Volte-Face, "Refletsdu Temps" enquête

le 10 juillet 2010. dans France, Cinéma

Volte-Face,

Comme trois Français sur quatre, nous fûmes troublés par les revirements apparents de Mme Claire Thibout, l’ancienne comptable des Bettencourt. Comment pouvait-elle déclarer un jour à Mediapart que le candidat Sarkozy avait bénéficié régulièrement des largesses de ce couple au cours de l’année 2007, et sembler dire le contraire 48 heures plus tard à la Brigade Financière ?

La plupart des gens de bonne foi qui se sont penchés sur cette question ont invoqué des pressions, des intimidations. Cette hypothèse ne nous convainc pas. Nous lui trouvons un côté brutal, à la “The Shield” ou “NYPD Blue” (“Talk, you bitch, or else…”), totalement incompatible avec les méthodes de nos enquêteurs, lesquels ont sûrement veillé à mettre cette dame dans les meilleures dispositions en lui offrant, au minimum, une tasse de thé, des croissants et un assortiment de fruits confits.

Plutôt que de nous attarder sur des spéculations aussi vaines qu’hasardeuses, nous avons décidé de reprendre l’affaire à la base. Et c’est une autre actualité, chirurgicale, celle-là, qui nous a fourni la clé de l’énigme. En réalité, l’explication est si simple, si évidente, que nous nous étonnons d’être les premiers à la proposer.

Certains d’entre vous se souviennent peut-être du thriller de John Woo VOLTE/FACE (écrit avec une barre oblique). L’intrigue repose sur un double transfert d’identité. John Travolta interprète Sean Archer, chef d’une unité antiterroriste qui tente depuis des années d’infiltrer l’organisation du diabolique Castor Troy (Nicolas Cage). Pour faire parler le frère de ce dernier, Pollux (sic), seul maillon faible du gang, le policier se prête à une opération de chirurgie plastique aussi risquée qu’inédite, consistant à se faire greffer temporairement le visage de… Castor. L’affaire se complique lorsque Castor oblige le chirurgien à procéder à l’opération symétrique, qui va lui donner l’apparence de… Sean.

Pur délire hollywoodien ? On aurait pu le croire jusqu’à ces derniers jours. Très précisément jusqu’à ce que la presse annonce la toute première greffe complète d’un visage.

Voyez-vous maintenant où nous voulons en venir ? Non ? C’est pourtant clair.

Une première greffe a été pratiquée la semaine dernière sur le visage… d’Edwy Plenel. C’est lui qui a donné à Mediapart l’interview de “Claire Thibout”, en fuite depuis plusieurs jours. L’opération était tellement réussie que l’interviewer n’y a vu que du feu.

Mais quid de la déposition faite 48 heures plus tard à la Brigade financière ? Faut-il l’imputer à la vraie Claire Thibout ? Ce n’est pas impossible, mais cela nous paraît un tantinet simpliste. Nous penchons pour une autre explication : à savoir une deuxième greffe temporaire du visage, pratiquée dans le bureau présidentiel sur celui qui a le plus intérêt à discréditer définitivement Mediapart. J’ai nommé Nic… non, je préfère ne nommer personne, de crainte de devoir prendre la fuite et renoncer à mon visage pour une durée indéfinie. Ce n’est pas qu’il soit particulièrement réussi, mais c’est le mien, et tout le monde ne peut pas en dire autant…

<http://www.lemonde.fr/olivier_eyquem>

Commentaires (1)

  • Virginie Holtzer

    Virginie Holtzer

    01 octobre 2010 à 17:36 |
    Pliée de rire....!!!!! Merci !

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.