France

Encombrant

le 13 juillet 2010. dans France

Encombrant

- Allô, le service des Encombrants ?

- C’est à quel sujet ?

- Je souhaiterais me défaire d’un truc gênant que j’ai constamment dans les pattes.

- Pouvez-vous me décrire l’objet ?

- Ça fait penser à un automate, avec deux jambes et deux bras articulés. Ça mesure environ 1,80 mètre, ça pèse dans les 80 kilos, et c’est surmonté d’une sphère lisse qu’on remarque de loin. Comme une boule de billard. Vous voyez ?

- Ça se déplace facilement ?

Corbeille à papiers

le 12 juillet 2010. dans France

Corbeille à papiers

Les femmes de ménage de l’Élysée ont repêché ce matin dans la corbeille présidentielle un énigmatique cahier d’écolier, noirci de la première à la dernière page des mêmes 6 phrases.

Poème? Pense-bête? Message crypté? Exercice d’orthographe? Nos meilleurs experts se penchent actuellement sur la question ; nous ne manquerons pas de vous communiquer leurs conclusions.

“Je n’ai pas touché d’envelope” (sic)

“L’envelopppe que j’ai pas touché” (sic, sic)

“Touché une enveloppe? (sic) J’ai une tête à ça?”

“Pas touché enveloppe, pas”

“Je ne toucherais jamais une enveloppe”

“Je ne toucherai plus jamais d’enveloppe. Hélas (mot raturé)

Supplique à Liliane

le 11 juillet 2010. dans France

Supplique à Liliane

Madame,

J’apprends par les journaux que vous souhaitez vous défaire d’une petite île dont vous êtes locataire, aux Seychelles.

N’en faites rien avant que nous ayons pu en discuter de vive voix.

Je possède en effet un îlot, dans l’Oise, et ce serait pour moi un immense honneur que de pouvoir le jumeler à votre île. Nous pourrions le baptiser îlot Eyquem-Bettencourt (à moins que vous ne préfériez inverser les noms ; je n’y vois pour ma part aucune objection).

Pour que vous puissiez vous faire une idée précise de notre éventuelle copropriété, en voici une vue d’ensemble, ainsi qu’un cliché du lopin de terre que j’occupe dans la région.

 

Volte-Face, "Refletsdu Temps" enquête

le 10 juillet 2010. dans France, Cinéma

Volte-Face,

Comme trois Français sur quatre, nous fûmes troublés par les revirements apparents de Mme Claire Thibout, l’ancienne comptable des Bettencourt. Comment pouvait-elle déclarer un jour à Mediapart que le candidat Sarkozy avait bénéficié régulièrement des largesses de ce couple au cours de l’année 2007, et sembler dire le contraire 48 heures plus tard à la Brigade Financière ?

La plupart des gens de bonne foi qui se sont penchés sur cette question ont invoqué des pressions, des intimidations. Cette hypothèse ne nous convainc pas. Nous lui trouvons un côté brutal, à la “The Shield” ou “NYPD Blue” (“Talk, you bitch, or else…”), totalement incompatible avec les méthodes de nos enquêteurs, lesquels ont sûrement veillé à mettre cette dame dans les meilleures dispositions en lui offrant, au minimum, une tasse de thé, des croissants et un assortiment de fruits confits.

Plutôt que de nous attarder sur des spéculations aussi vaines qu’hasardeuses, nous avons décidé de reprendre l’affaire à la base. Et c’est une autre actualité, chirurgicale, celle-là, qui nous a fourni la clé de l’énigme. En réalité, l’explication est si simple, si évidente, que nous nous étonnons d’être les premiers à la proposer.

Une attaque en règle contre la santé

Ecrit par Jean Le Mosellan le 06 juillet 2010. dans France, Santé

Cet article fait suite à une chronique d’abonné du “Monde.fr” publiée à la une du site le 1er juillet

Une attaque en règle contre le système de santé s’est produite le 1er juillet, jour de départ des Français en vacances, avec le soutien étonnant du Monde.fr, par son exposition à la Une du site, avec un  titre on ne peut plus accrocheur La mort et le PIB sonnant comme un polar d’été. Sauf qu’on ne s’y marre pas.

Pour faire sérieux l’auteur a fourni des références aussi vagues que possibles à son travail. La part de 11% du PIB affectée aux dépenses de santé, par exemple, a été donnée par le CNPS dont les lecteurs ne savent pas qu’il se rapporte au Centre National des professions de santé, d’audience plutôt confidentielle. Pour dramatiser, l’auteur prétend tenir de la Sécu le chiffre de 80% du montant électivement consacré à la dernière année de vie.

Bon pied, mauvais oeil

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 08 juin 2010. dans France

Rama Yade vient de mettre les pieds dans le plat, en critiquant le luxueux hôtel dévolu aux Bleus pendant la Coupe du Monde. Bien sûr, elle s’est mise à dos une partie de la majorité : propos scandaleux de la part de la jolie secrétaire d’Etat, qui, pense-t-on, a totalement manqué de doigté … Le mot est peut-être mal choisi, mais n’y voyez aucune allusion footballistique précise !

La jeune femme a sans doute d’autres ambitions politiques, car, ne l’oublions pas, elle caracole en tête des sondages … Et à force de la jouer “perso”, elle s’est fait une spécialité de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, notamment dans son propre camp … Tout le monde se souvient de la visite officielle en France du président lybien, qu’elle n’avait pas du tout appréciée, au nom des droits de l’homme, dont elle avait la charge dans le précédent gouvernement Fillon. S’ensuivit le recadrage de son mentor, au nom, justement, de la sacro-sainte solidarité gouvernementale !

Sur la suppression de service militaire

Ecrit par Jacques Petit le 07 juin 2010. dans France, Société

Sur la suppression de service militaire

Le fait sociologique majeur des années 2000 en France : la suppression du service militaire obligatoire en 2001, à l’initiative de Jacques Chirac.

Comme souvent, des décisions majeures qui recèlent en elles des bouleversements sociétaux significatifs passent inaperçues dans l’opinion publique, sauf, bien entendu, pour les jeunes gens directement concernés, c’est-à-dire les citoyens français nés avant 1979, sursitaires inclus.

Ainsi dans notre Pays, les générations masculines entre 20 ans et très proches de la quarantaine sont dispensées de la conscription; bien sûr, on peut se dire, ils peuvent se dire en première réflexion : « Chouette, ça ne fera pas 1 à 2 ans de perdus pour rien ».

Alors que d’aucuns voulaient instituer un débat sur l’identité nationale qui inclurait d’évidence les problèmes d’intégration, sur le fond, ce débat aurait pu se concevoir, à condition qu’il ne soit pas verrouillé, orienté par le pouvoir. Cette forme de débat ne pouvait être admise par l’opinion française.

<<  43 44 45 46 47 [48