Le retour de l'image brune ?

Ecrit par Martine L. Petauton le 18 avril 2011. dans Racisme, xénophobie, La une, France, Politique

Le retour de l'image brune ?


Les images, les photos, nous, les « gens d’Histoire », ça nous connaît ! Des photos soviétiques où – tiens ! – disparaissait un des personnages, au temps blanc/glace des purges ; du gamin à casquette, poussé dans le troupeau au bord de son train de la mort ; des hurlements de la fillette, sous le napalm des palmiers vietnamiens…

On a, très tôt, fait comprendre à des cohortes d’élèves que l’image, « ça s’apprend » et sa sémiologie a – bien autant, sinon plus que d’autres matières – été classée, tout en haut des objectifs. Le portrait de Louis XIV en habits de sacre, le Mitterrand dans la bibliothèque, « ça cause », oriente et veut dire, mieux et plus que tout autre instrument de communication !

On travaillait, avec les élèves, je me souviens, sur une photo de Mussolini : contre-plongée, du bas vers le haut (le spectateur est à ses pieds) ; personnage immense et dominateur ; vue imprenable sur le fameux menton, du coup, presque vivant : tout le fascisme sourd de cette image-là.

Alors, quand sur Google – DSK – images – on tombe sur celle-là, maintenant ! On est scotché.


On vient juste de lire l’édito de LML « masques » dans RDT ; c’est comme un cadeau empoisonné ; c’est, pile, l’illustration qu’il fallait !

On a le fanion de l’antisémitisme, nouveau genre ; années 2010, 2011, 2012 à venir. On y est ! Il y avait eu – photos, déjà, caricatures, surtout, « le chancre ; apprenez à reconnaître le juif », documents des années noires que personne n’a oubliés… La photo nous y ramène d’entrée ; tout ce qui voulait se dire naguère, s’entend parfaitement, ici, à nouveau.

Le Juif (DSK a la vedette, c’est lui qu’on voit. La photo existe aussi dans l’autre sens, avec N. Sarkozy de face ; elle n’a plus la même portée) est bestiau de connivences et de secrets ; il murmure, allez savoir quoi ! Du pas net, pas propre, assurément ! Son vis-à-vis se laisse avoir, souriant, la main sur l’épaule… Qu’entend-on ? Connexion UMP / PS ? (UMPS, dit la blonde) ou, pourquoi pas ? entente, arrangements des deux juifs – ne mégotons pas, le métèque hongrois est un peu juif aussi !

Le Juif est faux – regardez le seul œil ouvert de la photo, c’est le sien, fuyant, projetant je ne sais quel funeste complot – le Juif ne sourit pas ; les plans arachnéens qu’il mitonne sur le dos de tous les autres, lui donnent même des rides ! Pas « joli garçon », visez plutôt les poches sous les lourdes et signifiantes paupières… Le Juif manipule ; il est en train de fourguer son affaire – on se croirait à la foire, avec des maquignons ; un gagnant, un perdant, bien entendu – Le Juif EST le vrai, le seul puissant (en face, ce « petit » président ne pèse pas lourd.) DSK n’est pas de chez nous, il est d’ailleurs (l’homme de Washington), dilué dans la stratosphère d’une mondialisation hostile, étrange et étrangère, comme les juifs. Mondialisation menaçante, qui nous échappe, qui tourne sans nous, contre nous. Il faut bien un maître d’œuvre ; devinez qui ? Regardez mieux l’image : seul, DSK est actif (par son murmure et ses mimiques), l’autre est passif. Message sémiologique des plus clairs.

Le Juif est évidemment associé à l’argent, depuis le Moyen Age, à la richesse (lourde symbolique psychanalytique) accumulée, de façon louche, aux détriments de tous les autres, donc, quelque part, volée ; et le regard du spectateur de revenir, aimanté vers DSK, président du FMI ! Trop beau !

Mais qui va se repaître, ou, plus insidieusement, être simplement touché, par la photo ? L’extrême droite, ancienne et nouvelle, le nouvel antisémitisme de nos banlieues, l’extrême gauche, celle de l’anti-ailleurs, anti-européenne, souverainiste, phobique du mot même de mondialisation. Tous ceux dont parlait LML dans sa chronique ! On va la retrouver, cette photo, démultipliée à n’en plus finir, dans l’année qui vient, et surtout si DSK est candidat ; elle va faire les choux gras de tous les déçus de « la » politique (« là-haut, tous dans le même sac »), les accros de l’abstention, votre cousin, mon voisin, oui, celui qui aimait tant Sego)…

Décidément, mes camarades démocrates, on a du pain sur la planche !

