Mourir comme un art (1ère partie)

Ecrit par Luce Caggini le 05 décembre 2015. dans La une, Ecrits

Mourir comme un art (1ère partie)

Dire au revoir à ma mère plusieurs fois c’est chaque fois me donner une condition de nouvelle naissance. C’est pour cette raison que je consacre une résonance de plus à ce chapitre.

Magie d’une méditation colorée, agitée de note musicales, d’ondes murmurées dans le creux des reins, le poème symphonique Mort et Transfiguration de Ri­chard Strauss transcende un inaudible ri­tuel de paroles et prières dans un arti­fice de quatre célébrations sonores scandées sur une peau de mouton des Andes aménagée comme « la Route 66 » qui mentionne sur son tracé : ici odes et nymphes de la muerte se sont enivrées de nombres in­finis, des chants de désir­s surpris dans leur métamorphose, risquant à tout moment de malmener mé­moires­, nuées et débris de lune miroitant dans la froide image d’une hu­manité noire et rouge.

Dans le miroir de ma chambre un agrandissement du miroir pendait du plafond et me renvoyait au bleu des cieux de R. Strauss. Un instant inquiète, je fus assez vite prise d’un bonheur prodigieux ; je vivais une ascension douce et vertigineuse à la fois.

Agitation onirique dont je fus un moment distraite par défaut de pouvoir imagi­ner le mariage vie et mort rassemblé en une seule couleur.

Abasourdie par le départ de ma mère, traversée de plein fouet par un cratère, je me nourris­sais des mémoires de ses gènes ; cela me plongea dans un tel état que je pus me sen­tir naître mille fois en une. Mon émotion fut innommable.

Une fois encore je surprenais dans mon corps une mise en marche dans une mécanique impossible, une cassure intenable, une perte partagée de mon rapport à la vie. La clôture d’un monde me prenait au dépourvu.

L’événement devenait substance.

Indomptable mort qui fait des terriens des nomades et des philosophes.

Je ne pouvais sortir du modèle qui m’avait créée mais pour cette raison je devenais multiple et isolée. Existence reflétait non-existence qui à son tour se faisait écho d’existence prétendant que la mienne montait chaque jour un mur de méditations pareilles aux indélébiles démarches de milliers de générations.

Je dus partir.

Un unique départ pendant lequel mes mots prennent un ​in​décent chemin-miroir du jour.

C’est ce départ que je refais chaque fois quand je croise le doux regard de ma mère. Une présence alla prima sans reprise possible, une croisée des cœurs muets inédits et pourtant venant à chaque fois purifier ma pensée.

Une cruelle munificence avait mis ma mère dans une mise à mort avec pour seule oraison le jeu des chiffres d’un destin perfide sans autre humaine pagination que diabolique.

A propos de l'auteur

Luce Caggini

Luce Caggini

Peintre. Ecrivain

Histoire  de  Luce  Caggini

Ma  biographie  c’est  l ‘histoire d’ un  pays, l’Algérie  coloniale qui m’a vue naître où j’ai grandi, l’Algérie indépendante qui m’a déconstruite.

Au fil du  temps s’est  édifiée en moi cette force  grandissante, réparatrice , bienfaisante qui me  nourrit d’ un  nouveau  sens de mon histoire.

Toutes ces années passées entre deux  rives, sans jamais accoster.

Dieu  merci, on avait des photos.

Le  moindre détail revenait réveiller la mémoire dont on ne savait plus si on voulait la garder ou l’expulser.

Je vis aujourd’hui dans une maison confortable, entre des murs épais, « Ma terre dans la tête  »  dans un lieu sans nom, peuplé d’ombres.

Un souffle d’air chaud me transporte mieux  que  ne le ferait un « Mystère-Falcon 20 »

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.