Nous sommes tous des Hervé Gourdel

Ecrit par Sabine Aussenac le 28 septembre 2014. dans Monde, La une, Politique, Actualité

Nous sommes tous des Hervé Gourdel

J'ai demandé à la Rédaction de Reflets du temps de retirer mon texte mis en ligne cette semaine. Ceci, pour des raisons personnelles impérieuses qui ont à voir avec le climat actuel. Que mes lecteurs veuillent bien me comprendre.

 

« Et la peur... » 

 

La Rédaction de RDT

 

 Leur nourriture. Elle les habille, du noir des turbans ; elle est désagréablement piquante, comme les barbes. Elle glapit en un arabe qu'on imagine si  peu littéraire.

  Daesch fait un bruit de tonnerre !  « celui qui écrase » ; ses faits et gestes ressassés en boucle sordide et lassante sur les Facebook – outil de propagande, bien médiocre, si sommaire,  à tout-va...  Bateleur infernal de foire noire. Peur ? Bien sûr ! Comment pourrait-il en être autrement ?

  Peur. Elle s'insinue, brutale – et, pour cause ! Violente et bruyante de JT en manchette des journaux, gagne les petites pages FB de toi, de lui ; espace dit « amical » cachant des pièges de serpents... on a peur de ce que post celui-là, véhément, celui-ci, plus précis, presque glacial... et le mécanisme se met à turbiner : et si, on s'en prenait à ? et si...  Et, d'un coup, ça devient insupportable, immensément insupportable comme le harcèlement, comme la stigmatisation... ça s'arrête où, la chose ? 

On a un soir, écrit avec ses mots à soi, ce qu'on pensait de l’innommable du moment... et, eux, ces microscopiques agités s'abritant sous la sinistre bannière – sous courageux pseudo – ont semé comme gaz toxique au soir des batailles, la peur, partout... objectif atteint ? démission ? 

Pas sûr  ! recul stratégique, attendant les immensités des troupes fraîches de secours, en marche. Les entendez-vous ? elles arrivent ! parlant – elles – l'arabe presque littéraire venu du Moyen âge, de Grenade peut-être, ou bien de Cordoue... une langue fine et subtile faite pour l'art ou la médecine, tendant le manuscrit au juif lettré et au chrétien en recherche... roulant tous les galets de Méditerranée faiseuse de civilisation... elle ! Et la peur, soudain, de pâlir quelque peu ; floutage de fond d'écran.

 

A propos de l'auteur

Sabine Aussenac

Rédactrice

Née en 1961, Sabine Aussenac est un professeur et écrivain français.

Auteur de romans, de nouvelles et de poèmes plusieurs fois primés, elle s'attache aussi à faire connaître et aimer la poésie en dehors des sentiers battus de la modernité, sa langue étant proche de celle des auteurs du dix-neuvième siècle. Elle combat le minimalisme des formes actuelles et l’intelligentsia des revues et des grandes maisons d'édition, les premières n'acceptant qu'une certaine forme de poésie, les secondes ne publiant que des auteurs disparus. Son crédo est que les Français sont de grands lecteurs et auteurs de poésie - on le voit à l'implosion des blogs et forums consacrés à cette forme de littérature - mais que l'édition demeure un terrain réservé. Elle en appelle à une poésie vivante et libérée des diktats littéraires et éditoriaux.

 

(Source Wikipédia)

Commentaires (1)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    29 septembre 2014 à 13:18 |
    L'âge d'or arabo-andalou - qui n'était pas doré que ça d'ailleurs - qui précéda l'âge de fer de Ferdinand et Isabelle, est loin de revenir...

    En attendant, le retrait de votre article (que je comprends - ô combien! - pour assurer votre sécurité et celle des vôtres) résonne pour les islamistes potentiellement assassins comme une indigne "victoire". Eux qui se glorifient de leur mort en "martyrs", rejoignant ainsi dans la confrérie des fascistes qu'ils sont (le vocable d'"islamo-facistes" leur sied à la perfection) le phalangistes franquistes clamant "viva la muerte!"...que périssent donc les infâmes et leur idéologie mortifère!

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.