Islamosphère : Plenel, complice ou saint Bernard ?

Ecrit par Jean-François Vincent le 25 novembre 2017. dans France, La une, Politique, Actualité

Islamosphère : Plenel, complice ou saint Bernard ?

On a beaucoup glosé sur la couverture de Charlie Hebdo, montrant un Edwy Plenel se voilant, avec ses moustaches, successivement les yeux, les oreilles et la bouche – tels les fameux singes du Bouddhisme – aux sujet des turpitudes sexuelles de Tariq Ramadan. Plenel juge cette une « diffamatoire et haineuse » ; mais la véritable question – la seule qui vaille que l’on en débatte – n’est pas celle de savoir si Mediapart avait ou non connaissance des débauches libidineuses de Ramadan (à vrai dire, peu importe) ; la véritable question se pose comme suit : Plenel a-t-il été et est-il encore (comme d’autres) le « compagnon de route de l’islamisme » que décrit Alain Finkielkraut ?

Plenel s’en défend : il a débattu seulement deux fois avec le personnage ; « il n’a rien dit de choquant, affirme-t-il, son discours étant fort républicain et aucunement subversif ». Discuter avec lui n’avait donc rien de pendable, et François Bonnet, co-fondateur de Mediapart, de déplorer : « Depuis, Mediapart et son président ont décidé de ne donner suite à aucune invitation venant d’une association musulmane sans identité claire, pour ne pas risquer d’être instrumentalisés. De ce point de vue, les islamophobes ont déjà réussi quelque chose : à ce que des publics de croyants musulmans n’entendent pas un autre discours, de fraternité au lieu de repli, leur démontrant qu’ils ne sont pas condamnés à l’exclusion ou au ressentiment ».

Le hic, c’est que la complicité d’Edwy Plenel – et, en général, de Mediapart – ne se réduit pas aux « dialogues » qu’il a eus avec Tariq Ramadan. Plenel prend parti des musulmans depuis toujours et notamment depuis la parution de son livre Pour les musulmans (Editions La Découverte, 2016). Il y explique qu’il aurait fait de même pour n’importe quelle minorité menacée (noirs, homosexuels, LGBT, juifs) et ajoute qu’il s’est inspiré d’un article écrit par Emile Zola dans Le Figaro, intitulé Pour les juifs. L’islamophobie actuelle étant le symétrique de l’antisémitisme d’antan.

Passons sur le fait qu’il s’agit là d’une fausse symétrie : il n’y avait pas – que je sache – au XIXème siècle d’attentats meurtriers commis par des juifs au nom du Judaïsme, ni de rabbins prêchant la haine et le non respect des lois républicaines au profit de la codification talmudique… plus inquiétant encore, l’islamisme est – en bloc – minimisé par Mediapart. La journaliste Jade Lindgaard, qui fait partie de l’équipe, n’hésitait pas à affirmer, dans l’émission C l’hebdo du 11 novembre dernier : « l’islamisme n’est pas un problème grave ». Pire, Plenel a soutenu Medhi Meklat à une époque où les milieux « informés » connaissaient déjà les tweets ignominieux que ce dernier envoyait sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps ; des tweets dans le genre de « il faut enfoncer un violon dans le cul de Mme Valls », ou bien il convient de « casser les jambes de Finkielkraut », voire « les blancs, vous devez mourir ASAP (as soon as possible) ».

Alors pourquoi ? Parce que Medhi Meklat venait du Bondy Blog, le blog culturel des jeunes de banlieue et venait de faire paraître, avec son copain Badrou, un livre qui leur a valu un passage à La Grande Librairie. Meklat était ainsi l’étoile montante du Bondy Blog et, à ce titre, célébré par Plenel, qui, en retour, reçut de son protégé le tweet suivant : « merci papa Plenel ! ».

Plenel, fut-il antisioniste, ne saurait être traité lui-même d’antisémite et – encore moins – d’islamiste. Seulement voilà ! Il veut à tout prix soutenir et valoriser tout ce qui vient du monde arabo-musulman, particulièrement si cela émane d’un « jeune ». Fidèle au dicton « les ennemis de mes ennemis sont mes amis », il est pro-musulman parce qu’antifasciste. Il est islamophile parce que l’extrême droite est islamophobe…

Preuve, s’il en est, que l’idéologie mène tout droit à l’aveuglement. L’islamogauchisme pave un enfer avec de bons sentiments…

A propos de l'auteur

Jean-François Vincent

Jean-François Vincent

Directeur de publication

Membre du Comité de Rédaction et rédacteur

Traducteur au Conseil de l'Europe

Ancien professeur certifié d'anglais

Ancien diacre à la cathédrale russe saint-Alexandre Nevski de Paris

Maîtrise d’anglais

Licence de philosophie

Licence de droit

Diplômé de l’institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Commentaires (3)

  • martineL

    martineL

    25 novembre 2017 à 18:12 |
    Votre texte est très important car, à mon avis, actuellement, il se joue du fondamental dans la polémique entre Plenel et Charlie. Doit-on en effet, demain, considérer qu'à Gauche, une « faille de San Andréa » bouge et démarque les soi-disant pro-Musulmans ( au risque de fermer les yeux sur le radicalisme et l'identitarisme, ) des autres, désignés suppôts d'Israël et de la Droite, voire extrême. Que ce soit Manuel Valls, Caroline Fourest, ou ce qui reste d'équipe attachée coûte que coûte à la liberté d'expression à Charlie, les attaques de Plenel sont d'une nature – ahurissante - à en faire des cibles éclairées dans le viseur des terroristes... Terriblement pitoyable ; j'ose m' interroger ici sur l'équilibre mental de Plenel.

    Répondre

    • bernard pechon pignero

      bernard pechon pignero

      25 novembre 2017 à 22:03 |
      Allons, allons, Martine ! Pas d’attaque ad hominen ; alors que voilà du grand JFV comme je l’aime : mesuré, documenté, impartial, nuancé mais déterminé dans ses choix, avec ce recul que donne une vaste culture qui sert un humanisme profond même et surtout quand elle se fait oublier.

      Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      25 novembre 2017 à 20:37 |
      L'équivalence entre islamophobie et antisémitisme, d'où découle le parallélisme entre le "Pour les Juifs" de Zola et le "Pour les Musulmans" de Plenel, est une escroquerie qui ne s'explique que par l'antifascisme radical de Plenel : puisque la "fachosphère" est islamophobe (ce qui est tout à fait exact), il faut soutenir - et au-delà du raisonnable - tout ce qui vient du monde arabo-musulman...point de folie là-dedans, rien que la logique antifasciste (et antiraciste) poussée jusqu'à une forme de radicalité extrême.

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.