Plus chrétien, homme

Ecrit par Alain Jugnon le 19 août 2011. dans La une, Religions, Société

Plus chrétien, homme

Le christianisme ne prêche que servitude et dépendance. Son esprit est trop favorable à la tyrannie pour qu'elle n'en profite pas toujours. Les vrais chrétiens sont faits pour être esclaves, ils le savent et s'en émeuvent guère; cette courte vie a trop peu de prix à leurs yeux.

Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social


Tout le monde aujourd'hui est gentiment chrétien. Tout le monde aime les JMJ, la jeunesse de centre ville et les chants avec guitare.

Tout le monde trouve que le christianisme est une belle et bonne chose, comme une évidence, au grand jamais une question. Certains, un peu scouts, se souviennent que les adultes dans le passé parlaient du scandale de Jésus, etc.

Quelle horreur, mettre en cause la chrétienté du christianisme, du christ et de ses enfants ! Autant dire : scier la branche sur laquelle on est bien calmement assis, bien joliment perché, bien planté là, fruits ou légumes, on a le choix, mais végétant de toute façon.

Le christianisme, depuis toujours, se porte bien, car se porte haut, car se porte fier. La France, si elle est la fille de l'Eglise, se voit plutôt comme son membre viril : raide et droite.

Le christianisme, grâce à nos anciens, est aussi réussi, fort et grand que les jeux olympiques de Pékin en leur temps : c'est une valeur, c'est de l'or pour nous.

Tout le monde, donc, se dit chrétien : voilà qui est sympathique et de bon aloi à l'époque de la crise pour tous et de la guerre entre tous. Les chrétiens eux-mêmes, mais aussi les écrivains, les journalistes, les hommes politiques, les savants, les professeurs et les infirmières. Tout ce petit monde au travail aime aimer, aime les enfants et aime la vie.

Alors que d'autre part, le mensonge et la violence sévissent comme il se doit : le monde est chrétien (l'Europe, mes idées, ma boulangère et son chien) mais la fête bat son plein lorsqu'à Kaboul la démocratie trouve son maître et qu'en France une belle volonté de mourir rencontre son idiot du jour dans la réponse d'une ignorance présidentielle abyssale et vide : les dirigeants de l'Occident triomphant, imbécile et heureux, sont chrétiens. Ils nous le doivent, disent-ils et ils font ce qu'il faut pour que cela se sache. La barbarie en sait quelque chose, elle qui, perdue pour le christ, n'en finit pas de démontrer son immoralisme, sa bestialité, sa noirceur et son antichristianisme. La pauvre chose.

Pourtant, et depuis si longtemps, ne pas être chrétien reste et demeure la qualité même de tout homme de bonne volonté, de tout humaniste et de tout citoyen de la république mondiale. C'est la faute à Rousseau.

Nous sommes hommes, nous tous, partout, à ne pas devoir être chrétiens, musulmans, juifs, hindouistes ou raëliens : nous avons en nous ce sentiment d'exister, humainement parlant, "à considérer humainement les choses" (Rousseau, Du contrat social), qui simplement, à lui seul et sans ajout, nous fait Homme. Le reste, même s'il suit de là, est une autre histoire. Une histoire justement que les enfants eux-mêmes apprennent à ne plus croire lorsqu'ils deviennent grands (Freud, Avenir d'une illusion).

 

Alain Jugnon


A propos de l'auteur

Alain Jugnon

Rédacteur

Alain Jugnon, philosophe et auteur dramatique. Enseigne la philosophie dans un lycée public.

Dirige la revue Contre-attaques (Editions Al Dante).

A publié dernièrement : "Artaudieu" (Nouvelles Editions Lignes) et "A corps défendant" (Editions Nous).

Fera paraître à la rentrée 2011 un livre sur Guy Debord et un autre sur Michel Onfray.

Commentaires (22)

  • alain jugnon

    alain jugnon

    22 août 2011 à 20:29 |
    Cher Ficus Piquant
    il vous faut sortir des catacombes de temps à autre. Le réel existe et il pense : depuis Nietzsche, Bataille, Artaud, Deleuze, on démontre assez facilement que le christianisme, évangiles compris, est un nihilisme et un terrorisme... chanceux, va : vous avez beaucoup de choses à lire et à découvrir !

    Répondre

    • Diego de La Vega

      Diego de La Vega

      23 août 2011 à 21:23 |
      Vous prendriez-vous pour le "Pic de la Mirandole" de ce début du XXIe siècle ?

      Répondre

  • Ficus Piquant

    Ficus Piquant

    22 août 2011 à 11:57 |
    En ce qui vous concerne, où est la "finesse" ? Je ne vois dans vos écrits que de l'intolérance !

    Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    21 août 2011 à 19:48 |
    Cher webmaster,
    merci de ne pas trop censurer mes commentaires tout de même ! mon ton est certes très ironique et joueur mais il est loin d'être méchant et méprisant... les voix au chapitre d'ici sont souvent elles hautaines, frisant le ridicule de la hauteur de vue morale au regard du peu de finesse qu'elles expriment réellement. Je ne suis pas si méchant en fait, juste critique et clinique.
    Amitiés

    Répondre

  • Emile Eymard

    Emile Eymard

    21 août 2011 à 02:27 |
    Vous citez Rousseau...vos propos péremptoires me font penser moi à Pascal qui écrivait "Il faut savoir douter où il faut, assurer où il faut, et se soumettre où il faut. Qui ne fait ainsi n'entend pas la force de la raison"

    Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    20 août 2011 à 13:16 |
    Monsieur Lamouché, vous en êtes un autre.

    Répondre

  • Jean-Luc Lamouché

    Jean-Luc Lamouché

    20 août 2011 à 12:40 |
    Comme d'habitude, cher monsieur, vous êtes dans la provocation, la généralisation, le simplisme et la caricature.
    D'abord, on peut, contrairement à ce que vous affirmez, être "chrétien" (comme moi), et même "catho.", tout en étant plus qu'agacé par cette forme de manifestation que représentent les JMJ. Des chrétiens ont même manifesté pour dire que le coût de ces manifestations était intolérable, notamment en Espagne, étant donné la grave crise actuelle. D'autres ont demandé que les prochaines JMJ aient lieu dans un pays comme l'Ethiopie ; je pense que vous voyez pourquoi (?) - mais, de votre part, ce n'est même pas sûr !
    Ensuite, vous ne savez vraiment rien de l'humanisme chrétien. Je pense d'ailleurs que des gens comme moi - mariant humanisme républicain et chrétien - vous gênent beaucoup, car notre existence montre la vacuité de votre "pensée". Vous, vous ne mariez que la provocation et la caricature. J'insiste, monsieur : vous n'avez pas de "pensée". En tout cas pas celle d'un Homme du XXIe siècle, univers de la complexité (relisez - ou lisez ! -, notamment, les œuvres d'Edgar Morin ou de Jean-Claude Guillebaud, hommes de valeurs spirituelles pourtant différentes). Même Michel Onfray, dont vous vous réclamez sans doute - et que je respecte beaucoup, quant à moi - ne vous suivrait pas dans vos généralisations proches de la pure bêtise provocatrice ou (et) de l'inculture.
    En troisième lieu, tiens donc ! Vous vous prenez pour Rousseau et Freud, à présent ! En tant qu'historien, faut-il que je vous explique qu'un "penseur" ne peut pas s'extraire du contexte dans lequel il a pu s'exprimer ? Avez-vous oublié - voire même, savez-vous - que Voltaire, à sa façon, était "chrétien", disons déiste (voir le fameux "Architecte" et "Horloger" de l'Univers - Le "Dieu des Philosophes") ? Contrairement à vous, il n'avait de "haine" que contre "L'Infâme" (L'Eglise, associée à la monarchie absolue "de droit divin", et l'intolérance religieuse cléricale). Lui était déjà dans la complexité ; vous, vous êtes dans le simplisme !
    Pour conclure ma contre "mini-chronique", je ne peux que vous dire de faire très attention aux "fruits et légumes", etc. - sans doute en rapport avec le "fruit défendu" (rire) -, car vous me semblez "filer du mauvais coton". J'ai bien compris, monsieur, que, pour vous - qui vous dîtes "humaniste" ! -, et cela sans doute de manière inconsciente, l'Homme (et pas seulement "chrétien") est "mauvais". Vous êtes donc "de Droite", monsieur. Et, votre seule excuse se situe - selon moi - dans votre besoin d'Amour inexprimé. Rappelez-vous de Robert Mitchum habitant le rôle du pasteur à deux visages dans ce magnifique film de Charles Laughton : "La Nuit du Chasseur" (1955).
    Oui, rappelez-vous : "LOVE/HATE" !
    Il n'est jamais trop tard pour se cultiver ! Ni pour évoluer.

    Répondre

    • Matthieu Delorme

      Matthieu Delorme

      20 août 2011 à 14:12 |
      Quand je lis le verbiage dégoulinant des humano-christiano-psycho-idiots j'ai une franche tendance à pardonner à Alain Jugnon ses débordements !! Ca colle de partout.

