Politique

Affaire DSK et victimisation médiatique

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 23 mai 2011. dans La une, France, Média/Web, Politique

Affaire DSK et victimisation médiatique

L'effet de « sidération » provoqué dans notre pays par l'affaire DSK peut amener à une réflexion sur le rôle des médias - TV, Internet - dans notre société, au plus profond de ses fondements psychologiques.
En effet, il y a longtemps que ces mêmes médias fonctionnent sur le mode de la « victimisation », la grande masse de l'opinion publique prenant partie pour celui ou celle qui est « vendu(e) », dans une optique émotionnelle largement commerciale.
On pourrait multiplier les exemples, de l'affaire de Timisoara - lors de la Révolution roumaine de 1989 - à celle du 11 septembre 2001, en passant par les délires sécuritaristes de 2002, à un niveau plus simplement hexagonal. Observation similaire, dans les faits divers, même les plus horribles, comme l'affaire d'Outreau, où l'opinion publique,  a « changé de victime », au cours du récit médiatique, avec un juge - Janus.
Dans tous les cas, le transfert sur la(ou les) victime(s) supposée(s) est total, abreuvé par les « Editions Spéciales » à rallonge, sortant les gens de leur cuisine, et par les « emballements » médiatiques, dont les mécanismes objectivement manipulatoires ont été décrits par des sociologues.

Reflets de la semaine (56)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 23 mai 2011. dans La une, France, Actualité, Politique, Cinéma

Reflets de la semaine (56)

" L'affaire DSK " a plusieurs connotations : politique, personnelle, professionnelle, sexuelle, médiatique ... Elle aura, pour le moins, mis l'accent sur la différence entre drague et harcèlement. Désormais, messieurs, dans la rue, au bureau, dans le métro, ou dans d'autres lieux, qu'ils soient publics ou privés, soyez plus clairs dans vos propos et gestes, sinon, la situation pourra se retourner contre vous ! Les femmes vous sauront gré d'être davantage explicites, voire transparents, et vous aideront à chasser toutes formes d'ambiguïté qui pourraient nuire à la qualité d'une relation future, aussi fugitive soit-elle... Cet épisode politico-médiatico-juridique aura peut-être pour conséquence l'amélioration du " dialogue homme/femme " , qui, on le sait, reposait, jusqu'ici, sur de nombreux malentendus ... Alors, merci qui ?

Rappelons que c'est à Harlem, là où le jazz a trouvé un terreau favorable, que Bill Clinton, saxophoniste à ses heures, a installé ses bureaux, lui qui, politiquement, faillit casser sa pipe en jouant de la Monica ! Quant à DSK, l'homme qui, pendant plusieurs années, a tenu les cordons de la bourse mondiale et devait, d'ici à 2012, incarner la relève au PS, il a perdu la partie pour un geste on ne peut plus primaire ! Pulsion, répulsion ... Et la France dans tout ça ?

Le fric, le sexe et ... la judéité

Ecrit par Léon-Marc Levy le 20 mai 2011. dans Monde, Racisme, xénophobie, La une, France, Média/Web, Politique, Actualité, Société

Le fric, le sexe et ... la judéité

Ce sont les « trois points de vulnérabilité » reconnus et assumés par DSK lors d’une discussion avec des journalistes de Libération le 28 avril dernier, avant le séisme. Une commentatrice de RDT, et pas des moindres, a dit dans une réaction à un billet de Non Solum Sed Etiam « Du meurtre en politique (1) » : « Maintenant, troisième round, à quand les "faits" contre sa judéité ? ». On a eu les deux premiers (la Porsche, le Sofitel).

Quant à la judéité, en fait ça se passe en ce moment même, sous nos yeux. DSK est influent, riche et c’est un « malade sexuel » comme … les Juifs en général. C’est dans l’air, dans les discours couverts, dans les têtes, dans les discours ouverts chez les extrémistes. Et pas seulement chez eux. Depuis lundi matin, ça avance en flux puissant sur internet et ailleurs : le pouvoir, le fric, le cul c’est le Juif. Ajoutez-y l’amalgame en direct – de la bouche même de la juge Jackson – entre Polanski et DSK. Et la brillante Helen Thomas (ex-correspondante officielle de la Maison-Blanche), sur l’éminent « Playboy » - mais oui – qui « annonce », comme c’est original, que les juifs « contrôlent » la Maison-Blanche. Ajoutez-y encore une couche de M. Lars Von Trier qui déclare mercredi en conférence de presse à Cannes : « Je comprends Hitler » et « OK, I’m a nazi ! ».

