Média/Web

Le Canard déchaîné

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 18 juin 2010. dans Média/Web

Le Canard déchaîné

Face à d’énormes difficultés financières et une baisse sensible de leur lectorat, la plupart des ” canards “, qu’ils soient régionaux ou nationaux, survivent comme ils peuvent et tentent de guérir de leurs maux. L’écrit est en crise – ce n’est pas un scoop -, et les jeunes, on le sait bien, privilégient les écrans, au détriment des livres et, bien sûr, des journaux.

En France, il est un hebdo qui ne s’en tire pas trop mal : il s’agit du ” Canard Enchaîné “, pour ne pas le nommer ! Fondé en 1915, il tire, chaque mercredi, sur tout ce qui bouge ou dépasse, et se déchaîne contre les abus et les scandales qui mettent en péril le bon fonctionnement de la démocratie. Toujours bien informé, il s’en prend aux ” brebis galeuses ” de la sphère politico-médiatique, essentiellement.

 

Suis-je un métèque ?

Ecrit par Jean Le Mosellan le 29 mai 2010. dans Média/Web, Société

Suis-je un métèque ?

La chronique qui suit est une réponse à une réaction d’un abonné du “Monde.fr”, nommé Stephen Lendon, qui mettait en cause Jean Le Mosellan en déformant son nom. (voir la chronique et la réaction : Sulfurique est l’amour d’une kapo)

N’importe qui se cachant sous de multiples pseudonymes peut dire, depuis quelque temps, n’importe quoi dans les “Chroniques d’abonnés” comme dans les réactions, faisant d’elles des sacs de crabes, s’agitant si bruyamment qu’ils produisent une rumeur de fond agaçante.

Cette rumeur se répand en toutes directions, y compris dans celle interdite par la Charte des abonnés du Monde.fr. Je ne voudrais pas m’étendre sur des réactions célébrant l’intolérance et la grossièreté, forme et fond, affichées par d’autres chroniqueurs, constamment les mêmes, me visant ad hominem, à défaut de pouvoir attaquer le contenu toujours étayé de mes chroniques ? Ce sont des chroniqueurs sans identité, sans visage, sans adresse électronique. Juste des ombres furtives et cagoulées pour les mauvais coups. quoi d’étonnant, par conséquent, que les bornes de la bienséance soient franchies.

<<  4 5 6 7 8 [9