celle qui se confond avec les strates profondes du temps, celle qui blesse par sa dévotion à sédimentariser les habitudes turpitudes. C’est une terre haletante qui vocalise dans le néant, la fameuse nuit d’été. Mais il n’y a personne, Bon Dieu, vraiment personne ! Alors « Vos Gueules les penseurs ! »Je marche dans la nuit, Seigneur, je marche dans la nuit : elle ne s’ouvre pas, me blesse au plus profond.Alors sur le chemin de l’été, la voix glacée, le silence sec de cette nuit me tuent : « Pitié » dit la femme qui aime, dans l’oubli, dans ces strates du temps silencieux cruels, lames acérées sur le cœur.

Comme c’est triste ces villages ces boulistes qui s’enferment à coup de boules, sur le parvis des villages déserts et froids ! Ces cars camping pleins de bouffe, et qui cherchent, non pas la liberté claire et vive, mais l’affranchissement financier, en cumulant dans leurs soutes la nourriture les boites les occasions, les cartes de fidélité… L’éternel retour au même épicier qui a dressé alentour des barbelés pour l’esclave : il est mort mais il ne le sait pas ! Pas encore : c’est l’absence de souffle, qui lui fera savoir, cette absence au front des risques, cette légère lancinance du soir, au moment du coucher, quand les lumières s’en vont vivre leur vie, loin du jour…

Les tongs pointent vers l’étranger un regard formaté, l’apéro est limité, il y a l’identité nationale en recours contre ce vide abyssal de mon être qui cherche, seigneur, qui cherche à en pleurer, sans trouver vraiment le jour, mais c’est sûr, il s’y emploie… Alors pitié !

Quitter cette intelligibilité sombre et sournoise de la terre, ces regards entendus, ces voix qui vous repoussent, c’est heureux car là-haut, on sent qu’il se passe quelque chose, quelque chose de sérieux dans le silence des étoiles, c’est pas comme chez nous, ici-bas !

C’est vrai, on aime être le roi la reine on intime on pousse on roule vite dans notre va et vient stupide. On rugit on écrase, et seules comptent les sombres brutalités infligées à l’univers du vivant car il est muet et nous pas ! On l’ouvre, c’est bruyant, tonitruant, c’est l’humain moderne. Il s’oppose au silence, c’est sa cécité à lui, son monde triste. C’est la litanie profonde des gens qui essaient d’oublier qu’ils sont quand même animés par la longue vocalise de l’esprit.

Elle monte, elle monte, dans l’acuité du désespoir, elle est celle qui ne veut pas mourir.

A propos de l'auteur

Mélisande

Rédactrice

Commentaires (2)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    19 août 2017 à 13:50 |
    Le désir - l'étymologie nous le dit - est un dés-astre, un de-siderium (de sidera, l'étoile). C'est une ronde insatiable, nous dit Grégoire de Nysse, qui laisse immanquablement insatisfait...oui, l'objectif, c'est là-haut. "O stella, o fedele stella, quando ti deciderai a darmi un appuntamento meno effimero, lontano da tutto, nella tua regione di perenne certezza?" dit le principe Salina, dans le Gattopardo de Lampedusa/Visconti : Ô étoile, fidèle étoile, quand te décideras-tu à me donner un rendez-vous moins éphémère, loin de tout, dans ta région des certitudes éternelles?...Oui, mais en attendant, il faut vivre ici et maintenant. Une astuce donnée par saint Augustin : il faut continuer à désirer ce que l'on a déjà :)...

    Répondre

    • Mélisande

      Mélisande

      19 août 2017 à 14:47 |
      Merci

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.