Monde

Israël ou le syndrome du Bouc Emissaire

Ecrit par Léon-Marc Levy le 03 juin 2010. dans Monde

Israël ou le syndrome du Bouc Emissaire

Je fais partie, dans les tous premiers rangs et depuis des décennies, des Juifs de la Diaspora très critiques, voire virulents, à l’égard de la politique israélienne. En tout cas depuis 1967 (Guerre des six Jours) et face aux choix stratégiques adoptés par Jerusalem (ou Tel-Aviv) depuis.

La cécité de l’état hébreu, sa posture paranoïaque de plus en plus inquiétante, sa politique authentiquement coloniale à l’endroit des territoires occupés et des populations palestiniennes qui y vivent, sa brutalité grandissante dans ses entreprises militaires, ont fait de moi un opposant déterminé. J’en suis évidemment meurtri, je suis attaché à Israël, à sa légitimité enfin reconnue et à sa sécurité. Mais meurtri ou pas, je ne peux accepter la fuite en avant irrationnelle et dangereuse des (ir)responsables israéliens. Je ne vois pas au nom de quoi je ferais exception pour Israël, là où je condamne par exemple les dirigeants Iraniens pour leurs délires extrémistes, les Coréens pour leurs inacceptables provocations, les Chinois pour leur mépris endémique des droits de l’homme. J’en passe, et des pas meilleurs et la liste, de toute façon, serait trop longue.

Tribune libre

Ecrit par Ariel Gurevitz le 15 mai 2010. dans Monde

Tribune libre

Israël est prêt à mettre fin au conflit et à payer le prix fort pour la paix

Il y a, en particulier dans l’opinion publique européenne, une confusion entre les effets de l’occupation israélienne et ses causes. Dans l’esprit de beaucoup d’observateurs il suffirait qu’Israël évacue la Cisjordanie pour que le conflit soit réglé. Or le conflit existait avant cette occupation. Ce qu’on oppose généralement à cela c’est que la guerre de 1948 a produit un exode qui a transformé des centaines de milliers de palestiniens en réfugiés. Mais en réalité cet exode ne fut jamais que la conséquence tragique du refus arabe d’accepter le plan de partage de l’Onu en deux états souverains après le départ de l’occupant britannique. Sans ce refus il n’y aurait eu ni exode ni refugiés palestiniens. Sans ce refus il y aurait peut-être aujourd’hui à côté d’Israël une Palestine moderne, laïque et prospère.

<<  44 45 46 47 48 [49