Le micro trottoir en gloire…

Ecrit par Martine L. Petauton le 30 novembre 2013. dans France, La une, Média/Web, Politique

Le micro trottoir en gloire…

Facile – tellement – et plaisant, par sa rapidité. Trois mots, une mimique, et l’affaire est dans la boîte ; la TV nous en fait manger à longueur d’émissions : « – que pensez-vous du réchauffement climatique ? – et les Mac Do, pour les moins de 10 ans, dangereux ? – et la neige qui tombe en hiver ?? ». On comprend le procédé ; « faire parler le citoyen », vite – format TV ou radio ; surtout pas d’analyse, manquerait plus que ça ! C’est réservé / journaliste ou au moins expert. Du ressenti, du penser-tout prêt. Consulter quand même, et sur à peu près tout (– la mort, pour vous, c’est quoi ?), mais à peine ; un effleurement de parole citoyenne ; un simulacre de démocratie moderne…

Il y a une pincée d’heures, une chaîne TV en boucle, formatée Mac-Do de l’info, glissait au milieu de la ronde ininterrompue du bruit du monde déversé par une bouche tout droit sortie de chez Marionnaud, un sujet – que dis-je –, un reportage, pesant ses 10 minutes, ce qui en ces lieux équivaut à un trimestre chez d’autres. Thème alléchant : « 1 Français sur 5 soutient encore Hollande », soit, 2/10, s’empressent-ils d’écrire en incrustation, pour ceux qui ont raté la leçon en début de cours élémentaire I. On s’intéresse légitimement : à quoi ça peut bien ressembler, cette peuplade-là ? Au village d’Astérix ? À un hôpital hésitant entre pré-Alzheimer, dérivant doucement depuis le 6 Mai de l’an 12, et psychotiques – légers – ayant pas mal largué les amarres avec la réalité ? Un Hollandien, à c’ t’heure ! ma pov’dame, ça se visite !

Las ! L’émission opta – quasi dans son entier – pour le genre tant aimé du dit micro-trottoir ; varié du reste : celui de la capitale, du « petit bourg endormi » – Tulle au demeurant –, et même, quel toupet !, micro-absence de trottoir d’un très petit village ariégeois où, ce 19 novembre, il pleuvait des cordes tristes.

10 minutes – un espace immense à la TV ; cela était pourtant suffisant pour cerner l’espèce du Hollandien encore vivant. Analyser un brin : vous avez voté pour lui, pourquoi le soutenez-vous encore aujourd’hui ? Pensez-vous son projet encore viable, suffisamment visible, est-il adapté au monde dans lequel se déploie sa politique ? En quoi ? Son équipe ? Prend-elle l’eau, ou se suffira-t-on de quelques rustines, où, combien ? Et ce Hollande bashing, un effet de glaces ou une vraie pétaudière en cuisson… en deux ou trois clics, et sans nous vanter, à Reflets, nos chroniques et leurs commentaires dressent le menu, chaque samedi, ou presque… Être à la fois maire de Tulle, et vice présider aux destinées du Conseil Général de la Corrèze, tout en habitant un mini bureau à l’Élysée pour conseiller le président ; que voilà un spécimen de ces 1/5 ! qui aurait pu dire, et l’honneur et les souffrances, mais aussi montrer le sens de sa confiance, ses interrogations, ce qu’il sait ou croit savoir ; un ressenti qu’un bon scalpel aurait pu étendre, là, sur la table, devant nous, et rendre passionnant, presque structural. Un modèle, quasi scientifique. Eh bien, ce pauvre gars fut filmé – bâclé – au fond d’un véhicule (micro-voiture), confiant dans un temps imparti qui devait osciller entre 50 secondes et une minute, que ma foi ! si le chômage baissait, ça irait mieux ! Scoop.

