France

Bon pied, mauvais oeil

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 08 juin 2010. dans France

Rama Yade vient de mettre les pieds dans le plat, en critiquant le luxueux hôtel dévolu aux Bleus pendant la Coupe du Monde. Bien sûr, elle s’est mise à dos une partie de la majorité : propos scandaleux de la part de la jolie secrétaire d’Etat, qui, pense-t-on, a totalement manqué de doigté … Le mot est peut-être mal choisi, mais n’y voyez aucune allusion footballistique précise !

La jeune femme a sans doute d’autres ambitions politiques, car, ne l’oublions pas, elle caracole en tête des sondages … Et à force de la jouer “perso”, elle s’est fait une spécialité de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, notamment dans son propre camp … Tout le monde se souvient de la visite officielle en France du président lybien, qu’elle n’avait pas du tout appréciée, au nom des droits de l’homme, dont elle avait la charge dans le précédent gouvernement Fillon. S’ensuivit le recadrage de son mentor, au nom, justement, de la sacro-sainte solidarité gouvernementale !

Sur la suppression de service militaire

Ecrit par Jacques Petit le 07 juin 2010. dans France, Société

Sur la suppression de service militaire

Le fait sociologique majeur des années 2000 en France : la suppression du service militaire obligatoire en 2001, à l’initiative de Jacques Chirac.

Comme souvent, des décisions majeures qui recèlent en elles des bouleversements sociétaux significatifs passent inaperçues dans l’opinion publique, sauf, bien entendu, pour les jeunes gens directement concernés, c’est-à-dire les citoyens français nés avant 1979, sursitaires inclus.

Ainsi dans notre Pays, les générations masculines entre 20 ans et très proches de la quarantaine sont dispensées de la conscription; bien sûr, on peut se dire, ils peuvent se dire en première réflexion : « Chouette, ça ne fera pas 1 à 2 ans de perdus pour rien ».

Alors que d’aucuns voulaient instituer un débat sur l’identité nationale qui inclurait d’évidence les problèmes d’intégration, sur le fond, ce débat aurait pu se concevoir, à condition qu’il ne soit pas verrouillé, orienté par le pouvoir. Cette forme de débat ne pouvait être admise par l’opinion française.

<<  46 47 48 49 50 [51