A Reflets du Temps, on est verni !

Ecrit par La Rédaction le 27 août 2010. dans La une, Média/Web

A Reflets du Temps, on est verni !

Notre Web Magazine s’installe dans ses nouveaux « locaux ». L’aventure est affaire de passion, entreprise et menée par des femmes et des hommes très divers dont beaucoup ne se sont jamais rencontrés ailleurs que sur le Web. Tous partagent cependant des valeurs et des passions fondamentales qui font le plus solide des liens : goût du débat, volonté d’être au cœur de la Cité, combat des Lumières, engagement intellectuel, amour de l’écriture, des écritures, refus des totalitarismes, des dogmatismes aveugles de l'intolérance et de l’injustice.

Nous n’avons pas d’appartenance politique partisane. On peut trouver sur « Reflets du Temps », côte à côte, deux textes défendant avec la même fougue deux positions parfaitement contradictoires. Notre cohérence, notre identité, nous ne la tenons que de notre adhésion sans faille à la charte qui encadre ce magazine et dont le cœur est dans l’esprit de la fameuse citation apocryphe de Voltaire : « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

La parole est aux acteurs de l'aventure. Elle est aussi à vous, car vous pourrez en être quand vous voudrez : nos colonnes sont ouvertes, dans le respect de la charte morale qui encadre ce Webmag. A vos plumes !

Léon-Marc Levy. Rédacteur en Chef


A l’occasion de ce vernissage virtuel et de cette petite fête organisée sur place, à l’intérieur même des « salons luxueux » de notre site Reflets du Temps, revêtu de ses nouveaux atours, et pour honorer ce petit temple littéraire que « la petite fille des rues » est très fière d’habiter, entourée de ses si talentueux « voisins », je porte un toast en levant mon verre et mon regard ébloui, en évoquant l’une des plus jolies métaphores rimbaldiennes : « Elle est retrouvée. Quoi ? L'éternité. C’est la mer mêlée au soleil. »

On a retrouvé notre site, et ses reflets mêlés au temps…

« Et je savais pour quoi désormais le décor était planté »… (Julien Gracq, dernière phrase du Rivage des Syrtes).

Gilberte Benayoun

 

 

Ce que nous sommes...

Et si les reflets du temps n'étaient que ces grands pans de ciel qui tournent et s'abattent autour de nous, jusqu'à pénétrer, par rétines interposées, nos coins mentaux les plus secrets ? Alors, il faut s'y résoudre : donner à voir ce qui nous envahit et nous fait trembler, tisser les liens de ces visions intimes qui n'étaient que pour soi, devenir résurgent. Et les reflets du temps seront ce que nous sommes. (Miami, 22 août 2010).

Jean-François Chénin

 

 

-      "Alors, ça y est, vous avez reçu votre carton?"

-      "Aujourd'hui même, cher ami."

-      "Et vous y allez?"

-      "Évidemment. Je ne sors pas plus deux fois par an, mais c'est un "vernissage" que je ne vais certainement pas louper.""

-      "Vous croyez qu'il y aura à boire?"

-      "Que vous êtes trivial! Oui, il y aura à boire. Maître Léon, meilleur sommelier du Web, nous fera déguster ses trésors de derrière les fagots, et l'on mordra dans des canapés moelleux, et l'on s'affalera dans des divans profonds pour conter fleurette à de jeunes beautés aux rondeurs d'albâtre et aux fronts ceints de fleurs des champs."

-      "Arrêtez, arrêtez, vous allez me rendre fou!"

-      "Je voulais seulement vous donner envie d'être de la fête. On s'y retrouve donc?"

-      "À 18 h 30, sans faute."

-      "À l'heure où s'envole l'oiseau de Minerve…"

-      "Chouette, alors!"

Olivier Eyquem

 

 

Nouveau " site de rencontres ", au " look " élégant, qui offrira encore plus d'ouvertures, aux uns et aux autres ... Avec cette volonté farouche de célébrer ensemble la victoire de la pensée ! Joli programme, auquel nous nous attelons volontiers. Bon vent !

Claude Gisselbrecht

 

Je ne suis toujours pas à même d’écrire ces temps-ci, mais je voulais juste vous envoyer un  mot pour vous dire que je souhaite grand bien à votre initiative. Je pense que l’océan médiatique que vous abordez toutes voiles dehors augure d’un voyage riche en découvertes, et je vous souhaite bon vent.
Ariel Gurevitz

 


Je m'assois à côté d'elle qui se lève et va vers lui qui se tourne et le suit et ils partent ensemble la retrouver pendant qu'elle attend qu'il ait terminé pour lui proposer de l'accompagner et d'aller à sa rencontre mais il est surpris d'entendre qu'il est arrivé plus tôt que prévu pour leur dire que c'est parti.

Personne ne demande comment, personne ne demande où.

Ils savent tous pourquoi.

Même ceux qui manquent.