A propos de l'auteur

Martine L. Petauton

Martine L. Petauton

Rédactrice en chef

 

Professeur d'Histoire-Géographie

Auteure de publications régionales (Corrèze/Limousin)

 

Commentaires (11)

  • Joss

    Joss

    22 avril 2011 à 09:13 |
    Moi non plus je n’y ai rien vu d’antisémite sur cette image. D’ailleurs pour ça l’article ne m’a pas tellement intéressé dans un premier temps, puisqu’il est toujours possible d’argumenter sur du ressenti, de l’irrationnel sans que l’on puisse vraiment être contredit. On y « croit » ou bien on y croit pas, mais difficile d’aller plus loin. En revanche, l’intérêt de l’article naît accompagné de ses commentaires. L’auteur elle-même nous le dit : ce qui est antisémite, c’est l’usage que fera le regard de ce qu’il voit. Là, ça me plaît. Tout d’abord pour moi : je ne suis pas encore totalement à côté de la plaque en ne voyant pas le loup alors qu’il est juste en face. Je dirai même qu’après coup, ça me rassure de ne pas y avoir pensé et d’avoir trouvé ça ridicule. Savoir que le « mécanisme de pensée antisémite » nous est étranger est toujours une bonne nouvelle. Mais au delà de ce petit plaisir personnel, il est intéressant de voir comment tous nos perçus sont le réceptacle de nos fantasmes, croyances, idées conscientes ou non, que l’on projette. L’antisémitisme peut donc en effet, s’il est le prisme à travers lequel on observe le réel, trouver sa justification à travers tout et surtout n’importe quoi. Imaginons un peu la même photo avec à la place de dsk un politique d’origine maghrébine : on pourrait crier au loup du racisme. Sarkozy pose sa main sur l’épaule en signe non pas de complicité comploteuse mais de condescendance ! Alors, qui y croit, qui n’y croit pas.. ?

    Répondre

  • Patrick Halimi

    Patrick Halimi

    21 avril 2011 à 17:02 |
    Il y a pire que l’in-signifiant. C’est, la sémiologie l’a mis en avant depuis longtemps, le sur-signifiant. Il vide l’objet de sens, casse le rapport signifiant signifié. En imagerie populaire ça s’appelle « à trop crier au loup … »
    Je ne peux que vous engager, madame, à réserver vos traits aux messages qui le méritent. Celui que vous désignez ici est d’une parfaite insignifiance et, s’il a un sens, ce n’est pas du tout celui que vous lui prêtez. Nous sommes quelques-uns, quelques-unes à veiller, c’est un engagement citoyen ancien, avec inquiétude et constance aux manifestations de racisme et d’antisémitisme. Nous engageons plusieurs fois par mois des actions en justice. Si nous devions nous arrêter à ce qui, visiblement, vous arrête, toute action deviendrait impossible et absurde.
    Je suis sûr que vos intentions conscientes sont des plus généreuses. Seulement voilà, il n’y a pas que cela qui compte … L’antisémitisme est l’inconscient de l’humanité, ce qui le rend si difficilement lisible.
    Gardons nos énergies pour les combats qui vaudront, hélas, la peine. Et il y en aura, des flots, en particulier concernant une éventuelle candidature de DSK à la présidentielle. Et ce ne sera pas une tape sur l'épaule de deux hommes politiques ...

    Répondre

  • Kaba

    Kaba

    20 avril 2011 à 17:24 |
    Question : doit-on soutenir la candidature (possible) de DSK à l'investiture socialiste parce qu'il est (dites-vous) Juif (je suis agnostique) ou bien la combattre parce que son programme (attendons toutefois qu'il le montre) n'est pas "de gauche".
    J'ai soutenu sa candidature en 2007 parce qu'il était ouvertement social-démocrate (et que Ségo me paraissait crypto). Depuis, il y a eu 2008. Souvenons-nous, la crise économique mondiale, c'était à cause des prêts accordés trop libéralement à des gens qui n'avaient pas les moyens de rembourser : les "subprimes". Pas à cause de la spéculation. Pas à cause de l'accroissement verigineux des inégalités. Pas à cause de l'endettement des Etats (et d'abord des Etats-Unis à cause de leurs deux guerres) et des nations (ce n'est pas pareil) "riches".

    Répondre

  • eva talineau

    eva talineau

    19 avril 2011 à 14:07 |
    oui, "utilisable par l'antisémitisme" - ce qui est autre chose qu'"antisémite". Même si ça a l'air d'être du "pilpoul", ce sont deux choses différentes. Et bien sûr, vous avez raison sur l'utilisation qui va être, qui est déjà faite, de cette photo..ceci dit, le venin antisémite n'est pas spécialement sur la photo elle-même, mais dans le regard, plein de "bien entendus" fielleux porté sur elle...et tant mieux, sans doute, que certains ne "voient" rien, là où il n'y a rien à voir...d'explicite.

    Répondre

    • Ficus Lissant

      Ficus Lissant

      21 avril 2011 à 11:09 |
      D'accord avec vous et avec cette chronique, en tant qu'historien. Je suis sur la même longueur d'ondes que la chronique sémiologique de Martine L. Petauton, en ce qui concerne l'analyse d'une image pour le moins troublante et qui sera (est déjà) utilisée par des tenants de l'antisémitisme si DSK est candidat pour 2012.

