Israël ou le syndrome du Bouc Emissaire

Ecrit par Léon-Marc Levy le 03 juin 2010. dans Monde

Israël ou le syndrome du Bouc Emissaire

Je fais partie, dans les tous premiers rangs et depuis des décennies, des Juifs de la Diaspora très critiques, voire virulents, à l’égard de la politique israélienne. En tout cas depuis 1967 (Guerre des six Jours) et face aux choix stratégiques adoptés par Jerusalem (ou Tel-Aviv) depuis.

La cécité de l’état hébreu, sa posture paranoïaque de plus en plus inquiétante, sa politique authentiquement coloniale à l’endroit des territoires occupés et des populations palestiniennes qui y vivent, sa brutalité grandissante dans ses entreprises militaires, ont fait de moi un opposant déterminé. J’en suis évidemment meurtri, je suis attaché à Israël, à sa légitimité enfin reconnue et à sa sécurité. Mais meurtri ou pas, je ne peux accepter la fuite en avant irrationnelle et dangereuse des (ir)responsables israéliens. Je ne vois pas au nom de quoi je ferais exception pour Israël, là où je condamne par exemple les dirigeants Iraniens pour leurs délires extrémistes, les Coréens pour leurs inacceptables provocations, les Chinois pour leur mépris endémique des droits de l’homme. J’en passe, et des pas meilleurs et la liste, de toute façon, serait trop longue.

Néanmoins tout esprit critique se doit de se poser une question devant la tornade universelle de réprobation qui s’abat sur Israël. Surtout quand, aux premiers rangs de cette tornade, se tiennent des gens dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne sont pas audibles au plan des valeurs morales ou des choix politiques.

A commencer par les organisations et militants islamistes dont la jubilation, bien naturelle étant donnée l’imbécillité parfaite des Israéliens en cette affaire, s’étale partout dans les rues d’Ankara, de Damas, de Téhéran ou d’Islamabad. Les mêmes qui n’hésitent pas à massacrer des dizaines de milliers de gens, musulmans pour la plupart, sur les marchés publics, dans les villages d’Algérie ou de Kabylie, dans les Twin Towers de NY, les mêmes qui ont inventé ce progrès formidable dans l’émancipation des peuples qu’est la « bombe humaine » dans les autobus, les mêmes qui tiennent les femmes dans un statut d’infériorité infernal, jusqu’à la lapidation des « déviantes ». Il y a quelque chose de nauséeux dans le spectacle de ces ignobles fous furieux qui n’ont aucune notion de ce qu’est la valeur d’une vie humaine et qui, soudain, se découvrent une vocation de fraternité éperdue envers leurs « frères palestiniens ».

A continuer par les responsables des états arabes. Tous drapés dans les oriflammes de l’indignation outrée et leur solidarité sans faille avec le peuple gazaoui. Oui mais. Ils étaient où, ces chantres de la douleur, quand les légions de Hussein massacraient par milliers les Palestiniens en Jordanie lors du terrible « septembre noir » ? Ils étaient où, lors des massacres, presque rituels, de populations entières dans les villages algériens dans les années 90 et encore récentes ? Ils étaient où, lors de la liquidation physique de centaines de responsables (et même de hauts responsables) de l’OLP par le Hamas lors de la prise du pouvoir à Gaza ? Depuis 1948, les états arabes n’ont eu d’autre préoccupation que de se débarrasser par tous les moyens, y compris physiques, de ces encombrants Palestiniens dont ils ne veulent surtout pas entendre parler tant ils craignent la « contagion » dans leur propre pays.

Avec une « mention » particulière à l’Egypte. Le blocus de Gaza est Israélo-Egyptien, depuis le début. La frontière sud de Gaza est au moins aussi imperméable que ses frontières est et nord. La réaction, relativement modérée, des Egyptiens sur l’opération d’Israël, en dit long sur leur engagement réel et sa nature.

Mention spéciale aussi à la Turquie. Qui croit un instant que les Turcs ont attendu la bévue de la flottille pour hausser le ton et prendre un virage diplomatique à 180° à l’égard d’Israël ? Erdogan a fait ses choix depuis plus de deux ans, et ses choix n’ont rien d’humaniste : le gouvernement turc a une peur bleue de la montée islamiste dans le pays et a choisi, délibérément, de renverser sa stratégie et de renouer des liens privilégiés avec les pays arabo-musulmans. Ce qui se comprend fort bien. Mais qu’on ne nous dise pas que c’est nouveau et lié à l’agression israélienne.

