Après ... le Déluge ?

Ecrit par Léon-Marc Levy le 01 juillet 2011. dans Monde, La une, France, Politique

Après ... le Déluge ?


Il est ainsi des jours qui ont – à jamais – une couleur. Un 15 mai, par exemple, gris sombre, traversé d’éclairs et grondant de tonnerre. Et puis un 1er juillet – bleu comme le ciel.

Les jours sombres vous font douter du monde, des valeurs, du bon sens même. Et les autres jours, ceux des lueurs, viennent vous rappeler que la vérité existe et, surtout, qu’elle finit toujours par triompher. On se rappelle que pour certaines affaires célèbres, il aura fallu de longues et noires décennies parfois …

Reflets du Temps avait fait ses choix dès le 15 mai après-midi. Dans un éditorial en date du 20 mai j’écrivais dans ces colonnes : « Pour le moment, permettez-moi de ne pas être de la meute et d’attendre, en « honnête homme », que la vérité nous arrive. Il sera alors temps de condamner, ou d’acquitter. La meute me donne la nausée. Je laisse la place aux chiens. » (Le fric, le sexe et … la judéité). Notre ami Non Solum sed etiam, billet après billet depuis un mois et demi l’a martelé. Nombre de nos lecteurs, par leurs commentaires pleins de sagesse, l’ont conforté (Luc, Eva, Sarah, Sophia, Jacques et combien d’autres …).

Le « camp » choisi par RDT n’était pas celui d’une « certitude d’innocence », pas même celui d’une « conviction ». Ce n’était pas non plus celui d’un homme – politique ou privé – Dominique Strauss-Kahn. Non. Notre camp, celui de l’honnête homme de Montaigne, était simplement celui de notre attachement indéfectible à un principe fondamental à toute idée de justice : la présomption d’innocence. Principe traîné dans la boue par des millions de péquins transformés en grands « y’a qu’à–faut qu’on », qui savaient tout sur tout, qui avaient jugé DSK avant même le moindre début du moindre procès. Principe bafoué, surtout, par un système judiciaire américain qui n’a que faire de la recherche de la vérité, toute leur « machine » (« Machine à broyer les hommes » écrivait ici Non Solum le 17 mai 2011) étant fondé sur l’accusation et le « punishment » dans les premières semaines d’une affaire. A un point tel que, même si la suite innocente le prévenu, les taches faites sur lui sont quasi indélébiles.

Notre camp était celui des Lumières, de la justice et de la vérité. Le 16 mai, lendemain du jour noir, nous écrivions (encore sous la plume de Non Solum » : « Enfin, prémonitoire ? Fin avril, devant des journalistes de Libération, DSK, avait évoqué l'hypothèse d'une possible machination dirigée contre lui. Une machination qui aurait pu, envisageait-il alors, être montée ... autour d'accusations de viol ! Un entretien qui prend un écho tout particulier ce lundi, et sur lequel Libération revient longuement. Racontant un déjeuner avec DSK le 28 avril à Paris, Libération écrit ainsi : "DSK se met à imaginer : une femme violée dans un parking et à qui on promettrait 500.000 ou un million d'euros pour inventer une telle histoire". »

Il nous faut saluer aussi, amicalement, Michel Taubmann qui, dès le début de l’affaire a été d’un excellent conseil et a montré un discernement hors du commun. A la fois auprès de nous mais aussi et surtout dans son livre « Le roman vrai de Dominique Strauss-Kahn » (*) (Editions du Moment) qui permet de saisir le personnage et nous a permis de douter, dès le premier instant que l’homme DSK ait pu se rendre coupable d’un crime odieux tel que le viol !

Il nous faut saluer enfin Daniel Sibony qui, à partir de ses repères professionnels de psychanalyste, avait énoncé ici ses convictions sur l’innocence de DSK quant aux accusations de viol (« Affaire DSK : injustice et perversion », « Affaire DSK : Justice et jouissance »)

