Mozart déferle

Ecrit par Mélisande le 05 avril 2014. dans La une, Ecrits

Mozart déferle

Un jour, j’ai entendu le Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart, et sa musique, et je suis restée longtemps en suspens, hésitante entre deux mondes. Je n’ai pu entrevoir le jour qu’au terme d’un certain nombre d’années passées dans ces méandres qui m’anéantissaient et me faisaient survoler dans la délectation celui qui, despote grandiose et redouté, incarne l’esprit flamboyant de la mort qui vient. Wolfgang, le Joyeux le Trivial le Grand Tragique devant l’Eternel… Celui qui a l’envergure de ce qu’il voit, celui qui pleure et qui rit de la grande escroquerie humaine, celui qui en meurt aussi. Percevoir ces mensonges alignés comme des soldats devant l’azur est pis qu’une pointe de curare, et pour y faire face il avait une réponse sublime : la Musique… Mais dans sa musique : la beauté déchirante, l’humain dans sa tragédie, la perfection absolue celle qui laisse sans voix. La musique de Mozart, celle qu’il a composée librement, pas celle qu’on lui a commandée pour qu’il puisse manger, c’est la Grande Ourse, le nord des intentions, le bleu immense froid et délavé du ciel mais aussi le mistral qui détruit ceux qui viennent au printemps, les assignés à l’éternité de la résidence : ceux qui dans l’opulence n’ont jamais ressenti le froid de la vraie solitude, lorsque Dieu, pour un temps, s’est absenté dans l’escalier. Il advient alors que l’être implore et meurt dans le silence. Dans le déchirement d’une existence matérielle dure comme le pavé qui emporta sa dépouille dans la fosse commune. Il est celui qui s’adresse au ciel dans le langage du ciel. Et nous sommes saisis par le souffle tendre de ce jeune homme debout, silhouette intense tremblant de fièvre, accroché à la proue flamboyante de son navire.

Ma cathédrale inouïe qui soulève en chacun la violence tragique et joyeuse de la vie, mon azur tranchant comme l’amour, toi qui avais un cœur immortel d’enfant, au mitan duquel jaillissent encore les sources qui me sauvent la vie.

A propos de l'auteur

Mélisande

Rédactrice

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.