Dès les premières minutes, le trottoir battit son plein. Celui, fréquenté d’entrée de jeu, s’éloignant du sujet, puisque les anti Hollande bruts et vraiment labellisés étaient de sortie : « – nul, sans intérêt aucun, et (elle cherche) sans prestance, susurre la dame, relayée par une énervée : – le cap, le cap ! qu’il dit ! mais il ne le trouve pas… ». Formidable, quand même, comme cet exercice-alibi d’émission brasse de fortes idées ! Deux ou trois passants conviennent ensuite « qu’il fait bien ce qu’il peut, mais c’est pas facile ! Que le contexte international… ». Un – jeune – juriste, seul passage un peu solide de la séquence, explique le temps long des réformes Hollandiennes, opposé au temps court de la fausse énergie Sarkosienne. Tulle – enfin – mais les affects y sont trop perceptibles !! La confiance au Président plane dans un bon resto de la ville, au son des casseroles… maigre pitance, quand même pour le spectateur. La chute du reportage vaut son pesant de micros-trottoirs : parole, certes très bienveillante mais fait-elle avancer le schmilblick, de deux sympathiques agriculteurs, devisant autour d’un café…

On ressort de l’affaire – sans aucune miette d’argumentaire ; troublé, pas le moins du monde ! Chantant la même chanson qu’ailleurs et partout actuellement : Chute abyssale de l’Exécutif, et ron, et ron… On prend le téléspectateur pour qui, là ? Un pourvoyeur de redevance ? Le micro-trottoir, en guise de copie solide et étayée… on en redemande ! C’est pour le coup, que, moi, fiscaliste convaincue, je m’insurge : ce serait pas abusé, des fois !

Allez ! Lisez plutôt « Reflets du temps »…

A propos de l'auteur

Martine L. Petauton

Martine L. Petauton

Rédactrice en chef

 

Professeur d'Histoire-Géographie

Auteure de publications régionales (Corrèze/Limousin)

 

Commentaires (2)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    30 novembre 2013 à 22:10 |
    Le problème du « micro trottoir » va bien au-delà des exaspérantes banalités ou idées reçues, dignes d’un Bouvard et Pécuchet : le problème, c’est celui de la démocratie elle-même (participative ou non), à partir du moment où elle n’est pas capacitaire…en théorie (en pratique, heureusement, il y a des filtres), n’importe qui, oui, n’importe qui peut accéder à des fonctions parlementaires ou ministérielles, pour y débiter des âneries. Cette « candeur » démocratique est fort bien décrite dans un film, déjà ancien : « Mr Smith goes to Washington »,dont le personnage principal est incarné par James Steward( en français, M.Smith va au sénat) , et qui décrit les errances et les désillusions d’un monsieur tout le monde (M.Smith = M.Dupont) face aux complexités du monde et de la politique. Eh oui ! « C’est un métier ! », comme disait le Kermitterand du bêbêteshow…

    Répondre

  • Diego de La Vega

    Diego de La Vega

    30 novembre 2013 à 17:23 |
    Il se trouve que j'ai pu regarder, moi aussi, tout récemment, le micro-trottoir auquel vous faites sans doute allusion, sur BFM TV. Et, je confirme tout à fait vos analyses. D'abord, le sujet (les Français qui continuent de soutenir François Hollande dans son action) n'a pas été vraiment traité, puis-qu’environ 1/3 du temps fut consacré à donner la parole à des personnes hostiles à la politique menée par l'actuel chef de l’État ; hors-sujet, en somme, et déjà "la mauvaise note" pour les "journalistes" qui ont réalisé le montage et qui ne sont probablement pas les reporters qui effectuèrent les interviews... Ensuite, je voudrais insister sur le fait que le concept même de micro-trottoir n'a aucun sens, aucune valeur profonde, sauf ceux de contribuer à faire aller un nombre encore plus grand de nos compatriotes dans le sens de ce nouveau "blockbuster" médiatique de l'automne 2013 : "Hollandbashing 2" !! Et, le pire, c'est que ce comportement de la très grande majorité des journalistes "hommes troncs" présentant les infos à la TV est très souvent plus commercial que réellement politique, à mon avis. Il s'agit en effet d'obtenir avant tout son "gagne-pain", en allant dans le sens du courant médiatique général - ce que les anglo-saxons nomment le "main stream"... !! Selon moi, tout ceci est en train de déséquilibrer notre démocratie - tout en reconnaissant que ce phénomène n'a certes pas commencé il y a seulement environ un an et demi…

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.