On peut espérer que cette affaire remettra la présomption d’innocence au premier plan des préoccupations et des exigences morales, des citoyens d’abord, mais aussi et surtout des médias. Cette nuit encore, l’illustre « Figaro » bouclait un numéro qui devra rester comme une des boulettes médiatiques les plus tonitruantes de l’histoire !! Titre de la une ce matin, vendredi 1er juillet 2011 : « Samedi 14 mai 2011, l’heure où tout a basculé pour DSK. Le Figaro a reconstitué minute par minute la succession des événements qui ont scellé sa chute. » … Ca c’est du grand journalisme !! Ca c’est de la finesse prospective !! Le jour où – enfin – la vérité montre quand même son nez, notre premier journal national (c’est ainsi qu’ils se désignent eux-mêmes) vous explique enfin ce qui s’est « passé » il y a presque 7 semaines ! En d’autres temps, cette faute professionnelle magistrale aurait débouché sur la mort du journal. Aujourd’hui, le n’importe quoi étant devenu l’ordinaire de nos pros de l’information, ça passe presqu’inaperçu ! Navrant. Et nous n’avons pas d’illusion sur les vertus pédagogiques du choc DSK. Heureusement quelques journalistes sauvent l’honneur. Nous le savons à RDT : « Il est clair qu’il est plus facile de commander « la mise à mort » d’un homme, comme le font avec tant d’élégance les ignobles Bernard Debré (UMP) et Marine Le Pen (FN), que de tenter, avec honnêteté, de chercher la vérité. Mon métier de journaliste m’a toujours poussé vers cette exigence éthique, même si je sais que peu de mes confrères ces jours-ci la partagent. » (Non Solum Sed Etiam, Du meurtre en politique, RDT 16 mai 2011)

Les semaines qui viennent vont être parsemées de révélations. L’audience du 18 juillet devrait mettre un terme au processus judiciaire. Nous en saurons plus sur qui a fait quoi dans cet épisode d’ombre. Dominique Strauss-Kahn, libéré sur parole depuis quelques minutes, va retrouver – enfin – le droit de parler et les exécuteurs d’hier, comme par miracle, vont se retrouver très vite passionnés de « vérités » nouvelles et prêts à tresser des couronnes de martyr à celui qui, hier encore, était un monstre, un malade sexuel et un criminel.

Parmi les questions qu’il nous faudra poser, et nous le ferons à RDT comme d’habitude, avec le seul souci de la vérité, il en est une que l’on peut esquisser dès à présent. Des sources très sûres nous communiquent que le chef de la police de New-York et le procureur Cyrus Vance étaient au courant des « trous » dans l’accusation concernant la personnalité de Nafissatou Diallo et ses activités douteuses depuis au moins deux semaines (on se rappelle l’étrange démission de Norman Siegel, avocat vedette de la plaignante, annoncée ici par NSSE). Pourquoi alors ont-ils attendu tant de temps pour les révéler ? Pour que le FMI ait une nouvelle directrice à sa tête ? Y en a-t-il encore qui oseront, aujourd’hui, me répondre que je fais dans la « thèse du complot » ? Non Solum dirait « Tonton, pourquoi tu tousses ? »

Il sera temps demain. Aujourd’hui, laissons un peu de lumière rentrer par nos fenêtres. Avec tous ceux et toutes celles qui ont vu juste, qui ont été justes, autour de Reflets du Temps, une pensée simple, élémentaire, pour Dominique Strauss-Kahn et pour Anne Sinclair.


(*) Michel Taubmann prépare une nouvelle édition de ce livre en intégrant les éléments de l’affaire. Parution prévue pour dans quelques jours, bien sûr toujours aux éditions du Moment.


Léon-Marc Levy

A propos de l'auteur

Léon-Marc Levy

Léon-Marc Levy

 

Modérateur

Professeur agrégé de Lettres Modernes

Maîtrise de philosophie

Directeur du magazine "La Cause Littéraire"

Rédacteur en Chef du "920-Revue.fr"

Animateur de "Thème et Texte"

 

Commentaires (18)

  • Lévy Maurice

    Lévy Maurice

    03 juillet 2011 à 20:49 |
    Je ne pouvais croire à la culpabilité de DSK, quant à un viol d'une femme de chambre.
    Je croyais plutôt à l'accusation d'un DSK, ultra friqué, chambré par la femme de chambre ...
    On va en sortir et vite SVP !

    Répondre

  • Emile Eymard

    Emile Eymard

    02 juillet 2011 à 20:46 |
    Heureusement que les féministes étaient là pour défendre une victime. Elle était une femme, et donc en matière de sexe, elle ne pouvait pas mentir.
    Selon elles, une femme ne peut pas être "présumée" victime : elle est victime, un point c'est tout!
    C'est à peine si on est on droit d'accorder la présomption d'innocence à un homme, s'il s'agit d'une affaire de sexe. Je ne pense pas que ce soit la manière la plus efficace de prendre la défense des femmes en matière de viol, ce qui demeure en effet un réel et grave problème.

