Billet du jour : Tout est bien qui finit bien ?

Ecrit par Jean-François Vincent le 26 août 2011. dans France, La une, Politique

Billet du jour : Tout est bien qui finit bien ?



Le non-lieu qui vient de clore le volet pénal de l’affaire DSK/Diallo montre que tout résidait – et réside encore – dans l’élément psychologique : c’est de l’absence de consentement que résulte, en droit, le crime ; c’est donc la parole de l’accusatrice contre celle de l’accusé… Question de crédibilité ! Si DSK a gagné judiciairement, c’est moins parce qu’on l’a cru, lui, que parce que Nafissatou Diallo s’est décrédibilisée à force de mentir… L’issue du procès dépendait de la confiance que le parquet accordait ou non aux dires des deux parties. Confiance, crédibilité, DSK n’en a pas fini avec ces vertus  cardinales : il n’a pas vraiment convaincu, il a vaincu par défaut, par le défaut de son adversaire. Il doit encore reconquérir  le crédit qu’il a perdu dans l’opinion. Le sérieux du professeur agrégé d’économie politique n’est pas en cause : c’est de l’homme qu’on a douté, de sa capacité à réagir avec sang-froid aux situations imprévues, de son aptitude à rester maître de ses passions et de ses pulsions, à ne pas laisser ses émotions obscurcir sa faculté de juger.

Ce sera sans doute plus difficile que de l’emporter sur Diallo. Cela passe par un jeûne de ses appétits libertaires (peut-on d’ailleurs parler de jeûne, à cet égard, quand on est marié à Anne Sinclair ?), et, aussi sans doute, par un parler vrai sur son passé de libertin, quelque chose du style : « oui, c’est vrai, je l’ai été, mais je ne le suis plus ». Il serait triste que la carrière de cet homme si brillant se termine par un vaudeville. De Boulanger qui se suicida sur la tombe de sa maîtresse récemment décédée, Clémenceau dit un jour : « il est mort comme il a vécu : en sous-lieutenant ». Qu’on ne dise pas, à l’avenir, de DSK : « c’était un homme à femmes et non un homme d’état ».


Jean-François Vincent


A propos de l'auteur

Jean-François Vincent

Jean-François Vincent

Directeur de publication

Membre du Comité de Rédaction et rédacteur

Traducteur au Conseil de l'Europe

Ancien professeur certifié d'anglais

Ancien diacre à la cathédrale russe saint-Alexandre Nevski de Paris

Maîtrise d’anglais

Licence de philosophie

Licence de droit

Diplômé de l’institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Commentaires (2)

  • Jean-Luc Lamouché

    Jean-Luc Lamouché

    29 août 2011 à 09:33 |
    Cher JFV, je partage le contenu de votre chronique - en ce qui concerne l'homme DSK - à la virgule près. Comme historien, j'ai beaucoup apprécié votre allusion à Clémenceau par rapport au général Boulanger. J'avais lu cette formule notamment dans l'exceptionnel livre de René Rémond sur "Les Droites en France". Votre honnêteté intellectuelle est toujours exemplaire.

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    26 août 2011 à 17:35 |
    félicitations, cher JF, pour cette analyse presque " parfaite"; j'apprécie beaucoup votre lucidité, votre honnêteté , votre regard sorti de l'émotionnel qui a marqué plus d'un professionnel, ce printemps. Texte qui fait école. Merci.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.