Juste un mot (52)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 15 septembre 2010. dans Racisme, xénophobie, La une, Société

Juste un mot (52)

Anne Frank vient de perdre un " être cher ", le marronnier qu'elle évoque à plusieurs reprises dans son " Journal " et qui, tout récemment, n'a pas résisté aux pluies diluviennes, accompagnées de fortes rafales. C'était son " arbre de la liberté ", en quelque sorte ! Depuis sa cachette, elle le voyait traverser les saisons, plein de majesté, et sa présence protectrice lui donnait de l'espoir, beaucoup d'espoir ... Jusqu'à ce mois d'août 1944, où elle fut déportée, avec les siens, au camp de Bergen-Belsen, pour y mourir du typhus, à l'âge de 16 ans.

Cette forme de " résistance littéraire ", de la part d'une jeune fille courageuse et lucide, constitue notre " tronc commun " à tous. Car, à y regarder de plus près, il se pourrait bien que chacun de nos arbres généalogiques soit pourvu d'une branche qui nous relierait au destin de l'adolescente ... In memoriam.

A propos de l'auteur

Claude Gisselbrecht

Claude Gisselbrecht

Rédacteur

Professeur de Lettres

A collaboré au quotidien régional " Le Républicain Lorrain " ( critique littéraire et responsable de rubrique ).

A signé de nombreux " papiers " dans la rubrique " Courrier des Lecteurs " de plusieurs journaux et magazines ( " Le Monde ", " Marianne ", " Le Nouvel Observateur ", ...), et des chroniques sur LeMonde.fr.

Commentaires (5)

  • Sabine Mazéra

    Sabine Mazéra

    19 septembre 2010 à 20:33 |
    Anne Franck. C'est le souvenir le plus bouleversant de mes lectures d'enfance. Ce visage, ces mots et le marronnier... C'est tellement bien d'en avoir parlé.

    Répondre

  • jocelyne

    jocelyne

    16 septembre 2010 à 16:03 |
    Merci Monsieur, d'évoquer Anne Frank,écrivain inimitable, symbole de la persécution dont le destin reste gravé dans notre coeur.

    Répondre

  • Jean-Luc Lamouché

    Jean-Luc Lamouché

    16 septembre 2010 à 12:15 |
    Oui, la résistance littéraire et humaine de la toute jeune Anne Frank fut admirable.
    C'est l'occasion - pour l'historien - de rappeler que les premières personnes qui furent victimes des persécutions et des camps nazis furent des Allemands, comme certains ne le savent pas assez : des juifs allemands (comme justement notre chère Anne), des communistes allemands, des socialistes et des démocrates allemands.
    Avez-vous - par exemple - entendu parler de l'organisation allemande antinazie "La Rose blanche" ("die Weise Rose"), regroupant des résistants au totalitarisme hitlérien ? Fondée en 1942, et animée par Hans Scholl et Alexander Schmorell, et comprenant de nombreux étudiants catholiques (notamment), "La Rose blanche" commença à agir courageusement à partir de l'été 42 (par des tracts, des affiches, etc.).
    Rappelons que le nazisme était une idéologie, qui toucha - certes - d'abord l'Allemagne ; mais qu'il y eut donc - par exemple - des Français pro-nazis et, comme nous venons de le dire, des Allemands farouchement hostiles au système hitlérien.

    Répondre

  • lmlevy

    lmlevy

    16 septembre 2010 à 00:29 |
    Merci Claude pour ce moment d'émotion.
    Et pour m'avoir permis d'afficher sur RDT le beau et éternel visage d'Anne Franck.

    Répondre

  • Vaillant Sabine

    Vaillant Sabine

    15 septembre 2010 à 22:31 |
    Merci pour cette jolie évocation qui me touche de multiples façons rappelant : l'auteure, le contexte de la 2de guerre mondiale, l'attaque terrible contre les juifs et aussi la puissance de la nature, sa beauté et son impacte sur nous.
    Sabine Vaillant

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.