Salon de l’Agriculture, la honte !

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 05 mars 2016. dans France, La une, Politique, Actualité

Salon de l’Agriculture, la honte !

Pendant que la gauche de gouvernement, et – depuis longtemps déjà – les gauches, toutes tendances confondues, se tirent des balles dans le pied, en rapport avec les sur-interprétations ou les sous-interprétations concernant la déchéance de la nationalité pour les bi-nationaux et la réforme du Code du travail, le salon de l’agriculture de samedi dernier a vu se passer des choses inadmissibles. En effet, des excités (je ne vois pas d’autre mot à utiliser !) s’en sont pris au chef de l’État (et non à sa seule politique, chose qui aurait été certes normale dans une démocratie), et ceci d’une manière lamentable et qui n’est pas sans poser de graves problèmes et des questions sur la France d’aujourd’hui – et pas seulement au niveau des agriculteurs.

Rappelons d’abord les faits. Le président de la République François Hollande – et je n’en suis pas ici l’avocat… – fut insulté notamment par des agriculteurs de la FNSEA (dont des éleveurs de porcs, certes en difficulté, mais peut-on justifier n’importe quoi par ce fait… ?!), et l’on connaît les liens de cette organisation ou d’une partie importante de la base des agriculteurs avec la droite classique (souvent la plus dure), et, de plus en plus, l’extrême droite… Je retiens, lors de cette affaire, les formules suivantes : « Dégage, toi ! »… ! « Connard ! »… ! « Pourri ! »… ! « T’as-vu la gueule que t’as ? »… ! « Vive Marine »… ! Et j’en passe… Je peux bien sûr comprendre que des difficultés de vente d’un produit puissent mettre des gens en colère, mais certainement pas des comportements de ce type ! J’ajoute au passage qu’en plus il y avait dans la foule un discours anti-fonctionnaires réellement scandaleux, comme quoi ceux-ci seraient tous des « feignants »… !

Soit une attitude de « populace », qui serait prête à suivre n’importe quel « char césariste », voire pire… Au fait, il paraît que la FNSEA serait un « syndicat »… ?! Eh bien, en réalité, non… ! car aucun syndicat (en tout cas une organisation syndicale digne de ce nom) ne pourrait (traditionnellement) se comporter de cette façon… ! Et que l’on ne me dise pas que Nicolas Sarkozy avait été lui aussi traité de « connard », car l’énorme différence, c’est que l’actuel chef de l’État, dans une démarche quasi « sacrificielle », n’a pas répondu, lui, à ces incroyables invectives, par un « Casse-toi, po’v con ! » et est resté longtemps sur place en compagnie du ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. Et comment ne pas rappeler au passage que le domicile personnel de Stéphane Le Foll avait été « attaqué » par une sorte de « commando » il n’y a pas si longtemps ! Il y a là une confusion totale entre individu et fonction qui peut vraiment faire peur, car c’est un phénomène qui se généralise – y compris, par exemple, au sein de l’Éducation Nationale !

Voici maintenant les conclusions que je tire de cette « affaire de la honte » ! Elle traduit bien sûr le malaise des campagnes, et avant tout celle des éleveurs de porcs. Mais, sur ce plan, la droite avait-elle mieux réussi que la gauche modérée actuellement aux affaires (avec les efforts indéniables accomplis par Stéphane Le Foll) ?! Nicolas Sarkozy vient d’annoncer aujourd’hui (2 mars) « un plan Marshall pour l’agriculture » qu’il va essayer de « vendre » lors de sa visite à ce même salon de l’agriculture. Laissez-moi rire (ou plutôt pleurer…), car qu’avait-il fait, lui qui était une véritable « girouette » sans aucune ligne directrice au niveau de sa politique économique (entre autres). Des fois qu’il nous proposerait un « New Deal », se prenant ainsi quasiment pour une sorte de « Roosevelt » de droite (!), que je n’en serais pas surpris ! L’autre aspect de la question posée par cette affaire tourne autour de la montée de plus en plus inquiétante du populisme dans notre pays, puisqu’en fait le samedi 27 février ce sont des embryons de « jacqueries » qui se sont produits et les invectives auraient pu déboucher sur des incidents plus graves. Si le « Vive Marine » fut un slogan politique inquiétant, les cris qui fusèrent avec le « T’as vu la gueule que t’as ! » – résultat entre autres du travail de sape d’un certain nombre de soi-disant « humoristes », ayant créé une « représentation » de l’image de François Hollande – sont catastrophiques pour les bases même de nos institutions démocratiques, même s’il semble plus qu’évident qu’il convient de les refonder.

Quel que soit, dans les crises multiformes que nous connaissons, le désarroi des gens, faut-il rappeler que les Institutions d’une République font cette République – « la chose de tous », on le sait – et que le respect des fonctions est une condition in-négociable pour qu’une architecture résiste à la tempête.

A propos de l'auteur

Jean-Luc Lamouché

Jean-Luc Lamouché

Rédacteur

 

Professeur d'Histoire

Auteur d'ouvrages sur Tulle et la Corrèze

Rédacteur à "Tutti-magazine - La musique à voir et à entendre"

 

Commentaires (2)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    05 mars 2016 à 14:53 |
    Après la bronca d'une partie de la gauche, après le pacte de responsabilité, la constitutionnalisation de l'état d'urgence et de la déchéance de nationalité, après la loi sur le travail, après tout ça et bien que les agriculteurs de la FNSEA n'appartiennent pas à cette gauche-là, ni à la gauche en général, la tentation était trop forte...de tirer sur une ambulance!...

    Répondre

    • Jean-Luc Lamouché

      Jean-Luc Lamouché

      05 mars 2016 à 20:28 |
      Oui, JFV, et une "ambulance" défigurée, car guignolisée depuis le début par la déferlante de pseudo-humoristes (pour une bonne part d'entre eux), qui sont en train de saper progressivement les bases sur lesquelles est fondée notre démocratie représentative - déjà pourtant bien malade, et donc à refonder... ! La psychologie sociale nous a appris depuis longtemps maintenant ce que sont les "représentations", ces constructions mentales encore plus difficiles à changer lorsqu'elles ont été installées que des structures économiques ou sociales, et qui dominent tout ! L'actuel chef de l'Etat français est "un benêt", près des 3/4 des Français... vous le diront... !! La sphère financière et tous les appareils médiatiques sont devenus - d'une manière différente certes, mais complémentaire - LE vrai pouvoir, humoristes compris... !!

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.