      Répondre

  • Martine L

    Martine L

    19 avril 2011 à 11:34 |
    Désolée d'insister, mes amis ! L'image dont j'ai fait une analyse, est bien, pour moi, utilisable par l'antisémitisme ( contextualisé, s'entend ) C'est une lecture d'image, qui, comme il se doit, est parfaitement interprétative, donc subjective . Elle a, du coup, plusieurs entrées possibles – dont celle de la connivence que vous avez souvent soulignée . Ce n'est évidemment pas l'objectif de la prise de vue, par le photographe, qui relève de l'antisémitisme – ceux qui lisent mon texte, ainsi, se trompent – c'est assurément l'usage qu'en fera le regard et le mécanisme de pensée antisémite . Si l'on applique à cette photo les critères de l'image antisémite « classique », permettez moi de souligner que, hélas, «  ça marche ». D'ailleurs, que les internautes les plus tenaces, fassent le « suivi » de cette image dans l'année qui vient : elle se retrouvera – c'est déjà le cas – dans des sites peu fréquentables ! Une photo, une image, plus qu'une caricature laisse place à l'interprétation, parfois à la limite du subliminal ; c'est là, sa fonction dans le champ du politique,notamment .

    Répondre

  • eva talineau

    eva talineau

    19 avril 2011 à 09:53 |
    la photo, en tant que telle, n'a pas de connotation antisémite comme l'aurait une caricature, représentant les deux mêmes, dans la même posture, mais affublés de quelques caractéristiques connotées juives, nez, ou papillotes - mais ce qui affleure en ce moment, que ce soit dans les medias ou même, à leur insu, porté par le discours de gens pourtant bien intentionnés et tout à fait "honorables" est tellement glauque que lorsqu'on est sensible au bruit de fond ambiant, on peut être porté à la regarder, cette photo non spécialement connotée "antisémitisme" mais plutôt "collusions entre classes dirigeantes", avec le regard que l'on imagine à ceux qu'un peu partout on entend..
    Une image est parlante par ce qu'elle montre, mais aussi par le contexte où elle est montrée, elle existe par elle-même, mais fait aussi partie du "fond sonore" ambiant.
    Je dirai donc, comme les trois autres commentateurs, que cette image n'est pas antisémite par elle-même, mais que le "bruit de fond" qui l'entoure l'est tellement qu'en quelque sorte, il est compréhensible qu'il vienne se superposer à l'image, telle qu'elle s'offre à la vue, et en affecte la lecture.

    Répondre

  • Jean Le Mosellan

    Jean Le Mosellan

    19 avril 2011 à 09:48 |
    Le caractère ambigu de l’image, son potentiel inquiétant, rassurant ou neutre suivant les points de vue, ressort bien de la chronique ainsi que des commentaires. Sa charge antisémite, dénoncée à juste titre, existe, et on ne peut éluder sa réalité. Il s’agit pour le moment d’un clair-obscur accompagnant une allusion que certains réfutent de bonne foi. Mais qu’en sera-t-il dans l’avenir ? Une telle perspective, ce n’est pas possible, n’est-ce pas ? Si justement, à cause de l’Histoire. C’est à tort que l’on se rassure, je crois,en trouvant d’autres légendes à l’image.

    Répondre

  • Chloé

    Chloé

    18 avril 2011 à 20:41 |
    J'ai beau essayer, me questionner, me pincer, tourner les yeux et revenir. Antisémite cette photo ?? Mais madame le mot n'a plus de sens ! C'est une affaire grave l'antisémitisme, vous ne pouvez la vider ainsi de contenu.
    je suis navrée.
    Hag Sameah, happy passover, joyeuses Pâques juives à tous !

    Répondre

  • Kaba

    Kaba

    18 avril 2011 à 20:28 |
    En voyant cette photo, je pense "connivence entre élites dirigeantes" mais je ne vois pas, comme Jean-Pierre Magdelain, matière à antisémitisme.
    Chère MLP, vous êtes trop emportée par votre plume.

    Répondre

  • Jean-Pierre Magdelain

    Jean-Pierre Magdelain

    18 avril 2011 à 18:29 |
    Décrypter les images est certainement fondamental, tant dans le secondaire que dans le supérieur. Mais, l’occurrence, je ne vois pas matière à antisémitisme : la « judéité » de Sarkozy est très contestable. Ce serait plutôt : « haro sur l’establishment ! », les petits arrangements entre amis, « je te soutiens pour la présidence de FMI ; en échange, tu disparais – provisoirement – de la scène politique, et, avec un peu de chance, tu vas jusqu’au bout de ton mandat (novembre 2012) ! »
    Certes, c’est du grain à moudre pour les « ombres » extrémistes ; mais, des photos comme celle-ci, il y en a combien ?

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.