"A un ami israélien" de Régis Debray à Barnavi

Ecrit par Ariel Gurevitz le 05 juin 2010. dans Monde

L’écrivain et essayiste Régis Debray a récemment écrit un ouvrage intitulé « A un ami israélien », où il s’exprime sur le conflit israélo-arabe en s’adressant à Elie Barnavi, historien et ex-ambassadeur d’Israël à Paris. Je suis pour ma part en désaccord avec Barnavi, mais de la manière dont on peut l’être avec un Israélien à fibre juive dont on partage fondamentalement les aspirations. Tout ce que je peux en dire, c’est qu’à mon avis la solution qu’il préconise n’est pas la bonne. Pour la résumer de manière succincte, elle consiste à imposer une solution de l’extérieur.

Quant à Régis Debray, et en dépit de sa très belle plume, je pense que son point de vue sur Israël à travers ses écrits est détestable. Il se sert de poncifs anti-israéliens (pêché originel, colonisation, religion, apartheid, etc.. ) qui relèvent d’un antisionisme primaire. Il a en revanche un penchant affectif pro-palestinien marqué, ce qui est son droit, mais ce qui ne lui donne pas celui de falsifier l’Histoire. Le péché originel n’est pas du côté d’Israël comme il le prétend : il est du côté arabe qui a refusé  le partage de la Palestine en 1948.

Cependant le fond de la pensée de Régis Debray perce à travers ses sophismes. Son discours rappelle celui de certains juifs qui regrettent qu’Israël ne se soit pas développé en centre spirituel qui aurait éclairé le monde. Cela sonne bien, mais en réalité c’est ce qu’ont tenté les juifs tout au long de 2000 ans d’Exil, ce qui a abouti à la nécessité de se constituer en État souverain « à l’intérieur de frontières sûres et reconnues » (résolution 242 de l’ONU).

Debray ne va pas jusqu’à nier le droit à Israël à l’existence, mais il y met des conditions telles que cela revient au même. C’est l’archétype du Gentil qui n’est à l’aise qu’avec des juifs intelligents mais peu musclés, à la rigueur discrètement religieux, de bonne compagnie, mais qui savent s’éclipser à l’occasion. Bref, il trouve qu’Israël est trop juif.

Il y des gens qui critiquent durement Israël tout étant amis. Je ne trouve pas que Debray rentre dans cette catégorie-là, parce ce que, comme le dit si bien Claude Lanzmann dans une interview dans « Le Point », il n’y comprend rien. Or quand on s’appelle Régis Debray et qu’on n’y comprend à ce point rien, ce n’est pas l’intelligence qui est en cause, mais l’amitié. Il illustre parfaitement l’adage selon lequel avec des amis comme lui on n’a pas besoin d’ennemis.

A propos de l'auteur

Ariel Gurevitz

Rédacteur

Ecrivain ("La quatrième période")

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.