La Vérité sur Donald Trump ( de Dick Joekers)

Ecrit par Valérie Debieux le 30 avril 2016. dans Monde, La une, Politique, Littérature

Aux éditions Helis helas – Mai 2016 -

La Vérité sur Donald Trump ( de Dick Joekers)

Printemps 2016, Etats-Unis d’Amérique, la course à la Maison Blanche fait rage. Insultes, invectives, grossièretés, propos misogynes, sexistes ou racistes, tout est permis. Être prêt à tout dire et à tout entendre. L’essentiel, c’est de gagner, quel qu’en soit le prix. Il n’y a pas de règle, « the winner takes it all ». Mais, d’abord remporter les Primaires, puis obtenir l’investiture du Parti et, enfin, être le « winner » le jour de l’Election Day. Du côté démocrate, deux candidats : Hillary Clinton, ancienne secrétaire d’Etat, et Bernie Sanders, sénateur du Vermont. Du côté républicain, trois candidats : John Kasich, gouverneur de l’Ohio ; Ted Cruz, sénateur du Texas, et Donald Trump, magnat de l’immobilier. Or, celui dont les pontes du Parti républicain ne veulent pas est en train, semble-t-il, de gagner son pari, gagner l’investiture républicaine… Printemps 2016, Vevey (Suisse), un manuscrit est découvert dans la boîte aux lettres d’un éditeur. La note qu’il fait figurer à ce propos est exempte de toute ambiguïté : « Nous avons trouvé ce manuscrit dans notre boîte aux lettres au début du mois de mars 2016. Tel quel. Nous ne connaissons pas Dick Joekers. Nous n’avons jamais entendu parler de lui. Nous avons cherché dans les pages blanches, sur Google… rien. Dick Joekers a laissé un mot avec le manuscrit. Il nous autorisait à le publier. Vite. Il a écrit ces lignes : “Le temps presse et Donald Trump est toujours en vie”. Nous avons lu, nous avons aimé, nous avons publié ». L’ouvrage a pour titre La Vérité sur Donald Trump, et selon l’avertissement de l’auteur, il s’agit d’une fiction. Toutefois, la fiction semble s’être invitée à la table de la réalité. Le récit respire le reportage et fait découvrir un Trump de l’intérieur, celui que côtoient quotidiennement ses intimes et sa garde rapprochée. Un Trump au langage imagé, cru, voire outrancier. Un Trump dévoilant, pêle-mêle, ses ambitions, ses idées sur le monde et sa vision de la politique américaine, sans artifices ni retenue : « Moi, Donald Trump, l’un des hommes les plus riches de la terre, sur le point maintenant de devenir le gars le plus puissant… Obama n’a jamais eu le fric. […] Moi j’aurai les deux ! […] Mais l’Amérique, c’est pas mon but. Mon but, c’est le monde. Pourquoi s’arrêter aux frontières de l’Amérique ? Bien sûr que je dis que je vais construire un mur sur le long de cette putain de frontière mexicaine. Mais tout ça c’est des conneries. Pas abruti à ce point, moi. Je suis chrétien, bordel de Dieu, non ? Le pape avait foutrement raison quand il a dit que construire des murs, c’est pas chrétien… Au fond, il est exactement comme moi, il essaie juste d’engranger des votes. Je veux dire, ce gars-là a quand même bien un mur tout autour de son Vatican !… Sauf erreur. Bon, de toute façon, le pape et moi on est copains… Ben oui, c’est un type bien, je veux dire… Sa baraque est même plus grande que la mienne… […] Mais d’abord il me faut ces votes… Des paquets de votes. Qui dit votes dit pouvoir. Je veux dire, n’importe qui qui a lu Machiavel à la garderie sait très bien que le nom du jeu c’est le Pouvoir. […] Encore quelques Etats et c’est moi qu’ils vont nominer. Après on va se faire la peau de Barnyard Bernie ou de Halloween Hillary… On va les laminer en papier chiotte. Parfait pour m’essuyer le cul après avoir chié sur eux… Bon, à vrai dire, je les aime plutôt bien, ces deux-là. Je veux dire, prenons Hillary… Après tout ce qu’elle a morflé, celle-là… Car elle en a vu, du pays, comment ne pas l’aimer ? Bill qui enfilait n’importe quelle gonzesse… Le fiasco libyen… les e-mails. Et elle se tient toujours droite sur ses pattes ». La vérité sur Donald Trump, c’est aussi une présentation sans fard ni retenue de la vie politique américaine avec ses artifices, ses trahisons et sa cruauté. Un ouvrage au style peu conformiste, un récit où le politiquement correct a été botté en touche, un texte vivant, décapant, rythmé et empli d’humour, de cynisme et de causticité sur la vie d’un fils d’entrepreneur de New York qui n’avait et n’a qu’un seul rêve, devenir Président des Etats-Unis d’Amérique. Un regard drôle et inédit sur Donald Trump et les élections présidentielles américaines. Panem et circenses. Un vrai moment de bonheur, à découvrir absolument.

A propos de l'auteur

Commentaires (2)

  • Martine L

    Martine L

    03 mai 2016 à 17:26 |
    Amusant ; peut-être, mais la menace Trump, dans le cadre élargi des populismes, est des plus inquiétantes ; une sorte de grille structurale qui décalque un peu partout dans le monde " Occidental", les besoins d'un public de plus en plus exigeant, individualiste, anti intellectuel, culotté, violent, face aux réponses - propositions d'une pseudo engeance politique sans aucun scrupules.

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    30 avril 2016 à 14:51 |
    Livre intéressant, à n'en pas douter. Il aurait été toutefois encore plus intéressant de resituer le cas Trump dans le cadre plus général du décalage vers la droite de l'ensemble des opinions publiques occidentales : Orban en Hongrie, Kaczinsky en Pologne, Netanyahou en Israël, pour ne citer que ceux qui sont déjà au pouvoir; et tous ceux qui s'en approchent, Nobert Hofer, du FPÖ autrichien, arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle, sans parler, bien sûr, de Marine le Pen, en France. Et même en Grèce, où la gauche protestataire a fait une percée, l'on saurait ignorer la montée des néo nazis de l'"Aube Dorée".
    Identité et repli sur soi semblent être les maître mots de cette évolution, qui, aux Etats-Unis, renoue avec la vieille tradition isolationniste - "America first" : Trump a déjà annoncé que s'il était élu, il ne lancerait pas dans les aventures ultramarines de ses prédécesseurs républicains, les Bush père et fils. Dans cette conjoncture, Hilary Clinton - une femme intello et progressiste à la fois, deux étiquettes pas forcément appréciées outre-Atlantique - aura fort à faire pour aller à rebours d'une tendance aussi lourde et aussi concordante.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.