Société

La Place du Temps

Ecrit par Jean Le Mosellan le 27 août 2010. dans La une, Société, Histoire

La Place du Temps

Tous les ans, à la même date, la Braderie du Temps se tient avec exactitude sans faux bond Place du Temps, dont l’endroit est connu de tout amateur de brocante de la région messine et bien au-delà. Le nom de la Place vient de la présence d’un immense cadran solaire portant mention « Passant, prends le temps, sinon il te prend ». Ce nom n’existe en fait que dans l’esprit des passants, et de certains commerçants de la petite Rue de la Chèvre, qui donne dans la Place et en repart. On voit en effet dans cette rue des Galeries du Temps ou la Boutique de l’Air du Temps, en attendant sans doute un Salon du Temps, une Buvette du Temps, ou la Palette du Temps, salle d’exposition de peintures.

Quand vous sortez de la Boutique de l’Air du Temps rue de la Chèvre, vous trouvez à quelques pas sur votre droite l’Eglise Notre-Dame qui occupe tout le côté gauche, et dont le parvis pourrait en fait délimiter la Place. Votre cadran donne l’heure quand il fait beau, juste devant sur un grand mur exposé plein sud, mais l’heure vous intéresse moins que l’inscription. Je la lis chaque fois que j’y passe, comme un rappel à l’ordre.

Juste un mot (44)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 14 août 2010. dans Société

Juste un mot (44)

Piercing et tatouage sont les deux mamelles de l’homme moderne … Manières différentes d’être au monde ou signes d’appartenance à la même ” tribu ” ? Les deux, sans doute. Pour combler le vide qui l’entoure, l’homme d’aujourd’hui a besoin de se démarquer, en revêtant ses plus beaux ” atours “… Etre ” vu “, donc ” reconnu “, voilà l’objet de ses tourments !

Même chose pour les marques ou griffes, qui font un tabac, surtout auprès des jeunes … Dis-moi ce que tu achètes, et je te dirai qui tu es … Exister ” à travers “, ” par l’entremise de “, n’est pas exister vraiment !

Vêtu de tous ces oripeaux, l’homme du XXIe ne cesse de prendre du poids, se goinfrant de préjugés et en faisant grand cas du ” prêt-à-penser “. Là où il ne voit que liberté individuelle, il n’y a, en vérité, qu’aliénation et mise au pas !

Généralement, on privilégie les ” extérieurs “, comme au cinéma. Priorité à tout ce qui se voit, à tout ce qui est palpable. Cependant, il ne faudrait pas que notre société se transforme en ” théâtre d’ombres “, comme dans l’allégorie de la caverne, chère à Platon, selon laquelle l’homme ne peut que difficilement accéder à la connaissance de la réalité et la transmettre … Alors, à quand le grand sursaut ?

Une journée dans le 19..

Ecrit par Martine L. Petauton le 09 août 2010. dans Société

Une journée dans le 19..

Un collège, quelque part en France, mais pas dans le « 93 »… matin d’hiver; encore nuit; le brouillard quitte à regret la rivière; les collines sont comme des fantômes suspendus. Les cars du ramassage scolaire déposent lourdement leur cargaison au pied des lampadaires. Les élèves des différents établissements de T. s’ébrouent; ceux, plus casquettes et colorés, de notre lycée technique; les nôtres, se regroupant en grappes un brin apeurées de « petits »et de 3èmes braillards.