      Répondre

      • Jean-François Vincent

        Jean-François Vincent

        21 août 2011 à 16:54 |
        "Humano-christiano-psycho-idiots"? Attention M.Delorme...Ne débordez pas vous-même!

        Répondre

        • Matthieu Delorme

          Matthieu Delorme

          21 août 2011 à 20:43 |
          Je ne tenais pas particulièrement à répondre mais comme ça vient de M. Vincent, spécialiste du flingage brutal et méprisant (pas question ici de faire un florilège qui serait pourtant croquignolet), je le renvoie donc à ses "oeuvres" personnelles et à sa capacité d'auto-critique !

          Répondre

          • Jean-François Vincent

            Jean-François Vincent

            21 août 2011 à 21:28 |
            Vous ai-je jamais flingué? Oh!...Pauvre Matthieu! Si tel est le cas, j'en fais mon auto-critique publique!

            Répondre

        • alain jugnon

          alain jugnon

          21 août 2011 à 19:18 |
          Si je peux me permettre d'intervenir... les chrétiens sont bien tous chrétiens, non ? tous croyant en la divinité du christ, en dieu et suivant les dogmes d'une religion, n'est-ce pas ? donc je parle avec raison des chrétiens selon la définition sus-dite... pour ce qui est des fonctionnaires et des tennismen, je ne vois pas qu'ils croient ensemble à quelque chose comme un dieu et selon une religion : eux ils existent selon une définition claire et distincte. Les chrétiens n'existent pas sérieusement, sinon sous forme d'un mensonge, d'une illusion et d'un faux en écriture. Le seul chrétien fut Jésus : les chrétiens sont le mauvais rêve d'un fou, du bruit et de la fureur. les hommes ne méritent pas une telle horreur ! ou erreur !

          Répondre

          • Diego De La Vega

            Diego De La Vega

            26 août 2011 à 19:09 |
            "Les chrétiens sont bien tous chrétiens, non ?", dîtes-vous. Cher Sergent Garcia, vous me rappelez celles et ceux qui font l'amalgame entre islam, islamique, fondamentaliste intégriste, islamiste et terroriste. Sachez donc qu'il y a plusieurs façons d'être "chrétien", comme il y a plusieurs façons d'être "musulman". Ne vous en déplaise !

            Répondre

          • Jean-François Vincent

            Jean-François Vincent

            21 août 2011 à 21:16 |
            Une idée est toujours virtuelle...A la différence d'une balle de tennis! Ceux qui n'y adhèrent pas peuvent parfaitement la traiter d'illusion ou de mensonge. Toutes philosophies et religions sont affublées de ces labels par leurs détracteurs. Le Christianisme, en cela, n'est en rien un cas particulier.

            Répondre

      • Jean-Luc Lamouché

        Jean-Luc Lamouché

        21 août 2011 à 15:49 |
        Pour ce qui me concerne, Monsieur Delorme - dont j'ai pu apprécier les écrits sur RDT, je ne me permettrai certes jamais de vous traiter "d'idiot". D'abord, parce que ce n'est pas un argument en soi. Ensuite, parce que je ne fais que reprendre - d'une manière plus nette - ce que vous reprochez quand même (!) à la chronique de Monsieur Jugnon : la GENERALISATION ! Et c'est une récidive multiple dans ses textes, reconnaissons-le.
        En tant que tel, en effet, un fonctionnement intellectuel de ce type est simpliste. Vous le dîtes en fait dans un de vos commentaires, en regrettant que Monsieur Jugnon dise : "LES CHRETIENS". Que dirions-nous s'il parlait ainsi - comme d'aucuns - en disant : "LES IMMIGRES" ("venant manger le pain des Français" ?), "LES FONCTIONNAIRES" ("tous des planqués" ?), "LES PROFS." - même pas "LES PROFESSEURS" ("tous des feignants" ?), "LES PAUVRES" ("tous des assistés" ?). Et j'arrête là, car la liste serait longue !
        Oui, je suis croyant, mais je ne vais jamais à la messe, notamment parce que je ne supporte pas ce qui reste de cléricalisme au sein de l'Eglise catholique, sans parler des options rétrogrades de celle-ci en ce qui concerne les mœurs. Et les JMJ m'agacent autant que vous.
        Comme je vous tiens en haute estime, je ne m'adresse qu'à vous (il n'y aura, de ma part, aucune réaction sur le commentaire de Monsieur Jugnon, qui n'a rien dit en réponse à mon texte (mis à part : "C'est l'autre qui l'est" !).
        Oui, cher Monsieur Delorme, je suis croyant, et en même temps profondément laïc et foncièrement à gauche. La loi de 1905 est MA loi, à moi aussi. Mais, n'est-ce pas avant tout la question du POUVOIR qui a déconsidéré les religions, y compris celles de "salut terrestre" (le "communisme autoritaire") - selon l'expression des historiens et des sociologues et autres philosophes ?
        Enfin, comme je me suis aperçu, dans vos écrits sur RDT, que vous étiez souvent un adepte du "rentre-dedans", je n'ai aucune rancune. Je comprends - étant donné le texte provocateur et caricatural de Monsieur Jugnon - que votre plume se soit aiguisée. La mienne aussi d'ailleurs - en amont -, mais seulement contre l'intolérance et l'ignorance, disons partielle (ou feinte ?) ; n'est-ce pas aussi votre combat, comme je crois l'avoir compris ?

        Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    19 août 2011 à 22:01 |
    "Le monde est chrétien" dites-vous. En fait, très peu connaissent véritablement le christianisme.Saint Grégoire de Nazianze écrit : « l’homme est un animal appelé à devenir Dieu ». Telle est la perspective eschatologique du Christianisme : devenir comme Dieu, devenir des dieux par la grâce. Je sais, Alain, de tels propos vous font sourire….Des histoires pour enfants, direz-vous ! Mais essayez, rien qu’un instant – horresco referens ! – de vous mettre dans la peau d’un croyant. Dans cette optique, un gouffre infrangible, une altérité radicale, sépare le créé de l’incréé, ce qui est issu du néant de ce qui existe par Lui-même. Le projet du christianisme est de jeter un pont (« un pont de diamant » ajoute Philarète de Moscou) entre ces deux réalités que tout oppose. Rousseau, que vous semblez tant aimer, était un croyant fervent ; relisez la « profession de foi du vicaire savoyard »…Il y a dans votre haine une telle passion qu’on ne peut s’empêcher de penser que, comme c’est souvent, il s’agit d’une forme paradoxale d’amour.

    Répondre

    • Matthieu Delorme

      Matthieu Delorme

      20 août 2011 à 00:30 |
      Je n'ai pas habitude de débattre de ce genre de questions mais le texte d'Alain Jugnon, malgré sa tendance regrettable et habituelle à des généralisations abusives (Les chrétiens ...) et surtout à une confusion insistante entre christianisme et église catholique, ce texte néanmoins fait du bien aujourd'hui ! Moi aussi j'en ai plein les bottes des babas pleins de fric qui gratouillent des cantiques bêtifiants sur les places madrilènes ! Quels que soient ses abus, je dis "grand bol d'air" à M. Jugnon !

      Répondre

      • Martine L

        Martine L

        20 août 2011 à 10:11 |
        je suis sur la même longueur d'ondes , et j'ajouterais que je m'interroge tous les jours au 20 h de la 2, s'il vous plait ! ne parlons pas de l'autre ! sur la nécessité qu'il y aurait à consacrer un sujet ému, chaque jour aux JMJ, particulièrement orienté et favorable ( après la TV d'état d'il y a longtemps, on a la TV religieuse ) quelles connivences ? Quels intérêts ? Ceci était déjà le cas, la dernière fois, me souvient-il.
        socialement, par ailleurs, c'est amusant de subodorer l'origine de ces " bébés pape" . Et, on nous portraite à l'envie de " bons" petits jeunes; ce n'est pas comme les " indignés" de Madrid ! non, mais !

        Répondre

  • gerald

    gerald

    19 août 2011 à 19:13 |
    Merci pour ce texte, je voudrais l'avoir écrit.

    Répondre

  • Ficus Piquant

    Ficus Piquant

    22 août 2011 à 15:25 |
    "Nihilisme" et "terrorisme" ? Vraiment, vous déraisonnez. Une lecture des "Évangiles" vous ferait du bien, en vous permettant plus de "mesure" : en effet, vous avez perdu ce sens de la "mesure", si chère aux anciens Grecs !

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    22 août 2011 à 13:48 |
    "Le pire des athéismes"?! Tiens, tiens...L'athéisme serait-il une mauvaise chose? Allons, Alain, encore un effort et vous vous convertirez!(LOL!)

    Répondre

  • alain jugnon

    alain jugnon

    22 août 2011 à 10:44 |
    Le christianisme est le pire des athéismes que je connaisse : un tel déni du réel, un tel mépris de l'homme. Nietzsche en son temps décida de ne critiquer que le christianisme (il était philosémite et très curieux de l'Islam) car il savait le nihilisme et le terrorisme que celui-ci organisait contre la civilisation humaine.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.