Société

L'Art d'être grand'mère

le 30 juillet 2010. dans Société

L'Art d'être grand'mère

Quand j’étais petit, il me paraissait évident que ma grand-mère maternelle avait toujours été cette femme imposante, autoritaire et rigide dont les demandes et les ordres ne souffraient pas la discussion. Mémé avait exercé, des années plus tôt, “le plus beau métier du monde”, mais n’avait gardé de sa carrière d’institutrice que des souvenirs exécrables, sans doute liés à une haine viscérale de l’indiscipline. Cela n’avait été qu’une parenthèse dans sa vie, car en épousant Maître E., elle était naturellement devenue “femme-d’avocat”, statut qui lui assurait à la fois confort matériel et prestige social, et dont elle se satisfaisait pleinement. (De tout cela, nous n’avons bien sûr jamais discuté, car je n’ai jamais eu avec elle une conversation personnelle s’écartant le moins du monde des sentiers battus, des idées reçues et des platitudes bourgeoises.)

Mon Ange Gardien

Ecrit par Elisabeth Itti le 28 juillet 2010. dans Humour, Société

Mon Ange Gardien

Les anges n’ont pas de sexe ? En tous les cas le mien a une voix de femme, il a même un prénom, il s’appelle Juliette. D’emblée pour sympathiser je l’ai anobli.

Je l’ai surnommé Juliette von GPS. Je ne m’étendrai pas sur ses origines issues des dernières technologies.

Ma vie avec elle est toute une aventure. Grâce à elle je connais les noms des rues, des lieux familiers que l’on traverse par habitude sans y prêter attention.

Misogynie 2.0

Ecrit par Sana Guessous le 27 juillet 2010. dans La une, Société

Misogynie 2.0

Malek est incolore. Pour le distinguer dans le tumulte urbain, il faut être un profiler à la retraite. Même pas sûr que tu le remarques dans un désert texan, Malek. Il fait de son mieux pourtant, ce pauvre garçon, pour conjurer la malédiction de la transparence. Pour que toi, piéton affairé, et surtout toi, piétonne à la si jolie chute de reins, arrêtiez de le confondre avec le gueux sur le dernier 4 par 3 estampillé « Appartements à 250.000 dirhams, cuisine équipée offerte ».

Malek est inodore. Il a beau pulvériser son petit polo Boss Green à coup de Pschitts Hugo l’Homme assortis, tu le sens à peine frotter son épaule contre la tienne, toi, ingrate promeneuse. Éthérée, insouciante, tu ne t’imagines pas les trésors de méticulosité et de coquetterie qu’il déploie avant d’aller à ta rencontre. Un beau gâchis. Honte à toi, inaccessible promeneuse.

Page de plages

Ecrit par Martine L. Petauton le 26 juillet 2010. dans Société, Voyages

Page de plages

Juillet; soleil, vent, accents, rires lointains, brume de chaleur qui chaloupe sur le sable; paroles brouillées, au ras du sol; cris : un chapeau s’envole. Là, devant;  la mer, telle que dans le tableau de Courbet : fond vert-bleu; rouleaux frisant, comme des «  Camargue », au petit trot; juste à mes pieds, le désert de Klee… Palavas, en été.

La mer et sa plage, dans mon milieu – modeste -, c’était le rituel qui, si on pouvait, vous « posait » les vacances. Colo ou famille, j’en ai des images !  plutôt floutées, d’océan froid et vagueux – Ré, Oléron, la Vendée – non, je ne crois pas que c’est là que je dois chercher l’origine de ma passion pour l’Histoire ! – Plus tard, la Normandie; la mer si loin, franchement gris-mouette; le sable, lui, gris-frisquet, et les yeux qui plissent, cherchant à l’horizon la silhouette des barges du 6 Juin; là, sans doute, l’Histoire a frappé à ma porte …

De la cohérence de l'ensemble

Ecrit par Luc Sénécal le 24 juillet 2010. dans Média/Web, Société

De la cohérence de l'ensemble

A lire certains commentaires, on s’aperçoit qu’il y a chez chacun d’entre nous, moi y compris, quelque facilité à enfermer chaque contemporain rencontré au hasard de notre existence dans un cadre. D’ailleurs on retrouve cela au cinéma avec certains acteurs qui ont du mal à quitter le costume du personnage qu’ils incarnent face au public, pour jouer des rôles tout à fait différents.

Ainsi, si nous rencontrons un inconnu et que nous commençons à le découvrir, on ne peut s’empêcher, selon son physique, sa tenue, son comportement, son accent, son vocabulaire, de le verser dans telle ou telle case. Est-ce une nécessité pour nous réconforter et nous sentir à l’aise dans nos échanges ? Est-ce une façon de nous débarrasser d’un malaise lorsque « l’étranger » vient à nous et que ses manières que l’on peut qualifier parfois d’ « étranges » dans le sens où elles nous sont « étrangères », provoquent soit un rejet pur et simple, soit une certaine curiosité, prudente, il est vrai ? Ainsi aimons nous qualifier parfois péjorativement untel de « bourge » l’autre de « ringard » le troisième de « paysan » ou encore celui-ci « d’intello » et celui-là de « jeunes ou de vieux »  etc. Manière de se protéger.