    Répondre

    • Jean Le Mosellan

      Jean Le Mosellan

      03 juillet 2011 à 09:52 |
      Vous avez raison, cher Emile,de soulever cette grave question de présomption de culpabilité. On se souvient il y a une semaine un « violeur » a été acquitté en assises de révision. Il a été condamné à 16 ans de prison en 2000 . Il vient de retrouver la liberté. Sa « victime » s’est rétractée.

      Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    02 juillet 2011 à 13:03 |
    En vérité je vous le dis, DSK sera élu Président de la France en 2012, la gauche démontrera ainsi qu'elle est la droite, l'UMP qu'elle est l'extrême droite et Le Pen qu'elle est une grosse bête immonde. Alors la France sera finie et la Révolution viendra. Gloria !

    Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      02 juillet 2011 à 15:00 |
      Gloria in excelsis Deo? Tiens! Je croyais que vous étiez athée?! Vous en avez des expressions pour un athée...En vérité, je vous le dis...Seriez-vous un croyant juste un peu coincé?

      Répondre

      • Jean Le Mosellan

        Jean Le Mosellan

        02 juillet 2011 à 16:04 |
        Contrairement à ce qu’on pourrait supposer, beaucoup d’athées notoires ont souvent eu une éducation religieuse extrêmement poussée,à moins qu’elle finisse par être vraiment poussive. Ainsi Georges Bataille a fait le séminaire,et Nietzsche devait devenir pasteur comme son père. Dans Ainsi parla Zarathoustra,Nietzsche,qui croyait écrire le 5e évangile,se contentait d’imiter Ezéchiel qui concluait ses oracles par Ainsi parla Yahvé. Modeste et cohérent,il évitait bien sûr de se prendre pour le Seigneur lui-même,qui disait en vérité je vous le dis dans ses paraboles,puisqu’il le déclarait mort.

        Répondre

  • Danielle Alloix

    Danielle Alloix

    02 juillet 2011 à 09:08 |
    Votre texte se lit du point de vue, modeste, mais actif, du magazine en ligne que vous dirigez ; vous avez en effet, beaucoup écrit sur DSK , tenant par là, votre rôle – il y a eu, parait-il sur «  l'affaire », plus de « unes » que sur l'élection d'Obama et seul, le 11 sept ferait concurrence ! On hallucine ! Vos écrits à RDT et les commentaires ont, semble -t-il répondu au devoir de sincérité et d'honnêteté intellectuelle et citoyenne ;( il y a eu des points de vue tranchés et des réponses cinglantes, éclairant le lecteur. ) je les ai retraversés et c'est vrai qu'au bout on a une coupe dans l'opinion malmenée, dans le gigantesque psychodrame  collectif qui en montrait bien autant sur vous et moi que sur les faits eux mêmes … Si, vous avez essayé, vaille que vaille, de vous en tenir aux principes citoyens, juridiques, philosophiques de l'esprit des Lumières , croisant du Montesquieu au Voltaire du «  je ne suis pas d'accord avec ce que vous dîtes ... », votre RDT peut s'honorer d'avoir bien traversé l'épreuve ...

    Répondre

  • Yossi Malka

    Yossi Malka

    02 juillet 2011 à 08:11 |
    Braffman , l'avocat « terrible » de DSK a laissé entendre que cette affaire sera « autre » que celle du départ .Ceci va le sens des questions que vous soulevez en fin d'article .
    Jusqu'à présent la défense à été avare en révélations , alors qu'elle dispose d'une équipe d'investigateurs ;
    Si le procureur s'est retrouvé soudain dans la situation, de faire le pas de lui-même avant d'y être obligé, c'est que forcément la défense a des données qui mettent en déroute les bases du dossier .

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    02 juillet 2011 à 08:08 |
    Et si DSK se présentait malgré tout en 2012? Le retour du fils prodigue? Dans la parabole, le plus marri de tous, en dehors du fils ainé, est...Le veau gras! C'est lui, en effet, que le Père va tuer pour s'en servir comme d'un mets de choix au festin des retrouvailes.
    Qui donc, parmi les socialistes, tiendrait le rôle du veau gras? François Hollande? Il a décidément trop maigri...Ségolène? Ce n'est pas une génisse, mais plutôt une girafe...Arnaud Montebourg? Ce n'est déjà plus un veau, mais un taurillon...Reste Martine Aubry : empatée juste ce qu'il faut pour être moelleuse en bouche. Elle s'est par avance vouée au sacrifice suprême, retirer sa propre candidature au profit de DSK! Le festin est servi, bon appétit, messieurs!

