Quelques instantanés sur l’indifférence des jours (2)

Ecrit par Bernard Pechon-Pignero le 15 octobre 2016. dans La une, Ecrits

Quelques instantanés sur l’indifférence des jours (2)

Carrelage

Les couloirs se croisent et s’ignorent entre les vaines certitudes des carreaux de terre cuite et leur prétention obtuse à l’insularité. Il faut avoir passé des heures à refaire des joints de ciment, devenus déficients par porosité, sur le carrelage d’une terrasse, pour entrevoir la complexité et l’arbitraire de la notion de perpendiculaire en matière d’architecture.

 

Empreintes

Le piano est un instrument à touches rectangulaires qui produit des sons d’une forme indéfinissable.

Savoir s’ils ne reproduisent pas les empreintes digitales du pianiste !

 

Avenir

Les enfants de l’école maternelle traversent la rue. Mille-pattes un peu ivre. Les institutrices ont arrêté la circulation. Plutôt gonflées, parce que des voitures prennent le rond-point à la corde et pilent à un mètre d’elles. En rang par deux, les bouts de chou dépassent à peine les capots pleins de moteurs qui rongent leur frein. En tête, deux petits garçons se tiennent par la main. Un tout blond avec des mèches bouclées sous sa capuche et un noir avec un bonnet de laine bleu. Le petit black est craquant. Joli comme on ne peut pas dire. Des billes malicieuses, un sourire rose et ses dents de lait. Il raconte un coup tordant à son copain. L’autre l’adore, c’est clair. Le monde leur appartient. S’ils savaient !

 

Symbole

Un oiseau posé un instant sur la tuile faîtière. Parfait et saugrenu comme un de ces caractères exotiques que propose mon traitement de texte quand on clique sur insertion puis sur symbole.

A propos de l'auteur

Bernard Pechon-Pignero

Bernard Pechon-Pignero

Après une carrière professionnelle de cadre dans le négoce sidérurgique puis l’industrie chimique, ancien magistrat consulaire, je consacre ma retraite à mes trois enfants adoptés au Mali et à divers bénévolats associatifs autour du livre, de la lecture et de l’édition.

Sous le nom de Bernard Pignero, j’ai publié un roman chez Gallimard « Les mêmes étoiles» (1998), des nouvelles chez HB, un roman aux éditions des Vanneaux « Mélomane » (2011) un récit aux éditions de la Vague Verte « Mémoires d’Airaines » (2011) un roman aux éditions Encretoiles « Traduit du français » (2015) des recueils poétiques et des articles critiques sur la peinture.

REFLETS DU TEMPS  publie mes articles, chroniques et nouvelles depuis 2010

Je vis en Picardie depuis 2008 après quarante ans dans le Gard. 

Commentaires (2)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    15 octobre 2016 à 14:19 |
    Il y a de la poésie dans le tableau que vous brossez de la vie quotidienne, plus du Prévert que du Queneau avec son humour cynique...des sortes d'haikus paisibles, jouant moins sur le contraste - comme c'est classiquement le cas - que sur long continuum du temps de tous les jours et des choses qui y passent...toujours proustien Bernard!

    Répondre

    • bernard péchon pignero

      bernard péchon pignero

      15 octobre 2016 à 17:40 |
      Toujours indulgent, Jean-François ! Ces comparaisons doivent-elles m’accabler ou me réjouir ?
      Quand j’ai écrit le petit texte sur les enfants de l’école maternelle, j’étais loin de m’imaginer qu’un jour une petit bonhomme en chocolat au sourire craquant serait mon fils. Il n’est plus à la maternelle mais en classe prépa, son frère fête ses dix-huit ans aujourd’hui et leur sœur aura quinze ans le mois prochain. Oui, cher Jean-François, le long continuum du temps…

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.