Tristes Passions

Ecrit par Léon-Marc Levy le 23 juillet 2010. dans Société

Tristes Passions

Je sais, la période est aux vacances! Ce n’est pas le moment de la ramener avec la sinistrose. Mais ça n’empêche pas ! La période est aussi aux tristes faits divers ! Et il en est quelques-uns particulièrement affligeants malgré l’été : les actes antisémites et islamophobes se multiplient ces derniers jours. Nouvelle profanation d’une synagogue à Melun, profanation de tombes au cimetière juif de Wolfisheim (Bas-Rhin), après le carré musulman de Strasbourg en juin dernier. Le train-train quoi : tout va bien, Arabes et Juifs sont, comme d’habitude, les cibles favorites de la haine raciale.

L’énoncé de la chose porte en lui-même un insupportable paradoxe ! Il est devenu bien plus courant d’opposer, comme des ennemis irréductibles, les Arabes et les Juifs, plutôt que de les réunir. Comble de l’absurdité : il est hélas vraisemblable que nombre d’actes indignes contre des juifs ou des Arabes soient commis par des Juifs ou des Arabes !

 

Le Respect et la Violence

Ecrit par Luc Sénécal le 20 juillet 2010. dans Psychologie, Média/Web, Société

Le Respect et la Violence

N’est respecté que ce qui est respectable.

Cela semble évident. Si  ce n’est pas le cas, loin de là, dans le vécu, alors on peut s’interroger à ce propos.En fait tout est une question de point de vue, de personnalité, de contexte et d’opinion. C’est aussi une question de confiance ou de rupture de l’un pour les autres ou inversement.

Pour rester simple, il semble essentiel entre deux individus, deux groupes d’individus, deux catégories sociales, deux sources d’intérêts divergentes, deux façons d’appréhender, d’intégrer et de comprendre un sujet, quel qu’il soit, que soit instauré un consensus de dialogue. Lequel est fondé sur le respect commun des intervenants ou des interlocuteurs.

Or il faut bien l’admettre, en raison d’événements extérieurs ou de propos étrangers au sujet traité, l’un ou l’autre des individus, du groupe d’individu ou de représentation sociale d’individu, le dialogue dérape et perd tout son sens primaire en terme d’objectif. Objectif pour tenter un rapprochement. Pour appeler à la réflexion. Pour amener au débat des points de vue différents et enrichir un débat…

L'entraîneur et la Mer Rouge à lancer avec un ballon

Ecrit par Kamel Daoud le 16 juillet 2010. dans Société, Sports

L'entraîneur et la Mer Rouge à lancer avec un ballon

Kamel Daoud est journaliste au “Quotidien d’Oran” et habitué de nos colonnes. Il a obtenu le prix Mohamed Dib en 2008 pour son livre : “L’Arabe et le vaste pays de Ô”

Finalement, ce sont les nouveaux chamanes des époques modernes : ils peuvent soulever un pays avec une chaussure, lui rendre son indépendance ou le rendre inutile, exalter un peuple jusqu’à en faire une chanson, détruire un espoir en marchant dessus, cracher du feu, déclarer une histoire ouverte à l’enrichissement ou restituer un drapeau et un sol à une population vaincue.

Une âme de Geisha

Ecrit par Jean Le Mosellan le 09 juillet 2010. dans Société

Une âme de Geisha

La France devient-elle la figure de proue du transsexualisme ? Elle cherche à l’être, en tout cas, avec ce décret qui a paru au début de l’année, et qui a fait le tour du monde, dépsychiatrisant les transsexuels, histoire de confirmer son leadership de pays des droits de l’homme.
Phénomène de société ultraminoritaire, ayant suscité peu d’écho dans Le Monde, le sujet n’est pas aussi porteur que la burqa, mais profondément significatif dans le champ identitaire labouré en tous sens, et pas toujours à bon escient.
Le cas du transsexualisme mérite que l’on s’y arrête. C’est la lutte entre la vérité et ses apparences, où le doute existentiel n’est pas permis, mais où l’âme finalement triomphe en dépit des obstacles redoutables dressés sur son chemin.
La sexualité a été examinée sous toutes coutures par nos moralistes, tout en faisant l’impasse sur beaucoup de choses, dont la transsexualité. Peut-être que le sujet leur était inconnu, comme l’Amérique avant Colomb. Continent qui vient justement d’émerger tel un Kratatoa, générant un tsunami certain dont la force n’a pas été toutefois estimée.

R. L. Gardner's democratic Blues

Ecrit par Elisabeth Guerrier le 16 juin 2010. dans Monde, Société

R. L. Gardner's democratic Blues

Kirk’s widow, VelDean Kirk, said she doesn’t believe Gardner has changed “for a minute” and she was happy when she heard the board’s decision. Nick Kirk, who was working as bailiff during the courthouse shooting, was left with chronic health problems after being shot in the lower abdomen by Gardner. He died in 1995.

“I feel like on Thursday night, Friday morning, it will all be over with. It will be real, real closure,” said VelDean Kirk, who plans to watch Gardner’s execution. “I’ve wanted that for a long time.”

Je n’ai pas d’attraction ni de sympathie particulières pour Ronnie Lee.

Il faut que je me dépêche de lui dire ces derniers mots car Vendredi, il sera trop tard.

Il s’écroulera sous les balles.

C’est ce qu’il a choisi.

<<  37 38 39 40 41 [4243  >>