Elisabeth Guerrier

 

 

 

 

 

C’est bien un « Reflet du temps » que ce vernissage virtuel. Gros avantage, pas la peine d’être aimable avec tout le monde, de se décontaminer les mimines après avoir serrer les louches.

Hélas, tout de même de ne pas pourvoir se préparer, le cœur palpitant pour rencontrer de nouveaux amis. Mais avantage suprême, personne ne renversera du café sur le tapis en soie, comme mon époux, que je maudis.

Aussi Champagne pour tout le monde, au plaisir de vous lire.

Elisabeth Itti

 

Certains pourraient croire que Reflets du Temps c'est de la météo poétique. Il y a de ça sûrement, si votre bulletin en est chargé, pas de problème, on le publie. C'est heureux que la poésie s'infiltre chez nous dans le temps pour en donner des reflets. Nous ne faisons d'ailleurs que discuter de la pluie et du beau temps. Le rêve c'est qu'on nous consulte autant que la météo tout court.

Jean Le Mosellan

 

 

- M.ais

A.lors!

R.eflets du

T.emps

I.mpossible de

N.e pas être

E.tonné

 

L.ouanges, résonnez!

 

P.our

E.ncourager

T.out à fait

A.uthentiquement

U.nanimement Reflets du

Temps.fr

O.vationnons le

N.e le quittons plus...

« C'est qu'en plus » dit Denise, ma voisine, en se posant sur une vieille souche de noyer, «  avec toutes les augmentations de l'été » ; «  un vertige ! »  renchérit son Raymond de mari ; » ça va faire du bien de lire, écrire, réagir gratuitement, «  pour redotou! »

Martine L. Petauton

 

Jusqu’à présent j’ai ressenti les expériences après les avoir vécues. Cette fois j’ai l’impression d’entrer dans une expérience. Mettre sur la table du labo quelques acquis de l’âge, par exemple la perception de plus en plus étrange et violente de la tension entre l’un et l’ensemble. Etre ensemble. Chacun à son pupitre. Pour quelle musique ? Pour quelle fumée s’élevant de notre feu ?  Pour quel souffle commun qui fait buée sur la vitre ?  Avec quelle indulgence et quelle sévérité pour nos faiblesses ?

Dans ma jeunesse la vue de l’immense toile du ciel était parfois traversée d’un coup de tonnerre intérieur : un jour il faudrait abandonner tout cela. Aujourd’hui cette même vue me porte vers les regards qui dans mille ans feront face à ce spectacle, j’ai cessé d’être mortel. Je vis dans les replis, dans les reflets du temps.

J’ai cessé d’être mortel, voilà l’expérience sur laquelle je voudrais, au long cours, planter quelques graines et jardiner de compagnie.

Eric Thuillier

 


Je trempe ma plume dans l'encrier de la pleine lune pour que coulent les mots qui saluent l'arrivée du nouveau Reflets Du Temps.

Curieuse, la belle, toute en rondeur me fait la grâce de se pencher l'espace d'un instant vers moi. Moment de grâce, sa lumière m'inonde.

Mieux que des mots, son énergie, sa tranquille beauté,  couleront sur le petit nouveau.

Longue et belle vie à lui.

Sabine Vaillant

 

Il y a quelques années, de passage dans le Tessin, j’ai goûté un vin, de cépage exclusivement merlot, très tannique, bien structuré, d’une belle minéralité, avec des notes épicées (poivre) et fruitées (mûres) : un vin qui peut être bu relativement jeune (2 ans) mais qui se bonifie avec l’âge. Son nom ? Riflessi d’epoca. Nomen est omen, puisse notre site ressembler à ce vin, puissant et léger à la fois.

Jean-François Vincent

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction

Reflets du Temps

Webmag

Notre site est hébergé par OVH.com

Commentaires (5)

  • jocelyne

    jocelyne

    29 août 2010 à 11:43 |
    "RDT" prend de la hauteur, il ne peut être que plus lumineux.

    Vives félicitations aux artisans de cette belle et généreuse aventure que je souhaite pérenne, harmonieuse et couronnée de succès.
    Merci à vous
    Jocelyne.

    Répondre

  • guypou

    guypou

    27 août 2010 à 21:18 |
    Reflets du temps, tant de reflets...Eblouissement. Bon, le rédacteur en chef met un peu trop souvent l'accent sur le(s) Bordeaux... Mais il en est parfois de bons...

    Répondre

  • Sarah Bornstein

    Sarah Bornstein

    27 août 2010 à 19:41 |
    Congratulations LML and you all.
    I wish you a big success. You deserve it

    Kiss

    Répondre

  • Chloé

    Chloé

    27 août 2010 à 19:38 |
    Avec vous l'équipage ! Et avec vous Bosco, depuis le début.
    Pas de champagne mais vin rouge si j'ai bien compris !

    Répondre

  • Isabelle Blavet

    Isabelle Blavet

    27 août 2010 à 19:31 |
    Bravo et bon vent. Sénèque écrivait : il n'est pas de bon vent pour celui qui ne sait où il va.
    Vous, vous savez, c'est clair.
    On y sera

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.