Le professeur est une espèce qui ne prend jamais son service « pile » à l’heure – comme tant d’autres – car, avant, il y a le rituel – trauma absolu – de « la photocopieuse »… Comment faisait-on, dans la préhistoire, au temps des « bleus » qui claquaient dans les vapeurs d’alcool ? Je ne sais, mais, maintenant, sans photocopies, « t’en es où, dans ton contingent ? », plus d’enseignement; on frise le droit de retrait ! Panique ! Plus de feuilles ! « Mais, qu’est-ce qu’il fait ? » (le principal, qui, on s’en serait douté, ne s’endort jamais sans compter ce qui reste de papier; ça vaut les moutons !), re-panique, « la grosse est en panne ! » (très convoitée, parce que non contingentée, mais ! chut !!). Le « toner » est faible ! Angoisse…

Inceste, mariage homosexuel et injustice

le 08 août 2010. dans La une, Psychologie, Société

Inceste, mariage homosexuel et injustice

On réapprend bien des choses essentielles à l’occasion de nos problèmes de société – comme la variété des incestes, la question du mariage homo, et autres sujets “préoccupants”… Sans entamer le mérite des experts qui arpentent le terrain, notamment des anthropologues qui nous classifient les incestes, on peut rappeler que la vieille Bible en donne un large éventail, la fameuse Loi de Moïse (qui fut interdite de lecture dans l’Occident catholique pendant des siècles, au motif que, puisqu’on avait la “grâce”, pourquoi mieux connaître la loi dite symbolique? ). On y trouve donc (Lévitique XVIII) un répertoire des interdits de l’inceste, bien au-delà du père et de la mère. Bien sûr, “Ne dévoile pas la nudité de ton père et de ta mère”, mais aussi celle de ta demi-sœur, “celle de la fille de ton fils ou de ta fille, de la fille de la femme de ton père” et aussi “la nudité de ton oncle ou de ta tante, ou de la femme de ton oncle”, etc… L’intéressant est que dans la foulée (verset 17), on a ceci: Ne dévoile pas la nudité d’une femme et de sa fille, tu ne la dévoileras point. Autrement dit: on ne mélange pas les générations dans le rapport sexuel. On sait que la fille du coureur Anquetil fut évoquée récemment sur ce thème, fille qu’il a eue avec la fille de sa femme; et chacun a pu voir que la promotion de son livre (celui de la petite fille du coureur) tenait au fait que c’est un inceste, que c’est perçu comme tel, et qu’en même temps son auteure s’est employée à le dénier. (Aujourd’hui, les incestes vont de pair avec leur déni…).

Le Gnome

Ecrit par Sana Guessous le 08 août 2010. dans La une, Société

Le Gnome

« And then one day…

Hooray, another way for gnomes to say

Ooh my… »

Pink Floyd, The Gnome,  The Piper at The Gates of Dawn

Comme la ciboulette, les raccourcis se cultivent avec amour dans nos ravissants petits potagers intellectuels. Nous l’appellerons donc Jilali, par commodité. Parce que nous sommes polis, nous l’accommoderons avec un très léger gratin d’acné, une demi-cuillerée d’huile sur le front, un soupçon de safran sur les incisives. Et parce que nous sommes voraces, nous n’en laisserons pas une miette. A table.

Juste un mot (34)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 04 août 2010. dans Société

Juste un mot (34)

Au secours, enfants en danger ! Non, nous ne sommes pas à proximité d'une école ou d'un square, mais plongés au coeur même de la famille ... Et que voyons-nous ? Des parents, immatures, quelquefois, qui démissionnent parce qu'ils n'ont plus la force ou la volonté de réagir. Alors, l'enfant, qui n'est roi que par défaut, s'engouffre dans les brèches et, trop souvent, hélas, " prend les rênes " !

Très tôt, en effet, " reinettes " et " roitelets " abandonnent la monarchie et instaurent un régime dictatorial, où on leur passe tous leurs caprices ... Croulant sous les présents, ils imposent leur credo : " Tout, et tout de suite ! "

Reconnaissons qu'élever un enfant n'est pas chose aisée, car, dans la société qui est la nôtre, les principaux repères se sont fait la malle ... Il arrive souvent au couple parental, qui, dans la plupart des cas, veut le bien de sa progéniture, de perdre pied. Et, à force de gesticuler, père et mère se retrouvent parfois au bord du précipice !

J'ajoute que mes propos ne se veulent en rien moralisateurs et relèvent de simples constats ... Parents, un seul petit conseil : en toutes circonstances, restez vigilants !