Avant le Déluge

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 20 mai 2011. dans Monde, La une, France, Politique

Avant le Déluge


Entre macho, « front de gauche », comique, sinistre, moyen en philo (ça c'est sûrement vrai, et même moins que moyen), anti-américain (ça c’est le plus drôle dans mon cas !) quelques lecteurs de RDT m’ont habillé pour l’hiver. Au moins j’aurai chaud.

Ça ne va pas être du luxe. « Quand homme blanc recevoir beaucoup vêtements, hiver être rude ». Et il sera rude à coup sûr. Entre l’étalage des jubilations devant le spectacle de « l’homme de Washington » enfin à terre, les doudous du petit Sarkozy (je parle de celui à venir), et les pantalonnades de Martiiiiine et Françooooois, il va falloir se tenir au chaud.
Au moins, seule bonne nouvelle, les boss de RDT m’ont renouvelé mon contrat. Je les en remercie. Par reconnaissance, je ne vous dis pas qu’en fait je fais ici quelques billets dans le cadre des Travaux d’Intérêt Général suggérés par l’inénarrable Wauquiez pour les demandeurs d’emploi. Je ne me plains pas. C’est mieux que Riker Island. Même Roman Polanski est d’accord avec moi, il me l’a dit. Chhhut. Ne le dites à personne. Je suis aussi son « Ghost Writer »…

Les Syriens meurent entre Dieu et Youtube

Ecrit par Kamel Daoud le 20 mai 2011. dans Monde, La une, Politique

Les Syriens meurent entre Dieu et Youtube

Les Syriens sont seuls. On peut les tuer en masse, les exécuter contre le mur le plus blanc, les regarder mourir entre deux pubs sur des détergents ou les entendre crier avant d’éteindre sa lampe de chevet pour dormir. Presque personne ne s’en soucie, ni l’ONU, ni les Droits de l’homme version mondiale, ni l’opinion du monde, ni l’OTAN. La cause est évidente : Bachar El Assad et son régime incarnent au mieux le statut de « dictature utile » qui a fait le bonheur des autres potentats dans la région. C’est « notre meilleur ennemi », comme l’a écrit un éditorialiste israélien dernièrement sur les thèses de la droite. Si le régime de ce Rat de Damas « tombe », c’est l’inconnu dans la région, c’est-à-dire pour les maîtres de la région et la possibilité de voir s’effondrer la ceinture de sécurité assurée par les dictateurs arabes depuis des décennies. La démocratie arabe est le pire ennemi de la droite israélienne (la gauche étant dans un malaise qu’elle ne dépasse pas) et la seule force des peuples sans armées fortes.
L’Egypte en offre le parfait exemple : à l’époque, on pouvait avilir ce pays en menaçant son dictateur, mais, aujourd’hui, on peut en tuer des milliers sans faire changer d’avis à des millions. Et c’est ce qui explique que les Syriens sont seuls : le frère sanguinaire de Bachar l’a bien dit à un journal américain : « Sans nous, c’est la menace contre Israël ».

Du meurtre en politique ? (2) Lynchage in USA

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 17 mai 2011. dans Monde, La une, France, Politique

Du meurtre en politique ? (2) Lynchage in USA

 

Sans s’avancer le moins du monde sur la culpabilité ou l'innocence de Dominique Strauss-Kahn sur les faits dont il est chargé, il y a maintenant de façon évidente quelque chose de profondément choquant dans l'attitude de la justice américaine. Alors qu'il offrait toutes les garanties possibles, que ses avocats proposaient une caution de un million de dollars assortie éventuellement d'un bracelet électronique, la juge new-yorkaise, Melissa Jackson a ordonné son incarcération, prétextant qu'il pourrait s'enfuir et qu'il n'y avait pas d'accord d'extradition entre les USA et la France. Personne ne l’a relevé encore, mais dans la vidéo de l’audience au tribunal de NY, on entend clairement la juge faire alors une allusion directe à … Roman Polanski, rappelant les problèmes rencontrés par la justice californienne devant le refus français d’extrader le cinéaste !! C’est du jamais vu, jamais entendu dans une enceinte de justice !! On a ainsi une des clés très probables du déchaînement anti-français des américains et en particulier de la justice américaine : l’affaire Polanski n’a jamais été digérée et la violence anti-française, qui a encore d’autres sources, trouve à travers DSK une occasion en or de s’exprimer. On est devant une parodie de justice.

