Spleen sans idéal

Ecrit par Audrey Chambon le 19 septembre 2015. dans La une, Ecrits

Spleen sans idéal

La pluie grise les gouttes grises reflètent Paris. Les trottoirs et les gens grisonnent en chœur la mélodie sans cœur, la chanson ne célèbre pas elle se plaint, gémit des notes ternes qui se noient dans le brouhaha des klaxons de voitures grises à la pollution grise qui s’insinue et rend les cancers gris tandis que l’atmosphère viciée donne des idées noires. Dans tout ce gris moi je m’aigris, maigris de ces aliments fades, d’où viennent-ils ? D’une terre lasse, un terreau d’ennui, l’ennui, cette peste qui coule dans mes veines affaiblies par la fatigue de vivre, l’énergie combative usée à se grimer pour matcher le vide commun tant affligeant. Corps épuisé, grimoire poussiéreux d’où coule une magie noire qui rend les âmes sombres et malades. Je me lasse, cet état de fait roule sur un sable marbré de profonds sillons anthracite qui s’amplifient, où est donc passé le sable blond ? Devant moi seule la grisaille s’épanouit, coincée dans une prison sombre aux solides barreaux gris je ferme les yeux et plonge dans le spleen qui me berce, mais vite le malaise de mes pensées me tord et j’ouvre les yeux, cherche la sortie… une fenêtre pour libérer l’esprit, mon regard s’égare dehors… de gros nuages gris, c’est le ciel de Paris.

A propos de l'auteur

Audrey Chambon

Audrey Chambon, j’ai 30 ans et vis à Paris où je me consacre en loisirs au dessin et à l’écriture. J’écris par besoin, quand la pulsion se fait sentir. Souvent des sentiments noirs mais pas toujours, et pas seulement des textes poétiques. J’aime aussi écrire des chroniques cyniques de la vie quotidienne et de l’absurde, entre autres. J’ai participé à quelques sites de poésie dont Atramenta et créé quelques blogs dédiés à l’écriture et au dessin.

Commentaires (1)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    19 septembre 2015 à 14:13 |
    Votre évocation – très baudelairienne – d’un Paris gris et déprimant sonne juste. Parisien de naissance, je confirme qu’il y a des jours tels que ceux que vous peignez. Mais Paris, c’est aussi autre chose, notamment les îles sur la Seine, en particulier l’île saint Louis, splendide et romantique à souhait…

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.