    Répondre

    • Martine L

      Martine L

      02 juillet 2011 à 12:14 |
      Extrêmement goûteux, votre commentaire JF! je retiens une place dans votre resto! mais, pas de truffes, s'il vous plait ! c'est quand même contraire à ma religion !

      Répondre

  • Eric Thuillier

    Eric Thuillier

    02 juillet 2011 à 06:48 |
    Le titre de votre chronique m’a réjouis avant de la lire. Après avoir entendu parler d’un nouveau coup de tonnerre, je m’étais dit que le temps était à l’orage dans la sphère politico-médiatique ou médiatico–politique (on ne sait comment dire, qui est le chef ?) et votre déluge me semblait annoncer un regard critique sur la furieuse agitation qui fait galoper l’opinion et n’a pour effet que de la mettre au pas, de lui retirer toute illusion quant à son existence.

    DSK est libre, ceux qui auront zapper une journée d’information penseront que Taponier et Ghesquière sont toujours en prison. Ce n’est pourtant pas les questions qui manquent autour de cette libération : combien d’assassins libérés en échange ? Avec quels moyens pour assassiner ? Avec combien de malheurs, combien d’êtres explosés qui sont évidemment de petites choses relativement au six semaines d’enfer que vient de vivre DSK.
    Comparaison n’est pas raison. N’allons pas plus loin. Disons seulement que dans ce gigantesque foutoir, le fait d’avoir eu raison n’est pas plus signe de clairvoyance que le fait d’avoir eu tort signe d’appartenance à la meute.

    Répondre

  • Patrick Halimi

    Patrick Halimi

    02 juillet 2011 à 00:09 |
    J'avoue avoir été un temps un peu sceptique devant certains articles de Reflets du Temps sur DSK. Le vôtre, cher LML, puis ceux de Sibony et Non Solum. Quelque chose cependant me chiffonnait, une sorte d'inadéquation absolue au personnage, étranger à la violence.
    Quel soulagement. Et bravo à l'équipe RDT pour son obstination. Le soir de la relaxe, vous pourrez boire un bon bordeaux !

    Répondre

  • Luce Caggini

    Luce Caggini

    01 juillet 2011 à 23:05 |
    Souci de vérité,
    Souci de ne pas se voiler la face devant cette montée de haine perçue un peu partout.
    C’est une vérité non judiciaire
    C’est une véritable entité palpable.
    Ce 1er Juillet a une odeur de fin de règne pour les rois menteurs .
    Présidium de la réduction des peines , les juges de la dernière heure,ceux qui ne regardent que la chaine d’ or qui les relie à la médaille du souvenir de la vengeance ,je veux citer ici Madame le Pen .
    Oui , cher Léon Marc Levy, vous aviez merveilleusement noté  (Le fric, le sexe et … la judéité)  les trois vertus d’ un mal vertigineux , venimeux, seriné par la dame de coeur d’ une certaine partie de la France ,plébiscitée par des sondages récents .

    Le camp des Saints ne pardonne à ceux vers qui la balance de la justice ne remet pas un poids de plus ..En jargonnant petit , réalisant vérité et moralité, Madame le Pen met sur voie réactionnaire la devise de son père : ne gardons pas les très riches heures de la vie politique française en état de paix entre les différents donneurs de leçons .
    Même les moins crédules méditaient d’arpenter les parkings du sous sol de la justice américaine par réaction contre un complot de vent d’ Ouest .
    Même les plus naïfs ont été partagés entre «  argent plus justice = Amérique » et « argent moins justice = Amérique », donc,le milieu des naïfs a été ventilé par alliance de justice et injustice !
    Mais Dieu merci ! le compteur des mariés est au point zéro de la calomnie , les Strauss -Kahn sont revus et corrigés avec Bonheur et Compassion ._