Enfin, le comble, ce sont les cris d’orfraies occidentales. Quelle honte ces voyous israéliens, ces pirates, nous dit, les lèvres tordues par l’indignation, notre inénarrable Kouchner. En hurlant, les Espagnols, les Anglais, l’Union européenne. Mezzo voce, les Allemands, les Italiens. Carrément en sourdine, les Américains aussi. Tous condamnent les soudards de Tsahal. Oui mais, encore une fois… Les soudards en question appliquent à la lettre la décision unanime desdits pays indignés pour mettre en place et maintenir le blocus de Gaza. Tous ont signé ! M. Kouchner a « oublié » la présence de la frégate « Germinal » dans l’armada de surveillance des côtes de Gaza, dûment mandatée pour s’assurer de l’effectivité du blocus, en Janvier 2009 (Le Monde.fr du Jeudi 3 juin) ? Il y a des années que nous sommes des millions à penser que ce blocus est inhumain, absurde, politiquement imbécile puisqu’il aboutit au renforcement permanent des thèses les plus extrémistes du Hamas au sein de la population gazaouie. Des années que nous sommes des milliers à défiler dans les rues et à dire et écrire haut et fort que ce blocus doit être levé immédiatement et sans condition. Mais l’Europe, les pays occidentaux ont maintenu leur position favorable à ce blocus. Et ils viennent jouer aujourd’hui les moralistes ?

Israël a commis une faute effroyable. Il ne s’agit, par aucun moyen, de la minorer ou de l’excuser. Pas même de l’expliquer, parce qu’il y a, et c’est le pire, quelque chose d’inexplicable dans la politique israélienne, enfermée dans une pure paranoïa. Mais il est insupportable de voir ce pays transformé en Bouc Emissaire unique, porteur des fautes, aussi inexpiables, de tous les autres.

A propos de l'auteur

Léon-Marc Levy

Léon-Marc Levy

 

Modérateur

Professeur agrégé de Lettres Modernes

Maîtrise de philosophie

Directeur du magazine "La Cause Littéraire"

Rédacteur en Chef du "920-Revue.fr"

Animateur de "Thème et Texte"

 

Commentaires (5)

  • Maurice Lévy

    Maurice Lévy

    20 juillet 2010 à 12:52 |
    Eh oui, je l’attendais, ce billet, mais je n’en espérais pas tant, tellement énorme était grande la furia générale, cette sorte de hallali anti-Israël.
    C’est une honte de voir que tout à coup le monde entier se met d’accord pour s’abattre sur Israël. Pas le moindre discernement, pas la moindre tentative de réflexion, allez, on y va, enfin on va pouvoir cracher sur les bandits , les salops …
    Mais heureusement, c’est la tribu des Lévy qui se lève et parle.
    Tout d’abord on voit et on entend Elisabeth Lévy, dans la chronique de Tadei, exploser au visage de Dumas, qui venait de bafouiller les pires c., en la comparant à Hitler !!!
    Et maintenant c’est le second mousquetaire, Léon-Marc, qui envoie sa fusée multi-têtes, un véritable feu d’artifice.
    Oui, un fois de plus, les dirigeants israéliens ont commis une bévue politique et militaire.
    Je dis bien militaire, car envoyer une quinzaine d’hommes par hélicoptère se faire helitroyer sur le 6° navire, c’etait la pire bévue technique, car, arrivant un à un au bout d’un filin sur le pont adverse, ils se sont fait matraquer l’un après l’autre, pour les deux premiers, obligeant les autres à user de leur mitraillette pour les dégager. Une faute grave à mettre au compte de l’officier et l’état-major israéliens …
    Merci Marc de ton argumentaire, il n’y manque rien. Je vais le diffuser à mes nombreux correspondants, si tu le permets.

    Répondre

  • Sabine Vaillant

    Sabine Vaillant

    20 juillet 2010 à 12:45 |
    Merci pour cette analyse qui sonne juste, avec des positions claires et étayées.
    Cordialement.

    Répondre

  • N. Boublitchki

    N. Boublitchki

    20 juillet 2010 à 12:41 |
    Merci beaucoup de votre analyse et de ce point de vue que je partage totalement. Je recommande votre billet de tout mon coeur …

    Répondre

  • Maurice Arouasse

    Maurice Arouasse

    20 juillet 2010 à 12:39 |
    Magnifique article M. Levy ! J’attendais que quelqu’un dise enfin ce que je ressens douloureusement depuis 3 jours. Moi aussi je condamne Israel et les “idiots” dangereux qui le dirigent. Mais cette haine universelle est plus que suspecte, venant, comme vous le dites de gens aussi ignobles.
    Merci, merci, merci.

    Répondre

  • Martine L. Petauton

    Martine L. Petauton

    20 juillet 2010 à 12:21 |
    Je suis contente de vous lire sur cette question.Nous vous rejoignons complètement sur le fond, J.L.et moi. Votre analyse est fine et étayée et votre prise de position, courageuse et très claire. Sur le sujet, le “c’est dans l’air, d’hier- intéressant- disait notamment que, là, Israel était jugé, sur ce qu’il fait, et non, sur ce qu’il est; très juste; cela rejoint votre problématique…

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.