Reflets de la semaine (48)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 18 avril 2011. dans France, La une, Politique, Actualité

Reflets de la semaine (48)

Où l'on reparle de Domenech, qui réclame près de trois millions d'euros aux instances du football pour " licenciement abusif " ... Ne serait-ce pas plutôt lui qui abuse ? Manifestement, tout cela manque de panache et transforme le foot en " gêne et râle " !

Nicolas Hulot a aussi, d'une certaine manière, manqué de panache, l'autre jour, en annonçant sa candidature à la présidentielle de 2012. Le vert étant la couleur de l'espérance, qu'est-on en droit d'attendre de son engagement ? Incontestablement, c'est le personnage médiatique qui l'a emporté sur " l'homme politique ", dont le discours ressemblait plus à un inventaire à la Prévert qu'à un véritable programme !

Du côté de République solidaire, Dominique de Villepin a, comme d'habitude, fait preuve d'un lyrisme appuyé en présentant la feuille de route de son parti. De belles envolées pour un tribun hors pair ! Dans " La nuit de mai ", d'Alfred de Musset, la Muse - la République ? - s'adresse au Poète : " Poète, prends ton luth et me donne un baiser ". A la fin, le Poète lui dit en substance : " (...) L'homme n'écrit rien sur le sable / A l'heure où passe l'aquilon ... " Rappelons que, chez les Romains, Aquilon était le dieu des vents froids et violents, et qu'il était représenté sous les traits d'un vieillard aux cheveux blancs en bataille !


C'est bien connu, dans la vie, surtout en politique, " L'homme est un loup pour l'homme ". Cette citation de Thomas Hobbes, philosophe du XVIIe siècle, n'a pas pris une ride et pourrait se rapprocher de celle d'Anatole France, qui écrivait : " Les agneaux paissent en paix, tandis que les loups se dévorent entre eux " ... " C'est le contraire qui vient de se produire dans un petit village des Vosges, Ventron - un nom prédestiné -, où une vingtaine de brebis ont été égorgées par un loup ou des chiens errants. " Serait-ce le grand retour du " loup-garrot " dans le massif vosgien ? Pour le moment, on reste dans l'expectative ... Il en est de même pour certaines candidatures à la présidentielle, que l'on qualifierait volontiers d'improbables !

Place de la République, ce week-end, à Metz ... On y fête le livre, à l'occasion de la 24e édition de l'Eté du Livre. " Ils voguent dans l'azur / Toutes pages dehors / Profitent des rayons / Pour venir se poser / Allez les consulter / Car à vous dévoiler /Leurs charmes ils se plaisent / En seyante jaquette / Pour livre de chevet / Ou sur le sable chaud / Pages en éventail / Partout ils jettent l'encre / Et vous bercent de mots / Sans perdre une seconde / Mettez-vous à l'ouvrage / Soyez donc à la page " !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Commentaires (2)

  • eva talineau

    eva talineau

    20 avril 2011 à 19:11 |
    reflets de la semaine - c'est amusant que vous soit venu de l'illustrer par la photo de cet homme politique dont la programme et la pensée se résument à ...sa photo ! "regardez comme je représenterais bien la France, comme elle serait belle dans le miroir de mes manières distinguées, dans les volutes sonores de ces paroles, purement verbales, mais si élégantes, qui coulent de ma bouche, j'aime tellement me les entendre dire, vous aussi, je vous invite à vous mirer/admirer dans elles/moi" - figure
    du vide, un vide bien brushé, portant beau, décoratif.
    La vérité de ce faiseur de vent n'est sans doute pas bien loin de la phrase de Hobbes, "homo homini lupus" que vous citez plus loin.

    Répondre

  • Sabine Vaillant

    Sabine Vaillant

    20 avril 2011 à 09:57 |
    Retour du loup dans la bergerie...

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.