Juste un mot (32)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 01 août 2010. dans Société

Juste un mot (32)

Bison Futé, Peau-Rouge bon teint, est toujours sur le pied de guerre ! Ce week-end, en effet , qui a vu juilletistes et aôutiens se croiser, a été classé rouge et noir... Atmosphère stendhalienne tous azimuts, dans le sens province-Paris ou Paris-province !

Cet Indien, parlant couramment notre langue, est bel et bien une " invention " française. A ma connaissance, aucun autre pays d'Europe, hormis le nôtre, n'est en mesure de comptabliser 400 ou 500 kilomètres de bouchons - ça saute aux yeux - sur l'ensemble de son réseau routier, au moment des départs ou des retours de vacances !

Il arrive que certains automobilistes, au nom de la libre circulation des hommes et des biens, tournent le dos au code de la route, contournent les recommandations en vigueur et n'en font qu'à leur tête. Or, la chasse aux croisés - rien à voir avec l'esprit chevaleresque et les croisades, excepté celles de la Prévention routière - mobilise d'importantes forces de police et de gendarmerie, et d'autres moyens, humains et matériels, qui coûtent cher à la collectivité.

L'étalement des vacances ? Ce n'est sans doute pas pour demain. Alors, il faudra s'attendre encore à de nombreux points noirs sur les routes, comme ceux qui ornent les élytres de la coccinelle ... Le rouge et le noir, omniprésents !

Haïr ! ("Vieux papier" d'Eric Thuillier)

Ecrit par Eric Thuillier le 30 juillet 2010. dans Société, Voyages

Haïr ! (

J’envisage de fournir à RDT quelques uns des « Vieux Papiers » collectés au fil du temps et des brocantes. Une série que chacun peut nourrir de ses propres trouvailles. Je livre celui-ci sans commentaires.

Eric THUILLIER


Haïr !

Il existe aujourd’hui pour les Français une beauté, une dignité, une noblesse de la haine. Qui de nous, avant août aurait écrit une pareille phrase sans frémir ou sans rougir ? Et pourtant, c’est vrai : haïr, les haïr, voilà qui maintenant nous fait éprouver au meilleur de notre esprit et de notre cœur  une fierté réconfortante.

L'Art d'être grand'mère

le 30 juillet 2010. dans Société

L'Art d'être grand'mère

Quand j’étais petit, il me paraissait évident que ma grand-mère maternelle avait toujours été cette femme imposante, autoritaire et rigide dont les demandes et les ordres ne souffraient pas la discussion. Mémé avait exercé, des années plus tôt, “le plus beau métier du monde”, mais n’avait gardé de sa carrière d’institutrice que des souvenirs exécrables, sans doute liés à une haine viscérale de l’indiscipline. Cela n’avait été qu’une parenthèse dans sa vie, car en épousant Maître E., elle était naturellement devenue “femme-d’avocat”, statut qui lui assurait à la fois confort matériel et prestige social, et dont elle se satisfaisait pleinement. (De tout cela, nous n’avons bien sûr jamais discuté, car je n’ai jamais eu avec elle une conversation personnelle s’écartant le moins du monde des sentiers battus, des idées reçues et des platitudes bourgeoises.)

Mon Ange Gardien

Ecrit par Elisabeth Itti le 28 juillet 2010. dans Humour, Société

Mon Ange Gardien

Les anges n’ont pas de sexe ? En tous les cas le mien a une voix de femme, il a même un prénom, il s’appelle Juliette. D’emblée pour sympathiser je l’ai anobli.

Je l’ai surnommé Juliette von GPS. Je ne m’étendrai pas sur ses origines issues des dernières technologies.

Ma vie avec elle est toute une aventure. Grâce à elle je connais les noms des rues, des lieux familiers que l’on traverse par habitude sans y prêter attention.

<<  38 39 40 41 42 [4344 45  >>