Du meurtre en politique ? (1)

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 16 mai 2011. dans Monde, La une, France, Politique, Actualité

Du meurtre en politique ? (1)


Il se peut que ma nouvelle rubrique soit aussi courte, sinon plus, que mon « Waitin’ For DSK ». J'ai une mauvaise passe avec les p'tits jobs. Il va de soi que les informations arrivant en flux continu de partout, l’hypothèse d’une « vérité » enfin établie rende le questionnement que j’ouvre ici rapidement caduc. En attendant, il me semble essentiel, pour des exigences de raison et d’éthique, de ne pas hurler avec les loups et donc de poser toutes les questions troublantes qui agitent bon nombre d’entre nous depuis hier matin. Il est clair qu’il est plus facile de commander « la mise à mort » d’un homme, comme le font avec tant d’élégance les ignobles Bernard Debré (UMP) et Marine Le Pen (FN), que de tenter, avec honnêteté, de chercher la vérité. Mon métier de journaliste m’a toujours poussé vers cette exigence éthique, même si je sais que peu de mes confrères ces jours-ci la partagent. Sans défendre de thèse (complot, pas complot) voici les questions principales qui se posent à l’heure où j’écris, à partir des éléments connus.

Waitin' no more for DSK ... (presque 3)

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 16 mai 2011. dans Monde, La une, France, Politique, Actualité

Waitin' no more for DSK ... (presque 3)

 

Pour un ex-peut-être-candidat-socialiste à la présidentielle, on ne peut pas dire que DSK fasse dans le social. Je venais de trouver un petit boulot à « reflets du temps », genre CDD mal payé mais quand même, et paf, v’là qu’une tentative de meurtre politique du Dominique me remet au chômage. Inutile de vous dire que j’ai du mal à croire un mot de ce cadeau du ciel à la droite française ! Martiiiiiine a bien raison de rappeler la présomption d’innocence. Mais dans tous les cas, je me retrouve sans emploi.

Je vais discuter avec le boss de RDT pour voir s’il a un p’tit job de remplacement. Vu le salaire qu’il offre, ça devrait se faire … mais le thème du jour étant ce que l’on sait, je pourrais peut-être faire un « Waitin’ for … X » !


Non Solum Sed Etiam

Freud et le doigt du fils de Kadhafi

Ecrit par Kamel Daoud le 16 mai 2011. dans Monde, La une, Politique

Freud et le doigt du fils de Kadhafi

Question d'actualité : pourquoi les dictateurs arabes menacés par les révolutions refont-ils les mêmes erreurs à tour de rôle ? Pourquoi quand ils sont sommés de réformer, ils commencent par tuer, refuser, nier avant de négocier puis tomber ? On ne s'étonnera donc jamais assez de voir ces régimes développer à la fois des prouesses de diplomatie internationale pour survivre et garder leurs positions, tout en incarnant les pires politiques intérieures avec de grossières propagandes et des réflexes qui confinent à de l'imbécilité quand il s'agit de gérer les crises locales. En Syrie, le régime commet aujourd'hui les mêmes erreurs que celles commises par Kadhafi qui lui-même a fait pire et tout aussi inutilement que Moubarak ou Benali. Du coup, on en arrive à l'hypothèse de l'existence d'une psychologie de la dictature qui transcendante les cas spécifiques de chaque pays. Les dictatures arabes ont l'instinct de survie et l'intelligence de la manœuvre pour tout ce qui concerne l'Extérieur mais, à l'Intérieur, face à leurs peuples, ils sont comme piégés par une émotion de colère et de rage : comment les serfs osent-ils se révolter contre nous qui leur donnons à manger et à boire et qui leur avons même donné un pays avec de la terre en plus des semelles ? Comment ont-ils l'audace de réclamer la liberté alors que ce sont des peuplades juste dignes de respirer dans le désordre ? C'est quoi ce bruit au bout de la rue ?

Le lendemain du 500ème jour ...

Ecrit par Martine L. Petauton le 13 mai 2011. dans Monde, La une, France, Politique, Actualité

Le lendemain du 500ème jour ...

Reflet du jour


Petit déjeuner embrumé de soleil à venir, ce matin ; battage à la radio ; interview belle et sensible de Florence Aubenas qui en sait un bout sur cette question et quelques autres … On - commémore ? On parle des deux journalistes «  retenus », formule en usage, depuis 500 jours en Afghanistan : Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier. Honnêtes fabricants de nos JT, plus exposés - c'est sûr - que l'homme ou la femme -tronc qui, rituellement (on dirait un moment d'une messe) les saluent, l'air de penser déjà à autre chose, tous les soirs, juste avant la météo …

Ils sont hors du temps de tout le monde, fermés quelque part, ailleurs. Florence expliquait - mais Ingrid l'avait dit aussi - que l'otage vit sans perception  normale du temps ; seul, l'habite son déroulé intime : le corps - beaucoup - manger, éviter la maladie, les poux, la soif … pour survivre, il s'oblige à être réduit à sa mécanique ; pas ou peu d' après, de demain, de plus tard ; espace intersidéral de l'absence au monde …

<<  65 66 67 68 69 [7071 72 73  >>