Société

Sur la suppression de service militaire

Ecrit par Jacques Petit le 07 juin 2010. dans France, Société

Sur la suppression de service militaire

Le fait sociologique majeur des années 2000 en France : la suppression du service militaire obligatoire en 2001, à l’initiative de Jacques Chirac.

Comme souvent, des décisions majeures qui recèlent en elles des bouleversements sociétaux significatifs passent inaperçues dans l’opinion publique, sauf, bien entendu, pour les jeunes gens directement concernés, c’est-à-dire les citoyens français nés avant 1979, sursitaires inclus.

Ainsi dans notre Pays, les générations masculines entre 20 ans et très proches de la quarantaine sont dispensées de la conscription; bien sûr, on peut se dire, ils peuvent se dire en première réflexion : « Chouette, ça ne fera pas 1 à 2 ans de perdus pour rien ».

Alors que d’aucuns voulaient instituer un débat sur l’identité nationale qui inclurait d’évidence les problèmes d’intégration, sur le fond, ce débat aurait pu se concevoir, à condition qu’il ne soit pas verrouillé, orienté par le pouvoir. Cette forme de débat ne pouvait être admise par l’opinion française.

Suis-je un métèque ?

Ecrit par Jean Le Mosellan le 29 mai 2010. dans Média/Web, Société

Suis-je un métèque ?

La chronique qui suit est une réponse à une réaction d’un abonné du “Monde.fr”, nommé Stephen Lendon, qui mettait en cause Jean Le Mosellan en déformant son nom. (voir la chronique et la réaction : Sulfurique est l’amour d’une kapo)

N’importe qui se cachant sous de multiples pseudonymes peut dire, depuis quelque temps, n’importe quoi dans les “Chroniques d’abonnés” comme dans les réactions, faisant d’elles des sacs de crabes, s’agitant si bruyamment qu’ils produisent une rumeur de fond agaçante.

Cette rumeur se répand en toutes directions, y compris dans celle interdite par la Charte des abonnés du Monde.fr. Je ne voudrais pas m’étendre sur des réactions célébrant l’intolérance et la grossièreté, forme et fond, affichées par d’autres chroniqueurs, constamment les mêmes, me visant ad hominem, à défaut de pouvoir attaquer le contenu toujours étayé de mes chroniques ? Ce sont des chroniqueurs sans identité, sans visage, sans adresse électronique. Juste des ombres furtives et cagoulées pour les mauvais coups. quoi d’étonnant, par conséquent, que les bornes de la bienséance soient franchies.

<<  40 41 42 43 44 [45