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    01 juillet 2011 à 22:47 |
    Otages … libérés, il y a peu ; nos journalistes ont eu droit au retour, après plus de 540 jours, ailleurs, à leur photo illustrée d'un bandeau : libres ; on peut sans doute penser qu'on va trouver, demain ou sous peu, le même titre sous la photo de DSK qui a passé, lui aussi des jours denses ailleurs … De quoi était-il, lui, l'otage ? De la justice américaine, de la mondialisation complexe et forcément inhumaine, de lui même, et de sa personnalité, par dessus tout, sans doute, de l'effet miroir de tout ça par la voie – si implacable – des média ? Et notre regard, à nous, qui a tant été malmené, qui a tant changé ( qui peut assurément dire que non ? ) est – on si sûr qu'il n'ait pas, lui aussi, été otage ?

    Répondre

    • Yossi Malka

      Yossi Malka

      02 juillet 2011 à 07:44 |
      Vous avez raison de faire un parallélisme entre les deux « libérations » , qui comme le dit LML , surviennent en même temps que le ciel bleu . Jamais deux sans trois , prions pour les autres otages , et espérons leur délivrance .
      Pour DSK , nous assistons à la synergie de la présomption d'innocence , principe fondateur du Droit de l'Homme . Si tous avaient respecté ce principe, dans leurs commentaires,ils auraient montré qu'ils n'étaient pas eux-mêmes otages de leurs instincts .

      Répondre

  • Pascale TRÜCK

    Pascale TRÜCK

    01 juillet 2011 à 22:36 |
    Il me manque peut-être des éléments. Je n'ai entendu qu'un peu d'info, ce matin, aux alentours de 8h30 (France Inter)en partant au travail. C'était étrange : l'invité (un proche de DSK, PS) exultait. Je me suis dit : "Innocenté ?". J'ai compris ensuite qu'on avait compris que son accusatrice avait des relations louches, que de l'argent sale avait transité par son compte... Bref, pas une blanche colombe cette Ghanéenne, euh, Sénégalaise, euh Guinéenne... Cela innocente-t-il DSK ? Cela signifierait donc qu'on ne peut commettre de crime sur une personne qui a des choses à se reprocher ? Attendez... Quelque chose m'échappe. J'ai dû louper quelque chose... Je me permets de continuer à douter, en fait. Il me semble avoir entendu que les charges restaient les mêmes. Il est un peu tôt pour crier victoire, non ?

    Répondre

  • Jean Le Mosellan

    Jean Le Mosellan

    01 juillet 2011 à 21:54 |
    Nous sommes heureux que la mise en cause de DSK ait tourné court. Son honneur a été bafoué en grande partie par la presse,souvent manœuvrée par la classe politique,mettant en pièce,comme vous le soulignez,la présomption d’innocence. Mais beaucoup ont eu une certaine défiance vis-à-vis du système judiciaire américain,et cette défiance a viré parfois à l’antiaméricanisme primaire,en alignant grossièrement la Justice US sur la Justice de la Chine Populaire. Je crois qu’il faille au contraire se féliciter de la parole donnée aux avocats américains dont le pouvoir est grand. Sans eux la justice aurait traîné bien davantage comme sans doute chez nous.

    Répondre

  • eva talineau

    eva talineau

    01 juillet 2011 à 20:00 |
    depuis ce matin, je passe régulièrement sur "reflets du temps", étonnée du peu de commmentaires,sauf les miens, alors j'espère que votre article va donner l'occasion à beaucoup de s'exprimer.
    Ce serait hypocrite de ma part de ne pas reconnaitre que je suis contente que les choses prennent ce tournant là, je n'avais vraiment pas envie de l'autre scénario, DSK violent et violeur - réflexe de classe, dirait Kaba, pas à tort
    Pour autant, il n'y a pas lieu de jeter l'anathème sur ceux qui ont cru à l'accusation telle qu'elle se présentait. Et même s'il s'avère que Daniel Sibony, finalement a eu raison, au moment où il a fait part de sa "conviction", il n'avait pas si raison que ça, de la présenter comme une certitude. La psychanalyse n'est pas un exercice de lucidité permettant de discerner le vrai du faux, c'est autre chose. Bon, si je commence une digression là-dessus, on sortira du sujet, et M. Malka va me réprimander, donc je réserve cette question pour traitement ultérieur. En tout cas, cette journée a été, pour moi aussi, rendue plus légère par les infos de ce matin, il fait un temps magnifique, en plus, il y a des jours où on trouve la vie très belle !

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.