Le Canard déchaîné

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 18 juin 2010. dans Média/Web

Le Canard déchaîné

Face à d’énormes difficultés financières et une baisse sensible de leur lectorat, la plupart des ” canards “, qu’ils soient régionaux ou nationaux, survivent comme ils peuvent et tentent de guérir de leurs maux. L’écrit est en crise – ce n’est pas un scoop -, et les jeunes, on le sait bien, privilégient les écrans, au détriment des livres et, bien sûr, des journaux.

En France, il est un hebdo qui ne s’en tire pas trop mal : il s’agit du ” Canard Enchaîné “, pour ne pas le nommer ! Fondé en 1915, il tire, chaque mercredi, sur tout ce qui bouge ou dépasse, et se déchaîne contre les abus et les scandales qui mettent en péril le bon fonctionnement de la démocratie. Toujours bien informé, il s’en prend aux ” brebis galeuses ” de la sphère politico-médiatique, essentiellement.

 

Hebdomadaire peu moutonnier – c’est le moins qu’on puisse dire -, il pratique un journalisme d’investigation qui fait honneur à la profession, efficace et sans concessions … On se souvient notamment de la publication des feuilles d’impôts de personnalités, telles que Jacques Chaban-Delmas, Jacques Chirac ou VGE. Des éclairages ” crus ” sur de nombreuses affaires ayant secoué le pays, comme celles des diamants de Bokassa, du financement occulte des partis politiques, du sang contaminé … Des affaires Boulin, Papon, Elf-Dumas … Et de bien d’autres.

Sur le terrain de prédilection qui est le sien, ” Le Canard Enchaîné “, en un tournemain, inverse les rôles et passe du statut de gibier à celui de chasseur, qui, pratiquement, fait mouche à tous les coups ! Après avoir mis en cause, récemment, deux membres du gouvernement – Fadela Amara et Christian Estrosi -, l’hebdo satirique s’en prend aujourd’hui à Christian Blanc, secrétaire d’Etat au développement de la région capitale, pour sa passion immodérée des havanes, qu’il dégustait aux frais de la princesse, et à Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération, pour une histoire de permis de construire. Souvenez-vous, c’est ce dernier qui avait déjà fait parler de lui pour ne pas avoir regardé à la dépense lors d’un déplacement en avion !

Aujourd’hui, ” Le Canard Enchaîné ” a de nouveau Rama Yade dans le collimateur. Après avoir dénoncé le prix exorbitant des ” nuits bleues “, elle aurait, elle aussi, lors de son déplacement en Afrique du Sud, opté pour une réservation d’un montant astronomique ! Quand l’exemple vient d’en-haut, n’est-ce pas ?

Si la presse écrite va mal, c’est aussi, en grande partie, de la faute des journalistes qui ne font pas toujours bien leur travail. Souvent, les mêmes informations sont reprises, ça et là, sans le recul nécessaire et la ” touche personnelle ” … Loin de moi l’idée d’encenser ” Le Canard ” à outrance, mais disons que, dans le paysage médiatique actuel, il est nécessaire – et salutaire – qu’il poursuive son oeuvre et donne ainsi accès à une info citoyenne crédible. Car ses enquêtes de fond, menées tambour battant, débusquent, la plupart du temps, ” faussaires ” et coquins !

La question est de savoir si l’on peut encore faire confiance à la politique et à ceux qui la font … A en croire les révélations de toutes sortes, jamais les politiques ne sont apparus sous un jour aussi néfaste, car leurs frasques et excès en tout genre prennent trop souvent le pas sur la mission qui devrait être la leur : servir le pays, avant de se servir !

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.